Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Muriel Barbery

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant
AuteurMessage
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Muriel Barbery   Dim 4 Fév 2007 - 13:19




Wikipedia a écrit:
Muriel Barbery, née le 28 mai 1969 à Casablanca, est une romancière française.
Normalienne (Fontenay-Saint-Cloud, 1990) et agrégée de philosophie (1993), elle débute sa carrière comme professeur de philosophie près de Caen.
Elle passe cette période à Colleville-sur-Mer, mais, fascinée par le Japon et sa culture, elle a démissionné de son poste de professeur de philosophie dans un IUFM pour venir habiter, en 2008, la ville de Kyoto, avec son mari Stéphane.
Souhaitant rester dans l'ombre des médias et du public, elle vit loin de la pression médiatique, ne passe pas d'entretien, et jamais d'émission télévisée.

Bibliographie (cliquez sur les numéros de page)

2000 - Une gourmandise – Pages 1, 6, 7, 12
2006 - L’élégance du hérisson – Pages 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14

(Mise à jour le 03.01.2013, page 14)


Dernière édition par Queenie le Jeu 3 Jan 2013 - 16:44, édité 6 fois (Raison : Ajout d'un index. Ajout d'une bio.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Dim 4 Fév 2007 - 13:20



L’ELEGANCE DU HERISSON

Madame Michel est concierge du 7 rue de Grenelle à Paris, un hôtel particulier habité par des familles de la haute bourgeoisie.

Elle se présente ainsi :
"Je m'appelle Renée, j'ai cinquante-quatre ans et je suis la concierge du 7 rue de Grenelle, un immeuble bourgeois. Je suis veuve, petite, laide, grassouillette, j'ai des oignons aux pieds et, à en croire certains matins auto-incommodants, une haleine de mammouth. Mais surtout, je suis si conforme à l'image que l'on se fait des concierges qu'il ne viendrait à l'idée de personne que je suis plus lettrée que tous ces riches suffisants. »


Il faut dire que Renée Michel est mélomane, cinéphile, qu’elle adore la peinture, qu’elle lit beaucoup (notamment Tolstoï). Qu’elle est capable de réfuter la phénoménologie de Husserl…

Mais elle cache son érudition et s’est composé un personnage de concierge conforme à l’image que s’en font les occupants de son immeuble. Les chaussons Scholl, la télévision en marche toute la journée, le chat (il s’appelle Léon par amour de Tolstoï)…
Elle réussit d’ailleurs fort bien à passer presque inaperçue dans cet immeuble où on ne s’adresse à elle que pour accomplir des tâches.

Elle, observe et radiographie même, la micro-société qui vit autour d’elle. Avec une grande finesse, un bon sens remarquable et un humour à toute épreuve.

Dans cet immeuble vit une adolescente très douée qui parle ainsi :
« Je m'appelle Paloma, j'ai douze ans, j'habite au 7 rue de Grenelle dans un appartement de riches. Mais depuis très longtemps, je sais que la destination finale, c'est le bocal à poissons, la vacuité et l'ineptie de l'existence adulte. Comment est-ce que je le sais? Il se trouve que je suis très intelligente. Exceptionnellement intelligente, même. C'est pour ça que j'ai pris ma décision : à la fin de cette année scolaire, le jour de mes treize ans, je me suiciderai. "

Madame Michel et Paloma, au fur et à mesure que certains événements vont se produire dans l'immeuble où elles habitent, vont peu à peu sortir de leur solitude, se transformer, se métamorphoser, renaître.
Notamment à l’arrivée dans l’immeuble d’un riche japonais, Monsieur Ozu (lointain parent du cinéaste que la concierge admire).

C’est un roman plein d’humanité, intelligent, érudit, drôle, émouvant, très bien écrit. Quelle belle idée que d’avoir inventé le personnage de Madame Michel pour dénoncer de façon originale les préjugés, les stéréotypes et les idées reçues!Tellement profond et tellement léger.

« J’ai pris énormément de plaisir, dit Muriel Barbery, au travers des voix des deux héroïnes, à transcrire mon amour pour les plaisirs du quotidien, pour l'Art, pour le Japon, pour certains êtres, pour la rencontre entre ces êtres, pour certaines émotions esthétiques. Il me semble que c'est à cela que j'ai pris le plus de plaisir et que c'est ce qui me tenait le plus à cœur. »
_________________



Une gourmandise

Je ne suis pas aussi enthousiaste pour ce livre que pour L'élégance du hérisson...
Ce qui m'aura surtout plu dans celui-ci, c'est le style Barbery...l'élégance de son écriture justement, sa sensualité et sa précision.
Quant au sujet, je le trouve un peu rébarbatif...Une nouvelle m'aurait suffit...et pourtant ce livre n'est pas très long...

Un ponte de la gastronomie se meurt, le plus grand critique culinaire du monde...Il se souvient...de tout... sauf d'une saveur qu'il veut absolument retrouver avant de mourir...

Extrait:
"Surtout il y avait le tilleul, immense et dévorant...Aux heures les plus chaudes de l'été, son ombrage importun offrait la plus odorante des tonnelles. Je m'asseyais sur le petit banc de bois vermoulu, contre le tronc, et j'aspirais à grandes goulées avides l'odeur de miel pur et velouté qui s'échappait de ses fleurs d'or pâle. Un tilleul qui embaume dans la fin du jour, c'est un ravissement qui s'imprime en nous de manière indélébile et, au creux de notre joie d'exister, trace un sillon de bonheur que la douceur d'un soir de juillet à elle seule ne saurait expliquer. A humer à pleins poumons, dans mon souvenir, un parfum qui n'a plus effleuré mes narines depuis longtemps déjà, j'ai compris enfin ce qui en faisait l'arôme; c'est la connivence du miel eyt de l'odeur si particulière qu'ont les feuillesdes arbres, lorsqu'il a fait chaud longtemps et qu'elles sont empreintes de la poussière des beaux jours, qui provoque ce sentiment, absurde mais sublime, que nous buvons dans l'air un concentré de l'été."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Dim 4 Fév 2007 - 13:22

Une gourmandise

Je me sens un peu coupable de n'avoir pas louangé ce roman qui, pourtant, n'est pas dénué d'intérêt...Et surtout dont le talent de l'auteur est évident...
Ce n'était peut-être pas le livre à choisir de lire juste après les agappes de fin d'année...

Voici donc un autre extrait révélateur de ce que l'on peut y lire, presque à chaque page, à propos d'une saveur ou d'une autre...
Si vous connaissez les jardins, le bonheur de croquer dans les fruits que l'on vient de cueillir, prenez le temps de lire cet hymne à la tomate!

"La tomate, pourtant, je la connaissais depuis toujours depuis le jardin de Tante Marthe, depuis l'été qui gorge la petite excroissance chétive d'un soleil de plus en plus ardent, depuis la déchirure qu'y faisait mes dents pour asperger ma langue d'un jus généreux, tiède et riche que la fraîcheur des réfrigérateurs, l'affront des vinaigres et la fausse noblesse de l'huile masquent en sa générosité essentielle. Sucre, eau, fruit, pulpe, liquide ou solide? La tomate crue, dévorée dans le jardin sitôt récoltée, c'est la corne d'abondance des sensationssimples, une cascade qui essaime dans la bouche et en réunit tous les plaisirs. La résistance de la peau tendue, juste un peu, juste assez, le fondant des tissus, de cette liqueur pépineuse qui s'écoule au coin des lèvres et qu'on essuie sans crainte d'en tacher ses doigts, cette petite boule charnue qui déverse en nous des torrentsde nature: voilà la tomate, voilà l'aventure."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Jeu 8 Fév 2007 - 17:10

-L'élégance du hérisson -

Mon gros coup de coeur de la rentrée !Like a Star Like a Star Like a Star

J'ai eu la grande chance de le découvrir au hasard de mes vagabondages dans les allées de la Fnac ,alors qu'il n'était pas encore rentré dans la cour des" grands ", et qu'aucune critique n'avait influencé mon choix car il était encore tout à fait inconnu :Je l'ai dévoré en un week.end et suis restée stupéfaite devant tant d'éclat !

Muriel Barbery aligne les mots avec une aisance incroyable ,tout est parfait ,aucune fausse note . Sous sa plume alerte , on suit les aventures ,ou plutôt le quotidien de Renée ,Paloma et leur entourage avec délice et on jubile !
Brillant , subtil et drôle ,ce roman a la grâce de ces fables mi-satiriques, mi philosophiques où se cachent sous la verve un peu cynique des trésors d'humanité .

A lire et relire avec bonheur , sans modération ...! ❤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Jeu 8 Fév 2007 - 17:38

Aérial a écrit:
A lire et relire avec bonheur , sans modération ...! ❤

Je n'ai pas encore trouvé de personne ayant lu ce livre qui dise le contraire! :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Jeu 8 Fév 2007 - 17:48

coline a écrit:
Je n'ai pas encore trouvé de personne ayant lu ce livre qui dise le contraire! :)

Non ,mais j'en ai connues qui étaient nettement moins emballées .Le phrasé ,un peu hermétique au début , d'après elles , les premières pages un peu déroutantes...
J'ai moi-même vraiment accroché à la 20 ou 25ème page , et là impossible de le lâcher , je suis tombée dedans , comme Astérix dans la potion magique !
Ce sont des expériences assez rares mais combien marquantes !
j'ai un peu ressenti celà pour Murakami :cette fascination exclusive..:)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LaChose
Superviseur
avatar

Messages : 1091
Inscription le : 31/01/2007
Localisation : Fondations.

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Jeu 8 Fév 2007 - 17:59

Euh…à part que celui qui tombe dans la potion magique, c’est Obelix…et que lui ce qu'il ne lâche pas, c’est son sanglier… Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mona
Espoir postal
avatar

Messages : 40
Inscription le : 07/02/2007
Age : 59
Localisation : 56

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Jeu 8 Fév 2007 - 23:33

Comme beaucoup j'ai été très enthousiaste à la lecture de ce livre....
Maintenant je suis descendue de mon petit nuage...c'est un peu comme si le livre avait ouvert une porte sur un jardin d'Eden....porte qui s'est refermée doucement quand s'est refermé le livre....la magie des mots n'est plus là....les personnages tel que je m'en souviens ne sont pas à eux seuls, sans les mots, à la hauteur du nuage...
Et si ce conte a élargi mon horizon, il me reste au final trop peu d'émotion pour me sentir habitée par Renée ou Paloma....c'est vraiment bizarre comme sensation et pourtant j'ai souri, réfléchi et retenu mon souffle à la lecture....
Je suis nostalgique du jardin entrevu, j'aimerais y croire et y vivre

Pour un instant
Pour un instant seulement
(Jacques Brel)

:)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Ven 9 Fév 2007 - 9:38

mona a écrit:
Comme beaucoup j'ai été très enthousiaste à la lecture de ce livre....
Maintenant je suis descendue de mon petit nuage...c'est un peu comme si le livre avait ouvert une porte sur un jardin d'Eden....porte qui s'est refermée doucement quand s'est refermé le livre....la magie des mots n'est plus là....les personnages tel que je m'en souviens ne sont pas à eux seuls, sans les mots, à la hauteur du nuage...
Et si ce conte a élargi mon horizon, il me reste au final trop peu d'émotion pour me sentir habitée par Renée ou Paloma....c'est vraiment bizarre comme sensation et pourtant j'ai souri, réfléchi et retenu mon souffle à la lecture....
Je suis nostalgique du jardin entrevu, j'aimerais y croire et y vivre

Pour un instant
Pour un instant seulement
(Jacques Brel)

:)

Tu as bien analysé cette impression Mona , qui nous reste après un certain temps à la lecture du "Hérisson "...
Les personnages ne sont peut-être pas à la hauteur de leurs mots , magnifiques , sublimes même !
D'ailleurs autant j'ai pû être charmée ,envoutée ,quasi "habitée "comme le dit Renée , autant je n'ai eu de véritable émotion que dans les toutes dernières pages et pas avant .
C'est sans doute celà qui nous manque pour que nous reste plus que la magie des mots de Muriel Barbery : une enveloppe plus charnelle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Ven 9 Fév 2007 - 9:43

Grain qui a mûri a écrit:
Euh…à part que celui qui tombe dans la potion magique, c’est Obelix…et que lui ce qu'il ne lâche pas, c’est son sanglier… Very Happy

Razz J'oublie mes classiques ...c'est vrai !
Mais je me souviens avoir été aussi vorace qu'Obélix avec son sanglier par contre!🐰
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mona
Espoir postal
avatar

Messages : 40
Inscription le : 07/02/2007
Age : 59
Localisation : 56

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Ven 9 Fév 2007 - 18:35

Aérial a écrit:
une enveloppe plus charnelle ?

je ne le pense pas....Il me semble que ce livre oscille entre roman-conte-philosophie grâce aux mots qui lient toutre ces données, données qui nous "restent sur les bras" le livre refermé à moins d'en connaître le texte par coeur, comme pour un conte d'enfants....

C'est un texte qui demande à être relu, décortiqué, médité....et non à être "simplement" ressenti....un ouvrage très riche, à relire pour l'approfondir ...

De ce fait je me demande si je ne lis pas trop superficiellement happée par l'histoire et/ou aveuglée par les sentiments... et si le 2nd degré de beaucoup d'oeuvres déjà lues ne sont pas restés sur le carreau Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sousmarin
Zen littéraire


Messages : 3021
Inscription le : 31/01/2007
Localisation : Sarthe

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Ven 9 Fév 2007 - 19:01

Quelques petits extraits de L'élégance du hérisson pour se mettre dans l’ambiance :

Muriel Barbery a écrit:
[...] l'incapacité qu'ont les êtres à croire à ce qui fait exploser les cadres de leurs petites habitudes mentales.

Les gens croient poursuivre les étoiles et ils finissent comme des poissons rouges dans un bocal.

Qu'est-ce qu'une aristocrate ? C'est une femme que la vulgarité n'atteint pas bien qu'elle en soit cernée.

Car l'Art, c'est l'émotion sans le désir.

[...] l'ennui naquit un jour de l'uniformité [...]

Lorsque la maladie entre dans un foyer, elle ne s'empare par seulement d'un corps mais tisse entre les coeurs une sombre toile où s'ensevelit l'espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Ven 9 Fév 2007 - 19:20

mona a écrit:
Il me semble que ce livre oscille entre roman-conte-philosophie
(...)
C'est un texte qui demande à être relu, décortiqué, médité....et non à être "simplement" ressenti....un ouvrage très riche, à relire pour l'approfondir ...

Bien d'accord avec toi sur le fait que ce roman doit être plus vu comme un conte satirico-philosophique qui nous délivre les clés de la vie et nous dévoile ses travers : une sorte de "bible" ,un manuel de vie à lire et relire , la verve et la brillance en prime .

Comme tous les contes ,les personnages s'estompent devant l'image ,l'idée qu'ils génèrent et de ce fait l'émotion est plus diffuse . Les mots sont là pour nous frapper de leur évidence , si clairement , si subtilement dépeinte que l'on en reste subjugué ...! Idea
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Babelle
Zen littéraire
avatar

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Jeu 22 Fév 2007 - 22:43

Parce que je ne peux m'en empêcher, je vous livre les pensées de Renée sur un fait sociologique avéré ayant trait à l'éclectisme culturel ("on en parle sur France Inter", et si les élites -héritiers de Bourdieu, en sont touchées, notre Renée aussi;) )...

Citation :
"C'est sans doute dans le champ de la lecture que mon éclectisme est le moins grand, quoique ma diversité d'intérêts y soit la plus extrême. J'ai lu des ouvrages d'histoire, de philosophie, d'économie politique, de sociologie, de psychologie, de pédagogie, de psychanalyse et bien sûr et avant tout, de littérature. Les premières m'ont intéressée; la seconde est toute ma vie.
Mon chat, Léon, se prénomme ainsi parce que Tolstoi. Le précédent s'appelait Dongo parce que Fabrice del. Le 1er avait pour nom Karénine parce que Anna mais je ne l'appelais que Karé, de crainte qu'on ne me
démasque. Hormis l'infidélité stendhalienne, mes goûts se situent très nettement dans la Russie d'avant 1910, mais je me flatte d'avoir dévoré une part somme toute appréciable de la littérature mondiale si l'on prend en compte le fait que je suis une fille de la campagne dont les espérances de carrière se sont surpassées jusqu'à mener à la conciergerie du 7 rue de Grenelle, et alors qu'on aurait pu croire qu'une telle destinée voue au culte éternel de Barbara Cartland.
J'ai bien une inclination coupable pour les romans policiers -mais je tiens ceux que je lis pour de la haute littérature.
Il m'est particulièrement pénible, certains jours, de devoir m'extirper de la lecture d'un Connelly ou d'un Mankell pour aller répondre au coup de sonnette de Bernard Grelier ou de Sabine Pallières, dont les préoccupations ne sont pas congruentes aux méditations de Harry Bosch, le flic amateur de jazz du LAPD, spécialement lorsqu'ils me demandent
: -"Pourquoi les ordures sentent jusque dans la cour??"

Voilà une lectrice que l'on aimerait accueillir sur ce site, non?
Et je ne vous parle pas de sa culture cinématographique, ni de son étude de la phénoménologie (moi qui ne lirai jamais Hursell) pale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
Babelle
Zen littéraire
avatar

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Jeu 22 Fév 2007 - 22:46

...un certain Monsieur Ozu vient d'emménager, qui n'a pas ses yeux dans sa poche. Et il semblerait qu'il ait lu Anna Karénine.
Je crois que les inconditionnel(le)s de la littérature japonaise et les vrai(e)s amateurs de mangas, les joueurs de go et faiseurs de Haiku, doivent ici se régaler.
La froideur apparente et les pics du hérisson, ça me fait penser au Complexe du homard... Je me demande si Renée va perdre sa "carapace" quitte à perturber l'ordre mondain du 7, rue de Grenelle :
-Un tremblement aigüe vient de lui parcourir la colonne vertébrale, des bonzaï géants trônent au 4ème étage où l'on a installé des portes coulissantes comme dans Bonjour, Herbes flottantes et Dernier caprice afin de passer d'une pièce à l'autre en glissant sans violenter l'espace... Wink
-Le complexe du hérisson du homard, seule Paloma, du haut de ses 13 ans, peut le détecter.
P-S : je me demande si, à l'occasion, on ne souffrirait pas nous aussi du complexe du hérisson?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Muriel Barbery   

Revenir en haut Aller en bas
 
Muriel Barbery
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 15Aller à la page : 1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant
 Sujets similaires
-
» Muriel Robin
» photo muriel
» Muriel Robin - Le répondeur
» double anniversaire Sophie et Muriel !
» Muriel Déantoni [Fabienne du collège des coeurs brisés]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: