Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 David Lynch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 7 ... 14  Suivant
AuteurMessage
Snark
Main aguerrie
avatar

Messages : 495
Inscription le : 11/05/2007
Age : 32
Localisation : ici

MessageSujet: David Lynch   Dim 15 Juil 2007 - 19:28




Biographie de David Lynch
D'un père chercheur au ministère de l'Agriculture et d'une mère enseignante à domicile, David Lynch, enfant taciturne et rêveur, se découvre une réelle passion pour la peinture. Une fois son baccalauréat obtenu, il quitte le giron familial avec l'un de ses amis, Jack Fisk, pour la Boston Museum School. Ils n'y resteront que peu de temps, préférant la Philadelphia Academy of Fine Arts, où ils rencontrent quelques artistes : Jackson Pollock, Edward Hopper... Inspiré, il réalise sa première oeuvre cinématographique, 'Six Figures'. Son deuxième court métrage, 'The Alphabet', lui permet d'obtenir une bourse de l'American Institute of Films. Il se lance alors dans la réalisation de longs métrages. Soucieux de faire transparaître les méandres de l'âme humaine, ses films, comme 'Eraserhead' , 'Une histoire vraie', 'Elephant Man', 'Blue Velvet', 'Mulholland Drive' ou 'Sailor et Lula' - pour lequel il obtient la Palme d'or au Festival de Cannes en 1990 - sont de véritables succès. David Lynch est également à l'origine de la série télévisée 'Twin Peaks'. En 2006, après quelques années de silence, il revient sur les écrans avec 'Midnight Movies', dans lequel il est interviewé, avant de réaliser en 2007 le très attendu 'Inland Empire'. Cinéaste de talent, David Lynch possède le don de pointer du doigt ce qui dérange, créant une atmosphère de malaise somme toute délectable.
(SOURCE : evene)

http://www.evene.fr/celebre/biographie/david-lynch-2472.php

http://fr.wikipedia.org/wiki/David_Lynch

http://www.davidlynch.com/

Citation :
Filmographie/Index (Cliquez sur les chiffres pour accéder directement aux pages)

Longs métrages
1976 : Eraserhead (Labyrinth man pour sa sortie en France) Page 8
1980 : Elephant Man (The Elephant Man)
1984 : Dune Pages 9, 10
1986 : Blue Velvet Pages 5, 9
1990 : Sailor et Lula (Wild at Heart) Page 6
1992 : Twin Peaks (Twin Peaks, Fire Walk with Me) Pages 6, 7, 12
1997 : Lost Highway Page 7
1999 : Une histoire vraie (The Straight Story) Page 1
2001 : Mulholland Drive Pages 1, 2
2007 : Inland Empire Pages 1, 3, 4

Courts métrages
1967 : Six Figures Getting Sick (animation)
1968 : The Alphabet (animation)
1970 : The Grandmother (moyen métrage)
1973 : The Amputee (court-métrage de 4 min en 1/2" vidéo noir et blanc)
1988 : Les Français vus par les Français - segment The Cowboy and the Frenchman (court-métrage de 22 min en 35 mm couleurs)
1990 : Industrial Symphony No. 1: The Dream of the Broken Hearted25 (en collaboration avec Angelo Badalamenti)
1995 : Lumière et Compagnie - segment Lumière (Premonition following an Evil Deed)
2002 : Darkened Room
2007 : Boat
2007 : Chacun son cinéma - segment Absurda
2010 : Lady Blue Shanghai
2011 : I touch a red button man (sur une bande son d'Interpol)
2012 : Idem Paris9 (court-métrage de 7 min 48 sec en vidéo noir et blanc)
Séries TV
1990 : Twin Peaks
1990 : American Chronicles
1992 : On the Air
1993 : Hotel Room (épisodes Blackout et Tricks)
2002 : Rabbits
2002 : Dumbland (8 épisodes) - dessin animé

Citation :
mise à jour le 31/03/2013 à la page 13

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Snark
Main aguerrie
avatar

Messages : 495
Inscription le : 11/05/2007
Age : 32
Localisation : ici

MessageSujet: Re: David Lynch   Dim 15 Juil 2007 - 19:35

Mulholland Dr.

Ya des punchs qui surprennent, et d’autres, qui ébranlent… En regardant L’Illusioniste, à la toute fin, je fus surpris : « Ah, tiens, ça s’est passé ainsi… je ne savais pas, rien permettait de le savoir; le film, par ses prises de vue, est une illusion…Les créateurs du film sont donc des illusionistes, dune certaine manière. Bon. Surprenant! » Mais lors du second visionnement de Mulholland Dr…. Ouf!

(JE DÉCONSEILLE À CEUX QUI N'ONT PAS VU LE FILM DE LIRE CETTE CRITIQUE!)

Dans la première partie du film, avant que Rita ouvre la boite bleue, il y a une ambiance obscure, hermétique à la compréhension du spectateur qui (en partie grâce à la brillante utilisation de la musique) m’as par moment effrayé comme le fait plus aucun film depuis des années…Cette première partie aboutie à un moment surréellement lyrique. Après avoir provoqué la peur et l’inquiétude, le film émeut en nous présentant une sublime interprétation de Llorando… Difficile de ne pas se laisser aller aux pleurs : la charge lyrique de la chanson est tellement renforcit par les sanglots de Rita et Betty! À ce moment, je me disais : « Si seulement le tout serait cohérent, ce film serait génial. Il m’as surpris, effrayé et troublé par ses atmosphères étranges… il vient de m’émouvoir par cette musique! …

Rita insère la clé dans le coffre bleu, le rêve se termine, on passe à la réalité. Commence alors un moment fameux. Le film déroule l’après-meurtre, faisant aussi des sauts en arrière pour mettre en lumière ce qui le motive… Instinctivement, j’ai fait ce que l’auteur proposait : j’ai connecté ce qui s’est passé avant ou après le meurtre à ce qui s’est passé dans le rêve! Déjà tout secoué par l’intense lyrisme de la dernière séquence du rêve, je me suis mis à rapporter désordonnément tous les indices présentés dans la deuxième partie du film à ce qui s’est passé dans le rêve. Résultat? Tout le processus de la fantasmatisation (càd : comment Rita a métamorphosé la réalité en un rêve) a été mis sous les yeux de mon esprit… J’étais bouleversé. Moment inouï!

Ce film entre en rapport avec le spectateur d’une manière tout à fait unique. Par la diversité des émotions suscitées et par la manière dont il nous oblige à penser et à nous confronter au processus de fantasmatisation (alors que j’étais, déjà, secoué), ce film m’as entrainé... comme un voyage en chaloupe en pleine tempête…
D’ailleurs, je n’ai pas vu le dernier Lynch, mais si je me fie aux commentaires que j’ai lu, il a tenté d’intensifier le rapport film-spectateur en épurant les images de toutes significations pour qu’ainsi, le spectateur puisse penser le film à sa manière, comme un tableau d’art abstrait. Lynch expérimente beaucoup, en ce qui concerne le rapport spectateur-œuvre. En travaillant une espèce de zone d’ombre, il trouble et force à penser.

Je l’adore!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: David Lynch   Dim 15 Juil 2007 - 21:08

Snark a écrit:
Mulholland Dr.
Je l’adore!

Je vais être honnête...au risque de passer pour une idiote...
Moi aussi j'ai adoré ce film, et je l'ai vu deux fois...je l'ai adoré et pourtant je ne suis pas sûre d'avoir tout compris...

Je pense que, comme Persona d'Ingmar Bergman, ce film ne se livre pas en une seule fois...Et même qu'au bout de plusieurs fois, ces deux films ne nous auront pas tout livré...
Peut-on aimer ce qu'on n'a pas compris?...Eh bien oui...Je l'ai acheté en DVD pour pouvoir me le repasser encore une ou deux fois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: David Lynch   Dim 15 Juil 2007 - 21:23

Je viens de regarder l'extrait que tu proposes sur le fil Cry me a river (Llorando)...Et je comprends encore plus nettement pourquoi, pensant à Mulholland Drive je pense aussitôt à Persona...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: David Lynch   Dim 15 Juil 2007 - 22:23

Citation :
pourtant je ne suis pas sûre d'avoir tout compris...
Mais il me semble que personne n'a compris.....ou, qu'en tout cas, chacun avait sa propre interprétation?

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: David Lynch   Dim 15 Juil 2007 - 22:48

mmmmh je vous lis avec intérêt car je dois l'avouer Mulholland Drive m'a laissé un peu froid... comme d'autres films du réalisateur en fait, je n'en ai pas vu beaucoup : celui ci, Eraserhead, Lost Highway et Elephant Man

et Blue Velvet et Dune aussi...

c'est Elephant Man qui me laisse le meilleur souvenir... c'est un film que j'ai vu en partie "petit" et qui m'a beaucoup impressionné.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: David Lynch   Lun 16 Juil 2007 - 0:27

En beaucoup plus simple, Une histoire vraie est un film très touchant.

Il s'agit bien d'une histoire vraie!...
Un homme âgé a décidé de quitter son village au nord de l'Iowa, pour retrouver son frère ainé qui vient d'avoir une attaque et avec lequel il est fâché depuis longtemps. Ce frère habite dans le Wisconsin et l'homme va faire des centaines de kilomètres en petit tracteur pour tondre le gazon...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: David Lynch   Lun 16 Juil 2007 - 11:58

Etant donné que Snark s'est jeté à l'eau pour créer un fil Lynch, je vais y coller ma critique de INLAND EMPIRE, et la supprimer.

et voilà que mardi soir dernier j'ai franchi le cap, et je suis allée voir

INLAND EMPIRE


le dernier film de Lynch. Un ovni, d'après ce qu'ils disent tous. Jusqu'à maintenant j'avais entendu la même chose de tous les films de lynch, et pourtant aucun de ceux que j'ai vu ne m'avaient parus si "impressionnants" même si je les trouvais de très bonne qualité et très interessants. (j'ai déjà vu : Elephant man - Lost highway - Une histoire vraie - mulholland drive)

En gros l'histoire c'est encore autour de Hollywood, de l'acteur, du cinéma, de la perception de la réalité. De la définition du rêve, de l'irréel.
Il y a quelques longueurs dans ce film, mais il est une expérience cinématographique importante à faire pour un spectateur.

Enfin, un film qui pose des questions, qui essaye de travailler sur le temps et l'espace. Du coup, en tant que spectateur, forcément, on est parfois ennuyés, frustrés, apeurés, étouffés, empathiques, attendris. Il faut se laisser aller, ne pas chercher à tout comprendre, surtout pas. on est face à une oeuvre au sens où des sens de celle-ci nous échappent et d'autres nous sautent aux yeux : tout dépend de notre vécu, ressenti et de nos sensations.


Dernière édition par le Lun 16 Juil 2007 - 12:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: David Lynch   Lun 16 Juil 2007 - 12:19

il faut rendre au snark ce qui est au snark-écureuil Wink

est-ce que ça chuchote dans Inland Empire ? clown

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: David Lynch   Lun 16 Juil 2007 - 12:27

animal a écrit:
il faut rendre au snark ce qui est au snark-écureuil Wink

ai corrigé mon erreur :)

animal a écrit:
est-ce que ça chuchote dans Inland Empire ? clown

oui, ça chuchote, ça crie, ça crisse, ça frappe, ça hurle, ça pleure, ça danse, ça tourbillonne, ça étourdie, ça ennuie, ça se lambine, ça se regarde, ça s'examine, ça s'oublit, ça éblouit. drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Snark
Main aguerrie
avatar

Messages : 495
Inscription le : 11/05/2007
Age : 32
Localisation : ici

MessageSujet: Re: David Lynch   Lun 16 Juil 2007 - 19:10

(1.DE NOUVEAU, JE DÉCONSEILLE À CEUX QUI N’ONT PAS VUE LE FILM DE LIRE CE QUI SUIT. DEMÊLER CE FILM ÉNIGMATIQUE PEUT ÊTRE savoureusement BOULEVERSANT…
2.désolé pour ce post prolixe, mais quand jaime autant un film, en parler est un plaisir! ❤ )

Peut être idiotement, je suis persuadé que j’ai compris l’essentiel.

Tout d’abord, faut savoir que lorsque Rita insère la clé dans la boite bleu, on passe du rêve à la réalité. Ce qui complique les choses, c’est que la deuxième partie (celle qui suit le rêve), où l’auteur présente le réel, n’est pas linéaire. À chacune des ellipses (saut d’une scène à un autre), on peut passer à ce qui s’est réellement passé avant le rêve, ou après…

Le rêve est le fantasme de Betty : être, en quelque sorte, le phare d’une Rita complètement perdue, car elle l’aime… Son rêve développe cette idée, qui aboutit à la prise de conscience que Rita est morte (lors de la scène-Llorando, d’un lyrisme hallucinant : la Rita fantasmée pleure sa propre mort!!! D’où la force quasi insoutenable de cette scène, qui me fait frissonner quand jy pense.) La réalité est que Betty a payé un tueur pour assassiner Rita, femme fatale cruelle. Oh, j’avais mal pour Betty*, quand j’ai vu Rita la torturée cruellement en embrassant l’homme aux lunettes, à la fête ( à un moment durant la 2è partie). Ce qui est ahurissant, c’est que dans la partie après le rêve, on voit la réalité, soit tout ce que Betty a fantasmée dans son rêve, la première partie du film. C’est l’idée! Précisément, on nous montre la matière de son rêve, là où ses vrais désirs ont rencontrés un mur. Ces désirs latents et inassouvis éclatent dans son rêve. Toutefois, comme on le voit à la fin de ce rêve, ces désirs finissent par échouer… ils rencontrent la réalité, Rita a été assassiné, et donc : Llorando, pleurons!

Quand j’ai tout compris cela, j’étais bouleversé… toutes les scènes du rêves, désordonnément, devenaient sensées, au fur et à mesure que je les connectaient à la réalité (2è partie du film)… je l’ai dit : moment inouie!

Bon, la scène finale également, mêle le rêve à la réalité, quand Betty pète les plombs et se suicide…

Voilà, tout cela pour dire que je suis convaincu que le film est cohérent, càd que (presque) tout a un sens précis.

...quand mm, un film complètement disjoncté! singe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Snark
Main aguerrie
avatar

Messages : 495
Inscription le : 11/05/2007
Age : 32
Localisation : ici

MessageSujet: Re: David Lynch   Lun 16 Juil 2007 - 19:18

J'ai déjà vue Une histoire vrai, mais j'étais très jeune. Je me rappel que mon père l'avait jugé "le plus mauvais film jamais fait" (il est plus James Bon, mon père). Je me rappel aussi qu'il y était question de tondeuse. Mais à part cela... rien. Je le relouerai bientôt...

J'ai très ha^te de voir Inland empire, surtout après avoir lu ce que Queenie en a dit! Ça m'as l'air d'un tableau abstrait en mouvement... drunken
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: David Lynch   Lun 16 Juil 2007 - 23:08

Snark a écrit:
je suis convaincu que le film est cohérent, càd que (presque) tout a un sens précis.

...quand mm, un film complètement disjoncté! singe

Je ne doute pas un instant de la cohérence du film mais plutôt de ma capacité à en trouver toutes les clés...
Mais je suis une obstinée...:)
Et je ne crains pas ce qui ne se livre pas en bloc ou ce qui me résiste...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Senhal
Envolée postale
avatar

Messages : 165
Inscription le : 17/07/2007
Age : 35
Localisation : Villeurbanne

MessageSujet: Re: David Lynch   Mer 18 Juil 2007 - 9:32

Citation :
Peut être idiotement, je suis persuadé que j’ai compris l’essentiel.
Mais non, pas idiotement. Je pense que le fonctionnement de Mullholand Drive n'est pas bien difficile à comprendre; Lynch nous le livre. Ce qui est assez désorientant, c'est la façon de mettre bout à bout les scènes, ce n'est pas de la narration classique puisque qu'elles nous parviennent selon la modalité du rêve et de l'inconscient. Je suis peut-être prétencieuse en disant que ce film n'est pas très difficile à comprendre, mais c'est bien ce qu'il m'a semblé. La condition est toutefois de ne pas se jeter dans une analyse minutieuse de chaque scène. Par exemple, à propos du monstre/clochard qui est derrière le mur du restaurant, je ne pense pas que l'on puisse trouver sa signification détaillée, mais on peut ressentir qu'à ce moment le rêve s'assombrit de plus en plus, il n'est plus dans sa phase première, fantasmatique, la terrible réalité, la culpabilité, revient hanter l'héroïne.

Je crois qu'il faut faire confiance à son ressenti, dans ce film. D'ailleurs, comme un intervenant le disait plus haut, les films de Lynch doivent être les seuls qui arrivent encore à me f* vraiment les pétoches. La vieille voisine dans INLAND EMPIRE, brrrr...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.vampirisme.com
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: David Lynch   Lun 1 Oct 2007 - 19:41

Ce soir, sur ARTE, Mulholland Drive!... cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: David Lynch   

Revenir en haut Aller en bas
 
David Lynch
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 14Aller à la page : 1, 2, 3 ... 7 ... 14  Suivant
 Sujets similaires
-
» Françoise David appuie les revendications
» Leçons de vie, d'Elisabeth Kübler Ross et David Kessler
» David Bekam pour Amporio Armani !
» David Beckham fait tatouer son fils de 10 ans
» L'Homme qui expliquait l'impossible - de David Verdier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Cinéma, télévision et radio :: Réalisateurs-
Sauter vers: