Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 David Lynch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 9 ... 14  Suivant
AuteurMessage
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: David Lynch   Jeu 30 Oct 2008 - 19:20

tommy a écrit:
markofr a écrit:
Je vais essayer de vous parler d’[b]Inland Empire…

Une fois de plus il nous éblouit !
Qui ? Pas David Lynch, mais Marko, par sa belle analyse et sa capacité à nous transmettre ses passiosns
laugh

Tommy a écrit:
Mais là pour le coup, je dois avouer que j ai pas du tout accroché à INLAND EMPIRE
Plein de raisons à cela : le grain de l image, ce petit côté bricolé qui à mes yeux agit comme un petit clignotant "attention les gars c est de l'espérimental vous allez voir ce que vous allez voir"
Le jeu de l actrice principale Laura Dern que je n aime pas du tout (dans Blue Velvet je n'avis d'yeux, comme le héros- que pour Isabella Rossellini
La trop grande affirmation d'un labyrinthe dans lequel pauvre spectateur tu es pris au piege d'un choix basique : laisse toi aller, et VITE, ou sors du champ
Bon, la première fosi je me suis senti éjecté, j'ai quitté la salle .
LA seconde fois, devant ma télé, je me suis laissé aller ... jusqu a l endormissement.
La magie n'a pas opéré, le choix d'un ailleurs trop opaque ne m'a donné aucune chance de faire partie de l aventure. Choix trop radical.
JE préfere le souvenir de Mulholland Drive, car le venin de l'inconccient et du fantasme s'y distille plus subtilement, plus prgoressievent, je préfere Blue Velvet véritablement vénéneux.
Mais d'aucuns vous diront que je me suis refusé malgré moi à cet Inland Empire, que j'ai refoulé plein de choses
Ne les croyez pas !

Rien à envier à Marko quand à la transmission passionnelle de ton avis... Very Happy
Il faut absolument que je le commande cet Inland Empire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: David Lynch   Sam 1 Nov 2008 - 1:15

Donc Marko... Cool
J'ai lu le long développement que tu avais eu la gentillesse de laisser avant de partir et puis j'ai visionné Inland Empire.
Forcément, j'étais influencée par ton interprétation. Mais peu importe ce que l'on comprend ou non. C'est évident que l'on cherche ( on a le temps.. Cool ) les clés dans les couleurs, les décors les inscriptions , les lampes qui s'allument et les téléphones qui sonnent). Il faudrait plusieurs visions ( tu l'as vu combien de fois?) , et encore!
J'ai bien aimé retrouver cet univers tourmenté, mais moins que Mulholland drive. Un peu long, peut être?
Je retiens surtout , quelques jours après, les lampes oranges et cette fille qui pleure- les regards de Laura Dern et son sourire à la fin- les verts lynchiens- Laura Dern qui vomit du sang sur les étoiles d'Hollywood Boulevard et le dialogue de ces deux femmes au dessus de son agonie- le bruit des téléphones ( ça réveille!) , et puis la BO , excellente..
Et le générique de fin!!! Je vous le remets, c'est trop bien!
ici
Voilà! Ah si . Comment interprètes-tu, dans le trio des créatures à têtes de lapin, le fait que la femme soit continuellement en train de repasser, et les deux hommes assis sur le canapé? Ah, cela relève plus du domaine de l'inconscient collectif? Et bien si tu le dis... intense reflexion

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Babelle
Zen littéraire
avatar

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

MessageSujet: Re: David Lynch   Sam 1 Nov 2008 - 9:52

Éblouissant Marko, on le savait Wink
Inland Empire me fait envie... ça me désole de ne pas encore l'avoir vu. Certains en parlent comme d'une expérience sensorielle ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: David Lynch   Sam 1 Nov 2008 - 10:10

Marie a écrit:
Voilà! Ah si . Comment interprètes-tu, dans le trio des créatures à têtes de lapin, le fait que la femme soit continuellement en train de repasser, et les deux hommes assis sur le canapé? Ah, cela relève plus du domaine de l'inconscient collectif? Et bien si tu le dis... intense reflexion
laugh
Revenir en haut Aller en bas
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: David Lynch   Sam 1 Nov 2008 - 15:09

Marie a écrit:
et puis la BO , excellente..
Et le générique de fin!!! Je vous le remets, c'est trop bien!
ici
J'ai visionné le générique: excellent oui!
Il me donne très envie, ajouté à vos commentaires, de le voir ce film miammiam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: David Lynch   Sam 1 Nov 2008 - 15:12

Babelle a écrit:
Certains en parlent comme d'une expérience sensorielle ...
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Babelle
Zen littéraire
avatar

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

MessageSujet: Re: David Lynch   Sam 1 Nov 2008 - 15:19

Spoiler:
 
Pour preuve :
markofr a écrit:
Je fréquente l’univers de David Lynch depuis longtemps et il m’est devenu familier et indispensable
ça se situe bien au-delà d'une simple addiction non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: David Lynch   Dim 2 Nov 2008 - 4:03

Marie a écrit:
Comment interprètes-tu, dans le trio des créatures à têtes de lapin, le fait que la femme soit continuellement en train de repasser, et les deux hommes assis sur le canapé? Ah, cela relève plus du domaine de l'inconscient collectif? Et bien si tu le dis... intense reflexion

laugh En plus il s'agit en fait de 2 femmes-lapins (avec les voix de Naomi Watts et Laura Harding de Mulholland Drive) et un homme-lapin!
http://fr.youtube.com/watch?v=8gLAMIJbAMI (j'adore le coup de la brûlure de cigarette qui répond à celle que fait Laura Dern à travers le tissu...)


Mais ça ne change pas grand chose car il y a en jeu mari/femme/amant/épouse de l'amant, dans chacune des différentes versions du "remake" .

Je ne sais pas dans quel état second je me trouvais la 1ere fois que je l'ai vu (je l'ai vu 2 fois au cinéma et une fois en DVD) mais même leurs dialogues me semblaient faire sens laugh

Lynch a rendu le déplacement par chapitres impossible sur le DVD pour éviter un découpage qui faciliterait le décryptage du film! Quel génial pervers!

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: David Lynch   Dim 2 Nov 2008 - 14:11

tommy a écrit:
Marko, parle nous de Blue Velvet, l oreille coupée dans l'herbe, tout ca ... qu en penses tu ?

Intimidant comme injonction! laugh Blue Velvet est assez limpide et linéaire. J'y vois un superbe conte "initiatique" où la monstruosité suinte derrière des façades propres et lisses d'une Amérique rêvée et idéalisée. Je parlais de sa façon de raconter des histoires mythologiques et ici c'est un vrai conte noir, comme ceux qu'on raconte aux enfants, qui nous informe des dangers et de la perversité du monde. Cette perversité qui est en même temps attirante, dérangeante. Un beau rouge gorge se mettra à dévorer un ver de terre ou un insecte, une oreille tranchée est cachée dans une herbe bien verte derrière une jolie haie toute blanche d'un banal petit pavillon de banlieue.

Il raconte un peu la même chose dans Sailor et Lula en adaptant le magicien d'Oz. A chque fois il revisite la mythologie du monde contemporain , d'Hollywood et il en montre la face cachée.
Il a un univers à la fois enfantin et pervers et ses personnages sont toujours ambivalents (un peu comme chez Cronenberg finalement). Il y a de terribles ogres et des anges rassurants.

Il accentue les 2 pôles de la naïveté et de la monstruosité pour faire surgir une inquiétante étrangeté et il utilise les codes du surréalisme pour susciter le mystère.

Dorothy dans le film est à la fois pute sadomasochiste et mère affectueuse (très beau plan final sur le banc). Jeffrey est évidemment troublé par cette ambigüité.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: David Lynch   Dim 2 Nov 2008 - 19:16

tommy a écrit:
Ah mais oui suis je bête ... Lynch c est limpide et linéaire ... mais ou allais je chercher tant de complications ?? honte
En tout cas merci, je ne me generai pas à l'avenir pour déclencher la "minute du professeur Marko"" innocent

laugh Tu es dur avec moi! Mais je comprends mieux maintenant pourquoi tu t'es endormi devant Inland Empire rire

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chinaski
Espoir postal
avatar

Messages : 39
Inscription le : 05/12/2008
Age : 36
Localisation : Montpellier

MessageSujet: Re: David Lynch   Mer 10 Déc 2008 - 16:54

Quand je disais sur le topic de Ryu Murakami que Lynch s'est perdu, je m'explique donc ici:

Lost Highway représente pour moi le meilleur de son oeuvre. Malgré sa complexité, il reste assez rationnellement interprétable dans ses grandes lignes tout en dégageant une atmosphère magnifique (la musique, le noir et blanc, les plans malsains) couplée à des scènes cultes.
Puis vint Mulholland Drive, et je suis chaque fois effaré d'apprendre qu'une majorité de personne semble le préférer à Lost Highway. En effet, il semble que Lynch n'ait plus rien à dire et se contente d'une copie (certes de bonne facture) accessible de Lost Highway: une atmosphère moins pesante, une intrigue plus "facile", alors que les thèmes sont identiques (blonde-brune, réalité-rêve, je simplifie volontairement). Reste un bon film, mais pas franchement de quoi s'extasier.

Puis vint Inland Empire. Tout d'abord, je précise que je met ce qui va suivre au conditionnel, car je ne l'ai vu qu'une fois.
D''un point de vue esthétique d'abord, quelle déception ! Exit la beauté picturale des films précédents, désormais ne restent que des images sans reliefs. Alors bien entendu, les critiques ont en fait tout un plat: après tout, c'est expérimental, donc bien... Super...
Quant au fond, volontairement incompréhensible, certains auront bien évidemment trouvé cela "génial" de s'affranchir soi-disant des normes du cinéma.
Perso je n'ai vu que Lynch s'autoparodier et sombrer dans l'inintéressant voire le ridicule. Et pourtant, j'aime beaucoup ce réalisateur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://redecadence.blogspot.com
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: David Lynch   Mer 10 Déc 2008 - 17:32

Chinaski a écrit:

Puis vint Inland Empire. Tout d'abord, je précise que je met ce qui va suivre au conditionnel, car je ne l'ai vu qu'une fois.
D''un point de vue esthétique d'abord, quelle déception ! Exit la beauté picturale des films précédents, désormais ne restent que des images sans reliefs. Alors bien entendu, les critiques ont en fait tout un plat: après tout, c'est expérimental, donc bien... Super...
Quant au fond, volontairement incompréhensible, certains auront bien évidemment trouvé cela "génial" de s'affranchir soi-disant des normes du cinéma.
Perso je n'ai vu que Lynch s'autoparodier et sombrer dans l'inintéressant voire le ridicule. Et pourtant, j'aime beaucoup ce réalisateur...

Et là je t'invite à remonter le fil un peu en arrière et à lire ce que j'ai essayé de transmettre à propos d'Inland Empire et les avis des autres parfumés. Puis reviens et on en discute... Very Happy

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: David Lynch   Mer 10 Déc 2008 - 18:06

Chinaski a écrit:
En effet, il semble que Lynch n'ait plus rien à dire et se contente d'une copie (certes de bonne facture) accessible de Lost Highway: une atmosphère moins pesante, une intrigue plus "facile", alors que les thèmes sont identiques (blonde-brune, réalité-rêve, je simplifie volontairement).

L'intrigue de Mulholland Drive se révèle plus "facile" après analyse que Lost Highway mais ces films ne se résument pas à ces jeux de piste. Tous les 2 sont des voyages oniriques qui explorent 2 drames de la jalousie l'un sous un angle masculin et l'autre féminin. Tous deux ont leurs morceaux de bravoure et des séquences inoubliables. Mulholland Drive me paraît à distance la plus belle illustration qu'on puisse faire d'un rêve et le club Silencio est un moment magique de prise de conscience par le personnage de son propre rêve. On pourrait décliner à l'infini toutes les trouvailles et inventions visuelles et narratives de Lynch. Ce sont 2 beaux objets de cinéma et je n'établis pas de hiérarchie. Après tout la plupart des grands créateurs se répètent, explorent des variantes, creusent des sillons... Ce qui nous amène à Inland Empire (à propos de sillon) qui va beaucoup plus loin et atteint pour moi des sommets dans sa façon de nous plonger dans une interaction sans fin dans l'inconscient d'un personnage. Ce qu'il fait relève du prodige par sa cohésion et sa force. Après on peut rester extérieur mais il a rejoint la radicalité d'Eraserhead en inventant de nouvelles formes. Moi je dis chapeau bonjour

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chinaski
Espoir postal
avatar

Messages : 39
Inscription le : 05/12/2008
Age : 36
Localisation : Montpellier

MessageSujet: Re: David Lynch   Mer 10 Déc 2008 - 19:06

Marko a écrit:
Chinaski a écrit:
En effet, il semble que Lynch n'ait plus rien à dire et se contente d'une copie (certes de bonne facture) accessible de Lost Highway: une atmosphère moins pesante, une intrigue plus "facile", alors que les thèmes sont identiques (blonde-brune, réalité-rêve, je simplifie volontairement).

L'intrigue de Mulholland Drive se révèle plus "facile" après analyse que Lost Highway mais ces films ne se résument pas à ces jeux de piste. Tous les 2 sont des voyages oniriques qui explorent 2 drames de la jalousie l'un sous un angle masculin et l'autre féminin. Tous deux ont leurs morceaux de bravoure et des séquences inoubliables. Mulholland Drive me paraît à distance la plus belle illustration qu'on puisse faire d'un rêve et le club Silencio est un moment magique de prise de conscience par le personnage de son propre rêve. On pourrait décliner à l'infini toutes les trouvailles et inventions visuelles et narratives de Lynch. Ce sont 2 beaux objets de cinéma et je n'établis pas de hiérarchie. Après tout la plupart des grands créateurs se répètent, explorent des variantes, creusent des sillons... Ce qui nous amène à Inland Empire (à propos de sillon) qui va beaucoup plus loin et atteint pour moi des sommets dans sa façon de nous plonger dans une interaction sans fin dans l'inconscient d'un personnage. Ce qu'il fait relève du prodige par sa cohésion et sa force. Après on peut rester extérieur mais il a rejoint la radicalité d'Eraserhead en inventant de nouvelles formes. Moi je dis chapeau bonjour

Concernant Lost Highway et Mulholland Drive nous sommes finalement en accord sur quasiment tout. Je ne remet pas en question la valeur artistique du second, mais uniquement son intérêt. Je ne le trouve ni mieux (plutôt moins bon même) ni réellement différent de son prédécesseur. A partir de là cela m'étonne que l'on pense que ce soit le chef d'œuvre de Lynch alors qu'il vient chronologiquement après Lost Highway.

Pour Inland Empire, je lui donnerais une seconde chance et nous pourrons en reparler après...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://redecadence.blogspot.com
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: David Lynch   Mer 10 Déc 2008 - 23:37

Chinaski a écrit:
A partir de là cela m'étonne que l'on pense que ce soit le chef d'œuvre de Lynch alors qu'il vient chronologiquement après Lost Highway.
Pour Inland Empire, je lui donnerais une seconde chance et nous pourrons en reparler après...


Voilà un esprit d'aventure qui me plaît cheers

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: David Lynch   

Revenir en haut Aller en bas
 
David Lynch
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 14Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 9 ... 14  Suivant
 Sujets similaires
-
» Françoise David appuie les revendications
» Leçons de vie, d'Elisabeth Kübler Ross et David Kessler
» David Bekam pour Amporio Armani !
» David Beckham fait tatouer son fils de 10 ans
» L'Homme qui expliquait l'impossible - de David Verdier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Cinéma, télévision et radio :: Réalisateurs-
Sauter vers: