Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Robert Harris

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Robert Harris   Dim 15 Juil 2007 - 20:01



Citation :
Robert Harris est né à Nottingham en Angleterre en 1957. Après avoir fait des études de reporter, il le devient pour la BBC. Ensuite, il entame la profession d'éditorialiste politique et commence à écrire des biographies de politiciens britanniques. Il se met à écrire des romans dès 1992 et en 1999, "Archange", s'est imposé comme pièce maîtresse du thriller. Maintenant il est l'un des noms les plus importants dans ce domaine. Il vit à présent à Newbury en Angleterre.

source : livres-a-gogo

c'est marrant je croyais qu'il était historien (celui là aussi) Shocked

Une première partie de carrière avec des livres plus "journalistiques" :



Citation :
Durant sa carrière de journaliste, il écrit plusieurs ouvrages : en 1982, avec Jeremy Paxman, A Higher Form of Killing, un essai traitant de la guerre chimique et biologique ; en 1983, Gotcha, the Media, the Government and the Falkands Crisis, essai traitant du rapport entre les media et le gouvernement lors de la guerre des Malouines ; en 1984, The Making of Neil Kinnock, biographie politique de l'ex-leader du Parti travailliste ; en 1986, Selling Hitler, fiction inspirée de l'histoire des faux carnets d'Hitler exhibés par le journaliste allemand Gerd Heidemann ; en 1990, Good and Faithful Servant, biographie politique de Bernard Ingham, le directeur du service de presse de Margaret Thatcher.

source

et ensuite les fictions historiques qui l'ont fait connaitre :

2ème Guerre Mondiale :

Fatherland, Enigma, Archangel


Rome :

Pompeii, Imperium (livre I d'une trilogie sur Cicéron)

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Robert Harris   Dim 15 Juil 2007 - 20:52

Fatherland

Quatrième de couverture a écrit:
Berlin, 1964. Depuis que les forces de l'Axe ont gagné la guerre en 1944, la paix nazie règne sur l'Europe. Seule, l'Amérique a refusé jusqu'ici le joug. Mais dans quelques jours, le président Kennedy viendra conclure une alliance avec le Reich. Ce sera la fin du monde libre. Deux meurtres étranges viennent perturber les préparatifs. Les victimes sont d'anciens S.S. de haut rang jouissant d'une paisible retraite. Chargé de l'affaire, l'inspecteur March s'interroge. S'agit-il d'un règlement de comptes entre dignitaires ? Mais, s'il s'agit d'affaires criminelles pourquoi la Gestapo s'intéresse-t-elle à l'enquête ? Quelle est cette vérité indicible qui tue tout ceux qui la détiennent et semble menacer les fondations mêmes du régime ? Le mystère s'épaissit et, dans Berlin pavoisée, les bourreaux guettent prêts à tout pour étouffer dans la nuit et le brouillard les dernières lueurs de la liberté.

j'ai appris un nouveau mot en passant :

Uchronie : la fiction historique ?

très bon souvenir de lecture que ce Fatherland qui m'a ramené aux romans. Pourquoi donc ? c'est un peu loin mais il y a plusieurs raisons. Peut être la première sera-t-elle la meilleure ? c'est un livre très efficace : enquête, suspens, danger... très bien construit, très prenant...

rien de surnaturel finalement mais le décor ne peut pas être mis entre parenthèse, il est historiquement construit dans les architectures et les objets ET en plus dans l'univers politique (et sa logique). C'est l'atmosphère du livre... la mécanique derrière l'apparence... ça fait forcément très très très peur quelque part, (il y a des scènes d'interrogatoires dans les sous sols de la Gestapo)

je vous offre la version wikipedia de l'histoire :

Citation :
Avril 1964, l'inspecteur de police Xavier March est chargé de résoudre une enquête sur deux meurtres d'anciens grands dignitaires nazis. Dans le Berlin réalisé par Albert Speer, March doit retrouver les meurtriers mais aussi tenter de se faire aimer de son fils, dans une Allemagne qui a conquis l'Europe et qui attend la visite du président américain Joseph Kennedy, visite qui doit contribuer à mettre un terme à la guerre froide entre les États-Unis et le Reich.

Sa rencontre avec Charlie Maguire, journaliste américaine, et plusieurs interventions des SS font comprendre à March que quelqu'un cherche à effacer des preuves et des connaissances que possédaient ces vieux dignitaires. March et Maguire découvrent l'inimaginable, ce qu'Hitler a réussi à faire oublier à ses sujets : les dignitaires assassinés ont tous participé à une conférence à Wannsee en 1942 qui a planifié la Solution finale et conduit dans l'uchronie à l'extermination des onze millions de juifs d'Europe.

mélange très réussi et très recommandé si vous cherchez un bon policier, de l'historique angoissant... ou les deux cat

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Robert Harris   Dim 15 Juil 2007 - 20:58

Enigma

Citation :
Seconde Guerre mondiale. Tom Jericho est un jeune et brilliant mathématicien qui a été engagé au centre de cryptographie de Bletchley Park, afin de décoder le célèbre instrument de cryptographie utilisé par l'Allemagne nazie, l'Enigma. Jericho avait déjà participé au décodage de l'Enigma qui a permis aux forces anglaises de pouvoir suivre à la trace les mouvements des sous-marins de la Wehrmacht. Cependant suite au stress, Jericho a subie une crise nerveuse. Et il retourne à Cambridge afin de se reposer. Hélas le code allemand a été modifié et Jericho va être rappelé pour dénouer ce nouveau problème qui risque de causer de grandes pertes alliées. Jericho, au plus bas, devra à nouveau faire ses preuves et s'imposer face à des collaborateurs qui ne lui font plus confiance. Mais pendant ce temps Tom Jericho se fait approcher par une mystérieuse jeune femme, Claire Rommily. C'est le coup de foudre, Claire lui fait perdre la tête et tout sens de l'objectivité. Mais un beau jour, Claire disparaît et tout semble indiquer qu'elle aurait volé un certain nombre de codes étudiés par les Britanniques.

source

En plein dans l'historique cette fois et inspiré de faits réels je crois.

Lu quelques temps après Fatherland, un bon souvenir aussi bien que moins marquant, une fois de plus efficace et intéressant mais ... un peu moins !

mes souvenirs étant légers je vais avoir recours à une immonde pirouette : ça ressemble plus à du Ken Follet... mais en mieux Wink

c'est un bon livre cat

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Robert Harris   Dim 15 Juil 2007 - 22:36

Citation :

Uchronie : la fiction historique ?
Le Bibliomane ne va pas tarder-enfin j'espère- à parler du livre de Philip Roth, Le complot contre l'Amérique, qui te plairait Animal, je crois.Et qui est une uchronie.
Fatherland, c'est beaucoup mieux que Ken Follet!

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Robert Harris   Dim 15 Juil 2007 - 22:41

Marie a écrit:

Fatherland, c'est beaucoup mieux que Ken Follet!


ah oui oui oui !

Enigma aussi au fond, j'ai fait ce sombre rapprochement à cause du décor et d'un léger sentiment "d'ingrédients indispensable"


attendons dans la curiosité Le Bibilomane cat

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Bibliomane
Zen littéraire
avatar

Messages : 3403
Inscription le : 21/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Robert Harris   Dim 15 Juil 2007 - 22:53

C'est fait ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebibliomane.blogspot.com/
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Robert Harris   Dim 15 Juil 2007 - 22:54

Merci!

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sophie
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 41
Localisation : Tahiti

MessageSujet: Re: Robert Harris   Mar 24 Juil 2007 - 5:40

J'ai lu Pompei; bon ça ne casse pas 3 pattes à un canard.
C'est, comment dire, très Américian dans le sens péjoratif du terme: grandiloquent, avec des passages peu crédibles.

Ce livre se passe le jour de l'explosion du Vésuve et il y a le "gentil" qui se sauve mais pas le méchant. Bon c'est extrêmement caricatural mais on 'nest pas loin de ça.

Quitte à lire un livre sur Pompei, autant lire Le dîner de Calpurnia de Jean Diwo, qui lui, m'a passionnée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
Le Bibliomane
Zen littéraire
avatar

Messages : 3403
Inscription le : 21/02/2007
Age : 52
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Robert Harris   Mar 24 Juil 2007 - 9:17

Sophie a écrit:
Quitte à lire un livre sur Pompei, autant lire Le dîner de Calpurnia de Jean Diwo, qui lui, m'a passionnée.

Ou alors le très déroutant et original "Pompéi" de Maja Lundgren (Actes Sud)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebibliomane.blogspot.com/
Sophie
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2230
Inscription le : 17/07/2007
Age : 41
Localisation : Tahiti

MessageSujet: Re: Robert Harris   Mar 24 Juil 2007 - 20:50

Le Bibliomane a écrit:
Sophie a écrit:
Quitte à lire un livre sur Pompei, autant lire Le dîner de Calpurnia de Jean Diwo, qui lui, m'a passionnée.

Ou alors le très déroutant et original "Pompéi" de Maja Lundgren (Actes Sud)

Que j'ai mais n'ai aps lu; mon homme l'a commencé et l'a reposé très rapidement mais lui, il ne fait aps de quartier: soit il aime soit il arrête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leslecturesdesophie.blogspot.com/
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Robert Harris   Mar 24 Juil 2007 - 21:10

merci pour les impressions sur Pompéi, j'étais curieux... sans avoir une envie particulière de le lire, la période ne m'ayant jamais vraiment attiré.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Robert Harris   Dim 10 Fév 2008 - 1:25

L'homme de l'ombre
traduit de l'angais par Natalie Zimmermann
Editions Plon

Il se dit que l’éditeur américain Random House a rendu public un accord avec Tony Blair,pour la rédaction de ses Mémoires en contrepartie d’une somme estimée à 9 millions de dollars.
Qui sera son nègre, on ne le sait pas, mais il ne faudrait pas qu'il lise ce roman avant, cela pourrait l'effrayer.
Là, le nègre , on le connait. Et justement, il a été engagé pour remplacer un autre nègre,tombé d'un ferry dans des conditions un peu mystérieuses,et pour reprendre le manuscrit interrompu des mémoires d'Adam Lang, ancien premier ministre britannique. Ce n'est pas du tout sa spécialité, la politique, lui c'est plutôt la star du rock sur le retour qui se retourne sur son parcours , mais peu importe, le salaire est suffisamment incitatif, même si le défi est de taille, il a un mois pour rendre sa copie et ce dans le secret le plus absolu. Et qu'une légère complication handicape la disponiblité de l'ex-ministre, mis en cause par la Cour internationale de justice pour avoir livré aux Américains quatre citoyens britanniques pour suspiscion d'activités terroristes, ce qui leur a valu détention prolongée, torture et décès pour l'un d'eux. Toute ressemblance donc avec des chefs de gouvernement récemment au pouvoir n'est bien sûr que fortuite...

En exergue , une phrase d'Evelyn Waugh: " Je ne suis pas je: tu n'es pas il ou elle: ils ne sont pas ils."
Oui, mais qui est qui...?
C'est que l'on découvre au fil des chapitres ,tous précédés d'extraits d'un ouvrage qui traite de l'art d'être un bon nègre, et parsemés de réflexions sur l'écriture telle celle-ci:
Un livre à écrire est un univers délicieux de possibilités infinies. Mais tapez un mot, et il devient terriblement matériel. Tapez une phrase, et il ressemble déjà à tous les bouquins qui ont été écrits. Cependant, le mieux ne doit jamais être l'ennemi du bien. En l'absence de génie, il y a toujours le savoir-faire. On peut au moins essayer d'écrire quelque chose qui retiendra l'attention du lecteur - qui l'encouragera, après avoir lu le premier paragraphe, à jeter un coup d'oeil au deuxième, puis au troisième.

Là, pari pleinement réussi.
( Tony, méfie toi de la CIA, ils sont retors....)

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Robert Harris   Mer 17 Fév 2010 - 19:56

Robert Harris / Imperium



L'imperium désignait à Rome le pouvoir suprême, détenu à l'époque de la République romaine par certains magistrats, en particulier les consuls. Mais ils ne le détenaient que pour une durée limitée d'un an. Et des luttes féroces s'engageaient entre les nobles Romains pour le conquête de ce pouvoir, l'accès au consulat était compliqué et passait par des étapes préalables. Des stratégies à long terme, des alliances, beaucoup d'argent et des concessions étaient nécessaires pour atteindre cet objectif. Et les rivaux nombreux. Surtout vers la fin de la République, époque pendant laquelle la vieille démocratie romaine se désagrège, les factions nobles et plébéiennes se détestent, l'expansion de l'empire romain a enrichi de façon exorbitante certains, et des armées très nombreuses composées non plus de citoyens mais de soldats de métier, prêts à suivre aveuglement leurs chefs sont dispersées un peu partout dans l'Empire. La situation est mûre pour un changement de système politique.

C'est à cette époque de changements majeurs que vécu Cicéron, le grand maître de l'éloquence romaine. Issu de l'ordre équestre (petite noblesse), il va faire une carrière fulgurante, grâce à ses qualités d'orateur essentiellement, et arriver en fin de compte à ce poste de consul si convoité. C'est ce que décrit le livre de Robert Harris, cet ascension exceptionnelle qui s'est fait tout seul. Le départ du roman se situe au moment de l'affaire du procès retentissant que Cicéron avait intenté en tant qu'accusateur à Verrès, gouverneur de Sicile qui s'est livré dans l'exercice de sa charge à des nombreux méfaits et exactions, à un point rarement rencontré jusque là. Nous suivons donc les méandres d'un procès à Rome, les subterfuges dont usent les avocats pour faire traîner les choses ou provoquer des vices de forme (comme quoi notre époque n'a rien inventée), la façon dont on achète un jury ou dont on manipule l'opinion. Et après ce grand triomphe de Cicéron, nous le voyons manoeuvrer pour franchir petit à petit les étapes qui me mèneront à la magistrature suprême. Et pour arriver à ses fins il doit approcher les hommes riches et puissants de son temps, Crassus, Pompée, le jeune César qui peu à peu s'affirme. Et servir tel ou tel à l'occasion pour obtenir leur appui ou leur tolérance. Et parfois les concessions sont plus lourdes que prévu.

Le récit est fait par Tiron, esclave et secrétaire de Cicéron, au coeur de toutes les intrigues et témoin privilégié de tout le parcours de son maître. Nous entrevoyons un monde en train de disparaître pour laisser la place à autre chose, ce que Cicéron semble ignorer, aussi fin stratège soit-il. A la fin du roman, il a certes atteint le sommet, mais en même temps gagné l'inimité des trois futurs triumvirs et nous qui connaissons ce qui va se passer par la suite nous savons que la fin de Cicéron et de la République romaine ne sont plus qu'une question de temps.

C'est incontestablement un livre très bien fait, fidèle à l'histoire, même s'il a évidemment des partis pris. Il manque peut être une dimension en plus, quelque chose qui en ferrait un livre vraiment passionnant, une écriture plus inspirée, une vision plus personnelle. C'est soigné et honnête, mais pas vraiment transportant. Cela se lit facilement, mais ce n'est pas très marquant.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Robert Harris   Jeu 4 Mar 2010 - 8:12

C'est bien de ce roman que le film de Polanski est adapté??

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Robert Harris   Jeu 4 Mar 2010 - 9:12

Alors message à Kenavo. J'étais tellement sûr qu'il n'avait pas de fil que je n'ai pas vérifié, et mis le commentaire d'un de ses livres, Imperium dans le One shot.

Faudrait le déplacer.

Merci. Désolée Embarassed

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Robert Harris   

Revenir en haut Aller en bas
 
Robert Harris
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Robert EUDE, historien Seinomarin.
» Robert Gogoi a-t-il été à bord du Gerlache ?
» Documentaire sur Robert Bruce. ARTE.
» Bon anniversaire Robert !
» ROBERT x GOHIER - Le Havre Graville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: