Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Yves Préfontaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jack-hubert bukowski
Zen littéraire


Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Yves Préfontaine   Mer 27 Fév 2013 - 12:39



Depuis quand un poète a-t-il besoin de présentations? Yves Préfontaine s'est illustré dans la contrée poétique québécoise au cours de la vingtaine. Nous étions alors en 1954. Il prend part à la génération de l'Hexagone. Il persiste toujours dans cette même contrée de nos jours. À une époque, il a traité de poésie du pays. Nous voyons tout ceci dans Terre d'alerte, une anthologie préparée par Thierry Bissonnette et publiée en 2009. Ceci comprend ses oeuvres entre 1954 et 2008.

Sans plus me perdre dans les détails, je vous présente «Le silence l'effacement des signes» dans Le désert, maintenant :

Citation :
«Le silence l'effacement des signes»


I

Comme ce sentier vers l'astre intérieur
où l'on se perd dans les ronces.

Et tout à coup la lumière investit la blessure
que l'on croyait mortelle.

Et certes mortelle la blessure.

Mais la lumière toujours plus loin
nous fait marcher contre la mort.




II

Je ne sais rien.
Je n'ai rien appris
malgré les larmes et les travaux aveugles.

Mais j'apprends lentement le goût terrestre
et l'ampleur de ce qui reste.



III

Pierres aiguës...

Qui vive?

Là où rien ne se peut
sauf le mirage ou connaissance réelle de l'inouï.

J'entends battre mon sang dans la roche froide.



IV

Splendeur des clartés étendues
sur ce qui reste de terre à demi hivernée.

Le Nord, le Nord éclate dans l'arbre froidissant.
Le Nord éclate dans le sang de lumière
qui me crève l'oeil.



V

Je vois aveugle je vois maintenant
l'essence des clartés très proches d'un dieu.
Je vois comme entre deux astres la giration profonde
des courbes et des fables.

Splendeur sans nom.

Tant de lumière se dissout dans mon corps
et mes paumes ouvertes frissonnent
d'une impossible offrande.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire


Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Yves Préfontaine   Ven 1 Mar 2013 - 10:01

Yves Préfontaine a écrit de belles choses. Entre autres, il a écrit «Pays sans parole». Je vous le retranscris ici :

Citation :
«Pays sans parole»

Une détresse saigne à l'ombre de l'automne
Sitôt que murs les fruits se flétrissent

Cette femme ici ne parle plus que de braises dans l'âtre
tandis que l'homme assume seul l'intimité du froid
et toutes blessures faites au visage de sa terre
qu'il s'acharne à semer

Cette femme ici ne parle plus que de mots
tandis que l'homme se fane debout
les mains ouvertes
la poitrine ouverte
son corps tout entier accueillant
la gerçure énorme d'un pays sans parole

S'endorment toutes racines l'été jonché de cendres
si le chant n'éclot de l'écorce même du pays
S'éteigne ce peuple naufragé
si ne peut croître en joie le germe
si ne s'écarte comme grisaille le silence frileux

Ô barque de mes mots
Les giboulées te taraudent
et le cri n'a plus de glaise où pétrir une parole

Ô barque éventrée de mes fables de verglas
dieu s'amoindrit parmi les forêts explosées
les villes
le froid craque les murs
et la haine s'embrase
sans armes
La patience en nos os bleus
comme un couteau de glaçon
La haine
La saison des poings mûrs

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire


Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Yves Préfontaine   Dim 3 Mar 2013 - 11:04

Tout à fait par hasard, j'ai saisi au vol une page du recueil. J'ai pu lire «Dans le cheminement vieilli des genèses» dans Nuaison. J'y ai retrouvé des thèmes familiers et une manière d'aborder la poésie qui ne m'est pas étrangère :

Citation :
«Dans le cheminement vieilli des genèses»

À Anne Hébert,
la plus essentielle.

I

Je crois que je vois
la source
ou ce qui de la source donne brouillard
si le froid touche l'eau

Je vois que je crois -
j'ai cru l'instant d'une source proche de ces mots

J'entends bien que le chant
n'est pas ici
n'est pas d'ici
mais qu'ailleurs n'est pas autre part
qu'en l'instant où je suis
qu'en l'instant multiple et singulier
où je suis dans une sorte de source
avec ces semblants
ces fétus
ces balises ou ces naufrages qui me servent de mots
je crois

II

Le roc
a longtemps réfléchi avant d'engendrer
le sol

Le sol se meut
glaise pétrie par le langage du germen

Il explose en maintes phrases

Or nous avons appris
les figures
les visages feuillus
les clartés

Ainsi nous connaîtrons le sucre de la plaie
après l'aiguille saumâtre
jadis
tel un sapin de larmes

III

Dans le cheminement vieilli des genèses
et des paroles flamboyées
géodes sans éclat
il n'est plus de croissance
plus de pain

et nourrir notre durée
n'est pas aisé

IV

S'il fallait encore un crime pour l'homme réduit
à la minceur de ses doigts
à la maigreur de son regard
nous irions saigner le sang même des planètes
nous irions dans ces mots
demain
exhumer les sorcelleries de la première pluie
sur la pierre encore chaude

V

Mémoire

Nous connaîtrons le soleil
et son incertitude lumineuse

VI

J'affleure du dedans
vers l'écorce

Je ne suis qu'un mot tout entier tendu
vers la phrase
qui se perd
se dissout
et reprend sa marche sinueuse
vers le sens

J'affleure de l'écorce
vers ce que je sais
du vent

- je veux dire l'espace -
- je veux dire quel étrange remuement
quel bruit lourd
au-delà de ces murs où mes yeux portent
leurs torches aveugles -
J'affleure et m'effeuille sitôt
dans la joie tue de l'herbe

Était-ce l'herbe
- je veux dire -
était-ce le feu
un semblant
un rien
où j'affleurais
comme l'idée que j'ai de l'herbe
ou d'affleurer
ou d'être l'idée dans l'herbe du mot


Paris, automne 1967

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire


Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Yves Préfontaine   Sam 6 Juil 2013 - 10:28

Yves Préfontaine a écrit quelque chose de beau. J'en ai pris connaissance en lisant une récapitulation d'un colloque sur la poésie. Je vous retranscris ce poème qui reprend une thématique récurrente de la condition québécoise :

Yves Préfontaine, Terre d'alerte, 2009, TYPO/Anthologie, p. 132. a écrit:
PAYS SANS PAROLE

Une détresse saigne à l'ombre de l'automne
Sitôt que mûrs les fruits se flétrissent

Cette femme ici ne parle plus que de braises dans l'âtre
tandis que l'homme assume seul l'inimitié du froid
et toutes blessures faites au visage de sa terre
qu'il s'acharne à semer

Cette femme ici ne parle plus que de mots
tandis que l'homme se fane debout
les mains ouvertes
la poitrine ouverte
son corps tout entier accueillant
la gerçure énorme d'un pays sans parole

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yves Préfontaine   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yves Préfontaine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouvelle Star: Lary de Fontaine les Dijon
» anniversaire Yves
» Yves Rocher pas si vieillot que ca!!
» L'Assemblèye eud Normandie (Fontaine-le-Bourg, 76)
» Pour Bertrand FONTAINE - Fécamp - Famille RICHER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: