Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Muriel Barbery

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15  Suivant
AuteurMessage
malogazelle
Espoir postal


Messages : 18
Inscription le : 30/08/2010
Localisation : Saint-Etienne

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Mar 26 Oct 2010 - 8:07

Merci eXPie...

ça me rassure un peu de lire ce que tu as écrit... moi, le domaine que je maîtrise... c'est "les pieds"... je suis pédicure-podologue... mais j'utilise aussi assez facilement "les pieds des vers de poésie"...

Je dois dire que sur ce forum, mon domaine est plutôt "terre à terre" et éloigné de Parfum de livres... J'essaie d'assumer....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille19
Main aguerrie


Messages : 484
Inscription le : 24/06/2009
Age : 26

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Mer 27 Oct 2010 - 16:23

Quel que soit le métier de quelqu'un il n'y a aucune raison que ça l'empêche d'aimer les livres ! On n'est pas forcément obligé d'être professeur-chercheur en littérature du 17ème pour parler de ce qu'on aime sourire et heureusement d'ailleurs !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile


Messages : 15833
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Mer 27 Oct 2010 - 19:45

malogazelle a écrit:
Merci eXPie...

ça me rassure un peu de lire ce que tu as écrit... moi, le domaine que je maîtrise... c'est "les pieds"... je suis pédicure-podologue... mais j'utilise aussi assez facilement "les pieds des vers de poésie"...

Je dois dire que sur ce forum, mon domaine est plutôt "terre à terre" et éloigné de Parfum de livres... J'essaie d'assumer....
Hé hé, tu vois, tu as un métier en rapport avec la poésie !

Franchement, ici on a quasiment tous des métiers qui n'ont pas grand chose à voir avec la littérature. Et à la limite, c'est même mieux : on a d'autres expériences, un point de vue différent, extérieur, et on n'est pas contaminé par les querelles de chapelle, si je puis dire, de dogmatiques... On n'est pas formatés.
Et puis, je connais des profs de lettres (pas ceux du forum, hein) qui aiment moins les livres que les Parfumés, alors... Il n'y a vraiment pas à avoir de complexes, Malogazelle !

_________________
"Si vous mettez une personne dans l'obscurité,
vous la forcez à inventer les couleurs."
- Bo Carpelan, La Cour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Stargazer
Envolée postale


Messages : 176
Inscription le : 02/09/2011

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Lun 5 Sep 2011 - 15:39

Hummm, je vais essayer de glisser mon avis en chuchotant de peur que les hérissons ne m'entendent et ne veuillent me lapider in petto :s
Que dire de l'oeuvrette de madame Barbery ? J'ai vu plus haut qu'il y avait un podologue, je conseillerais à madame Barbery d'aller la consulter parce qu'elle écrit comme un pied... Passée cette méchanceté gratuite (j'assume, m'en fous) Tout dans ce roman m'a hérissé (là c'est involontaire) Le style est quelconque voire ampoulé, mais passons sur la forme car le fond est pire. Entre la concierge érudite, l'enfant qui parle comme une adulte (c'est exaspérant et récurrent ça dans la littérature !) et le Japonais de caricature (je signale à madame Hérisson au passage qu'au Japon on ne trinque pas et encore moins avec du saké, c'est un détail mais ça m'a agacé) le tout saupoudré de réflexion pseudo philosophiques et superficielles que n'aurait pas renié un Philippe Candeloro au mieux de sa forme ! Je me demande presque si le Da Vinci Code ne pas moins ennuyé... Bref, le genre de livre dont on vous a rebattu les oreilles, que vous finissez par emporter à la plage (on ne prend jamais de bouquins "sérieux" sur les plages, vous aviez remarqué ?), qui finit plein de sable et gras d'huile solaire, et l'on dépose en douce dans la poubelle du parking sans états d'âme encombrants.

Point Positif : Le film est tout à fait regardable grâce à l'excellente Balasko.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
isabus2
Espoir postal


Messages : 47
Inscription le : 18/07/2009
Localisation : Moselle

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Lun 5 Sep 2011 - 16:18

Je viens de lire cette page de commentaires et je ne partage les avis (en tous cas ceux de la page 14). Apparemment beaucoup n'ont pas apprécié l'Elégance du hérisson, certes je respecte ces avis mais de là à dire que c'est une oeuvrette... pour moi, c'est une oeuvre littéraire : les personnages sont là et tiennent bien la scène, cela aurait pu être une pièce de théâtre. La chute est digne des plus grandes tragédies.
Les enfants précoces parlent comme cette gamine, c'est à dire cite des références et des théories, (en réel c'est encore plus choquant), mais elle reste une jeune ado car devant ses problèmes elle cherche la fuite jusqu'à ce qu'elle trouve un autre chemin (chose que les adultes ont bien du mal à faire).
Puis concernant les références, je les trouve bien choisies : faut-il citer des choses très spéciales pour paraître intellectuel? Je vais raconter une anecdote. Un jour une adolescente discute avec moi et cite Corneille. Je m'étonne et je lui demande "vous aimez" et elle me répond "oui". Vous aussi vous connaissez? Alors je lui affirme que c'est bien normal vu ma fonction. On parle de rythme, de passion et de voyage...Sauf que moi je parlais de l'écrivain et elle parlait du chanteur! Aujourd'hui les références c'est la chose la plus difficile à définir. J'ai lu de très beaux avec des tas de références, mais s'arrêter en chemin toutes les trois pages pour comprendre n'est pas forcément une bonne chose. Je voudrais déjà pouvoir écrire une telle oeuvrette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stargazer
Envolée postale


Messages : 176
Inscription le : 02/09/2011

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Lun 5 Sep 2011 - 16:36

La question n'est pas de savoir si vous voudriez écrire une telle oeuvrette ou pas, moi-même j'aimerais bien peindre comme Van Gogh,bref... Chacun a sa propre sensibilité le fait que vous ayez aimé la chose (comme beaucoup vu le tirage et la vente du Hérisson) donne à penser que Madame Barbery a réussi son coup. Moi j'exprime simplement mon ressenti quant à ce livre qui ne m'a ni séduit par le fond ni par la forme. Je ne gloserai pas sur les enfants précoces, peut-être que Mozart écrivait des symphonies à quatre ans et que Victor Hugo savait faire cuire les côtes de porc dans son landau, mais des gamins j'en fréquente assez (j'en ai moi-même et des pas en retard, je vous le certifie) ils ne s'expriment pas de la façon artificielle de la préado de Miss Barbery à laquelle je n'ai trouvé aucune consistance. Je vous l'accorde, c'est une oeuvrette (je récidive, suis têtu) consensuelle, pleine de bons sentiments, qui a envoûté bon nombre de ménagères, mais personnellement on ne me fera pas passer des oeufs de lump pour du caviar et quand je n'aime pas (la réciproque est valable) je l'exprime sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Lun 5 Sep 2011 - 17:00

L'élégance du hérisson est pour moi un roman agréable, une jolie histoire un peu guimauve qui se lit avec plaisir pour se détendre. Elle ne marquera peut être pas la culture ni l'histoire mais au moins elle aura diverti beaucoup de lecteurs, c'est déjà une bonne chose.

Toutes les oeuvres n'ont pas pour ambition de devenir des classiques et encore heureux.
Revenir en haut Aller en bas
IzaBzh
Agilité postale


Messages : 932
Inscription le : 19/05/2010
Age : 50
Localisation : Bourgogne/Paris

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Mar 6 Sep 2011 - 13:44

J'ai beau être (aussi Razz ) une ménagère, je suis d'accord avec Stargazer sur le livre de Barbery. Sauf que je ne dirais pas que c'est plein de bon sentiments, je l'ai trouvé au contraire le personnage de la concierge - et la gamine aussi, pendant que j'y suis, pleines de mépris pour tout ce qui n'était pas "elles". Ca m'a rappelé une phrase que j'entendais à l'école, "la culture, c'est comme la confiture, moins on en a, plus on l'étale !".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avel-iza.blogspot.com
Stargazer
Envolée postale


Messages : 176
Inscription le : 02/09/2011

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Mar 6 Sep 2011 - 13:49

Barbery c'est la Andros de la littérature tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...


Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Mar 6 Sep 2011 - 14:00

(Quand j'étais au Japon j'ai trinqué au saké avec des japonais, moi... A deux reprises. Z'ont pas eu l'air de trouver ça choquant.)

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stargazer
Envolée postale


Messages : 176
Inscription le : 02/09/2011

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Mar 6 Sep 2011 - 14:07

Ah... Moi c'est une amie japonaise qui m'a dit que c'était pas coutumier au Japon, voire même un peu grossier... Mais comme ils sont d'une politesse proverbiale ils ont dû vouloir faire plaisir à l'occupant dentsblanches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...


Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Mar 6 Sep 2011 - 15:18

Stargazer a écrit:
Ah... Moi c'est une amie japonaise qui m'a dit que c'était pas coutumier au Japon, voire même un peu grossier... Mais comme ils sont d'une politesse proverbiale ils ont dû vouloir faire plaisir à l'occupant

Hum.
Y'a aussi le truc qu'ils ne sont pas si rigides que ça... et aussi, malgré leur politesse, lorsqu'ils sont "choqués" ou étonnés, ça se voit direct sur leurs tronches !
Alors... Mystère ! Barbery n'avait peut-être pas tort sur ça.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stargazer
Envolée postale


Messages : 176
Inscription le : 02/09/2011

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Mar 6 Sep 2011 - 15:23

Elle ne peut pas avoir tort sur tout, faut pas exagérer non plus, mais nonobstant (c'est classe nonobstant !) dans son torchon (ça va finir en autodafé cette histoire) son Nippon est quand même archi caricatural (Quand à leur rigidité, tu es une femme moi pas, je ne me prononcerai pas...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zazou
Posteur en quête


Messages : 60
Inscription le : 12/12/2011
Age : 51
Localisation : Picardie

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Lun 30 Jan 2012 - 21:21

Je viens rajouter un peu d'huile sur le feu. Very Happy
J'ai beaucoup aimé l'Elégance du hérisson de Muriel Barbery même si j'ai dû relire plusieurs fois certaines phrases afin de les comprendre. Le style m'a plu, les personnages aussi, ainsi que la philosophie qui s'en dégage. Je pense qu'il ne faut pas juger cette oeuvre mais plutôt la regarder comme on analyse un tableau, et essayer de voir ce qu'on peut en retirer comme éclaircissement sur la vie et son sens. Et se poser la question : qu'est-ce qui est le plus important dans la vie? L'argent? La position sociale? Les relations humaines? L'âme? La culture? Ce qu'on fait de sa vie? Etc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sullien
Sage de la littérature


Messages : 1591
Inscription le : 23/10/2012

MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Dim 3 Aoû 2014 - 14:10

L'élégance du hérisson

L'auteur part d'une bonne idée : dépeindre les ridicules des notables du 7, rue de Grenelle sous les regards acérés et lucides d'une concierge, Mme Michel, et d'une jeune fille de 12 ans, Paloma. Bien sûr, ces deux personnages sont romanesques au possible, et il ne faut pas chercher du réalisme ou même du vraisemblable dans toute cette affaire, c'est peine perdue. Allons donc voir plus loin et écoutons sans préjugés les deux paroles qui s'entremêlent : qu'ont-elles à nous dire ? Eh bien... malgré les promesses qui ornent péremptoirement chaque intervention ("journal du mouvement du monde", "pensée profonde n°..."), le lecteur sera assez vite déçu de la platitude desdites réflexions et du caractère trop intellectualiste des visions, sans parler des références, très convenues. Mais le pire, dans l'histoire, c'est le mépris constant affiché par l'un ou l'autre personnage envers ceux qui agissent dans des sphères différentes des leurs : et si l'on considère que la philosophie repose sur l'humilité et l'ouverture d'esprit, alors ce livre et ces personnages sont tout sauf philosophiques. Ainsi, la phénoménologie passe à la trappe, les chercheurs en patristique -grecque- gâchent leur intelligence en s'attardant sur du rien (oui, je suis vexé  dentsblanches ), l'oeuvre théologique de maître Eckhart ne mérite pas qu'on s'y intéresse, la recherche universitaire ne sert à rien, etc. L'oeuvre hybride oscille sans cesse entre la fiction et le carnet de lecture où l'auteur donne son avis sans aucune précaution, donnant parfois l'impression de vouloir faire montre d'un savoir supérieur - lequel proviendrait pour l'essentiel de la culture japonaise et des romans russes (pardon, de Tolstoï, pardon, d'Anna Karénine et de Guerre et Paix, qui semblent résumer le "roman russe" dans l'esprit de l'auteur...). Malheureusement, de cela, le lecteur n'apprendra rien, ou pas grand chose, condamné qu'il est à demeurer étranger à la fascination du trio. Ici, l'idéal n'est pas l'ouverture ni le partage, mais la fermeture et l'ésotérisme : Mme Michel est bien celle qui "a trouvé la bonne cachette" et qui se moque du monde depuis son antre, quel idéal ! Qu'on ne s'y trompe pas, derrière cette peinture en demi-teinte, l'auteur ne fait que rétablir une nouvelle hiérarchie, une nouvelle forme d'élitisme.

Au commencement, une bonne idée donc : le regard intelligent de la concierge, qui pourrait rappeler Le journal d'une femme de chambre, dans le procédé seulement, parce que Mirbeau n'a pas les vaines prétention de Barbery... La satire est d'autant plus savoureuse qu'elle s'appuie sur un style parfois très inspiré, et foncièrement drôle, tant que l'auteur ne s'écoute pas parler... J'ai beaucoup ri à la scène où, Neptune, le cocker de Mme Badoise, est pris d'un irrépressible envie de renifler le derrière d'Athéna, la chienne des Meurisse - ce qui suscite une clameur de haro chez leurs propriétaires, épouvantées par un tel manque de "classe" et de distinction. Je n'ai pas fait de relevé systématique, mais l'auteur maîtrise parfaitement le décalage et la périphrase (par exemple, la télécommande comme "rosaire laïque des temps modernes")...
Malgré cela, même l'intrigue n'échappe pas à quelques facilités : l'arrivée de Kakuro, déjà évoquée, et surtout le personnage même de Kakuro, qui est quand même très caricatural (ben oui, il se fond parfaitement dans l'image très réductrice que les personnages-l'auteur ont du Japon), l'introduction in fine de la soeur de Mme Michel (mais pourquoi ? quel intérêt ?), etc.
Peut-être manquait-il une troisième voix, un regard critique sur Mme Michel elle-même !

Au moins, ce livre aura éveillé en moi une curiosité pour le Japon (autre chose que ses portes coulissantes), et c'est déjà pas si mal !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Muriel Barbery   Aujourd'hui à 21:14

Revenir en haut Aller en bas
 
Muriel Barbery
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 14 sur 15Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15  Suivant
 Sujets similaires
-
» Muriel Robin
» photo muriel
» Muriel Robin - Le répondeur
» double anniversaire Sophie et Muriel !
» Muriel Déantoni [Fabienne du collège des coeurs brisés]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: