Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Raymond Devos [Humour]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
unmotbleu
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1329
Inscription le : 08/03/2013
Age : 57
Localisation : Normandie Rouen

MessageSujet: Raymond Devos [Humour]   Dim 17 Mar 2013 - 17:58

Raymond Devos (prononcer [døvos) est un humoriste français, né le 9 novembre 1922 à Mouscron en Belgique, mort le 15 juin 2006 à Saint-Rémy-lès-Chevreuse dans les Yvelines (France). Il est resté célèbre pour ses jeux de mots, ses qualités de mime, son goût pour les paradoxes cocasses, le non-sens et la dérision.



j'ai eu la chance de le voir sur scène à Paris il y a de nombreuses années et j'en garde un formidable souvenir.

voir l'élégance que pouvait dégager ce gros bonhomme pas très beau fut une grande émotion.
je suis une inconditionnelle de ses textes.

il faut y voir plein de choses au delà du jeu avec les mots. QUOIQUE!
quelle virtuosité!

"L'artiste, s'adressant à son pianiste:) Ne discutez plus, hein !... Parce que... vraiment...
(s'adressant au public:) Ecoutez, l'autre jour, je taillais un morceau de bois...
Mon pianiste vient, il me dit:
- Voulez-vous me passer ce bout de bois, s'il vous plaît ?
- Lequel des deux bouts ?
- Quels deux bouts ? Je ne vois qu'un bout de bois.
- Parce que vous vous exprimez mal ! Parce qu'un bois, ça a deux bouts. Alors il ne faudrait pas dire "un bout de bois", mais "les deux bouts d'un bois" !
- Les "deux bouts d'un bois"... D'abord, ça sonne curieux ! On entends "les deux boudins", on ne sait pas s'il s'agit de bouts de bois ou de bouts de boudins !
- Ne plaisantons pas ! S'il s'agissait de bouts de boudin, on dirait "les deux bouts d'un boudin" ! On ne dirait pas "les deux bouts d'un bois"
- J'ai toujours appelé un bout de bois un bout de bois, moi ! Alors passez-moi ce bout de bois.
Il prend le bout, tire dessus et me dit:
- Lâchez l'autre bout !
- Vous voyez bien qu'il y a deux bouts !
- Bon, puisqu'il y a deux bouts, gardez ce bout-ci ! Moi, je garde ce bout-là ! Ca nous fera chacun un bout !
- Non, ça nous fait encore chacun deux bouts !

(c) Raymond Devos.

[ Merci à leon d'avoir ajouté ces paroles ]


BIOGRAPHIE (source internet du site; JeSuisMort.com)  

Raymond Devos, c'est un personnage que l'on peut reconnaître du premier coup d'oeil avec ses bajoues, ses cheveux lissés et l'esprit en fusion. Ce maître du jeux de mots a multiplié ses apparitions dans les salles de spectacles et à la télévision et est habituellement accompagné de son fidèle pianiste et compagnon de scène, Hervé Guido. Nous retrouvons souvent au sein de ses spectacles un mélange de one man show, d'ambiance de cirque, et le seul vrai clown capable de jongler si admirablement avec les mots et la langue française.

C'est en réalité le 09 novembre 1922 que Raymond naquit dans la ville de Mouscron en Belgique avant de s'installer rapidement avec son père et sa mère, Louis (travailleur frontalier) et Agnès à deux kilomètres de cette ville mais dans un tout autre pays: la France. C'est là que le jeune Devos entamera des études qui seront bien trop vite écourtées. Une catastrophe aux yeux de Raymond Devos qui à 13 ans n'a pu assouvir toute sa soif de connaissance. Ce sera donc par lui-même qu'il commencera à s'acharner sur la culture, voulant à tout prix maîtriser la langue française et la musique pour laquelle il a une affection particulière. Il faut dire que son univers familial le prédisposait déjà fortement à jongler avec la mélodie. Son père jouait de l'orgue et du piano alors que sa mère faisait virevolter le violon et la mandoline. Quant à lui, il apprendra tour à tour des instruments tels que: clarinette, piano, harpe, la guitare, le bandonéon...

Enfant, Raymond Devos rêve d'être un artiste. Autodidacte, il souhaite maîtriser la langue française et la musique pour laquelle il a une affection particulière. La musique n'est néanmoins pas son seul domaine de prédilection, il entame alors des cours de théâtre qui seront malheureusement suspendus par la Guerre.

Elle contraint d'ailleurs Raymond Devos à être déporté en Allemagne. Loin de se résigner, Devos organise quelques spectacles improvisés au bon plaisir de ses compagnons d'infortune. Dès sa rentrée sur Paris, il intègre l'Ecole de Mime d'Etienne Ducroux, il fait alors ses débuts dans un numéro à trois partenaires : 'Les Trois Cousins'. Désireux d'écrire ses propres textes, il s'adonne au «one man show» où il met en exergue son talent indéniable de maître du jeu de mots.

Les premières bases sont donc déjà posées. C'est avec toute cette volonté et cet acharnement qu'il rejoindra la capitale française. Il veut et rêve d'être un artiste. Mais avant, il n'y manquera pas de revêtir de nombreuses blouses de travail. Le temps passe vite. Il a tout juste le temps de prendre quelques cours de théâtre et voilà déjà la guerre qui arrive à grand pas. Elle contraint Raymond à se déporter en Allemagne où il veillera à garder son moral ainsi que celui de ses compagnons grâce à des instruments de fortune qu'il a pu emporter avec lui. C'est dans cette ambiance qu'il attendra patiemment son retour à Paris où il pourra enfin exploiter en toute liberté son talent. Il s'enrichit au passage d'une nouvelle expérience: celle de mime. En effet, il l'acquiert à l'école d'Etienne Ducroux où il rencontrera Marcel Marceau fréquentant les mêmes couloirs.

C'est ainsi qu'avec tous ses bagages sur le dos, Raymond Devos montera son premier One man show. Nous sommes en 1956, et Raymond goûte aux joies de l'écriture. A partir de ce moment-là, son stylo ne le lâchera plus.

Il restera ainsi attaché à cette capitale parisienne dans une demeure à l'image du maître, trouvant souvent l'occasion d'y méditer grâce à son énorme jardin dont il aime parcourir les contours (ses canards peuvent en témoigner). Il permet ainsi à son inspiration de se ressourcer avant de plonger dans son grenier pour repartir dans son monde unique et composer ses textes.

Véritable jongleur, il insuffle au langage une note poétique appréciable. Il multiplie ses apparitions dans les salles de spectacle, accompagné de son fidèle pianiste. Ses prestations se succèdent, les plus grandes salles l'accueillent : 'Bobino', 'l'Olympia'...

Il est mort le jeudi 15 juin 2006 à son domicile.


BIBLOIGRAPHIE FILMOGRAPHIE... (Source internet du site Wikipédia)
 
Recueils de sketches
1968 : Ça n’a pas de sens
1976 : Sens dessus dessous
1989 : À plus d’un titre (Pocket)
1991 : Matière à rire, l’intégrale (Orban) (ISBN 978-2855-656083) (regroupe les trois ouvrages précédents)
1996 : Un jour sans moi (Plon)
2007 : Rêvons de mots (Le Livre de Poche)
Parler pour ne rien dire
Ouïe Dire (tiré de À plus d’un titre)
Jeux de mains

Romans
2002 : Les Quarantièmes délirants, Le Cherche-Midi Éditeur (ainsi qu’en Livre de poche ISBN 2-253-15574-Cool
2003 : Une chenille nommée Vanessa, Le Cherche-Midi Éditeur (avec des dessins de Yves Saint-Laurent)
2005 : Sans titre de noblesse, Le Cherche-Midi Éditeur


Filmographie
1957 : La Cravate - court métrage - de Alejandro Jodorowsky
1957 : Ce joli monde de Carlo Rim
1958 : Le Sicilien de Pierre Chevalier
1958 : Les cinq dernières minutes de Claude Loursais, épisode : Réactions en chaîne (Série TV)
1959 : Vous n'avez rien à déclarer ?, de Clément Duhour
1959 : Le travail c'est la liberté de Louis Grospierre
1963 : Tartarin de Tarascon, de Francis Blanche
1965 : Pierrot le fou, de Jean-Luc Godard.
1972 : La Raison du plus fou, de Raymond Devos et François Reichenbach, où il est aussi co-auteur, dialoguiste et acteur.

Théâtre[modifier]
1948 : Le Cirque aux illusions de René Aubert, mise en scène Jan Doat, Théâtre Mouffetard
1949 : La Dame d’Avignon de Jean-Charles Pichon, mise en scène France Guy, Théâtre Mouffetard
1950 : Poof d'Armand Salacrou, mise en scène Yves Robert, Théâtre Édouard VII
1953 : Les Hussards de Pierre-Aristide Bréal, mise en scène Jacques Fabbri, Théâtre des Noctambules
1954 : Le Fantôme d'après Plaute, mise en scène Jacques Fabbri, Théâtre de l'Atelier
1954 : Les Hussards de Pierre-Aristide Bréal, mise en scène Jacques Fabbri, Théâtre des Célestins
1955 : La Famille Arlequin de Claude Santelli, mise en scène Jacques Fabbri, Théâtre du Vieux-Colombier
1958 : La Galette des rois de Jean-Bernard Marais, mise en scène de l'auteur, Théâtre Lancry
1961 : Les Pupitres de Raymond Devos, mise en scène de l'auteur, Théâtre Fontaine
1967 : Extra-Muros de Raymond Devos, mise en scène de l'auteur, Théâtre des Variétés

Chansons[modifier]
1.Se coucher tard
2.Conseil d’une Espagnole à son jardinier
3.Souvenir de vacances d’été pourries (Ah quel été!)
4.Le Cordonnier
5.Dernier Soupir
6.Pas de Java
7.A Pierrot (La chanson de Pierrot). Interprète : Félix Leclerc

Distinctions et prix[modifier]
Grand Prix du disque, de l’Académie Charles-Cros (1975)
1986 : Grand Prix du Théâtre de l’Académie Française
Trophée de l’humour, au Québec (1987)
Officier de la Légion d’honneur (1987), puis commandeur
Prix Lumière (premier lauréat du prix récompensant les personnalités du Nord) (1987)
Molière du meilleur one-man-show (1989)
1994 : Prix du Brigadier pour son spectacle à l’Olympia et l’ensemble de sa carrière
Reconnaissance du Mérite artistique, Québec (1996)
Molière d’honneur (2000)
Grand Prix de l’humour de la SACEM (2001).
2000 : Chevalier de l’Ordre de Léopold 3
Ordre national du Mérite

En 2003, le ministère de la Culture et de la Communication français crée le prix Raymond-Devos, destiné à récompenser un travail d’excellence autour de la langue française. Ce prix a récompensé Mohamed Fellag (2003), Jean-Loup Dabadie (2004), les Frères Taloche (2005), Pierre Palmade (2006), François Rollin (2010), Vincent Roca (2011), et Guillaume Gallienne4 (2012).

_________________
unmotbleu

"J'approuve par lassitude, je contredis par impatience." Jean ROSTAND


Dernière édition par unmotbleu le Ven 29 Mar 2013 - 14:18, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heyoka
Zen littéraire
avatar

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 29
Localisation : Suède

MessageSujet: Re: Raymond Devos [Humour]   Lun 18 Mar 2013 - 10:15

J'aurais bien aimé qu'il y ait une petite biographie de l'homme dans ton message parce que je me rends compte, qu'au-delà du personnage "gros bonhomme pas très beau", je ne sais pas grand chose de cet artiste.

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
unmotbleu
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1329
Inscription le : 08/03/2013
Age : 57
Localisation : Normandie Rouen

MessageSujet: Re: Raymond Devos [Humour]   Lun 18 Mar 2013 - 14:26

c'est chose faite chère Kannskia.
tu as raison, je n'y avais même pas pensé toute omnubilée que je suis par ses formidables textes.
bonjour j'espère qu'elle te conviendra.

_________________
unmotbleu

"J'approuve par lassitude, je contredis par impatience." Jean ROSTAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
unmotbleu
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1329
Inscription le : 08/03/2013
Age : 57
Localisation : Normandie Rouen

MessageSujet: Re: Raymond Devos [Humour]   Lun 18 Mar 2013 - 15:11

SENS INTERDITS

mais rien ne vaut ses mots...

"Mon vieux !... le problème de la circulation...ça ne s'arrange pas du tout ! Du tout !...

J'étais dans ma voiture, j'arrive sur une place...Je prends le sens giratoire...Emporté par le mouvement, je fais un tour pour rien...Je me dis : "Ressaisissons-nous. Je vais prendre la première à droite." Je vais pour prendre la première à droite : Sens interdit. Je me dis : "C'était à prévoir...je vais prendre la deuxième." Je vais pour prendre la deuxième : Sens interdit. Je me dis : "il fallait s'y attendre ! prenons la troisième." Sens interdit ! Je me dis : "Là ! Ils exagèrent !...Je vais prendre la quatrième." Sens interdit !

Je dis "Tiens." Je fais un tour pour vérifier. Quatre rues, quatre sens interdits ! J'appelle l'agent.

Monsieur l'Agent ! Il n'y a que quatre rues et elles sont toutes en sens interdit. Il me dit :" Je sais...c'est une erreur." Je lui dit "Mais alors...pour sortir ?..." Il me dit " Vous ne pouvez pas !" , "Alors ? Qu'est-ce que je vais faire ?", "Tournez avec les autres", "Ils tournent depuis combien de temps ?", "Il y en a, ça fait plus d'un mois.", "Ils ne disent rien ?", "Que voulez-vous qu'ils disent !...ils ont l'essence...Ils sont nourris...ils sont contents !", "Mais...il n'y en a pas qui cherchent à s'évader ?", "Si ! Mais ils sont tout de suite repris.", "Par qui ?", "Par la police...qui fait sa ronde...mais dans l'autre sens.", "Ca peut durer longtemps !", "Jusqu'à ce qu'on supprime les sens.", "Si on supprime l'essence...il faudra remettre les bons.", "Il n'y a plus de 'bon sens'. Ils sont 'uniques' ou 'interdits'. Donnez-moi neuf cents francs." "Pourquoi ?", "C'est défendu de stationner !", "!!!", "Plus trois cents francs", "De quoi ?", "De taxe de séjour !", "Ca commence bien !", Il me dit "Tachez que ça continue, sans ça, je vous aurai au tournant !"

Alors, j'ai tourné...j'ai tourné...A un moment comme je roulais à côté d'un laitier, je lui ai dit : "Dis-moi laitier...ton lait va tourner ?...", "T'en fais pas !... je fais mon beurre...". Ah ben ! Je dis : "Celui-là ! Il a le moral !..." Je lui dis : "Dis-moi ? Qu'est-ce-que c'est que cette voiture noire là, qui ralentit tout ?", "C'est le corbillard, il tourne depuis quinze jours !", "Et la voiture blanche là, qui vient de nous doubler ?", "Cà ? C'est l'ambulance !... Priorité !", "Il y a quelqu'un dedans ?", "Il y avait quelqu'un.", "Où il est maintenant ?", "Dans le corbillard !"

Je me suis arrêté...J'ai appelé l'agent...Je lui ai dit : "Monsieur l'Agent, je m'excuse...J'ai un malaise..."

"Si vous êtes malade, montez dans l'ambulance !..."

Raymond Devos

_________________
unmotbleu

"J'approuve par lassitude, je contredis par impatience." Jean ROSTAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
unmotbleu
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1329
Inscription le : 08/03/2013
Age : 57
Localisation : Normandie Rouen

MessageSujet: Re: Raymond Devos [Humour]   Mar 19 Mar 2013 - 22:21

un petit texte pour titiller nos neurones et ralentir la destruction de nos jolies synapses. sourire


Sans dessus dessous

Actuellement,
mon immeuble est sens dessus dessous.
Tous les locataires du dessous
voudraient habiter au-dessus!
Tout cela parce que le locataire
qui est au-dessus
est allé raconter par en dessous
que l'air que l'on respirait à l'étage au-dessus
était meilleur que celui que l'on respirait
à l'étage en dessous!
Alors, le locataire qui est en dessous
a tendance à envier celui qui est au-dessus
et à mépriser celui qui est en dessous.
Moi, je suis au-dessus de ça!
Si je méprise celui qui est en dessous,
ce n'est pas parce qu'il est en dessous,
c'est parce qu'il convoite l'appartement
qui est au-dessus, le mien!
Remarquez . . . moi, je lui céderais bien
mon appartement à celui du dessous
à condition d'obtenir celui du dessus!
Mais je ne compte pas trop dessus.
D'abord parce que je n'ai pas de sous!
Ensuite, au-dessus de celui qui est au-dessus,
il n'y a plus d'appartement!
Alors, le locataire du dessous
qui monterait au-dessus
obligerait celui du dessus
à redescendre en dessous.
Or, je sais que celui du dessus n'y tient pas!
D'autant que, comme la femme du dessous
est tombée amoureuse de celui du dessus,
celui du dessus n'a aucun intérêt à ce que
le mari de la femme du dessous
monte au-dessus!
Alors, là-dessus ...
quelqu'un est-il allé raconter à celui du dessous
qu'il avait vu sa femme bras dessus,
bras dessous avec celui du dessus?
Toujours est-il que celui du dessous
l'a su!
Et un jour que la femme du dessous
était allée rejoindre celui du dessus,
comme elle retirait ses dessous ...
et lui, ses dessus ...
soi-disant parce qu'il avait trop chaud en dessous ...
Je l'ai su parce que d'en dessous,
on entend tout ce qui se passe au-dessus ...
Bref! Celui du dessous leur est tombé dessus!
Comme ils étaient tous les deux soûls,
ils se sont tapés dessus!
Finalement, c'est celui du dessous
qui a eu le dessus!

_________________
unmotbleu

"J'approuve par lassitude, je contredis par impatience." Jean ROSTAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heyoka
Zen littéraire
avatar

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 29
Localisation : Suède

MessageSujet: Re: Raymond Devos [Humour]   Mar 19 Mar 2013 - 22:43

Je lirai ce post Unmotbleu, je sais que tu as mis à jour la biographie moi.

Demain sans faute oui

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Raymond Devos [Humour]   Mer 20 Mar 2013 - 7:38

@unmotbleu a écrit:
un petit texte pour titiller nos neurones et ralentir la destruction de nos jolies synapses. sourire


Sans dessus dessous

Actuellement,
mon immeuble est sens dessus dessous.
Tous les locataires du dessous
voudraient habiter au-dessus!
Tout cela parce que le locataire
qui est au-dessus
est allé raconter par en dessous
que l'air que l'on respirait à l'étage au-dessus
était meilleur que celui que l'on respirait
à l'étage en dessous!
Alors, le locataire qui est en dessous
a tendance à envier celui qui est au-dessus
et à mépriser celui qui est en dessous.
Moi, je suis au-dessus de ça!
Si je méprise celui qui est en dessous,
ce n'est pas parce qu'il est en dessous,
c'est parce qu'il convoite l'appartement
qui est au-dessus, le mien!
Remarquez . . . moi, je lui céderais bien
mon appartement à celui du dessous
à condition d'obtenir celui du dessus!
Mais je ne compte pas trop dessus.
D'abord parce que je n'ai pas de sous!
Ensuite, au-dessus de celui qui est au-dessus,
il n'y a plus d'appartement!
Alors, le locataire du dessous
qui monterait au-dessus
obligerait celui du dessus
à redescendre en dessous.
Or, je sais que celui du dessus n'y tient pas!
D'autant que, comme la femme du dessous
est tombée amoureuse de celui du dessus,
celui du dessus n'a aucun intérêt à ce que
le mari de la femme du dessous
monte au-dessus!
Alors, là-dessus ...
quelqu'un est-il allé raconter à celui du dessous
qu'il avait vu sa femme bras dessus,
bras dessous avec celui du dessus?
Toujours est-il que celui du dessous
l'a su!
Et un jour que la femme du dessous
était allée rejoindre celui du dessus,
comme elle retirait ses dessous ...
et lui, ses dessus ...
soi-disant parce qu'il avait trop chaud en dessous ...
Je l'ai su parce que d'en dessous,
on entend tout ce qui se passe au-dessus ...
Bref! Celui du dessous leur est tombé dessus!
Comme ils étaient tous les deux soûls,
ils se sont tapés dessus!
Finalement, c'est celui du dessous
qui a eu le dessus!

Toute une prouesse, hahaha!

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
unmotbleu
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1329
Inscription le : 08/03/2013
Age : 57
Localisation : Normandie Rouen

MessageSujet: Re: Raymond Devos [Humour]   Mer 20 Mar 2013 - 13:40

C'était un virtuose.
aime

_________________
unmotbleu

"J'approuve par lassitude, je contredis par impatience." Jean ROSTAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heyoka
Zen littéraire
avatar

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 29
Localisation : Suède

MessageSujet: Re: Raymond Devos [Humour]   Mer 20 Mar 2013 - 14:33

@unmotbleu a écrit:
c'est chose faite chère Kannskia.
tu as raison, je n'y avais même pas pensé toute omnubilée que je suis par ses formidables textes.
bonjour j'espère qu'elle te conviendra.
Merci beaucoup !
Les textes que tu as posté m'ont fait sourire aussi.


@unmotbleu a écrit:
C'est là que le jeune Devos entamera des études qui seront bien trop vite écourtées. Une catastrophe aux yeux de Raymond Devos qui à 13 ans n'a pu assouvir toute sa soif de connaissance. Ce sera donc par lui-même qu'il commencera à s'acharner sur la culture, voulant à tout prix maîtriser la langue française
A 13 ans seulement c'est impressionnant cette détermination et cette soif intellectuelle. Cette aspect de sa vie m'intéressait alors j'ai voulu en savoir plus, j'ajoute ce que j'ai trouvé sur Wikipédia pour les éventuels intéressés :


Éternel étudiant
Tout jeune encore, il découvre son don pour raconter des histoires et captiver son auditoire. Élève à l’Institution libre du Sacré-Cœur à Tourcoing, il doit arrêter ses études à 13 ans à cause des graves problèmes financiers que connaît sa famille, sans pouvoir assouvir sa soif de connaissances. Cela restera comme son plus grand regret et lui donnera cette posture d’éternel étudiant, fasciné par le savoir.

La faillite de l’entreprise de son père les contraint d’aller en banlieue parisienne, où sa famille vivra dans des conditions difficiles. Avec toute sa volonté et son acharnement à devenir artiste, il observe avec ravissement les spectacles de rue, comme ceux des forains, place de la Bastille : « Ils retiraient le cadenas qui enchaînait leur matériel à longueur d’année et ils sortaient le tapis, le poids, les instruments pour haranguer la foule : "Attention mesdames et messieurs, le spectacle va commencer." »



Et deux petites citations romantiques pour bien finir :
« Si tu étais plus belle, je me serais déjà lassé. Tandis que là, je ne m'y suis pas encore habitué ! »
« Quand on s’est connus, ma femme et moi, on était tellement timides tous les deux qu’on n’osait pas se regarder. Maintenant, on ne peut plus se voir ! »

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Raymond Devos [Humour]   Mer 20 Mar 2013 - 17:15

merci motbleu pour l'ouverture de ce fil et les extraits.

Devos était ami avec Brassens (encore un que j'écoute souvent)

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Raymond Devos [Humour]   Mer 20 Mar 2013 - 17:22

Cela ne me déplairait pas qu'unmotmbleu nous fasse une jolie pelote de ce fil ...
Un petit message quotidien me ferait du bien dentsblanches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
églantine
Zen littéraire
avatar

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 51
Localisation : Peu importe

MessageSujet: Re: Raymond Devos [Humour]   Mer 20 Mar 2013 - 17:49

@GrandGousierGuerin a écrit:
Cela ne me déplairait pas qu'unmotmbleu nous fasse une jolie pelote de ce fil ...
Un petit message quotidien me ferait du bien dentsblanches


AU QUOTIDIEN ?
Rien que ça ? Eh bien GRANGOUSIERGUERIN , quel appétit !!!! sourire

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Raymond Devos [Humour]   Mer 20 Mar 2013 - 18:04

@églantine a écrit:
@GrandGousierGuerin a écrit:
Cela ne me déplairait pas qu'unmotmbleu nous fasse une jolie pelote de ce fil ...
Un petit message quotidien me ferait du bien dentsblanches


AU QUOTIDIEN ?
Rien que ça ? Eh bien GRANGOUSIERGUERIN , quel appétit !!!! sourire

Un peu exigeant scratch ... je le reconnais ....
mais quand on choisit de s'appeler GrandGousierGuerin, on doit assurer un minimum question appétit dentsblanches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
unmotbleu
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1329
Inscription le : 08/03/2013
Age : 57
Localisation : Normandie Rouen

MessageSujet: Re: Raymond Devos [Humour]   Mer 20 Mar 2013 - 18:08

un message quotidien?
j'en ai parlé à Raymond qui a promis de faire de son mieux. mdr2

"qui prête à rire n'est jamais sûr d'être remboursé" R.D.

_________________
unmotbleu

"J'approuve par lassitude, je contredis par impatience." Jean ROSTAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire
avatar

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 51
Localisation : Peu importe

MessageSujet: Re: Raymond Devos [Humour]   Mer 20 Mar 2013 - 18:14

@GrandGousierGuerin a écrit:
@églantine a écrit:
@GrandGousierGuerin a écrit:
Cela ne me déplairait pas qu'unmotmbleu nous fasse une jolie pelote de ce fil ...
Un petit message quotidien me ferait du bien dentsblanches


AU QUOTIDIEN ?
Rien que ça ? Eh bien GRANGOUSIERGUERIN , quel appétit !!!! sourire

Un peu exigeant scratch ... je le reconnais ....
mais quand on choisit de s'appeler GrandGousierGuerin, on doit assurer un minimum question appétit dentsblanches

Cela va s'en dire ,il est bien entendu que le pseudo ne fut pas choisi au hasard !!! En plus dois je avouer .....Il fallait oser !!!!Du reste ,ta présentation me reste toujours en mémoire ! sourire

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Raymond Devos [Humour]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Raymond Devos [Humour]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les inédits de Raymond Devos
» Raymond Devos
» Devos –Instrument à vent
» histoire du chien à Raymond DEVOS
» Comment se préparer à devenir parents( humour!!)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature non romanesque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: