Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Jacques Stephen Alexis [Haïti]

Aller en bas 
AuteurMessage
unmotbleu
Sage de la littérature
unmotbleu

Messages : 1329
Inscription le : 08/03/2013
Age : 60
Localisation : Normandie Rouen

Jacques Stephen Alexis [Haïti] Empty
MessageSujet: Jacques Stephen Alexis [Haïti]   Jacques Stephen Alexis [Haïti] Icon_minitimeSam 30 Mar 2013 - 17:33

Jacques-Stéphen Alexis (1922 - 1961)

Jacques Stephen Alexis [Haïti] Jacque10

Jacques-Stéphen ALEXIS est né le 22 avril 1922 aux Gonaïves (Haïti). Son père, Stéphen Alexis, historien, journaliste et diplomate, est aussi l’auteur du roman Le Nègre masqué (1933). Après des études au Collège Stanislas, à Paris, Jacques-Stéphen est de retour en Haïti en 1930, où il poursuit ses études au Collège Saint-Louis-de-Gonzague, puis à la Faculté de médecine. Il fait la connaissance de Jacques Roumain en 1940, adhère au Parti communiste haïtien, fonde La Ruche, journal d'opposition, et joue un rôle important dans la révolution de 1946

À nouveau en France, il mène de front une triple activité: professionnelle (il se spécialise en neurologie), politique (il s’inscrit au Parti communiste français en 1949) et littéraire (il fréquente Aragon, des écrivains de la Négritude et des écrivains latino-américains). En 1955, Gallimard publie son premier roman, Compère Général Soleil, dont le succès est immédiat. Il rentre en Haïti.

En 1959, il participe au XXXe Congrès de l'Union des Écrivains Soviétiques et il est reçu ensuite par Mao Tsé-toung, en Chine. Dès son retour en Haïti, constatant que le régime duvaliériste s’était transformé en dictature totalitaire, il repart pour Moscou et pour la Chine, dans le but de former un corps expéditionnaire afin de renverser Duvalier. En avril 1961, il est à Cuba, d’où il s’embarque pour Haïti avec quatre camarades. Dénoncés dès leur arrivée, les membres de l'expédition sont arrêtés, torturés, exécutés. La mort de Jacques-Stephen Alexis n'a jamais été officiellement reconnue par le régime haïtien.
_____________________
Sources : Léon-François HOFFMANN, Littérature d’Haïti, Vanves, EDICEF/AUPELF, coll. « Universités francophones », 1995, 288 p. ; sites Littérature des îles - Île en île, Wikipédia.



Bibliographie



Romancero aux étoiles, Paris, Gallimard, 1960

L'Espace d'un cillement, Paris,Gallimard, 1959

Les Arbres musiciens, Paris, Gallimard, 1957

Compère Général Soleil, Paris, Gallimard, 1955



Son premier roman: compère Général Soleil est aussi le premier de lui que j'ai lu.
Il m'a fort impressionnée par le sujet et par l'écriture puissante.

Jacques Stephen Alexis [Haïti] 3138rg11


Résumé :

C'est à Paris, où il réside de 1946 à 1954 que Jacques Stéphen Alexis écrit ce premier roman qui apparaît comme le prolongement mais aussi la clôture de l'espoir entrouvert par Gouverneur de la Rosée de Jacques Roumain. S'appuyant sur un événement historique épouvantable -le massacre des travailleurs haïtiens de la canne, en 1937, en République Dominicaine- il raconte comment cet événement s'inscrit dans la logique des dictatures fascistes, et plus largement dans celle qu'entraîne la perte de toute dignité quand l'exploitation des hommes ne connaît plus de limites.


_________________
unmotbleu

"J'approuve par lassitude, je contredis par impatience." Jean ROSTAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harelde
Zen littéraire
Harelde

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 44
Localisation : Yvelines

Jacques Stephen Alexis [Haïti] Empty
MessageSujet: Re: Jacques Stephen Alexis [Haïti]   Jacques Stephen Alexis [Haïti] Icon_minitimeMer 3 Avr 2013 - 11:23

J'ai L'Espace d'un cillement dans ma LAL depuis des mois et des mois...

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Jacques Stephen Alexis [Haïti] Empty
MessageSujet: Re: Jacques Stephen Alexis [Haïti]   Jacques Stephen Alexis [Haïti] Icon_minitimeSam 21 Déc 2013 - 20:12

Les arbres musiciens

Nous sommes à Haïti, pendant la seconde guerre mondiale. Les USA profitent de la guerre en Europe pour raffermir leurs positions, en particulier économiques en Haïti, une exploitation du caoutchouc à une vaste échelle est prévue, qui nécessite des expropriations massives de paysans, de petits et moyens propriétaire. Le clergé catholique, pour affermir ses positions prévoit en même temps de livrer une guerre au vaudou, qui reste la religion de la majorité des Haïtiens, malgré un catholicisme de façade. Les deux offensives vont avoir lieu simultanément. Trois frères, les Osmin, vont prendre part à ce vaste mouvement : Edgar le militaire, qui va mener les expropriations, Diogène, un jeune prêtre qui va mener la guerre contre le vaudou, et Carles l’intellectuel revenu de tout, qui observe les menées de ses frères.

Un livre puissant, surtout grâce à l’écriture très spécifique, d’une grande poésie et d’un souffle fort. Alexis décrit le monde des petits paysans, les rites religieux, la vie difficile mais en même temps chaleureuse de la communauté. Les beautés naturelles des paysages, et une vie en harmonie avec la nature. Je trouve que ce sont les passages les plus réussis du livre. Les parties dans lesquelles il dresse une satire sociale, ainsi que les évolutions des trois frères m’ont un peu moins convaincues. Mais il arrive à magnifiquement clore son roman, à la fois en rendant un superbe hommage à la culture traditionnelle, et en posant un besoin d’évolution.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
unmotbleu
Sage de la littérature
unmotbleu

Messages : 1329
Inscription le : 08/03/2013
Age : 60
Localisation : Normandie Rouen

Jacques Stephen Alexis [Haïti] Empty
MessageSujet: Re: Jacques Stephen Alexis [Haïti]   Jacques Stephen Alexis [Haïti] Icon_minitimeDim 22 Déc 2013 - 7:33

Heureuse que tu sois tombée sous le charme de l'écriture de JS Alexis.
On dirait presque qu'elle tire sa puissance et sa magie du sol qui l'a engendrée.
J'ai toujours retrouvé une grande intensité chez les quelques auteurs haïtiens que j'ai pu lire;
il faut croire que les drames auxquels Haïti est soumise sans cesse et depuis toujours pétrissent
les êtres et, par conséquent, les artistes.


_________________
unmotbleu

"J'approuve par lassitude, je contredis par impatience." Jean ROSTAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Jacques Stephen Alexis [Haïti] Empty
MessageSujet: Re: Jacques Stephen Alexis [Haïti]   Jacques Stephen Alexis [Haïti] Icon_minitimeDim 22 Déc 2013 - 9:22

Le tragique de l'histoire du pays est le terreau de la création. Mais on espère que cela s'arrête un peu quand même. Je connais pas trop les écrivains haïtiens et je viens d'en découvrir deux, Jacques Roumain et Jacques Stephen Alexis, de la même génération, et d'ailleurs proches. Il y a sans doute d'autres découvertes à faire.  miammiam 

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
unmotbleu
Sage de la littérature
unmotbleu

Messages : 1329
Inscription le : 08/03/2013
Age : 60
Localisation : Normandie Rouen

Jacques Stephen Alexis [Haïti] Empty
MessageSujet: Re: Jacques Stephen Alexis [Haïti]   Jacques Stephen Alexis [Haïti] Icon_minitimeDim 22 Déc 2013 - 9:38

Essaie René DEPESTRE Hadriana dans tous mes rêves...

et tous les contes de Mimi BARTHELEMY

 Idea 

_________________
unmotbleu

"J'approuve par lassitude, je contredis par impatience." Jean ROSTAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Jacques Stephen Alexis [Haïti] Empty
MessageSujet: Re: Jacques Stephen Alexis [Haïti]   Jacques Stephen Alexis [Haïti] Icon_minitimeDim 22 Déc 2013 - 10:52

J'avais lu Hadriana, à l'occasion de la LC Caraïbes et j'ai moins aimé, les zombies m'ont moins convaincue.
Je note Mimi Barthelemy.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harelde
Zen littéraire
Harelde

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 44
Localisation : Yvelines

Jacques Stephen Alexis [Haïti] Empty
MessageSujet: Re: Jacques Stephen Alexis [Haïti]   Jacques Stephen Alexis [Haïti] Icon_minitimeLun 28 Avr 2014 - 11:22

Compère Général Soleil


Haïti dans les années 1930. Hilarion Hilarius, un pauvre hère, tente de survivre dans un pays d’une extrême pauvreté et aux inégalités criantes. Affamé, il bascule dans la honte. Sa probité cède le pas à l’instinct de survie : il commet un vol. Pris, il est roué de coups et condamné à un mois de prison.

C’est là qu’il connait Pierre Roumel, un bourgeois bien plus âgé que lui, emprisonné pour ses idées politiques. L’homme est communiste et dirige le tout nouveau parti : une référence claire et un hommage à Jacques Roumain – journaliste et autre écrivain de talent – qui fonda le PCH en 1934, fut emprisonné deux ans par le gouvernement de Sténio Vincent avant d’être contraint à l’exile.

A son contact, Hilarion Hilarius apprend la lutte des classes. A sa sortie, ces nouvelles idées ne le quitteront plus. La misère n’est plus pour lui une fatalité. Sans adhérer au parti, il sympathisera avec ses membres encore très peu nombreux. Notamment avec le docteur Jean-Michel, un bon samaritain qui a à cœur d’aider son prochain au mépris de sa propre sécurité. Car il ne fait pas bon de contester et de braver l’autorité. Si François Duvalier et ses cruels tontons macoutes n’arriveront au pouvoir qu’en 1954, l’ambiance n’est déjà plus à la franche rigolade. Emprisonnements, tortures, espionnage de tous par tout le monde, peur atavique des petites gens, tyrannie de tout homme investi d’une certaine autorité, pillage des fonds publics et des terres agricoles par la classe dirigeante, famines, épidémies (paludisme)… Pour le bon nègre (le mot n’était pas une insulte), les coups pouvaient venir à tout instant et de tous côtés.

Grâce à son personnage, Jacques Stephen Alexis dresse un constat accablant de son pays et en profite pour égratigner la République dominicaine voisine auprès de laquelle les opprimés cherchaient refuge : le livre s’achève sur l’atroce « massacre du persil » du 2 octobre 1937 lorsque Rafael Trujillo, alors tyran officiel, ordonna l’élimination des travailleurs haïtiens qui s’éreintaient dans les plantations de canne, faisant de 15 à 30.000 morts (ne chipotons pas sur l’imprécision de la fourchette et contentons-nous de retenir que les machettes des assassins ont été terriblement efficaces et que le sang a coulé à flots écarlates).

Au cœur d’un pays où la religion vaudou est omniprésente – à tel point que les bons nègres refusaient le mariage catholique, religion d’état qu’ils ne reconnaissaient pas – Jacques Stephen Alexis signe bien plus qu’un roman. Ce livre est aussi un fabuleux document ethnographique sur la vie en Haïti. Ouvrant sans cesse des parenthèses, l’auteur décrit la vie quotidienne, les fêtes, les danses, les chants, les us et autres coutumes, le vivre et le couvert. La religion, les superstitions, les révoltes populaires, la terreur, l’emprisonnement ou l’exode. La déforestation qui engendre les glissements de terrain et l’érosion des sols. Ce coton qu’on s’entête à cultiver. Les terribles sécheresses qui alternent avec des inondations non moins catastrophiques.

Un livre grâce auquel on apprend beaucoup. Un livre qui regorge d’informations. Trop sans doute. Les apartés sont à mon avis trop nombreux et hachent considérablement le déroulement de l’histoire qui n’est plus qu’un prétexte. Beaucoup de longueurs et malgré mon intérêt, je n’ai jamais été tout à fait captivé.

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Jacques Stephen Alexis [Haïti] Empty
MessageSujet: Re: Jacques Stephen Alexis [Haïti]   Jacques Stephen Alexis [Haïti] Icon_minitimeLun 28 Avr 2014 - 16:40

si je comprends ce sont les digressions qui t'ont ennuyé .

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
domreader

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

Jacques Stephen Alexis [Haïti] Empty
MessageSujet: Re: Jacques Stephen Alexis [Haïti]   Jacques Stephen Alexis [Haïti] Icon_minitimeLun 28 Avr 2014 - 18:15

Bédoulène a écrit:
si je comprends ce sont les digressions qui t'ont ennuyé .

Oui mais malgré tout, ton commentaire donne envie de lire le livre. On a l'impression que malgré ces disgressions qui alourdissent l'ensemble tu ne regrettes pas ta lecture.

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harelde
Zen littéraire
Harelde

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 44
Localisation : Yvelines

Jacques Stephen Alexis [Haïti] Empty
MessageSujet: Re: Jacques Stephen Alexis [Haïti]   Jacques Stephen Alexis [Haïti] Icon_minitimeMar 29 Avr 2014 - 8:31

Bédoulène a écrit:
si je comprends ce sont les digressions qui t'ont ennuyé .

domreader a écrit:
Bédoulène a écrit:
si je comprends ce sont les digressions qui t'ont ennuyé .

Oui mais malgré tout, ton commentaire donne envie de lire le livre. On a l'impression que malgré ces disgressions qui alourdissent l'ensemble tu ne regrettes pas ta lecture.

Pas aisé de vous répondre, car effectivement ces digressions multiples alourdissent beaucoup le récit. Mais ce sont également elles qui en font la richesse. C'est sans doute un livre immense mais dans lequel je ne suis pas parvenu à m'immerger entièrement.
Je pense toutefois pouvoir le conseiller aux amateurs des alizés, des tropiques et du vaudou !

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
Contenu sponsorisé




Jacques Stephen Alexis [Haïti] Empty
MessageSujet: Re: Jacques Stephen Alexis [Haïti]   Jacques Stephen Alexis [Haïti] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Jacques Stephen Alexis [Haïti]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» René Alexis
» bible du roi Jacques.
» Jacques MAILHOT DSK
» coquille st jacques mariniére de légumes
» Chaussons à la coquille St Jacques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature d'Amérique Centrale (et Antilles)-
Sauter vers: