Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Laure Limongi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Emmanuelle Caminade
Envolée postale
avatar

Messages : 204
Inscription le : 06/11/2009
Age : 66
Localisation : Drôme provençale

MessageSujet: Laure Limongi   Mer 24 Avr 2013 - 11:33



Laure Limongi est née en 1976 à Bastia.
Elle a publié plusieurs romans – dont Fonction Elvis (2006), Le travail des rivières (2009), Soliste (2013) – et un essai littéraire, Indociles (2012). Elle est aussi éditrice et a créé et dirigé la collection "Laureli" aux éditions Léo Scheer - qui a notamment contribué à faire redécouvrir l'oeuvre d'Hélène Bessette -, et elle continue désormais son aventure aux éditions Inculte.
Egalement musicienne, elle a été la voix d'un disque du compositeur Pierre Henry et participe volontiers à de nombreuses lectures publiques et souvent musicales.

Site de l'écrivain : http://laurelimongi.com/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com
Emmanuelle Caminade
Envolée postale
avatar

Messages : 204
Inscription le : 06/11/2009
Age : 66
Localisation : Drôme provençale

MessageSujet: Re: Laure Limongi   Mer 24 Avr 2013 - 11:34


Indociles, Laure Limongi, éditions Léo Scheer, octobre 2012, 196 p.

Cet essai littéraire sous forme de journal autobiographique portant sur quatre écrivains "expérimentaux" - que Laure Limongi préfère nommer "indociles" ( Denis Roche, Hélène Bessette, Kathy Acker et B.S. Johnson ) n'a rien de pédant ni de rébarbatif et se lit avec beaucoup de facilité et de plaisir.
L'auteure nous y parle «des livres qui [lui] font battre le coeur» avec beaucoup de de simplicité et de pertinence, de passion et d'humour. Elle réussit ainsi à nous intéresser à une littérature que beaucoup pensent réservée aux spécialistes car trop exigeante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com
Emmanuelle Caminade
Envolée postale
avatar

Messages : 204
Inscription le : 06/11/2009
Age : 66
Localisation : Drôme provençale

MessageSujet: Re: Laure Limongi   Mer 24 Avr 2013 - 11:35

EXTRAIT d'Indociles :

Denis Roche
p. 21

(...)
Le premier choc vient de ce premier décalage. Physique, avant même que mes yeux ne déchiffrent le sens. Un texte comme une sculpture qui surgit. Opaque comme un escalier maya. Emouvant comme un escalier maya, car cette opacité parle. Le papier blanc surprend – il me semble qu'à l'époque ( et souvent encore aujourd'hui) il est plutôt d'usage d'utiliser un papier ivoire, en convention littéraire. Une blancheur presque bleutée mais aussi un grammage plus épais que pour un recueil de poèmes ou un roman, une main sérieuse : les pages restent raides, se tournent avec suspense – ne laissant pas voir leur envers -, la couture joue les tourniquets. (...)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com
Emmanuelle Caminade
Envolée postale
avatar

Messages : 204
Inscription le : 06/11/2009
Age : 66
Localisation : Drôme provençale

MessageSujet: Re: Laure Limongi   Mer 24 Avr 2013 - 11:35


Soliste, Laure Limongi, éditions inculte, mars 2013, 180 p.

Soliste est un récit mêlant réalité et fiction qui dessine un portrait de Glenn Gould en reprenant la structure des Variations Goldberg que ce virtuose hors normes avait popularisées, faisant apparaître derrière l'icône planétaire les aspirations et les manques de l'homme.
S'y ajoutent plusieurs personnages fictifs et une belle et mystérieuse histoire de rencontre entre deux d'entre eux, Laure Limongi y déclinant ainsi les multiples variations de la vie en s'appuyant sur la basse continue de l'éternel passage du temps.
Et la musique ne donne pas seulement une cohérence globale à l'ensemble en influant sur la structure du récit, elle pénètre aussi la substance-même de l'écriture dans une partition polyphonique savante, brillante, mais si discrètement maîtrisée qu'elle donne une impression de simplicité.

Un café animé semble le pivot des variations de Soliste. S'y croisent, plus qu'elles ne s'y rencontrent réellement, les voix des habitués convergeant vers la serveuse. Eve, la petite coiffeuse toujours insatisfaite qui lit Schopenhauer entre deux brushings, s'y interroge sur le sens de son existence routinière en la prenant à témoin, tandis que René, jovial et malicieux pâtissier à la retraite sans cesse ragaillardi par sa Misette, l'interpelle en lui vantant l'érotisme de sa compagne dans les situations les plus inattendues. Quant au mystérieux Frédéric, faisant probablement une thèse sur les faussaires, il étale inlassablement ses connaissances en captivant son auditoire. Seul un quatrième et discret personnage, «l'habitué de 8h 10», sorte de réincarnation de Glenn Gould, préfère au contraire l'ombre et le silence. Et sa «capacité à dire sans prononcer la moindre parole» fascine la jolie serveuse qui tente timidement d'attirer l'attention de ce beau jeune homme si «étrange et familier» ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com
Emmanuelle Caminade
Envolée postale
avatar

Messages : 204
Inscription le : 06/11/2009
Age : 66
Localisation : Drôme provençale

MessageSujet: Re: Laure Limongi   Mer 24 Avr 2013 - 11:36

EXTRAIT de Soliste :
1
p.9

Comme chaque matin, elle vit la frêle silhouette passer la porte du café, s'installer tout à gauche du comptoir et demander un thé de Ceylan, tout juste trempé, et une grande théière d'eau chaude, s'il vous plaît. Essuyant ses verres, elle ne savait pas si elle devait être rassurée ou angoissée par la précision avec laquelle il passait la porte et qui soulignait, infailliblement, la répétition des jours. Eté comme hiver, à 8h 10, le pardessus habité se pointait. Depuis combien d'années, à présent ? Mieux valait ne pas y penser. Cela rappellerait les modes, les déceptions et cette peau qui, insensiblement, se marque. On ne veut pas se souvenir d'une insouciance devenue étrangère. Des rires cristallins d'une enfance aux couleurs passées. Au centimètre près, tabouret tiré, fesse posée, coude sur le zinc, petit geste. Et la jambe qui tremble sur le barreau en cadence savante. Un tic qui l'agaçait mais dont le léger tressautement rendait en l'occurrence son esclave : humain. Il choisissait l'endroit le moins lumineux. Elle l'avait aperçu, une aube d'hiver, subrepticement déplacer l'abat-jour d'une lampe pour ménager son spot d'ombre. (...)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Laure Limongi   

Revenir en haut Aller en bas
 
Laure Limongi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Laure Bolatre, nouvelle écrivain du berry
» Le courage d'une mere "Marie Laure Picat"
» Lauzon, Marie-Laure-Nadon
» Laure Guibert
» la niece de laure guibert

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs français à découvrir, nés après 1914.-
Sauter vers: