Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Larry McMurtry

Aller en bas 
AuteurMessage
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Larry McMurtry Empty
MessageSujet: Larry McMurtry   Larry McMurtry Icon_minitimeLun 29 Avr 2013 - 15:52

Larry McMurtry

Larry McMurtry Images18

Larry McMurtry est né en 1936, au Texas.

Il publie son premier roman à l’âge de 25 ans. Suivront plus de 20 romans, dont six ont été adaptés à l’écran – notamment La dernière séance réalisé par Peter Bogdanovich et Tendres passions de James L. Brooks. Auteur de nombreux scénarios, il a reçu un Oscar pour Brokeback Mountain. Son roman Lonesome Dove a obtenu le prix Pulitzer en 1986 avant d’être adapté pour la télévision.

Larry McMurtry vit à Archer City, au Texas, où il a ouvert une des plus grandes librairies indépendantes des État-Unis.


Traduits en français

· Lonesome Dove. Paris: Gallmeister, 2 vol., 2010 - Prix Pulitzer.
· La dernière séance. Paris: Gallmeister, 2011.
· Texasville. Paris: Gallmeister, 2012.

Source Gallmeister
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Larry McMurtry Empty
MessageSujet: Re: Larry McMurtry   Larry McMurtry Icon_minitimeVen 3 Mai 2013 - 8:20

Lonesome dove

Prix Pulitzer 1986

Larry McMurtry Indexj10

1200 pages à travers les Etats Unis, à suivre un troupeau de vaches semi-sauvages guidées par des cow-boys. Partis d’un bled paumé texan à la frontière mexicaine, écrasé de buissons, de poussière et d’ennui, pour le rêve fou des terres riches, inexplorées et espère-t’on hospitalières du Montana, et pourquoi pas d’une fortune à gagner. Ils traînent lourd dans leur sacoches, ces cow-boys, leur passé de rangers pendant la Guerre de Sécession à traquer les bandits et les indiens, leurs mères mortes prématurément, leurs paternités incertaines, leurs amours échouées, leurs amitiés indéfectibles… De fiers cavaliers, des héros émérites, oui, mais des hommes blessés courant après des rêves. Et, parfois, la mort au bord du chemin.

Rien ne manque et tout est un délice : traversées de rivières, tempêtes de pluies, de sable ou de grêle, nuages de sauterelles, un grizzli au passage (je suis devenue sensible à ces petites bêtes), chants irlandais aux abord des feux de camp, femmes mortes en couche, voleurs de chevaux, indiens errants amicaux ou féroces, hasards et coïncidences enchaînés… tous les ingrédients du vrai roman populaire de qualité sont là , nous tenant en haleine.

Grand classique en matière de western, on dira.
Mais ce qui rend cette lecture aussi plaisante, je crois que ce sont justement ces 1200 pages. C’est quand même plutôt rare un roman de cette taille sans un passage où se glisse l’ennui. On suit les cow-boys pas à pas, on connaît leurs petites habitudes, leur quotidien le plus ordinaire, on entre dans leur intimité et on découvre les mystères qui les hantent. Les personnages sont assez prodigieusement creusés, pas seulement ceux des héros principaux, mais aussi ceux de tous les petits collatéraux, jusqu'aux plus obscurs de la bande. Et puis, ce qui est particulièrement rare dans un western, où les femmes font plutôt figure habituellement d’objets décoratifs, celles-ci ont ici un place propre, des personnalités battantes voire opiniâtres, attachantes , sans mièvrerie. Car il faut bien considérer que ce qui fait avancer le cow-boy quand il n’en peut plus, ce n'est pas son cheval, c'est une femme, une femme bien en chair ou un rêve de femme qu’il a au coin du cœur.…Enfin le mythe du cow-boy solitaire, de l’homme poursuivi par ses démons prend ici une densité tragique , et le dernier quart du livre gagne encore en intensité, il est d’une somptueuse et douloureuse beauté.

Un grand western, un roman géant pour qui se laisse porter par des personnages contrastés dont le fougue cache les blessures, et les histoires jamais finies. De rebondissements en moments d’émotion, pas une page à laquelle on renoncerait. Tout est dit de l’ouest et des cow-boys, tout est dit de l’homme, ses rêves, son désarroi, ses joies et ses silences

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Larry McMurtry Empty
MessageSujet: Re: Larry McMurtry   Larry McMurtry Icon_minitimeVen 3 Mai 2013 - 21:09

Larry McMurtry 002hx10

Citation :
Pourtant, Newt et lui étaient amis. Le gamin était jeune et avait la vie devant lui tandis que Deets était vieux et n’en attendait plus grand-chose. Newt se mettait parfois à poser tellement de questions que Deets ne pouvait s'empêcher de rire - il ressemblait à une citerne d’où s’écoulaient des questions plutôt que de l'eau. Deets répondait à certaines d'entre elles mais en éludait d'autres. Il ne livrait pas toujours le fond de sa pensée Par exemple, il ne lui disait pas que même lorsque la vie semblait facile elle n'en finissait pas de se compliquer. Deets aimait son travail, il aimait faire partie de l'équipe et avoir son nom sur l'écriteau. Pourtant il se sentait souvent triste. Là ou il était le plus heureux, c'était quand il s'asseyait, le soir, le dos contre l'abreuvoir et qu'il regardait le ciel et la lune changeante.

Larry McMurtry 001bpl10

Citation :
Souvent, les conversations faisaient naître en lui un sentiment de solitude plus vive que s'il avait été seul sous un arbre à un kilomètre de là. Il n'avait jamais vraiment réussi à prendre part à une discussion. Devant ces interminables bavardages sur les cartes et sur les femmes, il avait le sentiment d'être différent des autres -il en tirait même un peu d'orgueil. S'ils n'étaient pas capables de penser à autre chose, ils avaient bien de la chance d'avoir pour Capitaine. Ce genre de pensée n'avait rien de modeste, mais elles lui venaient souvent à l'esprit.

Larry McMurtry 85912310

Citation :
Le pire, c'était que Gus avait raison. Il n'avait jamais vu Maggie comme une putain. Elle n'avait rien de dur - en fait, tout le monde se rendait compte qu'elle était bien trop douce pour le genre de vie qu'elle menait. Elle avait des expressions de tendresse - les plus tendres qu’il avait jamais vues. Il se rappelait encore ses gestes, bien mieux que ses mots. Elle n’arrivait jamais à faire tenir ses cheveux et jouait avec d’une main nerveuse. « Il se tiennent mal », avait-elle coutume de dire, comme s'il s'agissait d'un enfant mal élevé.

Larry McMurtry Tttrou10

Citation :
Gus avait toujours été là, faisant plus de bruit que tout le monde. Pea essaya de se représenter ce qui pourrait bien lui arriver, mais rien ne vint, son esprit n'arrivait pas à concevoir que Gus puisse être dépassé par les événements.

Larry McMurtry 62124910

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Avadoro
Zen littéraire
Avadoro

Messages : 3501
Inscription le : 03/01/2011
Age : 33
Localisation : Cergy

Larry McMurtry Empty
MessageSujet: Re: Larry McMurtry   Larry McMurtry Icon_minitimeMer 31 Juil 2013 - 22:24

Lonesome Dove

Un immense coup de coeur pour ce roman dont topocl a déjà bien vanté les mérites. J'ai aussi retenu l'ampleur des personnages féminins, qui apportent une stabilité émotionnelle et une persévérance à un récit construit sur le mouvement et des ruptures. L'intensité psychologique des échanges est impressionnante et devient bouleversante lorsque la mort et la perte (longtemps dans l'ombre) ouvrent une plaie béante.
Du Texas au Montana, McMurtry offre à ressentir un quotidien démesuré et épuisant, où la moindre décision sur un itinéraire peut sceller l'avenir de chacun. De la traversée des rivières à l'apparition d'une nuée de sauterelles, la nature est magnifique, oppressante tout en incarnant une libération. La tonalité révèle une tristesse qui peu à peu s'impose dans le second épisode : l'insouciance laisse la place à des regrets inconsolables alors qu'il faut continuer à vivre et transmettre.
C'est donc bien un incontournable du genre même si c'est dans ses temps morts, ses hésitations et dans la révélation d'une fragilité existentielle que ce western trouve sa grandeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Larry McMurtry Empty
MessageSujet: Re: Larry McMurtry   Larry McMurtry Icon_minitimeJeu 1 Aoû 2013 - 7:31

Ton avis me fait plaisir. A conseiller même aux pas-fans de westerns.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Larry McMurtry Empty
MessageSujet: Re: Larry McMurtry   Larry McMurtry Icon_minitimeJeu 27 Fév 2014 - 16:25

La dernière séance
1966

Larry McMurtry Talach10

A Thallia, bled paumé du désert texan, les adultes et les lycéens s’ennuient ferme… Ces derniers sont bien décidés à explorer activement toutes les sphères dont leurs parents et le pasteur leur ont dit de se méfier. Ils n’ont pas grand chose dans la tête, mais finalement, pas beaucoup moins que les adultes.

Après le billard, le foot et les virées en bagnole, les garçons veulent perdre leur pucelage avant de partir à l'université, et les filles veulent le préserver (enfin, le plus souvent). Ils ont leurs peines de cœur, aussi, et leurs petits calculs . Et ils croient encore que le mariage reste la consécration suprême.

Tout cela donne des situations qui tirent vers le cliché et des personnages plutôt stéréotypés, un peu comme dans les vieux westerns, mais sans le même charme… On lit quelques scènes assez sympathiques, noyées dans une mer de descriptions de pelotages et d’ébats plus ou moins aboutis, sur des banquettes de Chevrolet ou dans les lits  parentaux. Aux derniers chapitres, sourd une petite émotion,  car il faut bien passer le cap des gamineries, passer à autre chose, et cela les laisse tout nostalgiques et effrayés à la fois. L'enfance se termine en même temps que le vieux cinéma joue sa dernière séance.

Malgré cela, rien de bien neuf sous le soleil texan. Plutôt déçue, je suis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Larry McMurtry Empty
MessageSujet: Re: Larry McMurtry   Larry McMurtry Icon_minitimeSam 8 Mar 2014 - 6:17

ce n'est qu'en recherchant sur son dernier livre paru, Duane est dépressif, que je réalise que ses deux romans La dernière séance et Texasville sont à la base de deux films de Peter Bogdanovich avec Jeff Bridges... je les adore... je vais ajouter les livres à ma LAL Very Happy

Larry McMurtry Aa1051_Larry McMurtry Aa37

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Larry McMurtry Empty
MessageSujet: Re: Larry McMurtry   Larry McMurtry Icon_minitimeSam 8 Mar 2014 - 8:13

C'est ton message sur la sortie de son nouveau livre qui m'a fait venir ici.

kenavo a écrit:
Larry McMurtry A1853
Larry McMurtry, Duane est dépressif

Citation :
Pour Karla, c’est l’évidence même : son mari Duane est en pleine dépression. Il néglige son entreprise et se désintéresse des problèmes, pourtant nombreux, de ses enfants. Plus inquiétant encore, il a décidé de ne plus conduire son pick-up, mais de se déplacer à pied le long des routes, ce qui au Texas constitue une véritable hérésie.
Pour Duane, cependant, la vérité est ailleurs : il a toujours fait ce que les autres attendaient de lui, il a été un citoyen modèle, un mari modèle, un entrepreneur modèle, et il n’en peut plus. Ce qu’il veut maintenant, c’est vivre pour lui-même, à son rythme, et établir ses propres priorités ; « vivre délibérément et non plus automatiquement », comme l’écrivait Thoreau.
Aussi décide-t-il de s’installer seul avec un chien dans une cabane à la sortie de la ville. Nettoyer le désert des déchets qui le polluent, faire du vélo, lire À la recherche du temps perdu, sa nouvelle vie, ponctuée de rencontres rocambolesques et de tragédies douloureuses, lui apportera-t-elle le bien-être auquel il aspire ?
Larry McMurtry signe avec cette oeuvre magistrale, saluée par une critique unanime, un chef-d’œuvre d’une profonde humanité.

son fil

Je découvre ce fil, cet auteur, et les thèmes me plaisent. Mais... 1200 pages pour les Lonesome !? Et moins d'intérêt pour La dernière séance ?
Je vais attendre un test lu et approuvé pour ce Duane est dépressif, avant de prendre une décision (pas folle la guêpe)

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire
églantine

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 53
Localisation : Peu importe

Larry McMurtry Empty
MessageSujet: Re: Larry McMurtry   Larry McMurtry Icon_minitimeSam 8 Mar 2014 - 8:19

Queenie a écrit:


Je découvre ce fil, cet auteur, et les thèmes me plaisent. Mais... 1200 pages pour les Lonesome !? Et moins d'intérêt pour La dernière séance ?
Je vais attendre un test lu et approuvé pour ce Duane est dépressif, avant de prendre une décision (pas folle la guêpe)
Je découvre aussi : et ça me tente bien mais aucun ouvrage à la BDP de Savoie ....Dommage ....
Selon vos commentaires à suivre , j'agrandirai ou non ma PAL  .

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Larry McMurtry Empty
MessageSujet: Re: Larry McMurtry   Larry McMurtry Icon_minitimeJeu 11 Aoû 2016 - 16:37

La marche du mort

Larry McMurtry Ob_0c910

Que ceux qui ont aimé Lonesome dove se le disent, ce préquel qui raconte les débuts de Gus McCrae et Woodrow Call, tout jeunes hommes engagés dans les Rangers , apporte bien le même plaisir que le livre initial.

Car oui, on retrouve les grands espaces, sous la forme du désert texan, battu par les tempêtes de sable ou de neige, fréquenté par les Indiens, les bisons, les grizzlis etc. Une bande hallucinée de Rangers partis fringants mais de plus en plus décatis , à la recherche d'aventures et de gloire, va y trouver le genre d'amitié qui durera toute une vie, au prix d'épreuves et de souffrances qu'ils n'auraient su imaginer. Cette folle de son déambulation à travers la nature hostile n'a pas été sans évoquer la horde du contrevent.
McMurtry, 20 ans après dans l'écriture, 20 ans plus tôt dans son récit, a conservé intacte sa capacité à créer des personnages, quelques copains bien vivants dévorés par la soif de vivre intensément. Les chefs sont des badernes incompétentes (et oui, ça existait déjà à l'époque) mais rien n'entame l'énergie des jeunes héros, qu'on finit par connaître comme s'ils étaient nos copains. Quelquyes figures féminines , toutes en nuances apportent une touche subtile, mélange de force et d'humanité.

Ça y est, je l'ai enfin trouvée, ma lecture idéale de l'été ! (et dire qu'il y en a encore deux en attente de traduction! miammiam )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Larry McMurtry Empty
MessageSujet: Re: Larry McMurtry   Larry McMurtry Icon_minitimeJeu 11 Aoû 2016 - 19:30

Il est temps que je m'y mette!! Je ne vous félicite pas ! Very Happy

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Larry McMurtry Empty
MessageSujet: Re: Larry McMurtry   Larry McMurtry Icon_minitimeVen 12 Aoû 2016 - 17:34

Mais on ne s' est jamais croisé Larry ? Comment est-ce possible ? surpris

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Larry McMurtry Empty
MessageSujet: Re: Larry McMurtry   Larry McMurtry Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Larry McMurtry
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» bob l'éponge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs étasuniens à découvrir-
Sauter vers: