Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Bohumil Hrabal [République tchèque]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Dim 4 Fév 2007 - 13:40


Bohumil Hrabal (28 mars 1914 à Brno - 3 février 1997 à Prague)

Bibliographie

Citation :
Index: (cliquez sur les numéros de page pour y accéder directement)
1975 Les palabeurs,
1989 Vends maison où je ne veux plus vivre (récits),
1990 Les noces dans la maison
1991 Une trop bruyante solitude, Pages 1, 2, 3, 4,
1993 La petite ville où le temps s’arrêta,
1993 Pleurs totales, suivi de Cassius dans l’émigration,
1994 Lettre à Doubenka,
1995 Les millions d’Arlequin,
1996 Les imposteurs (nouvelles),
1996 Les souffrances du vieux Werther,
1997 Moi qui ai servi le roi d’Angleterre, Page 2,
1999 Vends maison où je ne veux plus vivre,
1999 Rencontres et visites,
2002 Tendre barbare,
2003 La chevelure sacrifiée, Pages 1, 2, 3,
2004 Trains étroitement surveillés,
2006 Jarmilka,
2011 Cours de danse pour adultes et élèves avancés

Citation :
mise à jour le 09/10/2013, page 4

Une trop bruyante solitude

Un récit d’inspiration autobiographique : Bohumil Hrabal a travaillé pendant cinq ans (de 1954 à 1959) comme presseur de papier dans un entrepôt de vieux papiers, rue Spalena, à Prague où est située l’action du roman.
Hanta, le narrateur, était son collègue de travail. Après la normalisation soviétique de 1968, les ouvrages -interdits- de Hrabal ont été pilonnés dans ce même dépôt, où était employée la femme de Hrabal, qui sauvait autant d’exemplaires qu’elle le pouvait des livres de son mari.

Il a été écrit et publié clandestinement en Tchécoslovaquie dans les années 70 (édulcoré et amputé) et a été perçu à sa sortie comme une dénonciation de la répression communiste.

Ce roman d'une centaine de pages raconte le destin tragique de Hanta, presseur de papier illettré. Hanta se fait une culture issue de toutes ces pages broyées et se met à aimer ces livres qu'il détruit quotidiennement.

« Voilà trente-cinq ans que je presse des livres et du vieux papier, trente-cinq ans que, lentement, je m'encrasse de lettres, si bien que je ressemble aux encyclopédies dont pendant tout ce temps j'ai bien comprimé trois tonnes ; je suis une cruche pleine d'eau vive et d'eau morte, je n'ai qu'à me baisser un peu pour qu'un flot de belles pensées se mette à couler de moi ; instruit malgré moi, je ne sais même pas distinguer les idées qui sont miennes de celles que j'ai lues. C'est ainsi que, pendant ces trente-cinq ans, je me suis branché au monde qui m'entoure : car moi, lorsque je lis, je ne lis pas vraiment, je ramasse du bec une belle phrase et je la suce comme un bonbon, je la sirote comme un petit verre de liqueur jusqu'à ce que l'idée se dissolve en moi comme l'alcool ; elle s'infiltre si lentement qu'elle n'imbibe pas seulement mon cerveau et mon cœur, elle pulse cahin-caha jusqu'aux racines de mes veines, jusqu'aux radicelles des capillaires. »

Hanta sauve aussi des livres en les ramenant chez lui, et en les conservant au-dessus de son lit.
On le suit dans ses journées entre travail, alcool, soliloques et délires.
Un matin, son patron lui fait comprendre qu’il ne pourra pas s’adapter à la modernisation de son métier. Hanta est privé de la seule chose qui donnait du sens à sa vie…

C’est un livre très noir où l’auteur se montre pourtant parfois drôle.
La poésie est présente souvent mais j’ai moins apprécié qu’on bascule très vite dans la trivialité.
Il parle essentiellement de la censure et des totalitarismes, de la révolution industrielle…mais quand Hanta se souvient du passé, il rappelle la guerre, les nazis, la déportation des Tziganes.
C’est un livre fort, bien qu’il soit court et facile à lire. Hanta est sale et alcoolique mais on l’adore !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allumette
Main aguerrie


Messages : 558
Inscription le : 31/12/2007
Age : 41

MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Ven 4 Jan 2008 - 21:52

Je vous laisse la critique que j'avais rédigée suite à la lecture de ce livre en août 2006 aime

Une trop bruyante solitude, Bohumil Hrabal



Quatrième de couverture :
Depuis trente-cinq ans, Hanta écrase de vieux livres sous une presse hydraulique. Il écrase, boit, il écrase, il soliloque en déambulant dans les rues de Prague. Cette culture qu'il est chargé de détruire, il s'est donné pour mission de la sauver. Dans l'avalanche de livres qui se déversent dans sa cave, il fait son choix, arrachant les uns à la mort, réservant à d'autres un traitement plus digne que celui auxquels ils étaient promis. Ce faisant, il est bien loin d'atteindre les normes qui lui sont imposées...
"Je suis venu au monde pour écrire Une trop bruyante solitude", confiait Bohumil Hrabal.


Extraits :
"... un livre à la main j'ouvre des yeux affolés sur un monde étranger à celui où je me trouvais, parce que moi, quand je plonge dans un livre, je suis tout à fait ailleurs, dans le texte... tout étonnné, il me faut bien l'avouer être parti dans mes songes, dans un monde plus beau, au coeur même de la vérité. Tous les jours, dix fois par jour, je suis ébahi d'avoir pu m'en aller si loin de moi-même. Ainsi, aliéné à moi-même, je m'en reviens chez moi en silence, polngé dans une méditation profonde..." page 18

" Moi, j'emballe depuis trente-cinq ans du vieux papier; or pour bien faire ce travail il faudrait une instruction universitaire, au moins le lycée classique, mais l'idéal en soi serait le séminaire. Ainsi, dans mon métier, la spirale et le cercle se répondent, progressus ad futurum et regressus ad originem se confondent, tout cela, je le vis avec intensité; instruit malgré moi, malheureux d'être heureux, je me prends à considérer que progressus ad originem et regressus ad futurum peuvent bien s'accorder." page 67

Lecture : 6 et 7 août 2006

Ma critique :

Je suis sous le choc, sous l'émotion, littéralement pressée par la grandeur de ce chef d'oeuvre....

Beauté, profondeur, poésie, passion et exaltation sont les mots qui me viennent.

Le héros de ce roman vit un paradoxe... amoureux des livres, il se doit de les détruire pendant une période historique peu glorieuse... Mais tellement passionné des livres, il garde secrètement des exemplaires des ouvrages qui le poussent ensuite à créer des sortes de boîtes de rangement qu'il orne de peintures de Cézanne, de Manet, etc... Ce sont comme de petits sanctuaires, qu'il pourra rouvrir à souhait.
Ce héros nous charme par la beauté de la mise en valeur de ces livres destinés au suplice...
Son métier lui permet aussi d'alimenter la soif de connaissance de personnages comme un professeur de philosophie. Une petite anecdote est d'ailleurs très sympathique : le personnage joue deux rôles vis-à-vis du philosophe... jusqu'à la fin de l'air de la presse manuelle...

Le livre compte peu de personnages mais ceux-ci raisonnent jusqu'à la fin aussi.
Ce livre est exceptionnel par la richesse des références auquelles il fait allusion !
De la poésie à chaque page, même de l'humour - un peu décalée, sous forme de jeux de mots (maux) - vient se glisser incidemment dans ce chef d'oeuvre chargé d'émotions liées à l'Histoire....

Le héros finira sa vie au summum, titillé par la réussite de Marinette, la société qui évolue de façon peu qualifiable, les enfants qui suivent, encouragés par leur professeur et les adultes environnant.
Il restera passionné jusqu'à la fin.

Ce livre est - je le répète - un chef d'oeuvre d'une beauté indescriptible. Il faut ABSOLUMENT le lire...
En l'achevant, une seule envie, celle de lire les autres ouvrages de Hrabal... et surtout relire celui-ci !!!!!!

Je suis à la fois bien triste de ne pas avoir lu ce livre plus tôt... mais désormais triste de l'avoir terminé... Mais au combien enchantée par sa lecture !!!!!

Ce livre se lit d'une traite, la pression monte jusqu'à son apogée au dernier chapitre, au dernier paragraphe.
Ce livre est d'une rare beauté, à la fois terrible et fascinante.
Je ne sais si les mots - en tout cas les miens - peuvent retranscrire les émotions qu'il suscite.
Pas une page sans une référence littéraire, artistique ou philosophique - qui donne envie d'approfondir, pas une page sans poésie.
C'est grandiose.
Je tiens en mes mains un bijou, une pierre précieuse.
Je ne remercierai jamais assez Marine pour m'avoir inscité à la lecture de ce roman qui me laissera une marque indélibile...
Ecrit par un auteur que je ne connaissais absolument pas hier matin, voici que ce livre est un hymne à la découverte des autres bijoux de cet homme.

Cette rencontre grave avec ces quelques lignes me laisse à ressentir une douleur douce-amère.
Douce par le symbolisme et amère quand à la description d'une société encore tellement d'actualité.

Certains détails, au départ presque dérangeant, prennent leur valeur au fil de la lecture. Je veux parler de la bière, des souris, du lit superposé, des anecdotes peu reluisantes de Marinette, des deux Tsiganes, sans parler de la presse et de la cave de notre héros.

L'écriture de ce livre est grande à mes yeux pour plusieurs raisons.
Mais son architecture relève du huitième ciel, du huitième art, de la huitième merveille du monde...
Car huit chapitres, dont un seul - le dernier - ne se décline pas comme les autres, semblant brisé les espoirs du héros qui pourtant saura rebondir face aux événements qui l'assaillent.
Ce rebondissement terminal est pour moi une des plus belles choses, bien que cela soit tabou et bien que je ne veuille pas en faire l'apologie, loin de là. A ceux qui n'ont pas lu ce livre, mes dernières lignes peuvent paraître énygmatiques, mystérieuses... mais je ne peux tout dévoilé et cela suscitera votre curiosité !

Ce livre nous élève vers le ciel, nous cultive, cultive l'amour de la lecture.
Qui ne voudrait pas lire Emmanuel Kant après cette découverte ?
Qui ne voudrait pas approfondir ses connaissances de Lao Tseu ?
Qui ne serait pas tenter de relire Sisyphe d'Albert Camus ?
Qui encore, pourrait s'abstenir d'admirer encore et toujours les oeuvres de Vincent Van Gogh et de Paul Gauguin ?

En tout cas, pas moi !

Ce livre est pour moi - vous l'aurez compris - une révélation, une élévation vers le sublime, une incantation à la lecture.
Je ne suis pas loin de penser que c'est LE livre à lire, si toutefois on en a qu'un seul à découvrir...
Car avec lui, la solitude n'existe pas. Ou alors évidemment trop bruyamment : on a envie de crier son intelligence au monde, même en pleine nuit, sous le regard doux des étoiles bienveillantes qui m'entourent.
Ecrit le 7 août 2006

Notation personnelle : 5/5 aime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Mar 15 Jan 2008 - 21:18

Que dire après la critique enthousiaste et terriblement inspirée de Coline qui pourrait donner envie de lire ce merveilleux livre à ceux qui ne l'ont pas encore fait ?

Hanta, c'est un concentré de l'humanité, dans ce qu'elle de plus beau et de plus attachant. Oui, il boit, oui il est sale, oui sa vie peut paraître d'une grande banalité, d'un grand vide et d'une grande pauvreté, si on s'en tient aux faits objectifs, aux chiffres, aux normes d'une société de consommation toute entière obssedée par une réussite matérielle et le paraître.

Mais Hanta c'est l'univers intérieur, le ressentir, le souvenir, la bonheur d'exister en étant soi-même à contre-courant, en opposition tranquille et sereine, juste en étant tel qu'il est. C'est une poésie de chaque instant, dans les gestes et les évenements les plus quotidiens voire les plus sordides, dans son métier de détruire, de broyer des livres, dans le bruit, la saleté, une activité qui révulse profondement cet amoureux des livres et des auteurs.

Je ne trouve pas ce livre aussi triste que cela, car malgré la mise au rencart de Hanta, il a vécu toutes ces années avec le plaisir qui lui apportaient les livres, un plaisir dont Bohumil Hrabal nous parle en connaissance de cause.

Et je trouverais dommage de réduire le propos de l'auteur à une critique du régime socialiste, cette brigade socialiste du travail qui remplace Hanta est tout à fait comparable à ce que nous avons actuellement dans nos entreprises, avec leur recherche de l'efficacité et du rendement maximum au détriment du l'humain, dans le déni de valeurs telles que la culture ou la sensibilité.

Un très beau livre à conseiller à tous les amoureux de la lecture.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Mer 16 Jan 2008 - 15:29

Venant lire le commentaire d'Arabella, je me suis rendue compte que je n'avais pas vu celui de Laurette...Enthousiastes!

Tiens...là encore nous sommes maintenant 3...
Je propose Bohumil Hrabal pour les auteurs du mois de février...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Mer 16 Jan 2008 - 15:42

coline a écrit:
Tiens...là encore nous sommes maintenant 3...
Je propose Bohumil Hrabal pour les auteurs du mois de février...
Je voudrais tant vous rejoindre sur ce fil - mais le livre que j'ai de cet auteur est apparemment pas traduit en français colere
Mais de toute façon vous m'avez donné envie de le lire.. je le ressort donc de la PAL Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Mer 16 Jan 2008 - 15:46

kenavo a écrit:
coline a écrit:
Tiens...là encore nous sommes maintenant 3...
Je propose Bohumil Hrabal pour les auteurs du mois de février...
Je voudrais tant vous rejoindre sur ce fil - mais le livre que j'ai de cet auteur est apparemment pas traduit en français colere
Mais de toute façon vous m'avez donné envie de le lire.. je le ressort donc de la PAL Very Happy

content Tu vas le lire dans quelle langue?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Mer 16 Jan 2008 - 16:00

coline a écrit:


content Tu vas le lire dans quelle langue?
Le livre que j'ai de lui est en allemand "Tanzstunden für Fortgeschrittene" (Leçons de danses pour avancés) - le choix de mes livres d'auteurs qui écrivent dans des langues pour lesquelles j'ai besoin d'une traduction est toujours un peu dépendant de la maison d'édition, des réactions en ce qui concerne les traductions.. et parfois aussi le prix Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allumette
Main aguerrie


Messages : 558
Inscription le : 31/12/2007
Age : 41

MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Mer 16 Jan 2008 - 18:38

Moi je voulais lire Petites perles au fond de l'eau.... mais il n'existe pas en français (enfin je crois).

_________________
Au revoir bonjour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Mer 16 Jan 2008 - 18:51

J'ai dans ma bibliothèque Les noces dans la maison, il faudrait que je le relise un jour, car c'est un livre magnifique, en attendant, si quelqu'un veut je le lui prête, je le ferais volontiers...

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Jeu 17 Jan 2008 - 15:38

Je dois me corriger - le titre du livre est "Tanzstunden für Erwachsene und Fortgeschrittene" (en anglais, j'ai trouvé qu'il existe une traduction: Dancing Lessons for the Advanced in Age)

J'ai commencé la lecture hier soir - pour réaliser après 4 pages que je n'avais pas encore rencontré de .POINT.!! J'ai dû m'arrêter pour reprendre mon souffle content et c'est en effet le monologue (88 pages = UNE phrase) d'un monsieur âgé et il raconte sa vie et des événements un peu farfelus..
En ce qui concerne le style du monologue, apparemment Bohumil Hrabal s'est inspiré chez Joyce et les dernières pages de son Ulysse... je suis curieuse de la suite.. bien que je crois que c'est un livre à lire d'une traite.. 88 pages devraient être faisable Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Ven 9 Mai 2008 - 18:40

A voir (paraît-il)...j'ai peu de chance que cela m'arrive dans mon bled:
Le film "Moi qui ai sauvé le roi d'Angleterre", d'après le roman de Bohumil Hrabal qui porte le même titre.

Je lis (dans Le Magazine Littéraire):
"Imbibé du burlesque de Bohumil Hrabal, le réalisateur Jiri Menzel parvient à traduire la voix du romancier dans la langue du cinéma"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
thomas212
Envolée postale
avatar

Messages : 177
Inscription le : 27/06/2009
Age : 49
Localisation : Marrakech

MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Ven 3 Juil 2009 - 11:11

Bohumil Hrabal est vraiment un ecrivain a part.J'avais adoré une trop bruyante solitude, plus drole que noire a mon avis.
Par contre j'ai lu "vend maison ou je ne veut plus vivre" l'année dernière et j'en garde un souvenir plus que confus.Ca part dans tout les sens et le coté absurde est poussé a sa limite(la mienne en tout cas).J'ai du m'accrocher pour le finir.Après cela Kalka ou Gogol sont de saines lecture,plutot classiques.
Je vais retourner a hrabal avec Closely Observed Trains(regardé les train attentivement ?)pour lequel j'ai lu de bonnes critiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thomassaliot.com
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Ven 3 Juil 2009 - 13:18

Il y a des passages marrants, dans Une Trop Bruyante Solitude, mais j'avais trouvé le roman globalement sombre. Burlesquement sombre.
La fin, notamment... Elle est terrible, non ?

Et puis, le héros trouve certes une petite part de bonheur dans son travail, mais c'est en le pervertissant, d'une certaine façon, puisqu'il garde certains livres au lieu de les pilonner.
Il resemble à un artisan, qui fait son travail avec conscience, qui connaît ce qu'il fait... Et il se retrouve pris de tous les côtés, sans espoir, puisqu'il est confronté à l'absurdité du système socialiste d'un côté et, comme l'a écrit Arabella, d'un autre côté il y a la recherche du rendement maximal (qui peut être indifféremment capitaliste ou socialiste, d'ailleurs).
Ca ne laisse pas beaucoup d'espoir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
thomas212
Envolée postale
avatar

Messages : 177
Inscription le : 27/06/2009
Age : 49
Localisation : Marrakech

MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Ven 3 Juil 2009 - 13:35

Bien sur Expie,tu as raison.
Je l'ai lu il y a longtemps et ayant un mémoire miraculeusement positive je me souvient plutot des anecdotes rigolotes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thomassaliot.com
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Jeu 13 Aoû 2009 - 16:22

La Chevelure sacrifiée

Volilà un roman lumineux, drole, lyrique, en contraste avec d' autres livres de Hrabal.

Une petite ville de Bohème au début du 20e siècle renait sous les yeux de Maryska, la narratrice.
Maryska est belle, tout en chair et en chevelure.
Elle a un appétit gargantuesque pour les nourritures terrestres et une sensualité telle qu' elle apparait naturellement dans ses moindres gestes.
Au grand désespoir de Francin, son pudibond mari.

Lui, il est délicat, timoré, bienséant, et heureusement très amoureux.
Pour elle, il exécute des rituels un peu compliqués et achète des lampes à pétrole qui mettent en évidence la splendeur de Maryska.
Autour d' eux, il y a des personnages pittoresques et remuants tout droit sortis d' un film muet.
Sauf qu' ici les sons, les bruits, odeurs sont très présents.
Et aussi une brasserie, une malterie, une cour où l' on grille le malt et où on goudronne les tonneaux.

Bod'a Cervinka se mettait toujours en quatre pour mes cheveux.
Ces cheveux, disait-il sont ce qui nous reste d' un age d' or, jamais je n' ai eu sous mon peigne des cheveux pareils.
Bod'a démelait mes cheveux, on aurait dit qu' il avait allumé deux flambeaux dans sa boutique, l' incendie de mes cheveux brulait dans les miroirs, les lavabos et les carafes et force m' était de reconnaitre que Bod'a disait vrai.
Jamais je ne voyais mes cheveux aussi beaux que dans la boutique de Bod'a, lorsqu'il les baignait dans une décoction de camomille que je préparais à la maison et que j' apportais dans une boite à lait.


J'aime les livres qui mettent en valeur les femmes, leur beauté et leur personnalité et Hrabal le fait très bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bohumil Hrabal [République tchèque]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les Sudètes
» Elles portent BB...
» Heure /Hiver /Eté
» Accouchement à l'hopital en République Tchèque.
» (RÉPUBLIQUE TCHÉQUE) Registres en ligne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature russe, d'Europe centrale et orientale (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: