Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Charles Nodier

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
GrandGousierGuerin

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

Charles Nodier - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles Nodier   Charles Nodier - Page 2 Icon_minitimeSam 28 Sep 2013 - 22:24

Smarra p33 Le récit
Charles Nodier - Page 2 Smarra12
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
GrandGousierGuerin

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

Charles Nodier - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles Nodier   Charles Nodier - Page 2 Icon_minitimeSam 28 Sep 2013 - 22:29


Smarra p37 Le récit
Charles Nodier - Page 2 Smarra13
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
GrandGousierGuerin

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

Charles Nodier - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles Nodier   Charles Nodier - Page 2 Icon_minitimeLun 7 Oct 2013 - 12:15

Smarra ou les démons de la nuit
1821
Charles Nodier - Page 2 Smarra

Récit de rêve a écrit:
Ce conte enchâsse quatre récits de rêve.
L'auteur s'est inspiré de L'âne d'or d'Apulée pour les multiples transformations des personnages. Il a expliqué ainsi son entreprise : «J'ai pensé que cet ouvrage aurait au moins pour le grand nombre le mérite de rappeler des sensations connues qui, comme le dit l'auteur, n'ont pas encore été décrites en aucune langue, et dont il est même rare qu'on se rende compte à soi-même en se réveillant. L'artifice le plus difficile du poète est d'avoir enfermé le récit d'une anecdote assez soutenue, qui a son exposition, son noeud, sa péripétie et son dénouement, dans une succession de songes bizarres dont la transition n'est souvent déterminée que par un mot.» (Préface de la première édition, 1821, p. 69-70).
Note : Chez les Dalmates, «smarra» signifie «cauchemar».

Texte complet : http://www.reves.ca/songes.php?fiche=149 ou encore http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k618448.r=nodier+smarra.langFR

Ce conte se découpe en quatre parties de dimensions inégales : le récit, l’épisode, l’épode et l’épilogue. Un crescendo dans la fantastique s’opére jusque dans l’épode pour revenir à un réveil cotonneux tout en sueur dans l’épilogue.
Le récit : Lucius rentre chez lui à Larisse en Thessalie et rencontre le spectre de son ami Philémon. L’environnement semble peu à peu être modifié
L’épisode : le cauchemar commence réellement et les apparitions sont de plus en plus effrayantes
L’épode : de l’action, si si ! Et du sang qui coule … pas à flots tout de même … C’est pas l’époque du gore tout de même !
L’épilogue : Ce ne fut qu’un cauchemar … mais en est-on si sûr ?
Les extraits ci-dessous vous donneront une idée du pouvoir désaltérant de l’eau spectrale Smarra de Nodier :
L'épisode a écrit:
Et en s'exprimant ainsi avec une voix plus grêle et plus déchirante que celle d'une hyène égorgée qui menace encore les chasseurs, elle détachait de son doigt la turquoise chatoyante qui étincelait de flammes variées comme les couleurs de l'arc-en-ciel, ou comme la vague qui bondit à la marée montante, et réfléchit en se roulant sur elle-même les feux du soleil levant. Elle presse du doigt un ressort inconnu qui soulève la pierre merveilleuse sur sa charnière invisible, et découvre dans un écrin d'or je ne sais quel monstre sans couleur et sans forme, qui bondit, hurle, s'élance, et tombe accroupi sur le sein de la magicienne. «Te voilà, dit-elle, mon cher Smarra, le bien-aimé, l'unique favori de mes pensées amoureuses, toi que la haine du Ciel a choisi dans tous ses trésors pour le désespoir des enfants de l'homme. Va, je te l'ordonne, spectre flatteur, ou décevant ou terrible, va tourmenter la victime que je t'ai livrée; fais-lui des supplices aussi variés que les épouvantements de l'enfer qui t'a conçu, aussi cruels, aussi implacables que ma colère. Va te rassasier des angoisses de son coeur palpitant, compter les battements convulsifs de son pouls qui se précipite, qui s'arrête... contempler sa douloureuse agonie et la suspendre pour la recommencer... A ce prix, fidèle esclave de l'amour, tu pourras au départ des songes redescendre sur l'oreiller embaumé de ta maîtresse, et presser dans tes bras caressants la reine des terreurs nocturnes...» Elle dit, et le monstre jaillit de sa main brûlante comme le palet arrondi du discobole, il tourne dans l'air avec la rapidité de ces feux artificiels qu'on lance sur les navires, étend des ailes bizarrement festonnées, monte, descend, grandit, se rapetisse, et, nain difforme et joyeux dont les mains sont armées d'ongles d'un métal plus fin que l'acier, qui pénètrent la chair sans la déchirer, et boivent le sang à la manière de la pompe insidieuse des sangsues, il s'attache sur mon coeur, se développe, soulève sa tête énorme et rit. En vain mon oeil, fixe d'effroi, cherche dans l'espace qu'il peut embrasser un objet qui le rassure; les mille démons de la nuit escortent l'affreux démon de la turquoise: des femmes rabougries au regard ivre; des serpents rouges et violets dont la bouche jette du feu; des lézards qui élèvent au-dessus d'un lac de boue et de sang un visage pareil à celui de l'homme; des têtes nouvellement détachées du tronc par la hache du soldat, mais qui me regardent avec des yeux vivants, et s'enfuient en sautillant sur des pieds de reptiles...
L'épode a écrit:
Plus tranquille, je livrai ma tête au sabre si tranchant et si glacé de l'officier de la mort. Jamais un frisson plus pénétrant n'a couru entre les vertèbres de l'homme; il était saisissant comme le dernier baiser que la fièvre imprime au cou d'un moribond, aigu comme l'acier raffiné, dévorant comme le plomb fondu. Je ne fus tiré de cette angoisse que par une commotion terrible: ma tête était tombée... elle avait roulé, rebondi sur le hideux parvis de l'échafaud, et, prête à descendre toute meurtrie entre les mains des enfants, des jolis enfants de Larisse, qui se jouent avec des têtes de morts, elle s'était rattachée à une planche saillante en la mordant avec ces dents de fer que la rage prête à l'agonie.

Et, pendant qu'elle me parlait, je mordais, obstiné, le bois humecté de mon sang fraîchement répandu, et je me félicitais de sentir croître les sombres ailes de la Mort qui se déployaient lentement au-dessous de mon cou mutilé.

Je m'élevais comme le papillon de nuit qui a nouvellement brisé ses langes mystérieux pour déployer le luxe inutile de sa parure de pourpre, d'azur et d'or.
Près de moi, d'horribles enfants aux cheveux blancs, au front ridé, à l'oeil éteint, s'amusaient à m'enchaîner sur mon lit de plus fragiles réseaux de l'araignée qui jette son filet perfide à l'angle de deux murailles contiguës pour y surprendre un pauvre papillon égaré. Quelques-uns recueillaient ces fils d'un blanc soyeux dont les flocons légers échappent au fuseau miraculeux des fées, et ils les laissaient tomber de tout le poids d'une chaîne de plomb sur mes membres excédés de douleur.
L'épilogue a écrit:
«Je te jure qu'ils n'ont pas blanchi... mais une autre fois, plus attentive, je lierai une de mes mains à ta main, je glisserai l'autre dans les boucles de tes cheveux, je respirerai toute la nuit le souffle de tes lèvres, et je me défendrai d'un sommeil profond pour pouvoir te réveiller toujours avant que le mal qui te tourmente soit parvenu jusqu'à ton coeur... Dors-tu?»
A noter que Smarra a également été adapté en BD chez Glénat ...
Charles Nodier - Page 2 Album-cover-medium-8803


Dernière édition par GrandGousierGuerin le Lun 7 Oct 2013 - 14:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Heyoka
Zen littéraire
Heyoka

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 31
Localisation : Suède

Charles Nodier - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles Nodier   Charles Nodier - Page 2 Icon_minitimeLun 7 Oct 2013 - 12:37

T'étais où pomponnette !?

Vous remarquerez que je n'apprends pas de mes erreurs rire 

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
GrandGousierGuerin

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

Charles Nodier - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles Nodier   Charles Nodier - Page 2 Icon_minitimeLun 7 Oct 2013 - 12:45

Heyoka a écrit:
T'étais où pomponnette !?

Vous remarquerez que je n'apprends pas de mes erreurs rire 
??Charles Nodier - Page 2 6a00d8345194ae69e20120a66e2d03970c-320wi??
J'ai pas compris .... intense reflexion 
Alors à défaut, je t'offre ce bouquet de pomponnettes flower  dentsblanches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Heyoka
Zen littéraire
Heyoka

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 31
Localisation : Suède

Charles Nodier - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles Nodier   Charles Nodier - Page 2 Icon_minitimeLun 7 Oct 2013 - 13:14

Je ne suis donc pas la seule à ne pas connaitre la signification de cette expression. ange panne 

Tu étais silencieux depuis quelques jours, Animal s'est inquiété et te voyant revenir, je voulais savoir où tu étais passé.

Non, tu n'as pas le droit d'avoir une vie privée rire 

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
GrandGousierGuerin

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

Charles Nodier - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles Nodier   Charles Nodier - Page 2 Icon_minitimeLun 7 Oct 2013 - 13:56

Heyoka a écrit:
Je ne suis donc pas la seule à ne pas connaitre la signification de cette expression. ange panne 

Tu étais silencieux depuis quelques jours, Animal s'est inquiété et te voyant revenir, je voulais savoir où tu étais passé.

Non, tu n'as pas le droit d'avoir une vie privée rire 
Que d'honneur ! J'en rougis tellement que je retourne me cacher au fond du Grand Gosier dentsblanches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Invité
Invité



Charles Nodier - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles Nodier   Charles Nodier - Page 2 Icon_minitimeMar 11 Oct 2016 - 22:54

Je me suis offert à 23 ans une belle edition de Nodier "Contes du pays des rêves" parce que j'avais eue entre les mains "Trilby ou la fée aux miettes", je crois, deux ans plutôt, et parce que cette accointance temporaire m'avait laissée totalement perplexe et envoûtée.
J'avais eue, alors, et toujours, le sentiment d'un texte définitivement à double entrée,
je ne me souviens précisément que d'un passage qui  évoquait une vieille femme dont le narrateur chantait la duplicité magique, laquelle à la nuit était son amante la plus fraiche que jamais terre ait portée. ça ne sonnait pas Serge Reggiani "n'a plus 20 ans depuis longtemps". Non : il s'agissait de la nuit en ruban qui defragmente l'approche du corps, de la touche de cette femme qui de son derme et sa flamme dépassait l'idée d'un corps entier, circonscrit, enfin c'était bien barré , et bien bien transmis.
Ce n'était pas explicite non plus, enfin c'était si bizarre, si subtil aussi
le style, je l'ai constaté avec recul, en achetant l'ouvrage cité plus haut, est si peu attendu ! Aucun flux facile, ni poncif dans la structure des harangues, rien de facile ou commun.
J'avais donc très tremblante acheté le dit, avec le sentiment d'avoir en main carrément un Secret,
alchimique ou didactique.

Je l'ai laissé reposer deux trois ans, puis l'ai rouvert, puis refermé, puis rouvert quatre fois depuis : à chaque fois j'ai lu quelques pages avec la même fascination immédiate. Pour constater que je n'avais pas encore l'âge.

Car comme on le sait, la fascination a sa part de sidération. Problématique.
J'en suis là : impossible encore de comprendre ce que j'aborde. Trop convaincue et vaincue, par l'éclair fulgurant que j'avais connu en découvrant, et qui affirmait le double discours total.
Je ne sais pas, peut-être une séance de EMDR m'aiderait . byebye hihi
En même temps, aussi, je me dis qu'il attend mon heure, ce livre :
Je ne cherche pas encore à comprendre pourquoi ma psyché semble déracinée à la première phrase.

Pour l'anecdote, le bouquiniste bibliophile qui me l'a vendu m'a loué Diderot,
et lui, il semblait être la réincarnation de l'idée que je me fais de Oscar Wilde. Photos à l'appui. D'ailleurs.

ça Alors.
Wink


Dernière édition par Nadine le Mer 12 Oct 2016 - 11:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Charles Nodier - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles Nodier   Charles Nodier - Page 2 Icon_minitimeMer 12 Oct 2016 - 11:26

De Nodier, je n'ai lu que Stella (un roman, son premier je crois) dont je n'ai gardé qu'un souvenir en demi-teinte, c'était l'époque de ma lecture de Nerval que je trouvais d'une puissance onirique incomparable (mais faut-il comparer les deux auteurs ?).

(Nadine, peut-être plutôt circonscrit que circoncis ? non ??)

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Charles Nodier - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles Nodier   Charles Nodier - Page 2 Icon_minitimeMer 12 Oct 2016 - 11:32

shanidar a écrit:


(Nadine, peut-être plutôt circonscrit que circoncis ? non ??)


oui

Tu ferais une bonne traductrice, ou un bon traducteur : grande intuition des intentions de sens. Hihi (non vérification faite tu accordes au féminin tes phrases. Traductrice Wink)
Revenir en haut Aller en bas
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Charles Nodier - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles Nodier   Charles Nodier - Page 2 Icon_minitimeMer 12 Oct 2016 - 11:35

En tout cas ce que tu dis de la préhension du corps et de sa possible fragmentation me parle. Ça me donne envie de lire Nodier aussi !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Charles Nodier - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles Nodier   Charles Nodier - Page 2 Icon_minitimeMer 12 Oct 2016 - 11:43

shanidar a écrit:
En tout cas ce que tu dis de la préhension du corps et de sa possible fragmentation me parle. Ça me donne envie de lire Nodier aussi !

Préhension : waow.

Tu m'apprends un mot.
Je confirme , le souvenir en question concerne la préhension, le narrateur exposait le super pouvoir de cette femme à avoir une prehension hors âge.

(Merci pour la correction plus haut )
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Charles Nodier - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles Nodier   Charles Nodier - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Charles Nodier
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Demande à Charles CHEVALIER - AD Rouen - x Anvéville & Cliponville
» RAY CHARLES
» Charles Frederick Worth
» Déces - Overlijden (1)
» Ricarville - Message à Charles Chevalier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés avant 1915-
Sauter vers: