Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 LC Samuel Beckett

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
églantine
Zen littéraire
églantine

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 54
Localisation : Peu importe

LC Samuel Beckett - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LC Samuel Beckett   LC Samuel Beckett - Page 3 Icon_minitimeMar 4 Juin 2013 - 21:54

[quote="unmotbleu"]
animal a écrit:
parce que j'accroche difficilement à ce qui ressemble ou ressemblait à du burlesque railleur alourdi de répétitions et d'absurde. que les personnages soient une chose ou une autre (ça ressemble merveilleusement à une discussion de poivrots bien entamés entre Monsieur Hackett et le couple Nesbit)... j'ai peur que ce qu'il y a de comique malgré tout me laisse froid. (pourtant quelques lectures tordues, acides ou amères je peux en trouver qui me plaisent).

pour un élément de comparaison (et pour ce passage) j'ai un peu pensé à Céline qui faisait du remplissage dans Mort à Crédit (pour citer quelque chose que j'ai lu et que j'ai gardé assez en mémoire).

Peut être qu'on tombe dedans quand on est petit ou pas. dentsblanches
Tu plonges dans l'absurde dès la première page.
Oui les personnages sont toqués (comme dit Kanskia) ou poivrots ou je ne sais quoi d'autre mais j'en viens à penser, par moment qu'on est à deux doigts du réel.
J'imagine très bien le vieux Hackett qui se dirige vers SON banc, contrarié parce qu'il est déjà pris.
Désorienté par "l'activité" des occupants qu'il interprète à sa façon.
Une scène possible et traitée de façon extrêmement drôle ou diablement "flippante" au choix.
Question de point de vue.
Je crois bien que c'est ça justement, une façon d'appréhender les situations, les personnes et les relations...
Il me vient à l'esprit, en lisant ces pages, que si on considère que l'on naît pour mourir, on oscille sans cesse entre l'absurde, le non sens et le sublime. C'est la vie qui est comme ça.
Bon, je pousse un peu le bouchon, c'est vrai mais voilà...
jypeurien
ça interpelle fortement ce que tu écris là UNMOTBLEU .......

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

LC Samuel Beckett - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LC Samuel Beckett   LC Samuel Beckett - Page 3 Icon_minitimeMar 4 Juin 2013 - 22:37

Finalement on va plutôt parler de caricature et d'exagération avec une tendance à dessein exaspérante car effet nécessaire à l'entrée en matière. Une façon de planter le décor.

Du même coup on fait une certaine impasse sur l'humour. On se détache de la première comparaison avec Céline (chez qui ça ne ressemblerait pas à de l'entrée en matière avec effet de contraste).

Nos larrons sont d'épuisants pantins.

Cette deuxième option m'intéresse plus.

Citation :
   Monsieur Hackett crut qu'elle allait lui tapoter le crâne ou tout au moins lui flatter la bosse. Il ramena ses mains et ils s'assirent à côté de lui, d'un côté la dame, de l'autre le monsieur, de sorte qu'il se trouva entre les deux. Sa tête leur arrivait aux aisselles, leurs mains se rejoignaient au-dessus de sa bosse, sur la traverse, ils ployaient sur lui avec tendresse.
   Vous vous souvenez de Green ? dit Monsieur Hackett.
   L'empoisonneur, dit le monsieur.
   L'avoué, dit Monsieur Hackett.
   Je l'ai connu un peu, dit le monsieur. Six ans, n'est-ce pas ?
   Sept, dit Monsieur Hackett. On en colle rarement six.
   Il en méritait dix, à mon avis, dit le monsieur.
   Ou douze, dit Monsieur Hackett.
   Qu'est-ce qu'il a fait ? dit la dame.
   D'un rien outrepassé ses prérogatives, dit le monsieur.
   J'ai reçu une lettre de lui ce matin, dit Monsieur Hackett.
   Oh, dit le monsieur, j'ignorais qu'ils pussent communiquer avec le monde extérieur.
   Il est avoué, dit Monsieur Hackett. Il ajouta, Je ne suis guère le monde extérieur.
   Voyons, voyons, dit le monsieur.
   Allons allons dit la dame.
   A la lettre, dit Monsieur Hackett, était jointe une pièce dont, connaissant votre goût pour la littérature, je vous donnerai bien la primeur, s'il ne faisait pas trop sombre pour y voir.
   La primeur, dit la dame.
   C'est bien ce que j'ai dit, dit Monsieur Hackett.
   J'ai mon briquet à essence, dit le monsieur.
   Monsieur Hackett sortit un papier de sa poche et le monsieur alluma son briquet à essence.
   Mr Hackett lu :

                      A NELLY

   A Nelly, dit la dame.
   A Nelly, dit Monsieur Hackett.
   Le silence se fit.
   Dois-je continuer ? dit Monsieur Hackett.
   Ma mère s'appelait Nelly, dit la dame.
   Le nom n'est pas si rare, dit Monsieur Hackett, même moi j'ai connu plus d'une Nelly.
   Lisez donc, mon cher ami, dit le monsieur.
   Monsieur Hackett lut :

                      A NELLY

     Vers toi, m'amour, vienne la nuit
     (Vienne la nuit)
     Dans ma cellule
     Je bande en soupirant
     Avecques Dunn sort-elle encore ?

...

Le problème du mot "absurde" utilisé à répétition c'est qu'il perd vite son intérêt. Pris sous l'angle de la caricature ça n'a rien d'absurde, le coq-à-l'âne n'est qu'un trait, un outil. Il y a une certaine affectation ou coquetterie dans la démarche ?

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heyoka
Zen littéraire
Heyoka

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 31
Localisation : Suède

LC Samuel Beckett - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LC Samuel Beckett   LC Samuel Beckett - Page 3 Icon_minitimeMer 5 Juin 2013 - 10:56

bix229 a écrit:
Je crois qu' il faudrait en finir un peu avec tous les jugements dont on qualifie Beckett depuis plus de 60 ans. On a fini parr oublier Ionesco et le théatre de l' absurde, mais Beckett, une fois passées les condamnations de critiques cramponnés à leur époque et à leurs traditions littérairees et culturelles... Mais avec Beckett donc, n' en finit plus avec tous ces gens qui glosent et exégètent sur son oeuvre et sur sa personne.
De quels jugements et critiques parles-tu ? Je ne connais pas l'histoire "critique" de Beckett.


bix229 a écrit:
Ecrivains et critiques ont cherché/trouvé des arrières plans philosophiques, psychologiques, pathologiques, ontologiques, métaphysiques et que sais-je... Ils cherchent encore. Beckett, lui, n' a ni approuvé ni désapprouvé ces graves pensifs penseurs. Il a passé son chemin tandis que les chiens continuaient à aboyer fiévreusment, trouvant des truffes là où il n' y avait que des cailloux et chantant laudes énamourées dans toutes leurs paroisses.
Et c'est mal de trouver des arrières plans philo/psycho/patho/onto/métaphysiques à l'oeuvre d'un écrivain ?


bix229 a écrit:
Peut etre, (mais qui saura jamais ?) voulait-il écrire des histoires qu' il jugeait lui-meme absurdes, mais qui le faisaient rire et l' aidaient à vivre -forcément- On se distrait comme on peut quand on est quelqu' un comme Beckett, drole d' oiseau parmi tous les oiseaux. Je suis tenté de croire qu' il ressemblait assez à ses personnages et vice versa...
[...]
Tout ceci pour dire que Malone meurt m' amuse beaucoup. Et si je devais retenir quelque chose de cette lecture, ce serait l' humour d' abord.
Donc pour toi, il n'y a rien qui se cache derrière les mots de Beckett, seulement de l'humour et de l'amusement, c'est ça ? J'ai fini ma lecture moi et je m'apprête à écrire un commentaire qui va à l'encontre de ce que tu dis. Mais j'ai peut être donné du sens à des dialogues que l'auteur lui-même ne voulait pas aussi riches de sens jypeurien


unmotbleu a écrit:
Il me vient à l'esprit, en lisant ces pages, que si on considère que l'on naît pour mourir, on oscille sans cesse entre l'absurde, le non sens et le sublime. C'est la vie qui est comme ça. Bon, je pousse un peu le bouchon, c'est vrai mais voilà... jypeurien
Non tu ne pousses pas tant que ça le bouchon Unmotbleu, j'ai trouvé le même rapport à la mort dans En Attendant Godot, le sublime en moins...



animal a écrit:
Du même coup on fait une certaine impasse sur l'humour. On se détache de la première comparaison avec Céline. Nos larrons sont d'épuisants pantins.
Ah donc toi, tu ne trouves pas d'humour dans le livre que tu as choisi ? Unmotbleu, tu es d'accord, Watt n'est pas drôle pour toi non plus ?


animal a écrit:
Le problème du mot "absurde" utilisé à répétition c'est qu'il perd vite son intérêt. Pris sous l'angle de la caricature ça n'a rien d'absurde, le coq-à-l'âne n'est qu'un trait, un outil.
Oui, je n'ai pas été emballée par l'extrait que tu as posté... Du coup, je reviens sur ce que j'ai dit précédemment et je retourne ma veste : tu serais peut être plus (+) charmé par En Attendant Godot.

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
jack-hubert bukowski

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 38

LC Samuel Beckett - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LC Samuel Beckett   LC Samuel Beckett - Page 3 Icon_minitimeMer 5 Juin 2013 - 11:39

Suite au dépeupleur, j'ai enchaîné avec la lecture d'Oh les beaux jours suivi de Pas moi. Terriblement, nous y retrouvons la trace de Beckett. Je vous encourage à enchaîner ces deux lectures pour mieux comprendre le projet du périple beckettien. Je crois poursuivre un moment donné avec Fin de partie. En gros, le théâtre de Beckett est tellement descriptif. Dans Oh les beaux jours, nous lisons cette interaction entre Winnie et Willie. De péripétie en péripétie, Samuel Beckett a ponctué la scène de descriptions à tout va. Nous ne sommes pas exactement dans le registre de Balzac, mais Beckett n'a pas son pareil pour rendre la légèreté d'une pose et la ponctuer d'un détail impressionniste pour rendre la scène de visu. Dans Pas moi, il y est question de mutité et cela crée donc une résonance assez forte. Beckett n'a pas besoin de raconter : il décrit, rendant bien l'absurdité de raconter le superflu.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
unmotbleu
Sage de la littérature
unmotbleu

Messages : 1329
Inscription le : 08/03/2013
Age : 60
Localisation : Normandie Rouen

LC Samuel Beckett - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LC Samuel Beckett   LC Samuel Beckett - Page 3 Icon_minitimeMer 5 Juin 2013 - 15:39

@Kannskia

Mais si! C'est drôle.
Pas tout le temps (l'extrait cité n'est pas drôle mais alors pas drôle du tout).
Tu sais, l'humour, c'est tout ce qu'il y a de subjectif.
Je vais te citer un autre extrait et tu me diras ce que tu en penses.

Watt, après des errances sans fin, arrive dans LA maison. (je ne veux pas t'en dire plus car tu voudras sans doute le lire).

"Le voilà arrivé. Il ose même ôter son chapeau et déposer ses sacs, sans appréhension. Rendez-vous compte! Il ôte son chapeau sans appréhension, déboutonne son manteau, s'assied et s'offre tout pur et grand ouvert aux longues joies d'être lui même, comme une cuvette à un vomissement."
laugh ou jemetate ou :apeur: ?

_________________
unmotbleu

"J'approuve par lassitude, je contredis par impatience." Jean ROSTAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

LC Samuel Beckett - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LC Samuel Beckett   LC Samuel Beckett - Page 3 Icon_minitimeMer 5 Juin 2013 - 16:06

Je voulais seulement suggérer, Kannskia, qu' on a du mal à se faire une opinion sur un auteur quand il est précédé déjà par tout un appareil critique, interprétatif. Tant mieux si tu peux faire une lecture "innocente" sans avoir connu cette espèce d' enfumage médiatique et critique.

Bien sur qu' il y a des arrières plans chez Beckett et des significations multiples.Et chaque lecteur devrait pouvoir le faire sans les tambours et les trompettes qui nous assoudissent.
Ce qui me gène, c' est le nombre d' éloges qui vont dans le meme sens, de clichés durables et répétitifs. Il y a quelques apperçus très justes sur Beckett, bien entendu et aussi des témoignages remarquables sur l' homme Beckett, mais le problèmes c' est qu' ils sont noyés dans la masse...

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sullien
Sage de la littérature
Sullien

Messages : 1591
Inscription le : 23/10/2012

LC Samuel Beckett - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LC Samuel Beckett   LC Samuel Beckett - Page 3 Icon_minitimeMer 5 Juin 2013 - 17:21

J'avoue ne pas comprendre ce qui a déclenché les foudres de bix... :apeur:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

LC Samuel Beckett - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LC Samuel Beckett   LC Samuel Beckett - Page 3 Icon_minitimeMer 5 Juin 2013 - 18:16

Sullien a écrit:
J'avoue ne pas comprendre ce qui a déclenché les foudres de bix... LC Samuel Beckett - Page 3 396249

Mais non, pas de foudre, juste des exxplications en rponse aux questions de Kannskia. Qu' elle a raison de poser et auxquelles j' essaie de répondre... !LC Samuel Beckett - Page 3 18687

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sullien
Sage de la littérature
Sullien

Messages : 1591
Inscription le : 23/10/2012

LC Samuel Beckett - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LC Samuel Beckett   LC Samuel Beckett - Page 3 Icon_minitimeMer 5 Juin 2013 - 20:02

bix229 a écrit:
Sullien a écrit:
J'avoue ne pas comprendre ce qui a déclenché les foudres de bix... LC Samuel Beckett - Page 3 396249

Mais non, pas de foudre, juste des exxplications en rponse aux questions de Kannskia. Qu' elle a raison de poser et auxquelles j' essaie de répondre... !LC Samuel Beckett - Page 3 18687
Ah d'accord ! dentsblanches Entièrement d'accord sinon quant au contenu, bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

LC Samuel Beckett - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LC Samuel Beckett   LC Samuel Beckett - Page 3 Icon_minitimeMer 5 Juin 2013 - 22:17

je poursuis, après le voyage en train et un bout de route il finit dans la maison. la déambulation a encore tout de l'ombre du coma éthylique et l'arrivée en forme de déchet vaguement éclairée par une possibilité de reconstruction va dans ce sens.

pour l'humour on est toujours plus dans le moins que dans le plus, on voisine tout en tentative de décontraction avec le sordide. du cocasse tout de même avec la femme qui lui jète une pierre. 

je m'ennuie un peu de l'amour/haine du superflu, parce qu'en fait il en fait exprès des tonnes pour faire apparaitre pas grand chose, et le fait que justement ce n'est pas grand chose et un peu triste, ou carrément un triste constat. quelques phrases un peu bidons qui apparaissent : fausses grandes révélations d'état qui tombent à plat.

    Défilaient déjà à toute allure, blêmes sous les feux du train, haies et fossés, mais seulement en apparence, car en fait c'était le train qui se mouvait, à travers une terre à jamais immobile.

à travers elles, à travers l'excès choisi et le verbiage intensif on sentirait même malgré soi une forme de vanité pas complètement mise en abyme. un rien de dandysme soigneusement décadent ?

ça m'agace donc toujours à sa manière, néanmoins ça avance et je ne suis pas insensible à ce qui semble parfois se dessiner, laborieusement, et en repoussant page après page ce qui pourrait faire surface.

pour aller dans le sens de bix (me semble) je suis parti sans idée plus préconçue que la quatrième de couverture et que cette LC m'a l'air d'une bonne occasion. je ne sais pas trop ce que ça me laissera mais je compte bien être fixé (pour ce que ça vaut et le temps que ça dure) en ayant une idée du pourquoi du comment ça m'aura fait cet effet là. (comme quoi l'exercice d'allonger des phrases pour aboutir à peu de choses n'est pas si compliqué qu'il y parait. pour peu qu'on s'arrête aux apparences qui seront tout ce qu'on peut en écrire (?) mais qui ne sont pas toute l'affaire. ahlala c'est compliqué. hum. il faut que je me prépare à y retourner.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
GrandGousierGuerin

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

LC Samuel Beckett - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LC Samuel Beckett   LC Samuel Beckett - Page 3 Icon_minitimeMer 5 Juin 2013 - 22:43

Commentaire alternatif sur le message d'animal : il manque des huhus ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
unmotbleu
Sage de la littérature
unmotbleu

Messages : 1329
Inscription le : 08/03/2013
Age : 60
Localisation : Normandie Rouen

LC Samuel Beckett - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LC Samuel Beckett   LC Samuel Beckett - Page 3 Icon_minitimeMer 5 Juin 2013 - 22:57

animal a écrit:
je poursuis, après le voyage en train et un bout de route il finit dans la maison. la déambulation a encore tout de l'ombre du coma éthylique et l'arrivée en forme de déchet vaguement éclairée par une possibilité de reconstruction va dans ce sens.

pour l'humour on est toujours plus dans le moins que dans le plus, on voisine tout en tentative de décontraction avec le sordide. du cocasse tout de même avec la femme qui lui jète une pierre. 

je m'ennuie un peu de l'amour/haine du superflu, parce qu'en fait il en fait exprès des tonnes pour faire apparaitre pas grand chose, et le fait que justement ce n'est pas grand chose et un peu triste, ou carrément un triste constat. quelques phrases un peu bidons qui apparaissent : fausses grandes révélations d'état qui tombent à plat.

    Défilaient déjà à toute allure, blêmes sous les feux du train, haies et fossés, mais seulement en apparence, car en fait c'était le train qui se mouvait, à travers une terre à jamais immobile.

à travers elles, à travers l'excès choisi et le verbiage intensif on sentirait même malgré soi une forme de vanité pas complètement mise en abyme. un rien de dandysme soigneusement décadent ?ça m'agace donc toujours à sa manière, néanmoins ça avance et je ne suis pas insensible à ce qui semble parfois se dessiner, laborieusement, et en repoussant page après page ce qui pourrait faire surface.

pour aller dans le sens de bix (me semble) je suis parti sans idée plus préconçue que la quatrième de couverture et que cette LC m'a l'air d'une bonne occasion. je ne sais pas trop ce que ça me laissera mais je compte bien être fixé (pour ce que ça vaut et le temps que ça dure) en ayant une idée du pourquoi du comment ça m'aura fait cet effet là. (comme quoi l'exercice d'allonger des phrases pour aboutir à peu de choses n'est pas si compliqué qu'il y parait. pour peu qu'on s'arrête aux apparences qui seront tout ce qu'on peut en écrire (?) mais qui ne sont pas toute l'affaire. ahlala c'est compliqué. hum. il faut que je me prépare à y retourner.


Je relève ce qui t'agace, je lis tes arguments pertinents et pourtant j'aime.
Comme quoi le malheur des uns... SOURIRE
Je salue ton commentaire pour sa justesse.
Et puis voilà, je me dis: pourquoi Watt ne pourrait pas être un poivrot au bout du rouleau?
Pourquoi le dandysme soigneusement décadent ne pourrait pas être plaisant sous sa forme littéraire?
Pourquoi le triste constat d'aboutir à du pas grand chose ne pourrait pas nous intéresser ou nous intriguer?
Pourquoi les tentatives de décontraction avec le sordide ne seraient pas de l'humour?
L'arrivée de Watt dans la maison me plaît énormément à moi.
C'est étrange ce monde qui dérange.

_________________
unmotbleu

"J'approuve par lassitude, je contredis par impatience." Jean ROSTAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
unmotbleu
Sage de la littérature
unmotbleu

Messages : 1329
Inscription le : 08/03/2013
Age : 60
Localisation : Normandie Rouen

LC Samuel Beckett - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LC Samuel Beckett   LC Samuel Beckett - Page 3 Icon_minitimeMer 5 Juin 2013 - 23:07

colimasson a écrit:
bix229 a écrit:
Au programme, pour très bientot, Watt. S' il y a quelqu' un qui souhaite faire une LC...

Ah oui ! Very Happy
j'attends avec impatience que tu nous rejoignes. enthousiaste

_________________
unmotbleu

"J'approuve par lassitude, je contredis par impatience." Jean ROSTAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

LC Samuel Beckett - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LC Samuel Beckett   LC Samuel Beckett - Page 3 Icon_minitimeJeu 6 Juin 2013 - 0:30

unmotbleu a écrit:
colimasson a écrit:
bix229 a écrit:
Au programme, pour très bientot, Watt. S' il y a quelqu' un qui souhaite faire une LC...

Ah oui ! Very Happy
j'attends avec impatience que tu nous rejoignes. LC Samuel Beckett - Page 3 112736

C' est fait ! Mais avec Malone meurt. Watt, ce sera pour une autre fois...

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

LC Samuel Beckett - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LC Samuel Beckett   LC Samuel Beckett - Page 3 Icon_minitimeJeu 6 Juin 2013 - 14:32

unmotbleu a écrit:

Il me vient à l'esprit, en lisant ces pages, que si on considère que l'on naît pour mourir, on oscille sans cesse entre l'absurde, le non sens et le sublime. C'est la vie qui est comme ça.

unmotbleu a écrit:


Je relève ce qui t'agace, je lis tes arguments pertinents et pourtant j'aime.
Comme quoi le malheur des uns... SOURIRE
Je salue ton commentaire pour sa justesse.
Et puis voilà, je me dis: pourquoi Watt ne pourrait pas être un poivrot au bout du rouleau?
Pourquoi le dandysme soigneusement décadent ne pourrait pas être plaisant sous sa forme littéraire?
Pourquoi le triste constat d'aboutir à du pas grand chose ne pourrait pas nous intéresser ou nous intriguer?
Pourquoi les tentatives de décontraction avec le sordide ne seraient pas de l'humour?
L'arrivée de Watt dans la maison me plaît énormément à moi.
C'est étrange ce monde qui dérange.

J'approuve tout ce que tu écris et je crois que nous lisons Beckett de la même façon...

Pour cette LC, j'ai choisi Eleutheria, un peu au pif, et il s'avère que c'est la seule pièce dont Beckett n'a jamais autorisé la publication -la moins bonne donc. C'est vrai qu'elle n'est pas terrible... mais même comme ça, elle me parle énormément.

C'est sinistre mais drôle, et surtout totalement désabusé :

Citation :
« M. KRAP. – Je serai franc avec vous. J’étais écrivain.
MME MECK. – Il est membre de l’Institut !
M. KRAP. – Vous voyez.
DR PIOUK. – Quel genre ?
M. KRAP. – Je saisis mal.
DR PIOUK. – Je parle de vos écrits. A quel genre allaient vos préférences ?
M. KRAP. – Au genre merde. »

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Contenu sponsorisé




LC Samuel Beckett - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: LC Samuel Beckett   LC Samuel Beckett - Page 3 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
LC Samuel Beckett
Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Samuel Doe: Qui tue par l´épée...
» Beaurepaire
» (M) YOU'RE THE MOST IMPORTANT THING IN MY LIFE - will higginson, rj king, xavier samuel
» CHEVALIER PAUL (EE)
» 4 mariages pour une lune de miel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Café littéraire. :: Nos lectures en commun :: Par titre ou auteur-
Sauter vers: