Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Pierre Guyotat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Pierre Guyotat    Mar 22 Juil 2014 - 18:52

colimasson a écrit:


Oui, ça ne se discute pas. On se sent concerné ou pas... mais bon, j'aimerais bien en discuter un peu quand même, alors je vais réfléchir à la manière de l'aborder Very Happy sans en faire un cas personnel, bien sûr...

Je me suis ennuyée lors de la lecture mais maintenant, il ne me semble pas si mauvais que ça. Il était sincère, même si quelques petites fariboles m'ont déplu... oh, j'ai le droit de dire que je n'ai pas été totalement convaincue sans que ça ne remette en question l'expérience de Guyotat, ni quoi que ce soit... après tout, ce n'est que mon avis, et je ne vois pas pourquoi on devrait le prendre personnellement pour soi.

Je me suis mal fait comprendre coli...Je respecte totalement ton point de vue, et ne faisais qu'exposer, à côté, mon ressenti très personnel ...
P...ains de mots écrits qui toujours nous trahissent!  C'est le genre de truc qui me décourage sur le forum...: ne pas savoir trouver des mots assez clairs qui ne puissent prêter à confusion ...
Il vaudrait mieux qu'on en discute autour d'un verre! Les nuances à l'oral, c'est plus facile! Very Happy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Pierre Guyotat    Mar 22 Juil 2014 - 18:57

coline a écrit:


Ne pas chercher les qualités et défauts à l'infini, ne pas décortiquer, respecter ce récit d'une terrible expérience, prendre ce qu'il donne (et il ne s'agit pas de voyeurisme en le faisant) ou laisser tout simplement, sans reproches...Je ne vois pas d'autre attitude à avoir devant ce texte.

Ce que je voulais dire c'était qu'il m'était difficile de critiquer une oeuvre aussi personnelle et dramatique, plus difficile que pour une fiction.
Mais ce n'est que mon humble point de vue, ce n'est pas une leçon que je donne et c'est en cela que je me suis mal exprimée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile


Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 25
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Pierre Guyotat    Ven 25 Juil 2014 - 13:38

Hé, ne t'inquiètes pas Coline ! je sais bien que tu n'as aucun penchant dictatorial et intransigeant. J'essayais de mon côté d'expliciter un peu ma démarche... c'est rigolo de se retrouver ou de se confronter seulement dans un débat littéraire. Les lecteurs s'y trouvent impliqués et suffisamment investis pour que ce soit intéressant, mais pas assez toutefois pour qu'on en fasse une affaire d'état. C'est une attitude du juste milieu Wink

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile


Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 25
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Pierre Guyotat    Lun 27 Oct 2014 - 16:21

Je m'essaie à une tentative de ressenti personnel après lecture... ça ne reste que mon avis... Wink


Coma (2006)




Le langage a créé une faille ? Le langage doit pouvoir y remédier. La dépression vécue par Pierre Guyotat est abordée de côté, avec la prudence de celui qui sait qu’une grande quantité de malheurs n’existerait pas si les mots ne les avaient pas précédés. On ne peut pas parler de dépression en général et Coma nous montre bien qu’il existe peut-être autant de dépressions qu’il y a de dépressifs. La dépression de Pierre Guyotat est d’ordre esthétique : il se meurt de ne pouvoir atteindre l’absolu.


« Tous les absolues créés par l’homme, auxquels j’ai souscrit, sont dépouillés par moi de leur valeur d’absolu en regard d’autres qui ne nous sont pas encore connus. »


L’absolu... le point de discorde de chaque homme… Si l’on demandait à Pierre Guyotat ce qu’il entend par là, il ne saurait rien répondre précisément. Il croit d’abord qu’il s’agit d’une quête de liberté, un peu facilement réduite à la liberté de mouvement :


« L’angoisse est pour moi attachée à ce qui est fixe, à l’habitation, aux fondations, aux meubles. La révolution aussi, non violente, que j’espère alors, je la ressens comme incompatible avec la fixation des peuples et des individus sur le sol où ils sont nés. »


Mais on se rend rapidement compte que la liberté maladroitement décrite par Pierre Guyotat est d’ordre métaphysique. Pierre Guyotat veut revivre le parcours de sacrifice christique : mourir aux autres pour devenir soi et tous les autres, dans tous les espaces et tous les âges possibles !


« Quelle douleur aussi de ne pouvoir se partager, être, soi, partagé, comme un festin par tout ce qu’on désire manger, par toutes les sensations, par tous les êtres : cette dépouille déchiquetée de petit animal par terre c’est moi… si ce pouvait être moi ! »


Cette volonté vire bientôt à la complaisance... Pierre Guyotat se trompe sans doute : la dépression, constat d’un échec, ne peut pas corriger l’échec et le conforte au contraire. De même, il se trompe dans un récit aux tournures empruntées, chaotiques, trop préoccupées de l’insignifiant pour parvenir à l’absolu tant recherché. Effectivement, Pierre Guyotat ne s’étend ni dans le temps, ni dans l’espace, suscitera peut-être la faim et le désir de quelques lecteurs partageant son esthétique du détail, mais laissant de côté les autres.


Et pourtant, malgré l’écueil esthétique, certaines bribes qui ressemblent à de la vérité parviennent à émerger. Lorsque Pierre Guyotat baisse les armes de l’écriture hyper-stylisée, abandonnant momentanément sa quête perdue d’une expression sophistiquée, il se rapproche de tous les dépressifs multiformes de ce monde. Son dernier paragraphe ne peut que susciter l’unanimité des enragés d’absolu qui ont dû se résoudre à faire des concessions à la réalité. Ces concessions sont celles du quotidien : dormir, manger, marcher, parler. Il faut perdre beaucoup de soi pour revenir à ces actes. On croit alors n’avoir rien gagné : une plaine, une dépression, une plaine. Pierre Guyotat essaie de s’élever au-dessus de son niveau initial en extirpant ce Coma de son voyage guttural.




La veille de son anesthésie générale, Pierre Guyotat se raconte, à moins qu'il se fantasme ? Et je trouve ça terriblement plombant. Je ne peux pas en juger, mais cette extrémisme du chic me semble même inauthentique...

Citation :
« Malgré mon enjouement –la douleur ou l’avant-douleur provoque toujours en moi une euphorie de verbe et d’empathie-, d’être ainsi marqué, même aux jambes, pris entre l’âge avancé des onze patients et l’obscurité carrelée, vétuste, du lieu dans lequel je vois et sens aussi les espaces du passé : infirmerie de collège, boiseries d’hospice, en quelque sorte mon commencement dans la collectivité humain, j’éprouve –mais à partir de quel « je » déjà ?- et tais à mes proches une sensation, dont j’attends que l’opération me délivre, d’inexistence entre deux vieilleries, de dépouillement, d’échec, d’abandon par la Lumière, d’humiliation froide, d’oubli. »


Il y a cependant une aspiration à l'absolu très spirituelle. De belles images surgissent, plus spontanément :

Citation :
« Qui me frappe ? De quelle autorité ?  […] Je n’en éprouve aucune colère. Seuls mes os réclament justice ; je suis ainsi fait que ce n’est jamais « moi » qui suis insulté, battu, repoussé, mais, dans ma personne, quelque chose du dessus, une réalité organique, solidaire ou une solidarité historique, voire métaphysique : je ne me suis toujours ressenti, pensé, qu’en tant que médium, intermédiaire, messager. Et l’on m’a toujours beaucoup aimé comme tel, celui qui apporte la lumière ou celui qui la rétablit dans le cœur de l’autre. »

Citation :
« Le pin est l’arbre du sexe, de l’Antiquité, il attire vers son tronc la profusion de la vie et son ombrage brûle, consume, l’arbre du bonheur inaccessible : comment être à la fois il y a deux mille ans, maintenant et dans deux mille ans ? »

Citation :
« Tant de vies individuelles, collectives, dont je suis exclu, moi qui depuis l’enfance ne peut se faire à ce fait qu’on ne peut dans le temps d’une vie humaine embrasser chacune des milliards et millions de vies humaines en cours, en cours de naissance, qui ne peut voir une fenêtre allumée sans éprouver le regret, la rage de n’être pas l’un ou l’une de ceux qui y vivent- et y lampent la soupe. »

Citation :
« Toute ma joie de vivre se tient dans cette tension et ce va-et-vient, ce jeu intérieur entre un mal que je sais depuis l’enfance être celui de tous les humains à la fois, à savoir de n’être que cela, humain dans un monde minéral, végétal, animal, divin, et une guérison dont personne ne voudrait, qui me priverait, en cas de réussite, de tout courage, de tout désir, de tout plaisir d’aller toujours au delà; en avant - et dont par intérêt bien compris depuis longtemps, je ne veux pas »

Pour ces passages-là, Guyotat est indispensable. Malheureusement, ça ne représente que 10% de Coma...


*peinture de Fra Angelico, Le martyre des Saints Cosme et Damien

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Pierre Guyotat    Lun 27 Oct 2014 - 18:18

bravo
Excellent commentaire coli...comme toujours!
Bien sûr, nous ne nous retrouvons pas absolument dans nos ressentis et notamment lorsque tu écris:

colimasson a écrit:
Et pourtant, malgré l’écueil esthétique, certaines bribes qui ressemblent à de la vérité parviennent à émerger. Lorsque Pierre Guyotat baisse les armes de l’écriture hyper-stylisée, abandonnant momentanément sa quête perdue d’une expression sophistiquée, il se rapproche de tous les dépressifs multiformes de ce monde.

Car pour moi, les qualités stylistiques de l'écriture de Pierre Guyotat ne sont pas une recherche esthétique mais bien une "nature" qui, parlant de ce sujet-là, la dépression profonde, met en mots les plus justes la réalité de cet état.
J'ai pleuré sur le livre...j'ai pleuré en écoutant Chéreau dire ce texte...ce n'est pas son esthétisme qui m'a bouleversée mais bien la vérité de ce qu'il décrit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile


Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 25
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Pierre Guyotat    Jeu 30 Oct 2014 - 21:02

Guyotat semble en effet très sincère. Ce que je regrette, c'est la distance entre sa dépression et le moment où il écrit : entre temps, il s'est passé sans doute beaucoup de choses et j'ai eu l'impression que la distance éclatait de manière tonitruante dans une écriture qui n'aurait peut-être pas été la sienne s'il avait écrit au moment même de la dépression.
Mais sachant cela, on peut effectivement apprécier ce récit de l'homme qui s'est sauvé lui-même, et qui garde les traces de ce rescapage. content

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Pierre Guyotat    Jeu 30 Oct 2014 - 22:54

colimasson a écrit:
Guyotat semble en effet très sincère. Ce que je regrette, c'est la distance entre sa dépression et le moment où il écrit : entre temps, il s'est passé sans doute beaucoup de choses et j'ai eu l'impression que la distance éclatait de manière tonitruante dans une écriture qui n'aurait peut-être pas été la sienne s'il avait écrit au moment même de la dépression.
Mais sachant cela, on peut effectivement apprécier ce récit de l'homme qui s'est sauvé lui-même, et qui garde les traces de ce rescapage. content

En fait tu aurais préféré le journal de sa dépression...mais ce sont bien en effet les souvenirs brûlants d'un rescapé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariane SHOYUSKI
Sage de la littérature


Messages : 2372
Inscription le : 17/04/2014

MessageSujet: Re: Pierre Guyotat    Jeu 30 Oct 2014 - 23:48


Merci beaucoup Colimasson, pour ton commentaire très intéressant.
Guyotat m'intéressent beaucoup depuis longtemps.
Mais je n'arrive pas à entrer facilement dans son écriture.
Mais je le lirai très bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Pierre Guyotat    Ven 31 Oct 2014 - 15:02

Ariane SHOYUSKI a écrit:

Merci beaucoup Colimasson, pour ton commentaire très intéressant.
Guyotat m'intéressent beaucoup depuis longtemps.
Mais je n'arrive pas à entrer facilement dans son écriture.
Mais je le lirai très bientôt.

Je comprends que tu ne puisses pas entrer facilement dans son écriture, et donc dans son oeuvre. C'est dur...dans le sens âpre, violent...
J'ai longtemps attendu avant de pouvoir le faire...et si j'ai aimé Coma qui m'a bouleversée, je ne me sens plus le courage d'aborder un autre livre de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile


Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 25
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Pierre Guyotat    Dim 2 Nov 2014 - 20:42

Il a aussi écrit des livres moins personnels je crois ? même ceux-ci tu n'oserais pas les lire ?

coline a écrit:

En fait tu  aurais préféré le journal de sa dépression...mais ce sont bien en effet les souvenirs brûlants d'un rescapé.


Oui, sans doute. Aaaah, l'éternel abîme entre l'attente du lecteur et le don de l'écrivain... Wink

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Pierre Guyotat    Dim 2 Nov 2014 - 21:32

colimasson a écrit:
Il a aussi écrit des livres moins personnels je crois ? même ceux-ci tu n'oserais pas les lire ?


Je crois ces textes un peu violents et crus tout de même.
(dit la vierge effarouchée dentsblanches )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile


Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 25
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Pierre Guyotat    Mar 4 Nov 2014 - 20:57

Ah, dans ce cas... chacun son truc ! Razz

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Pierre Guyotat    Mar 4 Nov 2014 - 23:13

colimasson a écrit:
Ah, dans ce cas... chacun son truc ! Razz

Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pierre Guyotat    Aujourd'hui à 0:57

Revenir en haut Aller en bas
 
Pierre Guyotat
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Jean-Pierre vous explique la vie en couple
» Pierre Chaunu (1923-2009).
» La "Pierre de Caen"
» Le Havre - PIERRE DUBOIS
» Je me présente : Pierre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: