Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Bohumil Hrabal [République tchèque]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Icon_minitimeLun 20 Aoû 2012 - 16:41

J'aime beaucoup la présentation du roman par Vaclav Jamek :

Citation :
« Ainsi Hrabal est-il un écrivain qui pardonne à la vie, à cause de la passion et de l'invention infinie que l'homme déploie pour la garder et l'entretenir, à son tour ébahi, ébloui, entraîné par cet acharnement à vivre qui est à la base de tout et qui se passe de justification. »

Citation :
« Profondément choqué sur le plan métaphysique, Hrabal ne porte pas de jugement moral sur la vie : il est proprement le contraire d'un métaphysicien moraliste -aux antipodes, donc, d'un Cioran. Il n'y a aucune visée satirique dans le tableau qu'il donne du ridicule humain ; ce ridicule constitue à ses yeux la preuve la plus vraie, la plus étonnante, quasiment héroïque et absolument émouvante, de l'appétit de vivre. »

Citation :
« La force de la vie chemine dans les petites gens, qui toutefois ne sont pas humbles, car enfin ils se débrouillent, ils font de grands gestes pour effrayer la mort, ce sont des originaux, des inventifs, des fiers-à-bras, de vrais salopards même, peu importe. C'est ainsi que pile et face peuvent rester liées, le foisonnement et la solitude, la légèreté et la gravité, la farce et la tragédie, et que parfois, dans quelques chefs-d’œuvre, on entrevoit le gouffre qui s'ouvre sous nos pas, fussent-ils de danse. C'est le cas surtout d'Une trop bruyante solitude, qui révèle le plus clairement la question à laquelle toute l'œuvre de Hrabal cherche sans doute à répondre : que peut la littérature après Auschwitz ? »

Elle met en valeur le talent humaniste de l'écrivain...

Un des passages du livre que j'ai beaucoup aimé concerne la découverte par Hanta des travailleurs de la presse mécanique. Un autre monde...

Citation :
« Justement, c’était l’heure de la pause, la chaîne s’arrêta, les ouvriers s’assirent sous le grand tableau mural barbouillé de punaises, de liasses de paperasses et d’informations et déballèrent leur goûter ; riant et bavardant, ils arrosaient sans gêne leur sandwiches au fromage et au saucisson de lait et de Coca-Cola, et moi, rien que d’entendre les bribes de leur conversation joyeuse, je dus m’appuyer à la rambarde : j’apprenais, en effet, qu’ils formaient une brigade socialiste du travail ; tous les vendredis, aux frais de l’entreprises, un bus les emmenait dans un chalet des Monts-des-Géants, l’été dernier, ils avaient visité la France et l’Italie, et cette année, projetaient-ils en allumant une cigarette, ils feraient bien un tour en Grèce et en Bulgarie. Et ils s’interpellaient, inscrivaient leurs noms sur des listes et s’incitaient les uns les autres à être tous de la partie. En les voyant se déshabiller à mi-corps pour se faire bronzer aux rayons déjà hauts du soleil, je n’étais même plus étonné ; ils hésitaient sur l’emploi judicieux de leur après-midi : iraient-ils se baigner aux Bains-Jaunes ou jouer au foot à Modrany ? »

Citation :
« Leurs projets de vacances en Grèce m’avaient complètement ébranlé : moi que la lecture de Herder et de Hegel avaient projeté dans la Grèce antique, moi que Friedrich Nietzsche avait initié à la vision dyonisienne du monde, je n’avais jamais pris de vacances. »

Et voilà ce qu'il leur mettrait dans la tête s'il était du voyage :

Citation :
« Si je pouvais partir en Grèce avec cette brigade socialiste du travail, je leur ferais des conférences sur l’architecture et la philosophie, des cours sur tous les suicidés, sur Démosthène, sur Platon et Socrate, si je pouvais les y accompagner… Mais voilà, nous entrions dans une nouvelle époque, un monde nouveau, ça leur passait bien au-dessus de la tête, à ces jeunes gens, tout sans doute était déjà bien différent. »

Il n'empêche, c'est finalement Hanta qui se résigne...
Citation :


« Et je pressai, je pressai avec fureur des paquets anonymes, sans la moindre reproduction de maître ancien ou moderne, je ne faisais que le boulot pour lequel on me payait, fini l’art, la création, l’enfantement dans la beauté, en continuant à ce train-là, je pourrais certainement former à moi tout seul une brigade socialiste du travail avec l’engagement d’accroître de cinquante pour cent la productivité annuelle, et j’aurais sûrement droit aux chalets de l’entreprise, j’irais certainement passer l’été en Grèce, faire en caleçon long le tour du stade d’Olympie et m’incliner à Stagire en l’honneur d’Aristote. Ainsi, buvant directement le lait à la bouteille, je travaillai, inhumain, insensible comme les gens de Bubny, et le soir tout était fini, j’avais tout écrasé, prouvant ainsi que je n’étais pas une nullité. »

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Icon_minitimeVen 12 Juil 2013 - 22:50

Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Hrabal10

La Chevelure sacrifiée (Postřižiny, 1976). Traduit du tchèque en 1987 par Claudia Ancelot. 165 pages. L'Imaginaire Gallimard.
En exergue : "Madame Bovary c'est moi. Gustave Flaubert".
Et le livre commence ainsi :
Citation :
"J'aime ces quelques minutes avant sept heures du soir ; armée de chiffons et de papier journal froissé - des vieux numéros de Narodni Politika - je nettoie alors les cylindres de verre des lampes ; je mouche les mèches carbonisées avec une alumette, puis je remets en place les petits chapeaux de laiton et, sur le coup des septs heures, suvient ce beau moment où s'arrêtent les machines de la brasserie, où la dynamo qui propulse le courant électrique dans toutes les ampoules, la dynamo, donc, commence à ralentir ses révolutions ; au fur et à mesure que l'électricité faiblit, faiblit aussi la lumière des ampoules, lentement la lumière blanche vire au rose et la lumière rose à un gris tamisé à travers les voilages et l'organdi ; puis enfin, les filaments de wolfram au plafond montrent des petits doigts cramoisis et rachitiques, une clé de sol rouge."(page 11)

Nous sommes en République tchèque, dans les années 20. Les personnages principaux de ce curieux livre sont Maryška et son mari, Francin, qui a un poste à responsabilité dans une brasserie. Francin est très amoureux de sa femme, et est particulièrement fasciné (comme tout le monde) par ses cheveux très beaux et très longs.

La voici, Maryška, qui vient de conduire en rusant un cochon au charcutier, M. Myclik (elle n'aime pas qu'on attache le pauvre cochon avec une corde). Hop, le bourreau, pardon : le charcutier, a fait son travail, le flot de sang jaillit, vite vite on met la bassine, puis encore une grande cocotte...
Citation :
"[...] et déjà je tournais le sang avec une cuiller de bois pour l'empêcher de se coaguler, puis de l'autre main, des deux mains ensemble, je battais ce beau sang fumant, M. Myclik et son aide, M. Martin, le cocher, jetaient le cochon dans un baquet et déversaient sur lui des brocs d'eau bouillante et moi, je devais retrousser mes manches et, avec les doigts écartés, brasser le sang qui refroidissait ; je lançais aux poules les floches de sang coagulé, les deux bras jusqu'aux coudes dans le sang de plus en plus froid, mes bras faiblissaient, je brassais le sang comme si j'étais en train de rendre l'âme avec le cochon, encore quelques derniers flocons de sang caillé, puis le sang se relâcha, devint froid, je sortis les bras des bassines et des cocottes alors que le treuil montait lentement le cochon ébouillanté et rasé vers la poutre de la resserre ouverte.[...]" (pages 25-26)

Et on prépare les andouillettes et les boudins !

Citation :
"Je tendis une cuvette et tous ces beaux abats roulèrent dedans, cette symphonie de formes et de couleurs mouillées, pour moi, rien de plus enthousiasmant que des poumons de cochon, rouge clair, merveilleusement gonflés comme du caoutchouc mousse, nulle part ailleurs on ne trouve des couleurs aussi passionnées que le brun foncé du foie, orné de l'émeraude du fiel comme des nuées avant l'orage ; pareil à de doux moutons, le gras grumeleux s'étire le long des intestins, jaune comme un cierge qui coule, comme de la cire d'abeille. Et puis, l'œsophage composé de rondelles bleues et rouge clair comme le tuyau d'un aspirateur multicolore." (pages 26-27).
Miam, le bon goulache qui se prépare !
Les membres du conseil d'administration de la brasserie, qui sont en réunion juste à côté, vont pouvoir se régaler ! Sans compter les saucisses au raifort, les boudin à l'orge et à la mie de pain ! Et la lager coule à flots !
Francin et Maryška forment un drôle de couple : lui, en cravate; elle pleine de vie : elle aime boire, manger. Il aimerait tant que sa femme se conduise convenablement, mais c'est plus fort qu'elle.
Citation :
"Francin entrait dans la cuisine, il ne mangeait jamais rien, il était incapable de regarder tout cela, alors il se tenait près du poêle et il mangeait du pain sec et buvait du café et il me regardait et il avait honte pour moi et moi, je mangeais avec appétit, je buvais de la bière au goulot d'une bouteille d'un litre [...]" (page 27).

L'histoire, inracontable est, pourrait-on dire, à tendance expressionniste. Elle n'a pas grande importance : les parties sont supérieures au tout. Elle patine un tout petit peu à un moment, mais repart avec des scènes excessives qui tiennent bien la route grâce au style de Hrabal.

On finira en regardant notre ami Francin plancher sur des slogans destinés à augmenter les ventes de bière :
Citation :
"« Plus de bière, moins de soucis et d'ennuis. - [...] Celui qui ne buvait pas était tout triste, un verre de bière, le voilà rose comme une jouvencelle. - Sans bière, je serais mort de mon vivant [je l'aime bien, celle-là !] - Votre santé ne va pas, la bière vous la rendra. - [...] Une petite bière au bon moment et vous repartez le coeur content. »" (pages 140-141).


Un très bon style, une histoire farfelue, deux bons personnages, un livre parfois incroyable qui donne faim et soif. Que demander de plus ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Invité
Invité



Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Icon_minitimeVen 12 Juil 2013 - 23:25

Hrabal est un auteur incroyable pas assez connu en France.
Revenir en haut Aller en bas
Sullien
Sage de la littérature
Sullien

Messages : 1591
Inscription le : 23/10/2012

Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Icon_minitimeSam 13 Juil 2013 - 11:10

Tiens, je croyais avoir commenté Une trop bruyante solitude... Il n'est jamais trop tard ! Voici ce que j'en avais noté :

Hrabal m'a tout simplement bouleversé avec son roman Une trop bruyante solitude ; pour pouvoir en parler convenablement, il faudrait d'ailleurs que je le relise... L'histoire est centrée sur Hanta, presseur de papier praguois, qui s'est amouraché des livres (quoique la relation qu'il entretient avec eux est pour le moins ambivalente - ce que retrace l'écriture avec beaucoup d'acuité et de sensibilité), et qui a développé un attachement pour le moins sensuel avec la culture, allemande notamment ; c'est au fond de sa sinistre cave qu'il découvre, au gré d'un périple oscillant toujours entre poésie et allégorie, l'horreur de la période nazie - ère révolue semble-t-il, mais dont le souvenir reste si vif - et l'horreur de l'ère industrielle à venir (incarnée dans l'univers aseptisé de la gigantesque presse de Bubny où l'on presse non des livres, mais du papier, où les hommes sont des ouvriers, non des artistes comme Hanta) ; une ère imminente de bêtise et d'inculture - pardon, de "progrès" - où le personnage-narrateur n'a plus sa place...

Je me suis récemment frotté aux Palabreurs, mais ça n'a pas pris pour moi. J'ai dû arrêter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heyoka
Zen littéraire
Heyoka

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 31
Localisation : Suède

Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Icon_minitimeSam 13 Juil 2013 - 11:14

Sullien a écrit:
Tiens, je croyais avoir commenté Une trop bruyante solitude...
Tu l'avais forcément commenté quelque part parce que je l'avais noté grâce à toi.

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Icon_minitimeSam 13 Juil 2013 - 18:38

eXistenZ a écrit:
Hrabal est un auteur incroyable pas assez connu en France.

Il est quand même pas mal traduit et édité. Ce qui est relativement rare pour un auteur tchèque. Wink 

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Icon_minitimeSam 13 Juil 2013 - 19:42

Arabella a écrit:
eXistenZ a écrit:
Hrabal est un auteur incroyable pas assez connu en France.

Il est quand même pas mal traduit et édité. Ce qui est relativement rare pour un auteur tchèque. Wink 

Oui mais vas dans la rue et demande si quelqu'un connait... Quelle tristesse !!
Revenir en haut Aller en bas
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Icon_minitimeSam 13 Juil 2013 - 20:15

Certes. Mais c'est le cas de tellement d'écrivains importants....

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heyoka
Zen littéraire
Heyoka

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 31
Localisation : Suède

Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Icon_minitimeDim 14 Juil 2013 - 1:04

comment se prononce le nom de cet auteur ? Le "H" est muet ?

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Icon_minitimeDim 14 Juil 2013 - 1:37

le "h" est aspiré, le "u" se prononce "ou" pour le prénom et pour le nom le "H" est aspiré et le "r" est roulé.
Revenir en haut Aller en bas
Heyoka
Zen littéraire
Heyoka

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 31
Localisation : Suède

Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Icon_minitimeDim 14 Juil 2013 - 12:13

D'accord, merci eXistenZ.

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Icon_minitimeDim 14 Juil 2013 - 20:08

eXistenZ a écrit:
le "h" est aspiré, le "u" se prononce "ou" pour le prénom et pour le nom le "H" est aspiré et le "r" est roulé.

Donc, c'est vraiment galère à prononcer, c'est pas seulement l'orthographe qui fait mauvaise impression.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Invité
Invité



Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Icon_minitimeMar 1 Oct 2013 - 1:25


Une trop bruyante solitude

Un livre magnifique, un chef d’œuvre, l’un des livres les plus importants de la littérature tchèque. Peut être le livre que j’emmènerais sur une île déserte.
Longtemps que je le lis et que je le relis. Longtemps qu’il continue de me toucher. Un langage simple utilisé par l’écorché vif qu’est cet écrivain tchèque, celui qui parle de petits rien pour les magnifier, qui décrit sa vie pour la fantasmer, qui combat par un phrasé grandiose.
L’émotion frappe, elle choque, elle nous tire de notre torpeur. Cet amour du livre et cette détestation de la bêtise humaine caractérisée par une soif de progrès au détriment de la tradition, ce combat contre l’inculture et le « tout-politique » de sombres époques nous fait réfléchir et nous bouleverse. Un style simple certes mais terriblement séduisant dans son articulation avec une ponctuation maîtrisée, ce qui est rare, une utilisation du point-virgule en l’occurrence qui est habituellement inappropriée et qui là ajoute une cadence et un rythme intéressants.

Bohumil Hrabal déclarait qu’il «a existé pour écrire une trop bruyante solitude».
Je suis content qu’il ait existé car il me semble être né pour lire ce livre. Je crois en fait que ce livre concerne tout lecteur, toute personne intéressée par l’éveil de la conscience, la curiosité et l’étonnement philosophique.

Un grand roman, écrit par un grand homme.

Longtemps j’ai aimé lire, grâce à ce livre la lecture est une passion. C’est ce genre d’écrivain pour qui j’ai de l’admiration, un écrivain qui m’impressionne par sa simplicité et son talent et qui arrive à me transformer alors que je connais son ouvrage par cœur.
Revenir en haut Aller en bas
églantine
Zen littéraire
églantine

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 54
Localisation : Peu importe

Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Icon_minitimeMar 1 Oct 2013 - 1:43

Impossible de passer à côté !!! jypeurien 
"Une trop bruyante solitude " va s'ajouter au mieux à ma LAL ....au pire à ma PAL ...Ou l'inverse selon la façon dont on aborde la question !rire

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heyoka
Zen littéraire
Heyoka

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 31
Localisation : Suède

Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Icon_minitimeMar 1 Oct 2013 - 8:22

Joli commentaire Jimmy.

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Bohumil Hrabal [République tchèque]   Bohumil Hrabal [République tchèque] - Page 3 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Bohumil Hrabal [République tchèque]
Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» La République Frêchoise
» Syndic des gens de mer
» La République Frêchoise
» médaille outre-mer
» Lettre de notre chef de file à Sarko 1er

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature russe, d'Europe centrale et orientale (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: