Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Ariyoshi Sawako

Aller en bas 
AuteurMessage
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Ariyoshi Sawako  Empty
MessageSujet: Ariyoshi Sawako    Ariyoshi Sawako  Icon_minitimeMar 2 Juil 2013 - 20:21

ARIYOSHI Sawako (1931-1984)


Ariyoshi Sawako  Ariyos10


ARIYOSHI Sawako est née en 1931 à Wakayama. Elle fut romancière, nouvelliste et auteure de pièces de théâtre. Son style est le réalisme social ce qui lui permit de toucher un large public au Japon. Elle a abordé dans son œuvre la condition féminine, des thèmes sociaux, l’impact de la pollution sur l’environnement. Elle aurait été comparée à Simone de Beauvoir, qu’elle admirait.

Elle a étudié la littérature et le théâtre à l’École chrétienne des femmes de Tokyo de 1949 à 1952. Après ses études, elle a travaillé dans une maison d'édition, elle a écrit dans de nombreuses revues littéraires et a travaillé pour une troupe de danse théâtrale.
Elle se suicide à Tokyo le 30 août 1984.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Ariyoshi Sawako  Empty
MessageSujet: Re: Ariyoshi Sawako    Ariyoshi Sawako  Icon_minitimeMar 2 Juil 2013 - 20:25

Les dames de Kimoto


La vie de plusieurs générations de femmes de la même famille. La figure centrale est celle de Hana. Elevée de façon traditionnelle, elle accepte de respecter toutes les coutumes, et le rôle attribué aux femmes, de partir dans la famille du mari après un mariage arrangé, et de donner naissance à des héritiers. Mais malgré le respect scrupuleux de toutes les coutumes, et la maîtrise de tous les arts d’agréments, Hana est une forte personnalité, et le succès de son mari en tant qu’homme politique lui doit beaucoup, et peut être même l’impulsion de départ vient d’elle. Elle tente de rester fidèle à l’image de sa grand-mère qui l’a élevée, qui elle aussi était une maîtresse femme. La personne à qui elle n’arrivera pas à imposer sa volonté, sera une de ses filles, Fumio, rebelle à toute tradition, et à l’image de la féminité que souhaite lui inculquer sa mère. Elle finira par construire sa vie, fondée une famille avec un homme qu’elle a choisi. Mais Hana aura plus de succès avec sa petite fille, Hanako, qui voit aussi le côté positif de l’héritage de sa grand-mère.

Un livre très romanesque, le portrait d’une famille sur plusieurs générations, les morts, les naissances, les conflits. Tout cela avec l’histoire du Japon de la fin du XIXe siècle jusqu’au milieu du XXe en toile de fond. Avec d’abord de belles descriptions du Japon traditionnel, ses coutumes, son art, ses traditions, avec en scène de résistance la voyage de Hana vers sa belle famille, en palanquin, avec les arrêts nécessités par la distance, puis le repas de noce, avec les changements de tenues. Puis l’introduction de la modernité, d’autres façons de vivre qui s’installent et les mentalités qui changent.

C’est de la belle ouvrage. C’est très classique dans la façon de dérouler le récit, de suivre une narration. L’écriture, tout en étant efficace, et plutôt fluide, n’est pas d’une originalité marquante. Les personnages sans être stéréotypés, sont par moments un peu convenus, peut être pas suffisamment fouillés. Mais cela se lit vraiment avec plaisir, il est bien agréable de faire ce voyage au Japon, dans le temps et l’espace, et le fait de voir tout cela du côté des femmes est aussi un plus. Sans être révolutionnaire, et d’une exigence littéraire exceptionnel, c’est un livre bien fait, et dont la lecture est un moment plaisir, tout un resituant le cadre japonais d’une façon instructif pour le lecteur.

Un petit exemple (qui m’intéressait personnellement) : à la fin de sa vie, Hana a du mal à lire, et les personnes de son entourage s’organisent pour lui faire la lecture. Comme il semble qu’Hana lisait à ce moment surtout des classiques, comme le fameux Dit du Genji :

Citation :
A l’idée de devoir affronter des textes en japonais classique tous semblèrent contrariés. Un certain nombre d’entre eux ne connaissaient Le Roman de Genji que par ouï-dire, mais ils avaient l’impression que c’était terriblement difficile.

Comme quoi les Japonais actuels n’ont pas forcément connaissance de leur littérature classique, et si j’arrive à lire ce texte, je pourrais peut être même crâner auprès des nippons.dentsblanches 

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Ariyoshi Sawako  Empty
MessageSujet: Re: Ariyoshi Sawako    Ariyoshi Sawako  Icon_minitimeMar 2 Juil 2013 - 20:55

Arabella a écrit:
Comme quoi les Japonais actuels n’ont pas forcément connaissance de leur littérature classique, et si j’arrive à lire ce texte, je pourrais peut être même crâner auprès des nippons.dentsblanches 

rire 
Je me demande si ça n'est pas plus facile pour nous de le lire en français moderne... Lire le Dit du Genji dans le texte d'origine doit être horriblement dur (Tanizaki a passé pas mal de temps à en faire une traduction moderne, je crois, et il n'est pas le seul). Alors si les classiques en question sont en version non modernisée, je comprends leur peur !

... et merci pour ce commentaire ! bonjour 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Invité
Invité



Ariyoshi Sawako  Empty
MessageSujet: Re: Ariyoshi Sawako    Ariyoshi Sawako  Icon_minitimeMer 3 Juil 2013 - 5:22

Merci pour ton commentaire Arabella. J'avais beaucoup aimé ce livre moi aussi ; j'ai dû le lire il y a bien 7 ou 8 huit ans, c'était l'un de mes tous premiers contacts avec la littérature japonaise, et je me souviens que le livre évoquait des coutumes qui me semblaient alors très "exotiques".
Revenir en haut Aller en bas
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Ariyoshi Sawako  Empty
MessageSujet: Re: Ariyoshi Sawako    Ariyoshi Sawako  Icon_minitimeMer 3 Juil 2013 - 8:35

@ eXPie, si c'est écrit dans une langue équivalente à l'ancien français, il y a évidemment besoin de traduction.

@ Armor, j'avais justement pensé à toi, en me disant que ce livre pourrait te plaire. Wink 

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
GrandGousierGuerin

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

Ariyoshi Sawako  Empty
MessageSujet: Re: Ariyoshi Sawako    Ariyoshi Sawako  Icon_minitimeMer 3 Juil 2013 - 10:58

Beau commentaire Arabella !
Comptes-tu en lire d'autres ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Ariyoshi Sawako  Empty
MessageSujet: Re: Ariyoshi Sawako    Ariyoshi Sawako  Icon_minitimeMer 3 Juil 2013 - 11:20

Sans doute, j'ai vu qu'il y en avait de traduit. Mais pas de suite tout de même, j'ai peur de lasser, si c'est le même type de livres.

Mais Armor, tu en as peut être lu d'autres, un petit avis de quelques mots serait apprécié. dentsblanches 

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Ariyoshi Sawako  Empty
MessageSujet: Re: Ariyoshi Sawako    Ariyoshi Sawako  Icon_minitimeMer 3 Juil 2013 - 13:12

J'ai effectivement lu Le miroir des courtisanes, je n'en ai pas parlé parce que je ne m'en souviens plus très bien. Souvenirs d'une mère qui ne cesse d'écraser sa fille et d'une rivalité qui va très loin, jusque dans la prostitution. J'avais moins aimé que les dames de Kimoto, mais il faut dire que le propos était très différent. Je serais bien incapable de dire aujourd'hui ce qu'il en est de la qualité d'écriture, et de l'intérêt du livre concernant les coutumes japonaises.
Kae ou les deux rivales me tentait bien, j'ai failli l'acheter un jour mais il est court et écrit très gros. Je craignais de rester sur ma faim. Je viens de voir qu'il est à la médiathèque départementale, je vais le demander.
L'ouvrage Les années du crépuscule est apparemment beau mais cruel. A voir.
Revenir en haut Aller en bas
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Ariyoshi Sawako  Empty
MessageSujet: Re: Ariyoshi Sawako    Ariyoshi Sawako  Icon_minitimeMer 3 Juil 2013 - 15:39

Merci de ces précisions. Si tu lis l'un ou l'autre je serais très intéressée par ce que tu vas en dire.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Ariyoshi Sawako  Empty
MessageSujet: Re: Ariyoshi Sawako    Ariyoshi Sawako  Icon_minitimeMer 3 Juil 2013 - 20:02

Armor-Argoat a écrit:
J'ai effectivement lu Le miroir des courtisanes, je n'en ai pas parlé parce que je ne m'en souviens plus très bien. Souvenirs d'une mère qui ne cesse d'écraser sa fille et d'une rivalité qui va très loin, jusque dans la prostitution. J'avais moins aimé que les dames de Kimoto, mais il faut dire que le propos était très différent. Je serais bien incapable de dire aujourd'hui ce qu'il en est de la qualité d'écriture, et de l'intérêt du livre concernant les coutumes japonaises.
Kae ou les deux rivales me tentait bien, j'ai failli l'acheter un jour mais il est court et écrit très gros. Je craignais de rester sur ma faim. Je viens de voir qu'il est à la médiathèque départementale, je vais le demander.
j'étais tombé plusieurs fois Le Miroir des Courtisanes, mais vu sa taille (plus de 500 pages), je m'étais dit qu'il faudrait que je commence par plus court histoire d'être un peu plus sûr de savoir si ça me plairait ou non...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Heyoka
Zen littéraire
Heyoka

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 31
Localisation : Suède

Ariyoshi Sawako  Empty
MessageSujet: Re: Ariyoshi Sawako    Ariyoshi Sawako  Icon_minitimeJeu 4 Juil 2013 - 11:15

Arabella a écrit:
Les dames de Kimoto
C’est de la belle ouvrage. C’est très classique dans la façon de dérouler le récit, de suivre une narration. L’écriture, tout en étant efficace, et plutôt fluide, n’est pas d’une originalité marquante. Les personnages sans être stéréotypés, sont par moments un peu convenus, peut être pas suffisamment fouillés. Mais cela se lit vraiment avec plaisir, il est bien agréable de faire ce voyage au Japon, dans le temps et l’espace, et le fait de voir tout cela du côté des femmes est aussi un plus. Sans être révolutionnaire, et d’une exigence littéraire exceptionnel, c’est un livre bien fait, et dont la lecture est un moment plaisir, tout un resituant le cadre japonais d’une façon instructif pour le lecteur.
Merci pour ton commentaire ! C'est très intéressant et intrigant cette idée de suivre toute une épopée familiale Japonaise par les yeux des femmes de la famille. Je pense que je vais me laisser tenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Ariyoshi Sawako  Empty
MessageSujet: Re: Ariyoshi Sawako    Ariyoshi Sawako  Icon_minitimeJeu 7 Nov 2013 - 18:35

Le miroir des courtisanes

Dans ce livre, comme dans les dames de Kimoto, l'histoire d'une famille, surtout représentée par les femmes se déroule. Mais nous sommes dans un tout autre milieu familial : au départ, de propriétaires moyens, aisés mais non richissimes, puis suite aux choix de vie de la mère de l'héroïne principale, Tomoko, dans un milieu urbain, de prostituées et de geishas. Puis de commerçants, puisque Tomoko se dirige vers les carrières d'aubergiste puis de restauratrice. Et là aussi nous avons une évolution historique, de coutumes et de valeurs dans ces milieux, l'histoire du Japon en filigrane, en particulier la guerre.

Je pense comme Armor que ce roman est moins intéressant, le personnage de la mère (Ikuyo) est peu sympathique mais surtout peu fouillé et vraisemblable. Et les rapports mère-fille au final moyennement intéressants, Tomoko reprend toujours sa mère après de nouvelles frasques et lui passe ses caprices, tout en la détestant par moments, puis en se détestant de la déterster....C'est un peu mécanique et répétitif, pas de véritable évolution ni de véritable profondeur. Alors qu'au début le personnage de Tomoko semblait prometteur, il y a des éléments prenants dans l'enfance, les rapports avec la grand-mère, la demi-soeur, le beau-père....Le plus intéressants ce sont les éléments sur la formations d'une geisha, sur les us et coutumes du milieu, les évolutions du métier....Mais au final Tomoko ne reste pas geisha très longtemps. De même la description de la vie pendant la guerre, puis de sa reprise après, est instructive et passionnante.

Malheureusement dans son projet de nous montrer un certain milieu et une période de vie du Japon par le biais d'une famille, les personnages de cette dernière ne sont pas assez convaincants sur l'ensemble du livre, ce qui nuit à la structure du roman, et le fait paraître un peu artificiel.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Ariyoshi Sawako  Empty
MessageSujet: Re: Ariyoshi Sawako    Ariyoshi Sawako  Icon_minitimeJeu 7 Nov 2013 - 20:37

Je retrouve beaucoup de mes impressions de lecture dans ton commentaire : le côté redondant des relations mère-fille, le personnage pas toujours crédible de la mère... Je n'étais jamais parvenue à "entrer" totalement dans ce roman, peut-être, justement, parce que le traitement des personnages manque de profondeur.

Les dames de Kimoto m'avait semblé bien plus subtil dans sa description des rapports humains.
Revenir en haut Aller en bas
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Ariyoshi Sawako  Empty
MessageSujet: Re: Ariyoshi Sawako    Ariyoshi Sawako  Icon_minitimeJeu 7 Nov 2013 - 21:15

Armor-Argoat a écrit:

Les dames de Kimoto m'avait semblé bien plus subtil dans sa description des rapports humains.
Entièrement d'accord. Dans le Miroir des courtisanes, elle s'éparpille sans doute trop, le départ, à la campagne était intéressant, même l'arrivée en ville, sa vente à la maison de geisha, le début de son éducation...C'est à partir de l'arrivée de sa mère en tant que prostituée que les choses ne vont plus, c'est invraisemblable et répétitif. Elle aurait dû laisser tomber la mère, et se concentrer sur la fille et en faire un personnage plus construit.
Ce qui est un peu paradoxal, c'est que ce livre est le plus facile à trouver actuellement. Le côté "émoustillant" du monde des geishas et prostituées sans doute.....

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Ariyoshi Sawako  Empty
MessageSujet: Re: Ariyoshi Sawako    Ariyoshi Sawako  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Ariyoshi Sawako
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: