Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Magda Szabo [Hongrie]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 50
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Magda Szabo [Hongrie]   Mar 25 Fév 2014 - 20:59

Il m´a l´air d´un grand livre sur les rapports humains en effet. Surtout d´ailleurs!  sourire 

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire
avatar

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 52
Localisation : Peu importe

MessageSujet: Re: Magda Szabo [Hongrie]   Mar 25 Fév 2014 - 21:17

pia a écrit:
Il m´a l´air d´un grand livre sur les rapports humains en effet. Surtout d´ailleurs!  sourire 
Oui !!!! mais pas seulement .........je crois que ça va plus loin encore ....
J'ai omis de parler du contexte historique qui est aussi très important pour appréhender cette oeuvre ....

Et pour te décider Pia , sache qu'il y a au coeur de l'histoire, Viola , un chien qui joue un rôle majeur . Wink

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Magda Szabo [Hongrie]   Mar 25 Fév 2014 - 21:19

.... Et encore, on n' a pas tout dit !

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 50
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Magda Szabo [Hongrie]   Mar 25 Fév 2014 - 21:20

églantine a écrit:

Et pour te décider Pia , sache qu'il y a au coeur de l'histoire, Viola , un chien qui joue un rôle majeur . Wink

 content

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 55
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Magda Szabo [Hongrie]   Mar 25 Fév 2014 - 22:41

Ailleurs on a des petits boutons pour dire spécialement "Merci" ou "Bravo" pour un commmentaire. Aujourd'hui cela s'impose de le dire suite à ton beau commentaire, églantine! Merci!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 50
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Magda Szabo [Hongrie]   Dim 23 Mar 2014 - 13:50

La porte

Que dire de plus que vous? Eglantine, Tom léo, Bix.. A part que j'ai adoré, j'ai adoré. C'est une auteure dont je veux tout lire pour retrouver ce sentiment de complétude que son écriture à suscité chez moi. Je ne suis peut-être pas objective, puisque certains bouquins arrivent à certains moments de votre vie, comme un écho à une situation personnelle que vous vivez. Ou, il y a une certaine reconnaissance qui se met en place et qui ne peut engendrer que l'émotion.

Que dire d'autre? C'est un bouquin qui met en scène cette femme Emerence, si particulière, qui par son passé et par rebellion à son passé, vit ce qu'elle vit. On ne peut être qu'admiratif face à ce genre de personne, qui malgré le fait qu'ils nous menent la vie dure et nous rendent à moitié fou par leur côté irréductible, ont le courage de clamer leurs particularités, en se moquant des convenances et du politiquement correct.

Ce livre me conforte dans mon idée, que les classes sociales, que l'homme a créé et auxquelles il veut croire, ne sont peuplés que de personnalités individuelles, toutes aussi interessantes les unes que les autres, à leur manière.

Le chien du bouquin Viola est perçu comme je perçois mon chien, mes chiens, avec mon coeur et mon intuition. Ce qui me fait souvent lire les manuels d'éducation pour chiens avec intérêt mais avec un scepticisme prudent.

Très belle lecture qui m'a enthousiasmée.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire
avatar

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 52
Localisation : Peu importe

MessageSujet: Re: Magda Szabo [Hongrie]   Dim 23 Mar 2014 - 14:12

pia a écrit:
La porte
. Je ne suis peut-être pas objective, puisque certains bouquins arrivent à certains moments de votre vie, comme un écho à une situation personnelle que vous vivez. Ou, il y a une certaine reconnaissance qui se met en place et qui ne peut engendrer que l'émotion.



Très belle lecture qui m'a enthousiasmée.  

Je ne pense pas que nous  puissions être objectifs dans la rencontre d'une oeuvre ....et c'est tant mieux : autant de regards , autant de vérités !
Je suis ravie de lire ton commentaire Pia !   Very Happy

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Magda Szabo [Hongrie]   Jeu 11 Sep 2014 - 21:56


Photographié à Budapest devant le Pont des Chaînes (Széchenyi Lánchíd) le 04/09/2014.

- Rue Katalin (Katalin utca, 1974). Traduction du hongrois (par qui ?) revue et corrigée par Chantal Philippe. Editions Viviane Hamy. 233 pages.
Au début, on trouve une liste des personnages répartis par maisons, puisque l'on va s'intéresser à trois maisons qui sont côte à côte dans la rue Katalin à Budapest : le foyer Biró tourne autour du commandant Biró et de son fils, Bálint ; le foyer Elekes autour de Ábel Elekes, directeur d'école, de sa femme et de ses deux filles, Irén et Blanka ; enfin, la famille Held, dont le chef est Lajos Held, un dentiste. Il a une fille, Henriette, dont la mort constitue l'élément central du livre.

Le roman commence par deux pages :
Citation :
"Vieillir, cela ne se passe pas comme dans les livres, ce n’est pas plus ce que décrit la science médicale.
Aucune œuvre littéraire, aucun médecin n’avait préparé les habitants de la rue Katalin à l’éclairage impitoyable que l’âge apporterait dans l’obscure galerie qu’ils avaient parcourue presque inconsciemment pendant les premières décennies de leur vie ; ni à ce qu’il mette de l’ordre dans leurs souvenirs et leurs craintes, modifie leur jugement et leur échelle de valeurs. [...] Mais nul ne leur avait dit que perdre la jeunesse est effrayant, non par ce qu’on y perd, mais par ce que cela nous apporte. Et il ne s’agit pas de sagesse, de sérénité, de lucidité ou de paix, mais de la conscience de ce que tout se décompose.
Ils s’étaient soudain rendu compte que le temps avait désagrégé leur passé, alors que durant leur enfance et leurs années de jeunesse, ils l’avaient considéré comme un ensemble compact et bien cimenté. Tout s’était dissocié, rien ne manquait de ce qui leur était arrivé jusqu’à ce jour, et pourtant ce n’était plus la même chose. L’espace avait été divisé en lieux, le temps en moments, les événements en épisodes et les habitants de la rue Katalin comprirent enfin que de tout ce qui avait constitué leur vie, seuls quelques lieux, quelques moments, quelques épisodes comptaient vraiment, le reste ne servait qu’à combler les vides de leur fragile existence, comme les copeaux dans une caisse préparée pour un long voyage empêchent le contenu de se briser.
Alors ils surent aussi que la différence entre les vivants et les morts n’était que qualitative, qu’elle ne comptait pas beaucoup, ils surent que dans la vie de chacun il n’y a qu’un seul être dont il puisse crier le nom à l’heure de la mort." (pages 9-10).
Le livre - le lecteur ne peut pas le comprendre alors - sera exactement cela. En effet, ces deux pages annoncent le plan : la première partie est intitulée "lieux", la deuxième "moments et épisodes" - cette deuxième partie se focalisant sur les dates clefs : 1934, 1944, 1952...

De plus, la différence entre les vivants et les morts n'est bien que qualitative. Ainsi, la petite Henriette revient régulièrement, même après sa mort, voir ce que deviennent les vivants, mais elle aura peine à les comprendre. Les vivants - des futurs morts - ont leurs doubles dans la rue Katalin reconstituée par Henriette, une sorte de bulle de rêve, son paradis enfantin et éternel, où elle pourra continuer à jouer au jeu du cerisier avec ses amis. Tout cela est assez fascinant, notamment les règles de cet au-delà, les différentes apparences des morts.

On verra que chacun tente, avec ses moyens, de prolonger l'illusion de la vie dans la rue Katalin, qui représente un passé de paix. Les (sur)vivants, qui ont déménagé dans une autre rue, tentent de disposer les meubles de la même façon, de sorte de nier le temps qui est passé et son lot de drames.

Au fil des pages, le lecteur comprendra mieux le déroulement de la tragédie, dont il ne connaît au début que l'aboutissement.
Il y a beaucoup de protagonistes, et il faut parfois un peu de temps pour comprendre qui parle, mais on s'y fait assez vite, et la liste des personnages en début du livre aide bien. De plus, ces personnages sont assez typés. Les différentes maisons représentent manifestement différentes facettes de la société hongroise de Budapest. On peut parfois y trouver du symbolique (le directeur d'école, moralement irréprochable, qui devient aveugle...), mais ce n'est pas appuyé.

Un très bon livre, vraiment très triste, à l'atmosphère étrange, le temps semblant parfois s'être dilaté en un drame et une solitude éternels.


Dernière édition par eXPie le Ven 12 Sep 2014 - 21:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Magda Szabo [Hongrie]   Jeu 11 Sep 2014 - 23:59

eXPie a écrit:

Un très bon livre, vraiment très triste, à l'atmosphère étrange, le temps semblant parfois s'être dilaté en un drame et une solitude éternels.

C'est tout à fait cela. Et il marque durablement le souvenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Magda Szabo [Hongrie]   Ven 12 Sep 2014 - 7:56

coline a écrit:
Et il marque durablement le souvenir.
C'est ce que je pensais... (je n'ai pas encore le recul, bien sûr !).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Méphistophélès
Main aguerrie
avatar

Messages : 407
Inscription le : 01/11/2012
Age : 26

MessageSujet: Re: Magda Szabo [Hongrie]   Ven 16 Jan 2015 - 21:47

La Porte

Que dire après le commentaire si complet de coline dans le post de présentation et les interventions de Sahkti, bix229, églantine ?Ils ont à eux tous très bien résumé l’œuvre, je ne saurais pas quoi ajouter...

J'ai lu La Porte dans le cadre de la chaîne de lecture. C'est Pia qui me l'avait proposé et je la remercie ! J'ai vraiment adoré ce bouquin, la lecture était on ne peut plus prenante et le personnage d'Emerence si attachant. J'étais sans dessus-dessous quand la fin d'Emerence a sonné.

Emerence n'est pas seulement une servante ayant inversé les rôles avec ses maîtres, elle n'est pas uniquement une vieille femme qui a passé sa vie à travailler pour les autres et qui n'a que ce but dans la vie. On ne peut pas non plus entièrement la définir par l'expression de « sainte femme » qu'emploie la narratrice à plusieurs reprises au fil des pages.

Emerence est avant tout une femme libre, libre d'esprit mais tout aussi hors de contrôle dans ses faits et gestes. En effet, personne ne décide de ses horaires, de ses honoraires et aucun, pas même un  représentant des forces de l'ordre ne peut avoir d'ascendant sur elle ou sur sa vie.

C'est aussi une femme terriblement attachante. En effet, malgré ses sauts d'humeur, son code d'honneur propre à elle et qui paraît souvent bien déroutant aux yeux d'autrui, aussi malgré sa nature très secrète et sa tendance à mettre à distance tous les êtres qui cherchent à percer le mystère Emerence.

Tout le monde aime Emerence et cela à raison car la vieille femme parvient à cerner les autres et à s'adapter à eux facilement. Elle est d'une grande générosité : elle est toujours la première à venir en aide aux malades, à sauver la vie de ceux qui sont en danger. Elle aime aussi donner que ce soit des objets abandonnés qu'elle récupère, répare et sublime que tout l'amour dont elle est habitée.

Mais cette femme forte que rien n'abat, pas même les pires malheurs – et dieu seul sait qu'elle en a pourtant eu – qui n'a jamais réclamé l'aide de personne, qui a toujours su faire face quoi qu'il arrive nous laisse apercevoir, dans sa relation avec la narratrice, une faille, une faiblesse.

C'est la solitude. Une terrible, une profonde solitude qui ne l'a jamais quitté depuis qu'elle est devenue orpheline à l'âge de neuf ans, qu'elle a été ballottée d'un maître à l'autre et n'a dû compter que sur elle-même pour (sur)vivre.

Ainsi, la narratrice nous compte la triste histoire d'Emerence, une vieille femme qui n'a jamais cessé d'être seule tout au long de sa vie alors même que, paradoxalement, elle se donnait entièrement aux autres en travaillant, en sauvant des vies, en offrant sans jamais attendre de retour, du moins, sans jamais rien réclamer.

Cette histoire m'a profondément touché. J'étais vraiment mal pour Emerence lorsque le sol s'est mis à se dérober sous ses pieds et que son fragile petit univers s'est désagrégé par la faute de la narratrice qui a voulu bien faire mais n'a fait que blesser profondément la dignité de la vieille dame.

« Apprenez qu'on ne retient pas celui dont l'heure a sonné, parce que vous ne pouvez rien lui donner qui remplace la vie. »

(Et maintenant, je vais m'empresser de poursuivre la lecture de l'oeuvre de Magda Szabo en me procurant assez rapidement Le Faon !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.megaphone-forum.com
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Magda Szabo [Hongrie]   Ven 16 Jan 2015 - 22:34

Oui, Mephisto, on succombe facilement à Magda Szabo !

Sentimentalement, c' est mon préféré. Peut etre parce que, pour ce que j' en sais, ce livres est autobiographique.
 Tu as fait un bon premier choix !

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 50
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Magda Szabo [Hongrie]   Sam 17 Jan 2015 - 13:39

ça me fait très plaisir Méphistophéles que ce livre t'ait autant plu! Eglantine me l'a fait découvrir et maintenant je te l'ai fait découvrir. cheers

Je viens d'acheter La ballade d'Iza.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire
avatar

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 52
Localisation : Peu importe

MessageSujet: Re: Magda Szabo [Hongrie]   Sam 17 Jan 2015 - 13:45

pia a écrit:
ça me fait très plaisir Méphistophéles que ce livre t'ait autant plu! Eglantine me l'a fait découvrir et maintenant je te l'ai fait découvrir. cheers

Je viens d'acheter La ballade d'Iza.
Et moi c'est Tom Léo qui me l 'a fait découvrir ! Elle est pas belle la vie dans ce genre de partage !
J'ai lu récemment La ballade d'Iza que j'ai beaucoup aimé aussi : emprunt à la médiathèque , je l'ai rendu sans avoir fait de commentaire alors qu'il est aussi à découvrir ! Un roman qui laisse encore une fois une empreinte tenace !
Bonne lecture Pia ! sourire

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heyoka
Zen littéraire
avatar

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 30
Localisation : Suède

MessageSujet: Re: Magda Szabo [Hongrie]   Sam 17 Jan 2015 - 18:38

églantine a écrit:
pia a écrit:
ça me fait très plaisir Méphistophéles que ce livre t'ait autant plu! Eglantine me l'a fait découvrir et maintenant je te l'ai fait découvrir. cheers
Et moi c'est Tom Léo qui me l 'a fait découvrir ! Elle est pas belle la vie dans ce genre de partage !

C'est ce qu'on appelle une belle chaîne de lecture.

Et pour la continuer : je note !

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Magda Szabo [Hongrie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Magda Szabo [Hongrie]
Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Viktor Orban et la Hongrie
» Hongrie
» Hongrie, la catastrophe écologique menace la faune et la flore du Danube.
» Factoche Qui c''est
» Un cas sectoriel de fusion à suivre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature russe, d'Europe centrale et orientale (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: