Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Rachel Leclerc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Rachel Leclerc   Mar 9 Juil 2013 - 10:06



Rachel Leclerc présente un peu la même problématique que Jean-Simon Desrochers. Tout d'abord poète et surtout poète dans son essence, elle s'est développé une veine dans la contrée de la prose. Toutefois, contrairement à Jean-Simon, je la classe parmi les poètes puisqu'elle a assez mérité de la patrie.

Pour vous permettre de vous faire une idée, je vous livre un poème dans Vivre n'est pas clair :

Laurent Mailhot et Pierre Nepveu, La poésie québécoise. Des origines à nos jours, 2007, TYPO/Anthologie, p. 669. a écrit:
Je rentre tard petit peuple
avec mes doigts de brume et avec l'âge
de trente chameaux en laisse
par ma face et d'incoercibles syllabes
là où se brouille ton territoire
et se froisse ta parole je rentre
dans ma nuit américaine petit peuple
par ta béance même ton absence
de cette phrase où tu cognes pourtant
tu te dissoudras dans l'étrange clameur
avec tes membres derrière la fenêtre
où j'assoirai mes yeux de cendre
d'ailleurs il n'y aura plus de fenêtre
pour deviner que tu accèdes à l'ombre
dans la trame touffue de tes quartiers
mais tu seras cette rumeur ce bloc d'étoiles
accouru dans mes chevilles avant la mort
pour les ceindre et me tenir en toi
je rentre il n'y aura qu'une table
une tache de silence et le mur
où tu commenceras enfin de m'apparaître

En relisant cet extrait, je vois bien qu'il y a deux versants dans son oeuvre. Sa poésie est toutefois bien puissante pour être contenue.

Après une recherche assez rapide sur Internet, je suis tombé sur cet extrait cité par Emmanuelle Tremblay de la revue Spirale qui avait écrit sur l'une des oeuvres-phares de Rachel Leclerc, Ruelle océan :

Rachel Leclerc dans Emmanuelle Tremblay, «Une ville, un parricide, une sépulture», Spirale, no. 182, 2002, p. 31. a écrit:
Je ne possède pas la clé du temps, je ne possède rien sinon les fragments d'une histoire que je veux faire mienne [...] parce que la vie et le monde reposent sur des histoires et que je veux en être - de la vie, du monde -, à tel point que j'habiterais toutes les histoires en même temps si elles m'étaient données.

Ceci étant dit, je vous laisse à sa bibliographie :

Citation :
Fugues, poésie, 1984
Vivre n'est pas clair, poésie, 1986
Les vies frontalières, poésie, 1991
Rabatteurs d'étoiles, poésie, 1994
Noces de sable, prose, 1995
Chapeaux perdus, 1996 (édition limitée à 25 exemplaires)
Je ne vous attendais pas, poésie, 1998
Ruelle océan, prose, 2001
L'ourse, littérature jeunesse, 2002
Rabatteurs d'étoiles, poésie, 2003
Vision volées, prose, 2004
Demains, poésie, 2007
La patience des fantômes, prose, 2011

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Rachel Leclerc   Sam 13 Juil 2013 - 12:01

Ceci constitue un extrait de Rabatteurs d'étoiles. J'imagine que Rachel fut influencée par la mode Harry Potter...

Citation :
Tous mes gris-gris lâchés sur le vent
les yeux brûlés par le vif horizon
j'attendrai comme un mât totémique
le défilé des ombres au-dessus de ma tête
le tournoiement des spectres sur le littoral
qu'ils viennent tous qu'ils viennent donc
se haïr en moi qu'ils viennent vociférer
sur mes épaules et capituler dans ma voix
j'attendrai l'insomnie dans les reins
pour que je puisse t'aimer encore
pour que le temps m'appartienne j'attendrai
qu'ils viennent s'anéantir une dernière fois

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 36

MessageSujet: Re: Rachel Leclerc   Lun 6 Juin 2016 - 9:02

J'ai attendu avant de relire Rachel Leclerc et ce n'est pas faute d'avoir chômé. Il fallait que je repose la lecture, que je sache y revenir en temps opportun ce qui est maintenant chose faite.

La poésie de Rachel Leclerc est sobre. Elle manque peut-être un peu d'éclat pour se cantonner au vers. C'est quand même joliment dit :

Rachel Leclerc, Rabatteurs d'étoiles, 2003, Montréal : L'Hexagone, p. 27. a écrit:
Enfants des falaises on apprenait
la peur des profondeurs marines
on s'y trouve maintenant
avec le nom attaché aux pieds

depuis qu'on n'existe plus
on fait des patiences
avec les méduses

on attend
que la mémoire leur revienne

Il y a quelque chose chez Marie-Hélène Sarrasin que je retrouve dans la plume de Rachel Leclerc. Il faut dire que cette dernière l'a précédée.

Ibid., p. 40. a écrit:
Jours d'attente sur le littoral
un temps de laine mouillée s'accroche encore
dans les hautes herbes de la plage
aux cages entassées pour la morte-saison
et dans le coeur des bardeaux délavés

La poésie de Rachel Leclerc use du motif. J'ai toutefois l'impression d'une poésie narrative, qui se glisse aisément du côté de la prose poétique :

Ibid., p. 67. a écrit:
J'ai tué ma décence désormais
qu'ai-je à dire sinon la lumière
des collines en fin d'après-midi
j'ai revu avec toi la plupart des saisons
j'ai marché toutes les terres de l'enfance
où que j'aille la vérité me rejoint

La poésie de Rachel Leclerc est une poésie de convenance. Je garde un immense respect pour la poésie qu'elle a écrit. Toutefois, comme nous l'avons vu avec le temps, ce n'était peut-être pas sa chasse gardée :

Ibid., p. 73. a écrit:
J'ai gardé longtemps la faculté de disparaître
de basculer au jardin dans l'ombre des bosquets
je cherche encore un lieu où m'asseoir
où ne rien faire quand il faudrait marcher
mais saurais-tu me reconnaître en ce visage
si tu l'apercevais fragmenté par la foule
pourrais-tu le refaire avec ses ressemblances
le laisser partir et vaquer à l'existence

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rachel Leclerc   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rachel Leclerc
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: