Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Teodor Parnicki [Pologne]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Teodor Parnicki [Pologne]   Ven 2 Aoû 2013 - 19:03


Teodor Parnicki (1908-1988)






Ecrivain polonais, né à Berlin, mort à Varsovie. Pratiquement tous ses livres sont des romans historiques. Il s’intéresse à des pays et cultures différentes, mais pas mal à l’Antiquité surtout tardive, et au Moyen Age. Il met l’accent sur la philosophie, l’art, la religion et les mythes plus que sur des événements.

Deux livres seulement semblent avoir une traduction française :

- Le Verbe et la Chair

- La fin de l’Entente des Peuples

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Teodor Parnicki [Pologne]   Ven 2 Aoû 2013 - 19:08

Le Verbe et la Chair


Il s’agit d’un roman épistolaire se passant en Alexandrie en 202 ap J.-C., en deux parties.

La première partie est censée être écrite par Chosroes, un fil du roi parthe Vologène V et d’une Grecque séleucide. Il est à Alexandrie en tant qu’otage des Romains, gage de respect des traités entre le roi des rois et Rome. Il écrit à Marcia, la concubine de l’empereur Commode, qui dans les livres d’histoire aurait participé à son assassinat en 192 et fut tué quelques mois après par l’éphémère empereur Didius Julianus.
Mais Chosroes, qui ne l’a jamais rencontrée, pense qu’elle est vivante, qu’une autre fut assassinée à sa place et poursuit le même objectif depuis des années : avoir un enfant avec Marcia, qui est la fille du grand amour de ma mère. Suite aux guerres, ils ont été séparés, elle eut Chosroes avec le roi des Parthes, et lui devenu esclave puis affranchi en Italie, eu Marcia d’une Romaine. Et l’enfant conçu par Chosroes et Marcia, effacerait tout cela d’une certaine façon, il serait un pur Grec, et non pas un sang mêlé, qui n’a de place nulle part, ni de véritable identité.
En même temps, les lettres de Chosroes sont des longs monologues, ils évoquent beaucoup de sujets, dont ses voyages, en Chine, en Inde, dans l’empire Kouchan…Nous découvrons donc en partie le monde de cette époque, l’avancée du bouddhisme en Chine entre autres.

Dans une deuxième partie, une femme qui se présente comme Marcia, écrit à un chef romain d’un service secret. Elle évoque les lettres précédentes, qu’il est censé avoir lu. Elle développe un certain nombre d’éléments, lié à la période où elle était concubine de Commode, mais également l’actualité de l’Alexandrie, en particulier les persécutions des Chrétiens. Il semble que sous son influence, Commode aurait stoppé ces dernières, qui reviennent en force sous Septime Sévère. Il faut aussi préciser, que les lettres de Marcia sont aussi lues par Origène, l’un des pères de l’Eglise, mais un père de l’Eglise très contesté, car il enseignait une doctrine mystique, flirtant dangereusement avec celle des Gnostiques. Une partie de ses écrits a été condamnée par l’Eglise.

Voilà, ce semblant de résumé, qui pourtant n’indique pourtant que quelques éléments présents dans le roman, montre je pense à quel point ce livre est complexe.
Un roman d’histoire ? Certes, mais on ne doit pas s’attendre à récit d’événements. Les choses sont évoquées, mais pas explicitées. Il faut donc soit connaître parfaitement l’époque soit aller à la recherche d’informations ailleurs, pour comprendre. Et il faut chercher beaucoup de choses, car plusieurs régions époques, mais surtout de vastes zones géographiques sont évoquées : Rome, la Chine, l’Inde, l’Iran, l’Egypte…
En même temps, si on a le goût de cela, c’est tout simplement fabuleux, de voyager ainsi et de découvrir des personnages, des cultures. L’Empire kouchan, l’empire Parthe, des noms qui n’évoquent pas grand-chose, prennent chair.
La vision de l’histoire de Parnicki est de ne pas se borner à un endroit et à un moment, mais d’élargir les perspectives, de suggérer des subtiles influences, des liens, comme des cercles concentriques superposés et qui communiquent d’une façon ou d’une autre, les uns avec les autres. Au lecteur de découvrir comment.
C’est aussi un livre sur les représentations, l’idéologie, la philosophie, la pensée de l’époque. Le bouddhisme est évoqué par Chosroes, le christianisme par Marcia. Aussi bien le romain, que celui d’Alexandrie, dont Origène est un brillant représentant. Mais aussi la philosophie grecque.
Cette mise en perspective est vertigineuse à suivre, même si là encore, il ne faut pas s’attendre à avoir des explications. Il vaut mieux connaître déjà un peu ces questions et aller chercher des informations supplémentaires.
Enfin c’est un roman d’intrigues et de questionnements, d’incertitudes avant tout. Chosroes est-il bien celui qu’il prétend où a-t-il été assassiné et remplacé par un autre ? La sœur de Chosroes a-t-elle tué son mari et comment ? Et enfin qui est la femme qui prétend être Marcia ? Tous ces questionnements mettent en cause nos certitudes en matière d’histoire. Nos connaissances ne seraient-elles que de faux-semblants ?

Je trouve la fin du roman particulièrement belle ; devant la certitude de son correspondant qu’elle n’est pas Marcia, l’épistolière semble peu à peu se dissoudre, devenir de plus en plus pâle et inexistante, elle qui était si affirmative et clairvoyante, annonçant et par moments semblant diriger les événements à distance. Comme si pour exister vraiment, elle avait besoin de la foi des autres en elle.

Je vais m’arrêter là, c’est déjà beaucoup trop long, même si je pourrais encore écrire des pages et des pages sans avoir épuisé le sujet, tant ce livre est riche.

Ce n’est certainement pas une livre pour tous les lecteurs (un tel livre n’existe de toute façon pas), je crois même que peu auront plaisir à suivre ses labyrinthiques  méandres. Mais pour ceux qui arriveront à trouver le fil d’Ariane et à se glisser dans cette vision du monde, ce sera une expérience marquante, qui laissera des traces ineffaçables.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Teodor Parnicki [Pologne]   Ven 2 Aoû 2013 - 23:36

Cela m'intrigue
Cela m'interpelle intense reflexion 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Teodor Parnicki [Pologne]   Sam 3 Aoû 2013 - 6:58

C'est difficile à dire si cela te conviendrait. C'est le genre d'auteurs qui tombe des mains de la plupart des gens, et qui a des inconditionnels qui le lisent et relisent.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Teodor Parnicki [Pologne]   Sam 3 Aoû 2013 - 10:58

Il faudrait que je prenne le temps de lire quelques pages avant de se faire une idée ...
Intrigant car cela sera une lecture dans l'excès : soit on adore, soit on exècre ...
Comptes-tu en lire d'autres ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Heyoka
Zen littéraire
avatar

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 30
Localisation : Suède

MessageSujet: Re: Teodor Parnicki [Pologne]   Sam 3 Aoû 2013 - 11:58

C'est pas un auteur/livre pour moi, c'est sûr mais j'aime bien ta façon d'en parler Arabella.

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Teodor Parnicki [Pologne]   Sam 3 Aoû 2013 - 12:29

GrandGousierGuerin a écrit:
Il faudrait que je prenne le temps de lire quelques pages avant de se faire une idée ...
Intrigant car cela sera une lecture dans l'excès : soit on adore, soit on exècre ...
Comptes-tu en lire d'autres ?

Je crois que déjà avant d'adorer ou détester, il faut arriver à le lire. C'est le genre de livre que beaucoup de gens vont abandonner très vite, peut être au bout de quelques pages, parce qu'il vont le trouver parfaitement incompréhensible. Et j'ai tendance à penser que si on arrive à accrocher, à donner sens à ce qu'on lit et si on suit l'aventure jusqu'au bout (dans mon édition plus de 600 pages), on ne peut qu'aimer. Il a des véritables fans, certains émettent même l'opinion qu'une fois qu'on a fait cette rencontre, on a du mal à lire d'autres auteurs.

J'ai déjà lu 3 livres de lui dont je n'ai parlé parce qu'il ne sont pas traduits en français. Il s'agit des trois premiers qui sont censés être plus faciles d'accès que les suivants. J'ai été relativement déçue par les deux premiers, et j'ai beaucoup apprécié le troisième ("Les aigles d'argent") dans lequel on sent bien l'amorce d'une nouvelle façon d'écrire et d'appréhender l'histoire, même s'il y a une intrigue relativement lisible et un déroulement chronologique. C'est son livre le plus connu et le plus lu.

Et je suis en train de compléter frénétiquement ses livres, je veux tout avoir et tout lire de lui, même si je sais que cela prendra des années, voir des dizaines d'années. Parce qu'en plus les livres se répondent et se complètent, pour donner une vision d'ensemble. Le prochain que je vais lire sera La fin de l'Entente des Peuples, traduit aussi. Il a été écrit pendant la rédaction de Le Verbe et la Chair (qui a durée 15 ans), comme une sorte de nécessité. En fait j'aurais sans doute dû commencer par celui-ci, mais ce n'est sans doute pas trop grave.

Heyoka a écrit:
C'est pas un auteur/livre pour moi, c'est sûr mais j'aime bien ta façon d'en parler Arabella.

En effet, je ne pense que ce soit pour toi, enfin pas maintenant. Je pense que si j'avais tenté de le lire à une certaine époque, cela me serait tombé des mains, et aurait risqué de me couper à tout jamais de l'auteur. Une rencontre entre un lecteur et un auteur, nécessite aussi le bon moment. Cela ne sert à rien de forcer les choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Teodor Parnicki [Pologne]   Dim 4 Aoû 2013 - 15:36

Arabella a écrit:
(dans mon édition plus de 600 pages)
Il est disponible (un exemplaire) dans les bibliothèques de la mairie de Paris. 485 pages seulement, ça fait tout de suite moins peur dentsblanches

Par contre, Le Verbe et la Chair n'est pas disponible... (quand je pense que dans la bibli près de chez moi le dernier Marc Levy était en trois exemplaires....)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Teodor Parnicki [Pologne]   Dim 4 Aoû 2013 - 18:23

intense reflexion C'est le Verbe et la Chair que dépasse les 600 pages.

Et cela t'étonnes qu'ils préfèrent avoir 3 exemplaires de Marc Levy à la place ?
Pourtant je suis sûre que même s'il y en avait deux fois plus, il faudrait le réserver. dentsblanches 

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Teodor Parnicki [Pologne]   Sam 16 Aoû 2014 - 19:53

La fin de l’Entente des Peuples


Nous sommes en l’an 179 av J.-C. en Bactriane. La Bactriane, où est-ce donc vous demandez-vous sans doute. Et bien c’est en Asie, cela recouvre en partie les actuels Afghanistan, Pakistan, Turkménistan, Ouzbékistan, Chine…..Cela voisine avec l’Inde. Et que s’y passe donc en 179 av J.-C . ?  Comme vous en vous souvenez peut être, Alexandre a poussé ses conquêtes jusque là, et en 178 av J.- C. une dynastie grecque y règne toujours, celle des Euthydémides. Démétrios 1er est le roi en titre, mais voilà, il est parti guerroyer en Inde, réclame tous les hommes disponibles pour l’aider dans ses conquêtes. Et pendant ce temps, certains peuples avoisinants, voudraient en profiter pour attaquer la Bactriane. Et les tensions s’accroissent entre les Grecs et les autres peuples de la Bactriane. La situation est complexe, d’autant plus que l’un des fils du roi est mort dans des conditions suspectes. Heliodor, le chef des services secrets, a fort a faire pour essayer de trouver des solutions à la situation. D’autant plus que le frère du roi absent vient de se proclamer Dieu et entend prendre possession du fleuron de la flotte royale, le vaisseau L’Entende des Peuples. Et l’arrivée d’un mystérieux personnage, qui se proclame fils d’un célèbre artiste grec, qui est également créateur du vaisseau, n’arrange pas les choses. Est-il ce qu’il prétend être ? Est-il un espion ? Quels sont ses secrets et son histoire ? Heliodor est bien entendu chargé d’éclairer ces questions.

Bon, je pourrais continuer encore pas mal de temps à égrener différentes questions. Elles sont sans nombre, et de nouvelles surgissent à chaque nouvelle page. L’auteur nous entraîne dans un  labyrinthe de possibles où il n’est guerre facile de trouver son chemin. Mais le chemin est plus intéressant que le terme du voyage. L’interrogatoire du jeune homme arrivé d’une étrange façon au bord du vaisseau est au centre du livre. Entre Platon, Homère et la psychanalyse, Heliodor et un mystérieux Indien au service du roi grec, vont utiliser toutes les ressources de l’esprit à leur disposition pour arriver à éclairer le mystère. Et tenter de mieux se comprendre eux-mêmes.

Livre fascinant, luxuriant, baroque et rigoureux à la fois, inépuisable dans ses sens et interprétations. Une lecture inoubliable. Difficile et dense, qui demande au lecteur plus que la plupart des livres. Même si dans la forme, finalement assez linéaire, il est plus simple que Le verbe et la Chair, qu’il précède dans l’ordre de la rédaction.

C’est promis, je ne vous parlerai plus de Parnicki. Non pas parce que je ne vais plus le lire. Au contraire, j’ai maintenant quasiment tous ses livres, et j’ai bien l’intention de les savourer un à un, en suivant au maximum un ordre qui me permettra d’en profiter le plus. Et j’anticipe le grand plaisir qu’ils vont me procurer. Mais à part les deux livres dont je vous ai déjà parlé, aucun autre n’a été traduit en français.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Teodor Parnicki [Pologne]   Sam 16 Aoû 2014 - 20:06

Arabella a écrit:
C’est promis, je ne vous parlerai plus de Parnicki. Non pas parce que je ne vais plus le lire. Au contraire, j’ai maintenant quasiment tous ses livres, et j’ai bien l’intention de les savourer un à un, en suivant au maximum un ordre qui me permettra d’en profiter le plus. Et j’anticipe le grand plaisir qu’ils vont me procurer. Mais à part les deux livres dont je vous ai déjà parlé, aucun autre n’a été traduit en français.
Oui, mais bon, Parfum est leader d'opinion, et lance les prochaines tendances hype.
Du coup, nul doute que les éditeurs vont se précipiter pour lancer la traduction de livres de 500 pages bien compliqués.

Hmmm... Sans rigoler, ce qui m'inquiète un peu, c'est qu'il y avait un exemplaire d'un Parnicki dans les bibliothèques de la mairie de Paris, mais là, en refaisant la recherche, je n'en vois plus  jemetate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Teodor Parnicki [Pologne]   Sam 16 Aoû 2014 - 21:11

Ils vident les réserves. Tu sais tous ces livres qui Coli récupèrent, ils viennent de quelque part. Et là j'imagine qu'il n'y avait pas beaucoup de demandes.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Teodor Parnicki [Pologne]   Sam 16 Aoû 2014 - 22:14

Arabella a écrit:
Ils vident les réserves. Tu sais tous ces livres qui Coli récupèrent, ils viennent de quelque part. Et là j'imagine qu'il n'y avait pas beaucoup de demandes.

Coli, rends tout de suite le Parnicki !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Teodor Parnicki [Pologne]   Sam 16 Aoû 2014 - 22:42

eXPie a écrit:


Coli, rends tout de suite le Parnicki !

 rire

Mais il est vraiment difficile à se procurer, même en polonais. J'ai écumé tous les sites spécialisés en vente de livres d'occasions pour me les procurer, et il m'en manque encore un. Ce n'est par réédité. Et sur le site de référence consacré à l'auteur, au sujet d'un livre que l'auteur du site n'a pas encore lu, il indique qu'il est disponible dans la bibliothèque de X mais qu'il n'a encore jamais été emprunté.

Le lire, c'est presque faire partie d'une société secrète.

En même temps, les seuls avis publiés, et il ne sont pas si rares, sont enthousiastes. Et il se publie pas mal d'études au sujet de ses livres. Va comprendre...

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Teodor Parnicki [Pologne]   Dim 17 Aoû 2014 - 14:09

Ils ont l'air fascinant les livres de cet auteur, Arabella ! (bon sans surprise il n'apparaît pas dans le catalogue de la médiathèque nantaise...).
Je me demandais aussi comment écrivait l'auteur. Est-ce qu'il 'copie' une forme ancienne avec des formules alambiquées ou sa langue reste 'moderne' et accessible ?

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Teodor Parnicki [Pologne]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Teodor Parnicki [Pologne]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Une semaine en POLOGNE
» Séjour linguistique / Cours de polonais en Pologne
» Pologne du sud
» Match de rugby Pologne vs Lettonie
» bonjour de Pologne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature russe, d'Europe centrale et orientale (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: