Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Maxence Fermine

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Chatperlipopette
Zen littéraire
Chatperlipopette

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 54
Localisation : Bretagne

Maxence Fermine Empty
MessageSujet: Maxence Fermine   Maxence Fermine Icon_minitimeJeu 26 Juil 2007 - 14:53

Maxence Fermine Fermin10

Maxence Fermine est né en 1968 à Albertville.

Il a vécu à Paris avant de partir en Afrique où il a travaillé dans un bureau d'études. Il vit aujourd'hui en Haute-Savoie avec sa femme et sa petite fille.
Il est l'auteur de Neige, Le Violon noir, L'apiculteur (Prix del Duca et Prix Murat 2001), Opium, Amazone (Prix Europe 1, 2004) et Tango Massaï.

C'est tout ce que j'ai pu trouvé sur lui, pour le moment. Si l'un d'entre vous a d'autres infos à ajouter pour étoffer la présentation ce ne sera que mieux sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Chatperlipopette
Zen littéraire
Chatperlipopette

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 54
Localisation : Bretagne

Maxence Fermine Empty
MessageSujet: Re: Maxence Fermine   Maxence Fermine Icon_minitimeJeu 26 Juil 2007 - 14:56

"L'apiculteur"


Aurélien Rochefer vit au milieu des champs de lavande, dans le pays d'Arles. Il cherche une seule et unique chose: l'or.
L'or est aussi multiple que disparate et le miel des abeilles en a la couleur. Aussi, Aurélien décide-t-il de se faire apiculteur. Il passe pour un doux rêveur et un original: le dix-neuvième siècle achève son ultime ligne droite: l'année 1885 voit Aurélien rêver aux ruches. Ce dernier passe l'hiver à se documenter sur le mode de vie des abeilles, la manière d'en prendre soin, de les élever afin de récolter l'or liquide qu'elles fabriquent. Au printemps, lors du début des essaimages, il capture un essaim sauvage et obtient ainsi sa première ruche. Il achète d'autres essaims et à la fin de la saison, il vend sa belle récolte. C'est le succès mais de courte durée: en plein hiver, le feu propagé par le foehn détruit les ruches endormies. Finalement, l'or recherché en rêve n'était peut-être pas le miel des abeilles? Son rêve l'embarque vers l'Afrique, terra encore incognita et dangereuse pour les aventuriers blancs. Lors de sa halte à Arles, Aurélien demande à un peintre hirsute et étrange de lui peindre la femme à la peau dorée comme le miel qu'il a vue en rêve...ce peintre c'est Van Gogh.
Au cours de son long périple africain, en Abyssinie, Aurélien fait de nombreuses rencontres en recherchant la femme de son rêve. Il la trouve au pied d'une falaise où butinent des myriades d'abeilles: elle vient de terminer la récolte du miel dévolue à son clan. Une unique nuit sensuelle et inoubliable s'ensuit, telle le vol nuptial de la reine des abeilles.

Aurélien revient en France, après bien des errances, riche des images de la falaise aux abeilles, de sa nuit avec la récolteuse de miel, de sa rencontre avec un ingénieur, éternel innovateur, Hippolyte Loiseul et de trois abeilles en or massif. Aurélien rêve d'une cité des abeilles au milieu des champs de lavande, Hippolyte Loiseul va lui permettre de la réaliser....projet fou en cette fin de XIXè siècle. Le succès arrive très vite et très rapidement survient la catastrophe: la teigne de la ruche, petit papillon qui détruit les couvains en y déposant ses oeufs. Il ne reste plus rien des mille ruches et de leurs abeilles. Celles en or vont servir à combler les dettes pour que le rêve ne devienne pas cauchemar.
L'or, à la fois rêve et quête, s'éloigne pour mieux revenir: Aurélien est allé jusqu'au bout de son rêve et malgré ces échecs trouve l'or tant cherché...juste à côté de lui comme dans « Le trésor de Rackham le Rouge » ou « L'Atlantique sud ».

« L'apiculteur » est un roman aux chapitres très courts, parfois quelques lignes, où les images sont plus belles les unes que autres, où le rythme va au fil du rêve et de la quête d'Aurélien.
Pourtant, j'ai comme un goût d'inachevé: j'aurais aimé que le roman soit plus long, plus lent afin de le déguster encore et encore. Sans doute suis-je trop gourmande et trop « Madame Plus »!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Chatperlipopette
Zen littéraire
Chatperlipopette

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 54
Localisation : Bretagne

Maxence Fermine Empty
MessageSujet: Re: Maxence Fermine   Maxence Fermine Icon_minitimeJeu 26 Juil 2007 - 14:59

Quelques passages (mais si je m'étais écoutée, c'est presque tout le roman que j'aurais recopié Wink )


« Pour Aurélien, la vie était une curieuse abeille d'or qui brille au loin, s'envole, se grise de parfum en parfum, se cogne aux vitraux du soleil et cherche, dans l'immensité du ciel, le nectar de sa propre fleur » (p 15)

« Quand il surveillait ses ruches, il avait le sentiment que ces insectes avaient réussi là où l'homme avait échoué. Blotties l'une contre l'autre, les abeilles gardaient ainsi une température constante. Elles oeuvraient ensemble pour leur communauté. Alors il comprit que, lors de sa lente évolution, l'homme s'était éloigné petit à petit un peu plus du paradis. Et il se prit à rêver de devenir une abeille. » (p 25)

« Un matin de janvier, Aurélien trouva une abeille morte dans la neige. Elle était vêtue d'or et de noir, véritable bijou de feu dans un océan de blancheur. Il la prit délicatement entre le pouce et l'index et la posa sur sa paume.
Au contact de sa peau, l'abeille gelée se brisa comme du verre.
Quand il ouvrit la main et la tourna vers le sol, il vit avec tristesse un peu de poudre d'or scintiller dans les airs et disparaître sur la neige. »
(p 27)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Fantaisie héroïque
Sage de la littérature
Fantaisie héroïque

Messages : 2182
Inscription le : 05/06/2007
Age : 32
Localisation : Paris

Maxence Fermine Empty
MessageSujet: Re: Maxence Fermine   Maxence Fermine Icon_minitimeJeu 26 Juil 2007 - 15:19

Ce que je retiens de Fermine, c'est un très joli style, léger, simple mais vraiment plaisant Very Happy . Je l'ai déjà dit sur ton blog, mais mon préféré reste le violon noir drunken .
Je crois avoir Opium, dans ma bibliothèque, que je n'ai jamais lu encore. Ton sujet me donne envie de le sortir study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/fantaisie_heroique
Chatperlipopette
Zen littéraire
Chatperlipopette

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 54
Localisation : Bretagne

Maxence Fermine Empty
MessageSujet: Re: Maxence Fermine   Maxence Fermine Icon_minitimeJeu 26 Juil 2007 - 17:20

Oh oui, sors-le lis-le et dis-moi ce que tu en penses! sunny Moustafette me conseille vivement de le lire Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Babelle
Zen littéraire
Babelle

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

Maxence Fermine Empty
MessageSujet: Re: Maxence Fermine   Maxence Fermine Icon_minitimeJeu 26 Juil 2007 - 17:23

Je n'ai lu que le Violon rouge de Fermine, mais il y a longtemps. Je n'en ai plus grand souvenir, aussi ce qui me revient à l'esprit c'est un film de François Girard : Le Violon noir... film qui ne me semble pas tiré d'un roman (?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
Romane
Envolée postale
Romane

Messages : 111
Inscription le : 02/02/2008
Age : 32

Maxence Fermine Empty
MessageSujet: Re: Maxence Fermine   Maxence Fermine Icon_minitimeSam 2 Fév 2008 - 19:01

J'ai lu "Opuim" mais je l'ai trouvé un peu simpliste dans le sens ou j'avais deviné. "Neige" par contre m'a beaucoup plu!

Je pense acheter bientot "Le violon noir".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melle-pauline.tk/
alaska
Envolée postale
alaska

Messages : 203
Inscription le : 25/03/2007
Age : 29
Localisation : espagne

Maxence Fermine Empty
MessageSujet: Re: Maxence Fermine   Maxence Fermine Icon_minitimeVen 8 Fév 2008 - 19:03

j'avais écrit quelque chose à propos de Fermine -il y a longtemps- dans un autre fil. Je demandais si j'étais seule à faire un rapprochement entre lui et Baricco.

Citation :
il y a un roman de Maxence Fermine, Opium, qui raconte les quelques péripéties d'un Anglais du début XIXème en voyage en Chine sur la route du thé. Bon j'ai pas trop aimé ce livre (mais j'aime pas trop ce que fait Fermine), ça me parait trop léger, on passe au-dessus sans vraiment s'y arrêter.
D'ailleurs Fermine me rappelle incroyablement Baricco. Opium me fait penser à Soie (ce ne sont pas des plants de thés mais des vers à soie, ce n'est pas la Chine, c'est le Japon) ; Amazone me fait penser à Novecento : pianiste. Juste une impression personnelle ?

maintenant qu'il a son fil ici, je suppose qu'il a aussi ses lecteurs pour commenter ceci..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cf.geocities.com/baharbara
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Maxence Fermine Empty
MessageSujet: Re: Maxence Fermine   Maxence Fermine Icon_minitimeVen 8 Fév 2008 - 20:27

alaska a écrit:
j'avais écrit quelque chose à propos de Fermine -il y a longtemps- dans un autre fil. Je demandais si j'étais seule à faire un rapprochement entre lui et Baricco.
Je suis enthousiaste des deux auteurs et j'en ai lu des deux tous leurs livres parus à ce jour.
Le rapprochement peut se faire évidemment avec les romans "Soie" de Baricco d'un côté et de "Opium" de Fermine de l'autre. Tous les deux romans utilisent l'écriture 'simple' pour faire en quelque sorte un rapprochement avec des écritures de la littérature asiatique
(ah oui.. maintenant j'y pense.. aussi deux exemples pour le fil de Nezumi concernant les spécificités nationaux Wink ).
A mon avis leur 'ressemblance' s'arrête là (bien que je dois dire les deux romans sont vraiment tellement rapprochés que j'ose dire que le succès international a été empêché à Maxence Fermine parce que Alessandro Baricco était le premier sur le marché content

Concernant innovation pour trouver dans chaque livre un nouveau sujet, presque une nouvelle voix, un autre style.. là il y a encore ressemblance entre ces deux auteurs (mais cela compte aussi pour beaucoup d'autres) et donc je dirais que ces deux ont crée leur univers à part et bien autonome.

Puisqu'on est sur le fil de Maxence Fermine, je vous recommande son dernier livre Le tombeau d'étoiles où on pourrait alors à ce moment commencer une discussion si Fermine et Philippe Claudel se rapprochent - parce qu'il a choisi dans ce livre le thème de la deuxième guerre mondial dans un petit village éloigné des événements du front - mais malheureusement pas épargnés des atrocités qui se déroulent pendant cette guerre..

(et si on va plus loin, son roman Tango Massaï pourrait bien se confondre avec La mort du Roi Tsangor de Gaudé.. Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pénélope
Posteur en quête
Pénélope

Messages : 61
Inscription le : 05/09/2007
Age : 33
Localisation : Bruxelles

Maxence Fermine Empty
MessageSujet: Re: Maxence Fermine   Maxence Fermine Icon_minitimeDim 15 Juin 2008 - 17:26

Superbe auteur!

J'ai lu Amazone, L'Apiculteur et Neige...

Je trouve son écriture poétique et agréable. Il m'a emporté dans le monde des reves...

Je vais continuer à faire sa connaissance sunny

Lequel me conseilleriez-vous???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Maxence Fermine Empty
MessageSujet: Re: Maxence Fermine   Maxence Fermine Icon_minitimeDim 15 Juin 2008 - 17:55

Pénélope a écrit:
Je vais continuer à faire sa connaissance sunny

Lequel me conseilleriez-vous???

Tu as déjà quelques éléments de réponse sur ce fil... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fantaisie héroïque
Sage de la littérature
Fantaisie héroïque

Messages : 2182
Inscription le : 05/06/2007
Age : 32
Localisation : Paris

Maxence Fermine Empty
MessageSujet: Re: Maxence Fermine   Maxence Fermine Icon_minitimeDim 15 Juin 2008 - 19:06

Pénélope a écrit:

Lequel me conseilleriez-vous???
Le violon noir est vraiment très joli...
Il ne me reste qu'Opium à lire (oui, le 26 juillet dernier j'avais dit que je le lirai bientôt, eh bien je suis super fiable dites-moi sourire ) mais je crois que Fermine n'est pas un auteur dont je suis fan, même si j'ai aimé ceux que j'ai lus. Y'a un truc qui me gêne un peu...il utilise trop souvent les mêmes "trucs" dans ses livres,ils fonctionnent tous un peu sur le même modèle :/

_________________
Ce que j'ai souvent éprouvé plus tard, je le pressentis alors en quelque sorte, savoir : que l'on n'a pas le droit d'ouvrir un livre si l'on ne s'engage pas à les lire tous.

[Rilke, Les cahiers de Malte Laurids Brigges]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/fantaisie_heroique
Le Bibliomane
Zen littéraire
Le Bibliomane

Messages : 3403
Inscription le : 21/02/2007
Age : 53
Localisation : Bretagne

Maxence Fermine Empty
MessageSujet: Re: Maxence Fermine   Maxence Fermine Icon_minitimeDim 15 Juin 2008 - 19:16

Neige


Dans le nord du Japon, à la fin du XIXème siècle, sur l'ïle d'Hokkaïdo, le jeune Yukio Akita vient d'avoir dix-sept ans. C'est le moment pour lui de choisir ce qu'il fera de sa vie. Fils d'un prêtre shintoïste, la tradition familiale veut qu'il choisisse entre la carrière militaire et la vie religieuse.
Mais Yukio refuse ce choix. Il veut devenir poète. Sa vie est en effet gouvernée par deux passions, l'écriture de haïkus et la blancheur de la neige dans laquelle il trouve l'inspiration nécessaire à la composition de ses poèmes.
Fermement ancré dans ses convictions, Yukio décide de partir chaque jour très tôt afin de se rendre sur la montagne. Là, il écrira soixante-dix-sept haïkus célébrant la blancheur de la neige.

Un jour de printemps, un visiteur se présente à la demeure familiale. L'homme est un poète de la Cour de l'Empereur qui a entendu parler des écrits de Yukio. Il souhaite rencontrer le jeune homme et le présenter à l'Empereur. Mais Yukio refuse, il ne se rendra à la capitale que lorsqu'il aura rédigé sept fois soixante-dix-sept haïkus, ce qui implique qu'il ne se rendra à la cour que sept ans plus tard.
Surpris et déçu par les résolutions du jeune homme, le poète repart pour revenir quelques temps plus tard. Il félicite Yukio pour la grande qualité de ses poèmes mais déplore que ceux-ci ne décrivent que la blancheur de la neige. Il lui conseille, afin de perfectionner son art, de colorer ses poèmes et d'élargir ainsi son univers poétique. Pour cela, il lui conseille de prendre la route afin de se rendre vers le Sud du Japon où il apprendra ce qui fait défaut à son art auprès du Maître Soseki, ancien samouraï, poète, peintre et musicien renommé.
Yukio va donc quitter son foyer afin de rencontrer Soseki. Traversant les Alpes japonaises, il est pris dans une terrible tempête de neige et ne doit son salut qu'à un surplomb de rocher sous lequel il s'abrite. Là, il va faire une découverte extraordinaire qui bouleversera sa vie : sous la glace repose le corps nu d'une jeune femme d'une beauté diaphane, à la peau blanche et aux cheveux blonds.
Qui est-elle ? Pourquoi cette femme, visiblement européenne, repose-t-elle dans ce sarcophage de glace, si loin de son pays d'origine ?
Yukio trouvera la réponse à toutes ces questions auprès de Maître Soseki, mais le destin du jeune poète et celui du vieil homme en seront à jamais transformés.

Ce court roman (96 pages) de Maxence Fermine est un conte empreint de poésie et de sensualité, un hommage à la tradition japonaise du Haïku, à la beauté grandiose des éléments et de la nature sauvage, une exaltation de l'éternel féminin et une méditation sur la destinée humaine.
Sobre, voire dépouillé, le récit se décompose en cinquante-quatre courts chapitres rédigés d'une écriture cristalline avec une économie de moyens rappelant la concision des Haïkus et des Koans Zen. On trouvera au gré des pages des Haïkus de grands poètes japonais tels que Bashô, Chôsui et Issa. Véritable plongée dans le Japon traditionnel, poétique, mystique et raffiné, « Neige » est une invitation à la rêverie et à la contemplation.
Superbe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebibliomane.blogspot.com/
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Maxence Fermine Empty
MessageSujet: Re: Maxence Fermine   Maxence Fermine Icon_minitimeDim 15 Juin 2008 - 19:37

Pénélope a écrit:
Lequel me conseilleriez-vous???
Si je considère les titres que tu cites je dois dire que tu devrais te plaire dans n'importe quel autre livre de Maxence Fermine.. parce que ceux que tu as lu t'ont déjà donné l'idée qu'il est un auteur à sujets multilatérals. Et à mon avis il a réussi dans tous ces livres de montrer son talent..

Sa bibliographie

Le violon noir
Rencontre entre un violoniste et un luthier, fond de l’histoire Venise, de la musique, de la poésie… tout pour me plaire dans un livre

L’apiculteur – tu connais

Neige - tu connais

Sagesses et malices de Confucius, le roi sans royaume
Un petit livre à lire ‘entre deux’ – et seulement si on est aussi adepte de Maxence Fermine que moi Wink

Opium
Tout comme je l’ai déjà dit – ce livre a la ‘malchance’ qu’il y a eu Alessandro Baricco avec son succès de ‘Soie’ – sinon Maxence Fermine serait aujourd’hui à beaucoup de lecteurs que l'est Baricco… Une similitude d’histoire, similitude de style.. mais tellement beau.. tellement ‘son’ livre.. :heart:

Billard blues : Suivi de Jazz blanc et Poker
Trois récits dont surtout Billard Blues et Jazz blanc sont pour un fan de Jazz en écriture comme je le suis du pur miel ! Il arrive à faire bouger les mots sur le papier. Mon premier livre que j’ai lu de lui, mon coup de cœur jusqu’aujourd’hui aime

Amazone – tu connais

Tango Massaï
Maxence Fermine fait une escale en Afrique (et au moment de la lecture je ne le connaissait pas – mais entretemps je l’ai lu – on pourrait dire que ce livre se joint avec ‘La mort du roi Tsangor’ de Gaudé)

Le Labyrinthe du temps
Il s’essaie en ‘conte’. Pas mal.. mais pas celui que je recommanderai de lire en premier de lui

Le tombeau d'étoiles
Une histoire qui prend place pendant la IIe guerre mondiale. Pour moi, le plus ‘fort’ de lui.. j’ai adoré l’histoire, je dirais au plus haut niveau de son art… drunken

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Maxence Fermine Empty
MessageSujet: Re: Maxence Fermine   Maxence Fermine Icon_minitimeDim 15 Juin 2008 - 19:37

Fantaisie héroïque a écrit:
Y'a un truc qui me gêne un peu...il utilise trop souvent les mêmes "trucs" dans ses livres,ils fonctionnent tous un peu sur le même modèle :/
là je ne te comprends pas tout à fait.. tu les as lus tous ? Parce que à part son écriture qui est souvent ‘la même’ (et heureusement) – les ‘trucs’ qu’il essaye sont dans tous les livres différents – il change de décor, de genre d’histoire, de ‘plot’…
jypeurien

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Maxence Fermine Empty
MessageSujet: Re: Maxence Fermine   Maxence Fermine Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Maxence Fermine
Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: