Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Ismail Kadaré [Albanie]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 53
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Ismail Kadaré [Albanie]   Mer 9 Avr 2008 - 20:17

"L'hiver de la grande solitude" me plairait bien. Vendredi je regarderai à la médiathèque s'il y est.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Cachemire
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Re: Ismail Kadaré [Albanie]   Sam 12 Avr 2008 - 20:51

Chatperlipopette a écrit:
"L'hiver de la grande solitude" me plairait bien. Vendredi je regarderai à la médiathèque s'il y est.

Oui, celui-ci me tente aussi, j'essaie de le trouver dans deux semaines à Strasbourg et nous échangerons nos impressions... conciliabule
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kathel
Main aguerrie


Messages : 349
Inscription le : 16/01/2008

MessageSujet: Re: Ismail Kadaré [Albanie]   Sam 15 Nov 2008 - 18:17

D'Ismail Kadaré, j'ai lu il y a un certain temps : Le palais des rêves, Avril brisé, Le concert, que j'avais tous appréciés pour leur originalité, pour le contexte albanais en particulier la vendetta dans Avril brisé et des situations bureaucratiques qu'on qualifie de kafkaïennes dans un des deux autres, ou les deux (souvenirs un peu flous, il faut le dire ! honte)

C'est donc avec enthousiasme que j'ai acheté L'accident paru en cette rentrée littéraire ; je suis au bord de l'abandon, actuellement ! Trop tordue et trop intellectualisé, cette enquête sur une histoire d'amour où le désir prend la poudre d'escampette ! Je joins la quatrième de couverture pour ceux que cela intéresserait :

L'accident
Il est question ici d'un accident dans l'acception littérale du mot : un taxi quitte la route et plonge dans un ravin, il y a deux tués, un homme et une femme, un couple d'amants à l'évidence ; quant au chauffeur survivant, il est bien incapable d'expliquer la cause de l'accident.
Il semble que cette cause ait un rapport avec ce qu'il a vu ou cru voir dans son rétroviseur. Mais il n'est pas en état de préciser ce qu'il a vu au juste, ni même de dire qui étaient les deux passagers, où ils se rendaient et pourquoi tout, chez eux, paraissait si indéchiffrable.
Une histoire d'amour peut sembler la chose la plus banale qui soit au monde, mais peut aussi apparaitre comme inextricable. Des millions d'individus ont beau en faire l'expérience chaque jour, rien ne permet d'en résoudre l'énigme. On finit par croire qu'en cela même réside son pouvoir. A l'immémoriale question "L'amour existe-t-il ou n'est-il qu'une illusion ?" fait à présent écho cette autre interrogation : "S'il existe, peut-il se raconter ?"
Dans cette œuvre magistrale, Ismail Kadaré a tenté de raconter l'inracontable : une histoire d'amour ou l'histoire d'un meurtre, voire une toute autre histoire les recouvrant toutes deux tel un masque ? Jusqu'à la fin, la question ne cesse d'obséder le lecteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Ismail Kadaré [Albanie]   Sam 15 Nov 2008 - 18:20

kathel a écrit:
C'est donc avec enthousiasme que j'ai acheté L'accident paru en cette rentrée littéraire ; je suis au bord de l'abandon, actuellement ! Trop tordue et trop intellectualisé, cette enquête sur une histoire d'amour où le désir prend la poudre d'escampette !
C'est intéressant ce que tu en dis - j'avais mis ce livre dans le fil de la rentrée et la 4e de la couverture notamment m'avait bien plu.. donc.. je vais le mettre en attente Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ismail Kadaré [Albanie]   Sam 15 Nov 2008 - 19:11

Ah oui, Avril Brisé est excellent (mille fois mieux que le film de Walter Salles), de même Le Palais des rêves, les deux meilleurs Kadare que j'ai lus.

Le Pont aux trois arches est bien aussi, pareil pour Qui a ramené Doruntine ?, ces deux livres étant en quelque sorte des enquêtes bureaucratiques qui se heurte aux croyances, au surnaturel.

La Pyramide est également très intéressant, cette manière de décrire une machinerie étatique destinée à asservir les gens, les mobiliser sur un chantier immense qui ne sert à rien, sauf à les crever tellement qu'ils n'auront plus la force de se révolter... Car à partir du moment où les gens ont de quoi manger, ils veulent plus : la liberté. Il ne faut donc pas qu'ils en arrivent là, pour la survie du gouvernement de dictature... vraiment pas mal du tout, mais très bureaucratique. De très bons passages, impressionnants, alternent avec des passages lourds (peut-être est-ce fait exprès, le fond, la forme, tout ça ?).

Clair de lune ne m'a pas laissé grand souvenir, de même Récits d'Outre-temps.

Mais ses romans récents sont-ils bons ? N'est-il pas sur la pente déclinante, ou simplement inégal, comme l'écrivait lekhan ?
Kathel, tu ne me donnes pas très envie de lire l'Accident, là...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ismail Kadaré [Albanie]   Dim 16 Nov 2008 - 20:30

Mon livre préféré de Kadaré est Avril brisé, le premier que j'ai lu de lui, j'ai aussi beaucoup aimé La palais des rêves. Le pont aux trois arches rappelle un peu Un pont sur la Drina d'Ivo Andric et franchement ce dernier est infiniment meilleur. Je n'ai presque aucun souvenir de deux autres livres que j'ai lu de lui, ce qui veut dire que ce n'était pas terrible, et Esschyle ou l'éternel perdant était très mauvais. Je pense que c'est un auteur intéressant mais inégal.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 53
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Ismail Kadaré [Albanie]   Dim 16 Nov 2008 - 20:50

Je suis en train de lire Le général de l'armée morte....étrange mais prenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Lafreizh
Envolée postale
avatar

Messages : 110
Inscription le : 26/08/2008
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Ismail Kadaré [Albanie]   Dim 16 Nov 2008 - 21:39

J'avais été sensible à la vision très personnelle du tragique de Kadaré, version pays de l'Est, dans Le Palais des rêves, et à cette recherche à la limite du fantastique des "maîtres-rêves".

Le livre, lu il y a une bonne dizaine d'années, m'avait fascinée. Mais je ne suis pas encore tout à fait prête à lui faire passer LE TEST : une relecture. Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 53
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Ismail Kadaré [Albanie]   Dim 11 Jan 2009 - 19:24

Le général de l'armée morte




Environ vingt ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, un général italien est missionné, par un accord bilatéral, pour récupérer en Albanie les corps des soldats tombés au combat. Une longue quête commence pour ce général, accompagné d'un prêtre, entre montagnes et mer, entre souvenirs épars et étrange réalité, entre les mauvaises routes cahotantes et les séjours à l'hôtel...celle de récupérer des fantômes redevenus poussière afin de les rendre à leur famille. Petit à petit, au fil des saisons, des semaines, des mois, ce général pas comme les autres, devient le général d'une armée morte sur laquelle plane une ombre aussi impalpable que continuellement présente: le colonel Z. à la triste réputation. Malgré les relevés exacts des tombes, malgré l'organisation a priori sans faille de la mission, les mésaventures s'accumulent et la rencontre d'un général allemand (accompagné d'un maire) à la mission similaire et un tantinet véreux (les ossements se ressemblent tous donc pourquoi s'embêter à ce que tout concorde!) font basculer l'aventure patriotique vers une farce au goût amer. Peu à peu, la mission s'enlisant dans la boue de la mauvaise saison et dans les incidents frisant le tragi-comique, ce général auréolé du contenu sacré de la démarche se rend compte de l'absurdité de sa quête au point de perdre pied en jetant dans le tumulte d'une rivière les ossements du fameux colonel Z. si longtemps cherchés...et d'en rire d'un rire libérateur.
Derrière le récit d'une quête oscillant entre le sacré et le comique, Kadaré esquisse avec subtilité et tendresse les contours de l'âme, des âmes de son Albanie. Cette Albanie faite de fierté, d'âpreté, de douleurs, de résistance et de fraîcheur. Un pays de montagne où le moindre recoin se révèle être d'une infinie poésie, celle des bergers aux chants d'une immense tristesse, celle qui porte la perte, celle que porte la vendetta, celle qui fuse des fusils, celle qui veut laver l'honneur. Des figures emblématiques viennent interpeller le général italien au cours de sa quête: ainsi ce berger descendu seul de sa montagne, le fusil à l'épaule et fauchant jusqu'à son ultime souffle les envahisseurs; ou encore ce vieux terrassier....terrassé par les restes d'un ennemi enseveli depuis vingt ans, image de l'infinie douleur, de l'inextinguible souffrance, de l'immense haine d'un peuple qui jamais n'a voulu se soumettre au cours de son histoire tragique, ballotté entre les persécutions ottomanes et chrétiennes.
La quête promène l'errance du général sur des terres arides, noires, coincées entre les montagnes inhospitalières et les mornes plaines où se déversent pluie et neige sous un vent lugubre et froid. Très vite, le temps n'existe plus, il s'étire jusqu'à rester immobile: les villages, les hommes et les femmes, ne semblent pas avoir changé depuis des siècles....même le communisme semble être enlisé dans ce particularisme temporel. Les êtres comme les choses ne suivent qu'une seule et unique chose: la coutume immémoriale, racontée par les contes, les chants gutturaux, les paysages immuables. Celle qui fabrique un peuple courageux, sans passion, respectueux des coutumes et qui joue une histoire où le tragique ne peut être que la toile de fond (la scène où le général emmène le prêtre assister à un repas de noces est d'une intensité extraordinaire et d'une violente poésie porteuse d'une immense émotion).
"Le général de l'armée morte" est un roman où cohabitent plusieurs formes littéraires telles que le conte ou le journal intime et qui est construit comme une pièce de théâtre, au détail amusant: le général italien ne verra de ce pays méditerranéen que le vent, la pluie, la neige et la boue; sa quête commence sous la neige, triste et glauque, pour s'achever de la même façon, pluie et neige glauques....l'exergue avait pourtant prévenu le lecteur "Tenez, je vous les ai ramenés. Le terrain était rude et le mauvais temps s'est acharné sur nous." Un roman où souffle le vent d'une belle écriture puisant sans relâche dans les racines poétiques des paysages tourmentés d'une Albanie, ilôt surréaliste isolé dans ses montagnes, engluée dans un temps qui n'existe que pour elle. L'émotion et le rire se croisent et s'emmêlent à chaque page, l'horreur et la beauté sont parfois effrayantes tandis que le lecteur est embarqué dans un voyage où le temps n'est plus de mise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ismail Kadaré [Albanie]   Lun 12 Jan 2009 - 19:16

Je me souviens de n'avoir pas été totalement conquis par Il Generale dell'armata morte (Luciano Tovoli, 1983), avec Mastroianni, Anouk Aimée, Piccoli, scénario de Jean-Claude Carrière.

Globalement, les adaptations ciné de Kadaré sont décevantes (voir Abril Despedaçado, 2001, réalisé par Walter Salles).

Et je n'attends pas grand chose (à tort ?) de Cendres et sang, réalisé par Fanny Ardant, sur un scénario d'elle-même (film franco-roumain, sortie prévue : mai 2009).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Cachemire
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Re: Ismail Kadaré [Albanie]   Lun 12 Jan 2009 - 20:16

Chatperlipopette a écrit:
Le général de l'armée morte

Finalement tu n'as pas voulu lire "L'hiver de la grande solitude" ? Dommage... je l'ai acheté et je voulais te demander de le lire en même temps que moi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ismail Kadaré [Albanie]   Jeu 1 Déc 2011 - 20:31

La fille d'Agamemnon


Récit très qui se passe en une journée, mais n'importe quelle journée. Celle du premier mai, pendant lequel avait lieu le fameux défilé, la fête la plus importante du temps du communisme. Et faire partie des élus qui pouvaient y assister dans une des tribunes officielles, était très couru, cela indiquait que l'on était en faveur, une récompense des plus importante et visible à tous. Et notre personnage principal se trouve pour la première fois de sa vie convié à cette distinction. Mais en même temps, la femme qu'il aime lui annonce leur rupture. Son père, promu numéro deux du parti, ne veux pas qu'elle fréquente cet individu douteux, de peur que cela ne finisse par nuire à sa carrière. Et Suzana se soumet à l'injonction paternelle.

Un livre vraiment réussi, les descriptions des festivités du premier mai sont sarcastiques et cruelles à souhaits, en même temps que l'auteur trouve un ton plus lyrique pour évoquer l'amour du narrateur et de Suzana. Même si la comparaison avec Iphigénie ne m'a pas complètement convaincue, c'est un livre qui décortique avec justesse et sans emphase le quotidien et les mécanismes de domination dans un régime totalitaire. Tout un gardant une dimension humaine.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sylvain-
Envolée postale
avatar

Messages : 129
Inscription le : 29/05/2011

MessageSujet: Re: Ismail Kadaré [Albanie]   Ven 13 Avr 2012 - 20:23

Cachemire a écrit:
Chatperlipopette a écrit:

Finalement tu n'as pas voulu lire "L'hiver de la grande solitude" ? Dommage... je l'ai acheté et je voulais te demander de le lire en même temps que moi!

un livre exceptionnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Ismail Kadaré [Albanie]   Dim 7 Aoû 2016 - 20:28

Qui a ramené Doruntine



Conte plaisant dont l'humour macabre n’est pas sans rappeler Perutz, Qui a ramené Doruntine raconte comment une sombre affaire de fantôme devient une affaire d'Etat et de Religion.
On croise ici une famille de neuf frères décimés par la peste, et l'un d'eux sort de sa tombe pour quérir leur unique sœur (la fameuse Doruntine), mariée au loin en terre inconnue. Les rumeurs les plus saugrenues se confrontent aux prises de position rigoristes de la Sainte Eglise Orthodoxe pour influer Stres, le capitaine bonhomme qui enquête sur cette affaire et trouvera sa propre solution (qu'importe la vraie solution?), en forme d'appel à l'esprit national et frondeur des Albanais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Maline
Zen littéraire
avatar

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

MessageSujet: Re: Ismail Kadaré [Albanie]   Lun 8 Aoû 2016 - 0:31

La couverture de Qui a ramené Doruntine ? m'intrigue. D'après moi c'est une copie d'un tableau du très romantique Caspar David Friedrich " Deux hommes contemplant la lune " qui a servi de modèle (l'original se trouve à Dresde). Je ne connais pas ce livre d'Ismail Kadaré mais plusieurs autres et ne l'associe pas du tout au romantisme.

topocl, que dis-tu de la couverture ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ismail Kadaré [Albanie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ismail Kadaré [Albanie]
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Havre - Rue d'Albanie > Jean Macé
» Archéologie : Sujet n° 01 : le site d'Apollonia en Albanie
» 28 avril 1945, éxécution de Mussolini
» FLOTTILLE 33 F
» Armée Albanaise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature russe, d'Europe centrale et orientale (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: