Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Ron Butlin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sekotyn
Envolée postale


Messages : 244
Inscription le : 13/08/2013
Localisation : Entre Rhône et Alpes

MessageSujet: Ron Butlin   Lun 2 Sep 2013 - 11:18

Ron Butlin




Ron Butlin est un romancier et poète écossais né en 1949 à Édimbourg.
Il a vécu son enfance dans des villages écossais puis a fait ses études à Édimbourg. Il dit lui-même qu'il n'aime pas la ville, que son monde est celui de la campagne
Au cours de sa vie il a vécu et enseigné dans différentes universités en Écosse et au Canada.
Il a commencé par publier des poèmes à la fin des années 1970, puis des nouvelles et des romans. Il a été soutenu par son compatriote Irvine Welsh, l'auteur de “Trainspotting” qui l’a fait connaître sur la scène internationale.
Il vit aujourd’hui dans la capitale écossaise avec sa femme, l'écrivaine Regi Claire.
Il est également journaliste au Sunday Herald.



Œuvres traduites en français


   Visites de nuit (2005), Quidam Éditeur (roman écrit en 1997)
   Le son de ma voix (2004), Quidam Éditeur (roman écrit en 1987)
   Appartenance, Stock

Ron Butlin est l'écrivain du dérapage, de l'intime qui se délite, des illusions à peine révélées, des désillusions flagrantes. Il tangue, va du mal de vivre mélancolique à l'enfermement délétère. Son univers littéraire est celui de l'oppression, du non-dit, de la perte, autant d'émotions qui se faufilent dans la narration avec une mise en distance intelligente. Ron Butlin insinue plus qu'il ne constate. Il installe des atmosphères, au lecteur de faire le reste du travail. Son nouveau roman, Appartenance, révèle une fois encore son talent à dire l'infime, cette indifférence au monde qui ronge ses personnages, leur incapacité à vivre des amours, à vivre tout court.

Le Son de ma voix

Dans ce roman Ron Butlin dresse le portrait accablant d'un cadre désespéré qui se dilue dans l'alcool.

Morris Magellan est l'un de ces mornes traîne cravates que l'on croise à l'aube dans les trains de banlieue, menottés à des porte-documents lourds comme des menhirs. Dans la cellule de leurs bureaux l'air est triste, irrespirable. Les gosiers s'assèchent.
Cadre dirigeant de Biscuits Majestic S.A., en Ecosse, Morris, la trentaine racornie " Trente-cinq ans aujourd'hui, hourra. À la moitié déjà " s'abandonne à ses " journées-biscuits " dans le cellier de son bureau, son " piège à boue ". Pour ne pas lâcher la rampe, il s'agrippe à son meuble à dossiers, qui recèle le secours d'un verre, le répit d'une bouteille de cognac. " Un coup à boire pour dissiper la boue ". Une lampée comme une goulée d'air. L'alcool, le " solvant universel ".
Si la boue se dilue dans la rasade, si la lâcheté recule devant l'ivrognerie, la peur et le désespoir collent encore à ses semelles lorsqu'il rejoint sa femme Mary, qui subit sa déchéance avec " patience, pitié, compréhension ", et ses enfants, Tom et Elise, ses " accusations ". La soif est la ligne de partage. " Il y a deux endroits seulement dans le monde : là où il y a de quoi boire, et là où il n'y a pas de quoi ".

Mon avis
C'est un livre que l'on n'oublie pas.
Poignant, tellement humain, le mal de vivre du héros est littéralement douloureux.
Son rapport à l'alcool est décrit avec une exceptionnelle finesse.
A lire absolument.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Ron Butlin   Lun 2 Sep 2013 - 11:39

Je suis totalement d'accord avec Sekotyn en ce qui concerne Le son de ma voix, ce livre qui aborde le sujet épineux de l'alcoolisme est un livre qui ne s'oublie pas. D'abord parce qu'on voudrait bien le détester Morris Magellan, un peu pauvre type, cadre plus du tout dynamique qui se fout en l'air et fout en l'air ses relations à cause de l'alcool. Et puis on commence à le suivre dans sa descente vers les caves sordides de sa déchéance alcoolique, on commence à écouter la voix qui perce derrière l'haleine chargée et on entend le son éructé par un homme qui s'est perdu, qui ne sait plus, un homme qui souffre.

Il s'agit dans ce roman d'un témoignage extrêmement émouvant, rageant, écoeurant et tendre. Une lecture difficile parce qu'il n'est jamais agréable de voir un homme en destruction mais une lecture qui reste.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heyoka
Zen littéraire
avatar

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 29
Localisation : Suède

MessageSujet: Re: Ron Butlin   Lun 2 Sep 2013 - 13:07

shanidar a écrit:
Je suis totalement d'accord avec Sekotyn en ce qui concerne Le son de ma voix, ce livre qui aborde le sujet épineux de l'alcoolisme est un livre qui ne s'oublie pas. D'abord parce qu'on voudrait bien le détester Morris Magellan, un peu pauvre type, cadre plus du tout dynamique qui se fout en l'air et fout en l'air ses relations à cause de l'alcool. Et puis on commence à le suivre dans sa descente vers les caves sordides de sa déchéance alcoolique, on commence à écouter la voix qui perce derrière l'haleine chargée et on entend le son éructé par un homme qui s'est perdu, qui ne sait plus, un homme qui souffre.
Joli commentaire Shanidar, je pense le lire rapidement.

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Ron Butlin   Mer 4 Sep 2013 - 22:02

@Heyoka A la vue de ton nouvel avatar, j'avais cru que tu t'étais même déjà imbibée du sujet dentsblanches 
je le note également !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Sekotyn
Envolée postale


Messages : 244
Inscription le : 13/08/2013
Localisation : Entre Rhône et Alpes

MessageSujet: Re: Ron Butlin   Mer 4 Sep 2013 - 22:05

Vous ne serez pas déçus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Ron Butlin   Mer 4 Sep 2013 - 22:07

Sekotyn a écrit:
Vous ne serez pas déçus.
@Sekotyn : j'aime bien le style que tu as employé dans ce commentaire ... Un je ne sais quoi de so british dentsblanches


Dernière édition par GrandGousierGuerin le Mer 4 Sep 2013 - 23:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Ron Butlin   Mer 4 Sep 2013 - 22:46

Ça a l'air dur. Ça a l'air bien. Je vais le noter. Vous en parlez bien Sekotyn et Shanidar.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sekotyn
Envolée postale


Messages : 244
Inscription le : 13/08/2013
Localisation : Entre Rhône et Alpes

MessageSujet: Re: Ron Butlin   Jeu 5 Sep 2013 - 7:36

GrandGousierGuerin a écrit:
Sekotyn a écrit:
Vous ne serez pas déçus.
@Sekotyn : j'aime bien le style que tu as employé dans ce commentaire ... Un je ne sais quoi de so british dentsblanches
Ouhlala ! intense reflexion 
La seule partie qui est totalement de moi c'est l'avis final.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flibustière
Agilité postale
avatar

Messages : 884
Inscription le : 29/09/2012
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ron Butlin   Jeu 5 Sep 2013 - 8:17

Il me tente bien ce livre de Butlin, j'imagine qu'il n'est pas encore en poche !

_________________
"Il y a encore bien des lunes mortes, ou pâles, ou obscures, au firmament de la raison." (Cl. Lévi-Strauss)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Ron Butlin   Jeu 5 Sep 2013 - 8:22

Si, si, il est en poche Very Happy 
Par contre, j'ai reçu aujourd'hui Tout va très bien, de Charles Chadwick . Merci Sekotyn! Un premier avis, ne pas le prendre sur le pied, vu le poids, ça peut faire mal.

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heyoka
Zen littéraire
avatar

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 29
Localisation : Suède

MessageSujet: Re: Ron Butlin   Jeu 10 Oct 2013 - 23:16




Ce livre me cause un vrai souci de formulation, du mal à définir si j'ai aimé ou non.

Je reconnais le talent de l'auteur, le flou alcoolique est finement retranscrit avec une écriture à la deuxième personne du singulier qui doit impliquer le lecteur. Bientôt, tu seras capable de raisonner assez bien pour ne plus rien sentir du tout. En effet. J'ai eu du mal à ressentir. Je suis restée à distance, à l'extérieur du propos à l'image de Morris exclu de sa propre vie, de ses émotions anesthésiées. Une lecture difficile guidée par le son de sa voix.


shanidar a écrit:
parce qu'on voudrait bien le détester Morris Magellan.
Étrangement, à aucun moment je n'ai eu envie de le détester.


shanidar a écrit:
Il s'agit dans ce roman d'un témoignage extrêmement émouvant, rageant, écoeurant et tendre. Une lecture difficile parce qu'il n'est jamais agréable de voir un homme en destruction mais une lecture qui reste.
Tu as mis le doigt sur le problème je crois Shanidar, c'est difficile parce qu'il ne pouvait pas en être autrement.


" Chaque jour, chaque instant presque, tu dois recommencer la lutte encore et encore, la lutte pour être toi-même. "

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Ron Butlin   Ven 11 Oct 2013 - 8:45

Tu verras qu'après un certain temps, tu devrais conserver ce sentiment d'ambivalence et en même temps garder en mémoire la force du propos et son originalité. Tu es maintenant prête pour lire La Maison muette de John Burnside... un autre écossais à l'écriture puissante et à la thématique dérangeante (son fil)

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Ron Butlin   Mer 26 Fév 2014 - 21:49

Le son de ma voix

Milieu des années 80, notre bonhomme est un cadre, assez jeune, il n'a que 35 ans, haut placé dans une entreprise qui produit des biscuits. Bonne situation, bon salaire, une enfance à l'affection contrariée, marié avec deux enfants... et un sévère penchant pour la bouteille.

Des bitures abusives d'étudiant aux excès de l'adulte qui perd pied on passe par les moments de plaisir et de succès, l'alcool comme combustible et pour la vie de tous les jours. L'alcool tenant la boue à distance, la boue toujours plus envahissante à distance de l'instant présent. L'alcool et un peu de musique classique.

Notre homme est sûr de lui et développe une certaine indifférence, tout du moins insensibilité à ce qui l'entoure, famille comprise. Un replis narcissique malheureux et au fur et à mesure on comprend qu'il n'y a pas que sa femme pour qui il est évident qu'il y a un problème. Moments incertains aux séquences manquantes, monologues reconstruisant le présent et se terminant à voix haute.

Notre type qui gère, s'effrite, s'effondre, dérape toujours plus loin et plus bas.

De précises descriptions d'abus et d'intoxication alcoolique, entre le délire et la lutte de chaque instant contre le décor mouvant, après le départ en flashback c'est assez saisissant. Puis viens la routine et quelques développements... ce qui fait comprendre que ça ne va vraiment pas et s'interroger sur cette place et cette réussite.

La préface fait miroiter une réflexion sur ces années de succès tatchérisant, difficile à dire si ce n'est que le type est un exemple de réussite, que cette réussite ne le sauve pas, et ne le rend pas meilleur.

J'ai apprécié certains passages, une mouvance mais je ne sais trop dire ce qui m'a empêché de me laisser aller. Sans doute pas un manque de sympathie pour le gugusse, manque pourtant bien réel. Ni le manque d'attrait pour le contexte, pour cette vie familiale tangible mais tenue à distance, ou pour la vision désabusée du boulot.

Peut-être le côté répétitif de l'expérience qui est fascinante parce qu'au chaud dans son cocon de déni cotonneux mais qui n'en finit pas d'être loin. Je n'imagine pas en fait l'intoxication presque permanente de 7h du mat à ... 3-4h du mat, l'intoxication complète régulière (avec les pertes de mémoire et d'équilibre, ... ) sans plus de souffrance physique plus forte que la suffocation. Peut-être un heureux manque d'habitude qui fait penser à la déshydratation, au carton dans la bouche, aux briques dans la tête, aux nerfs en compote ? 

Le mur, l'écart imbibé, l'horreur de cette indifférence, insensibilité à ce point qui créerait la distance ? ptet ben que oui, ptet ben que non.

Pas mal... mais ? à laisser décanter ?

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Ron Butlin   Jeu 27 Fév 2014 - 11:25

je me trompe peut-être mais j'ai l'impression que le malaise éprouvé, cette impossibilité à dire j'aime ou j'aime pas, j'accroche ou je décroche, vient du fait que Butlin ne cherche pas à séduire son lecteur, il présente un personnage pas franchement aimable, assez insaisissable même et cet aspect se retrouve dans l'écriture, ce qui fait qu'il est difficile de s'attacher. Mais une fois que l'on a dépassé ce stade (avec le temps, je crois), le livre revient avec une sorte d'effet boomerang et reste longtemps en bouche.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Ron Butlin   Jeu 27 Fév 2014 - 22:32

je ne sais pas. c'est sans doute un livre assez marquant sur l'alcoolisme mais si le type n'est pas ouvertement adorable, il y a un appel à un semblant de compassion au moins à travers l'entourage... ou le simple fait qu'il tombe. ce qui tiendrait à distance serait alors la simplicité du propos (qui n'est pas forcément ou automatiquement un défaut). ou alors il faudrait être frappé par une évidence de "c'est possible une vie pareille" (la vie "normale" comme et avec l'alcool) ? Mais là il y a la part d'enfance et le parcours survolé de l'identité qui se serait perdue trop tôt qui atténue ça, en un sens...

ou bien le fait que la "boue" comme il l'appelle reste un dégoût et une peur mal nommée, à l'état de sensation presque abstraite... moins intéressant que la mythomanie éthylique ? ou simplement moins présent ?

à moins qu'il ne subsiste un doute quant à la profondeur de l'exercice... roman/récit d'addiction sans ombre de morale (qui pencherait donc vers des tendances littéraires préexistantes, même Sur la route, pourquoi pas) mais transposé en vie normale, à succès même. comparable à une variante européenne (moins grandiloquente) du Démon de Selby Jr ?

il faudrait peut-être que je relise Un peu d'air frais un de ces jours.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ron Butlin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ron Butlin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature écossaise et galloise-
Sauter vers: