Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Carlo Collodi [Italie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Carlo Collodi [Italie]   Mar 10 Sep 2013 - 23:36



Citation :
Carlo Collodi (1826-1890), pseudonyme de Carlo Lorenzini, est un écrivain italien surtout connu pour être l'auteur du chef-d'œuvre de la littérature enfantine mondialement connu : Pinocchio.


PINOCCHIO !!!

Après avoir hésité où le classer (littérature enfance ?), je trouve que sa place est dans la littérature tout court.
Un adulte a de quoi être sérieusement bluffé par le talent narratif et symbolique du papa de Pinocchio.

Car au-delà des images que nous avons tous dans la tête, issues des illustrations de recueils de contes de notre enfance (au passage souvent tronqués), il y a un fil directeur très lumineux dans cette oeuvre atemporelle.

Le pantin va devenir enfant de chair.

En suivant une voie, un chemin, dont il ne maîtrise pas les détails et les signes, mais qui est comme une flèche indicatrice de la bonne route.

La créature distraite, fantasque, hédoniste et égoïste va devenir un être de partage, d'empathie et de bravoure. Un futur homme.

En passant par des épreuves, dont les tentations flattent la paresse, le goût de la facilité ou la sensualité.

Sauf que Collodi, le philosophe moralisateur, veille et rappelle aux jeunes générations que rien ne s'obtient sans effort, qu'on peut faire mal aux autres sans le savoir ou le vouloir, qu'on ne grandit pas de son narcissisme et que pour marcher la tête haute, il faut avoir souvent trébuché et fait don de soi.
A bien y penser, ce livre s'adresse à chacun de nous.

J'ai, à mon age, reçu quelques leçons de savoir vivre qui ne m'ont pas fait de mal.

S'y ajoute évidemment une dimension merveilleuse, voilant à peine la brutalité de la réalité : le trafic d'enfants, l'exploitation des plus faibles, la délinquance, le mensonge, etc... Voire l'esclavage.

Actuel, féérique et plein d'indulgence.

BEAU.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Carlo Collodi [Italie]   Mar 10 Sep 2013 - 23:38

On trouve le texte d'origine en folio classique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
unmotbleu
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1329
Inscription le : 08/03/2013
Age : 58
Localisation : Normandie Rouen

MessageSujet: Re: Carlo Collodi [Italie]   Lun 25 Nov 2013 - 22:45

Ravie de découvrir un fil sur Collodi.
Je pense aussitôt au magnifique film de Luigi Comencini: les aventures de Pinocchio

regarder ici

_________________
unmotbleu

"J'approuve par lassitude, je contredis par impatience." Jean ROSTAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Carlo Collodi [Italie]   Lun 18 Jan 2016 - 6:29

Illustrations: Roberto Innocenti


Les aventures de Pinocchio : Histoire d’un pantin
Citation :
Présentation de l’éditeur
Il y avait une fois un morceau de bois. Un beau jour, ce morceau de bois se retrouva dans la boutique d’un vieux menuisier. Tout content, le menuisier, surnommé Maître Cerise, entreprit aussitôt d’en faire un solide pied de table. Quelle ne fut pas sa stupeur d’entendre alors le bois gémir ! Effrayé par ce prodige, il offrit la bûche magique à son ami Gepetto...
La jeune marionnette sortie de l’imagination de Collodi, animée de bonnes intentions mais impertinente et fantasque, connaît une suite d’aventures et de malheurs extraordinaires avant d’être transformée en petit garçon, quittant le rêve pour la réalité.
Son succès fut universel, et "Les aventures de Pinocchio" sont célèbres dans le monde entier…

Ma première rencontre avec Pinocchio était sous forme de dessins animés. Ce petit bonhomme était vraiment prédestiné d’être mis en image. Malheureusement je n’étais par après plus tentée de voir de plus près côté texte.

tina a écrit:
Après avoir hésité où le classer (littérature enfance ?), je trouve que sa place est dans la littérature tout court.
Tout à fait d’accord !


Heureusement il y a Roberto Innocenti et sa version illustrée du texte de Carlo Collodi.
Quel bonheur se dégage de ses pages. Je suis sous le charme de ce beau roman.

Aussi bien du côté des mots que des illustrations, ce livre se doit bien de se retrouver dans les mains de tous lecteurs, n’importe l’âge.

Très grand coup de cœur !










_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Carlo Collodi [Italie]   Lun 18 Jan 2016 - 14:17

Tu as eu raison, Tina. Pinocchio est quand meme une belle histoire  humaine et sociale. Malgré les mises en garde et la morale à l' enfance.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Carlo Collodi [Italie]   Mer 1 Juin 2016 - 23:56

      
A gauche : la version folio en visite à Florence, le 15 mai 2016 ; à droite : la version Garnier-Flammarion.


- Les Aventures de Pinocchio (1881-1882). Edition présentée et annotée par Jean-Michel Gardair. Traduction de Nathalie Castagne revue par Jean-Michel Gardair. Folio. 286 pages.
Version Garnier-Flammarion : présentation par Jean-Claude Zancarini. Traduction d'Isabel Violante. 346 pages. Il s'agit d'une édition bilingue. 

Si Pinocchio est actuellement si connu dans le monde, c'est en grande partie dû à Walt Disney, mais :
"Pour le dire sans fard, on passe de Pinocchio l'aventureux à Pinocchio le gentil benêt, d'un monde socialement déterminé à l'univers vidé de substance d'une fable, d'un récit efficace mais varié, souple, nuancé à une écriture cinématographique qui privilégie l'effet et le pathos simplificateur." (page 339)
Fondamentalement, la différence, dit Jean-Claude Zancarini dans un dossier, c'est que le Pinocchio de Collodi veut découvrir le monde par lui-même, fuir les obligations et les règles et va finir par trouver son chemin. Celui de Walt Disney devra "assimiler une norme constituée et énoncée à l'extérieur de lui [...] ; plus de trace de l'autonomie et de l'indépendance qui marquaient le parcours de Pinocchio l'aventureux" (page 340).
Dans le livre on voit la faim, la peur des gendarmes, le fonctionnement parfois étrange de la justice... ce qui peut faire dire à certains qu'il y a une critique de l'ordre établi.
Couverture italienne du Pinocchio de Collodi/Roberto Innocenti

Finalement, comment interpréter Pinocchio ? Est-il simplement un livre éducatif par l'exemple ? (car ce sont les faits qui apprennent à Pinocchio le bon comportement qu'il doit adopter, il n'y a pas de morale abstraite). Ou bien s'agit-il d'autre chose... mais, d'ailleurs à qui serait destiné le message ? Aux adultes ou aux enfants ? (et pourquoi pas des messages différents ?)

Les critiques se sont déchaînés, d'autant plus que :
"[...] on se rend compte que tout a été écrit sur ce malheureux pantin et que, bizarrement, tout marche plus ou moins. Un livre d'éducation qui met à nu l'âme de l'enfant (Hazard, 1914), [...] un livre qui prône l'éducation au travail et à l'effort (Asor Rosa, 1975)... Il ne manque ni la lecture catholique, qui insiste sur le parcours qui éloigne du père puis ramène à lui (Bargellini, 1942), ni la lecture psychanalytique, qui voit à l'oeuvre la lutte entre les principes de désir et de réalité (Servadion, 1954). Le lecture de ces textes laisse perplexe ; toutes ces interprétations sont avancées par des critiques qui, à l'évidence, sont sensés, sensibles, intelligents, informés... Et chacun est aussi convaincant que les autres... qui ne disent pas la même chose que lui !" (Présentation par Jean-Claude Zancarini, GF, page 23).
Certains critiques ont mis en avant le caractère toscan du cadre de l'histoire, située avant l'unité italienne ; des fascistes y ont vu "le symbole même de ce que le régime nouveau devait éradiquer pour faire de l'Italie une nation moderne et puissante.
" (dossier, page 333).

Jean-Michel Gardair, dans la préface de l'édition folio, insiste lui sur le rôle de la fée, "Perverse, mais pratique, et tout sauf contre nature dans son obsession de maternité" (page 37). Elle "enrage et se venge" (page 29). Elle a sous ses ordres les animaux des bois, et dispose d'un grand nombre d'agents secrets à sa botte, qui l'aident dans son obsession. Jean-Michel Gardair la qualifie parfois carrément de "fasciste". Dans l'édition folio, la préface est donc très (trop ?) personnelle. La présentation de GF est plus "objective" et largement plus instructive.

Pour finir, un livre sortant rarement de nulle part, l'édition GF cite, parmi les influences sur Pinocchio, le Télémaque de Fénelon, qui partage avec Pinocchio un "lien structurel" ; d'autres citent des livres italiens : les Fiancés de Manzoni, ou encore Morgante, de Luigi Pulci (1432-1484).
Illustration de Enrico Mazzanti, le premier illustrateur de Pinocchio.


Dernière édition par eXPie le Jeu 2 Juin 2016 - 19:42, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Carlo Collodi [Italie]   Mer 1 Juin 2016 - 23:56

Mais venons-en au livre, qui commence ainsi :

Citation :
"Il y avait une fois...
« Un roi ! » Diront tout de suite mes petits lecteurs.
« Non, mes enfants, vous vous êtes trompés. Il y avait une fois un morceau de bois.»
Ce n'était pas du bois de luxe, mais un simple morceau comme on en trouve dans les fagots qu'on met, l'hiver, dans les poêles et les cheminées pour allumer le feu et réchauffer les maisons." (page 47).
Nous ne sommes pas encore chez Geppetto, mais chez Maître Antoine. Déjà sous cette forme, le bout de bois peut parler, c'est très mystérieux.
Rapidement, Geppetto entre en scène et décide de fabriquer un pantin de bois. Pourquoi ?
Citation :
"Je ferai le tour du monde avec ce pantin, pour gagner mon quignon de pain et mon verre de vin ; qu'en pensez-vous ?" (pages 51-52)
Il y a un mystère : le lecteur croit qu'un pantin parlant, c'est exceptionnel, mais il se rendra compte qu'il y en a bien d'autres.
Le livre est empli de contradictions internes qui semblent assumées (par exemple, Pinocchio ne vit que quelques heures à peine avec Geppetto avant de partir, mais il parlera de son créateur plus tard comme s'ils avaient vécu ensemble durant de longues années...). Ces contradictions contribuent à susciter toutes sortes d'interprétations.


Un des nombreux Pinocchio en vente à Florence. Mais celui-ci est le vrai : pour preuve, une étiquette indique : "Mastro Geppetto".

L'origine des ennuis de notre héros, c'est son absence de goût pour les études :
Citation :
"Cause toujours, mon Grillon, chante-moi ce qu'il te plaira : moi, je sais que demain, à l'aube, il m'arrivera ce qui arrive à tous les autres enfants, autrement dit on m'enverra à l'école, et il faudra que je travaille, que ça me plaise ou non ; et moi, si tu veux le savoir, je n'ai pas la moindre envie de travailler et ça m'amuse bien plus de courir après les papillons, et de grimper aux arbres pour prendre les petits oiseaux dans leur nid.
- Pauvre petit benêt ! Et tu ne sais pas que de cette façon, une fois grand, tu seras un bel âne et que tout le monde se moquera de toi ?" (page 62).

Le lecteur qui connaît déjà un peu l'histoire sait qu'il ne s'agit pas de paroles en l'air...

Pinocchio va donc faire bien des bêtises : il n'écoute pas les bons conseils des adultes, et se retrouve dans les pires difficultés... Alors, il va se repentir, promettre aux autres et à lui-même d'être désormais bien sage... Et, tout de suite après, il retombe évidemment dans ses travers (la petite comparaison suivante permet de voir que les deux textes sont proches, mais celui d'Isabel Violante est un tout petit peu plus littéraire que celui de de Castagne/Gardair) :

Traduction de Nathalie Castagne, revue par J-M Gardair
Traduction d'Isabel Violante
Texte original
"Cependant, il se disait en lui-même :
« Que de malheurs me sont arrivés ! Et je les ai bien mérités ! car je suis un pantin entêté et capricieux... Je veux toujours n'en faire qu'à ma tête, sans écouter ceux qui me veulent du bien et qui ont mille fois plus de jugement que moi !... Mais à partir d'aujourd'hui, je prends la résolution de changer de vie et de devenir un garçon comme il faut, un garçon obéissant... J'ai bien vu maintenant qu'à désobéir, les enfants sont toujours perdants et n'arrivent jamais à rien. [...] »"
(pages 135-136).
"Chemin faisant, il se disait :
« Combien de malheurs me sont arrivés ! Et je les ai bien mérités, car je suis un pantin têtu et capricieux... je veux toujours n'en faire qu'à ma guise sans écouter ceux qui m'aiment et qui ont mille fois plus de jugement que moi. Mais cette fois je prends la résolution de changer de vie et de devenir un garçon bien comme il faut, et obéissant. J'ai appris à mes dépens qu'à être désobéissants, les enfants ne gagnent jamais rien..." (GF, page 151)
"Intanto andava dicendo fra sé e sé: «Quante disgrazie mi sono accadute... E me le merito! perché io sono un burattino testardo e piccoso... e voglio far sempre tutte le cose a modo mio, senza dar retta a quelli che mi voglion bene e che hanno mille volte piú giudizio di me!... Ma da questa volta in là, faccio proponimento di cambiar vita e di diventare un ragazzo ammodo e ubbidiente... Tanto ormai ho bell’e visto che i ragazzi, a essere disubbidienti, ci scapitano sempre e non ne infilano mai una per il su’ verso.

 
Même si on connaît les aventures de Pinocchio dans les grandes lignes (le pays des jouets, le requin ou la baleine...) c'est un vrai plaisir de lire ce livre au style vif, sans compter qu'il y a des différences (par exemple, ce qui arrive au grillon - le Jiminy Cricket de Walt Disney), et plus d'épisodes dans le livre, en comparaison avec le film de Walt Disney.


Dernière édition par eXPie le Jeu 2 Juin 2016 - 19:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Carlo Collodi [Italie]   Jeu 2 Juin 2016 - 6:28

Contente de lire que ce livre t'a autant conquis que moi Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Carlo Collodi [Italie]   Jeu 2 Juin 2016 - 7:33

Oui, parfois on se demande à propos d'un livre pourquoi on ne l'a pas lu plus tôt.
Là, pour moi, c'est sans doute à cause du Disney... on a beau savoir qu'un livre est (quasiment) toujours meilleur que son adaptation, on croit qu'on le connaît, que la lecture va être une redite, en somme... mais non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Carlo Collodi [Italie]   Ven 3 Juin 2016 - 6:44

Tout à fait d'accord, et c'est vraiment dommage de passer ainsi à côté de bons livres...

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Carlo Collodi [Italie]   Ven 3 Juin 2016 - 16:04

Il n' y a pas eu que Disney pour affadir le textes. Quand j' étais moi-enfant, les livres pour enfants étaient faits de textes amputés et moralisateurs
et les illustrations étaient mièvres.
Par contre, je me souviens d' un livre de contes d' Andersen dont les illustrations m' avaient longtemps hanté. Surtout La Petite fille aux allumettes, morte dans la neige avec toutes ses allumettes éteintes autour d' elle.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silou
Agilité postale
avatar

Messages : 601
Inscription le : 24/05/2012
Localisation : centre

MessageSujet: Re: Carlo Collodi [Italie]   Jeu 9 Juin 2016 - 10:31

Merci eXPie, c'est toujours un grand plaisir quand tu nous donnes le texte original avec différentes traductions, surtout quand c'est de l'italien !
J'ai une préférence pour celle de Castagne/Gardair, je trouve que dans la bouche de Pinocchio une traduction plus littéraire n'est peut-être pas une si bonne idée.

C'est vrai Pinocchio c'est un régal !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chamaco
Zen littéraire
avatar

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 71
Localisation : là haut, vers Aix...

MessageSujet: Re: Carlo Collodi [Italie]   Jeu 9 Juin 2016 - 10:56

"Chemin faisant, il se disait :
« Combien de malheurs me sont arrivés ! Et je les ai bien mérités, car je suis un pantin têtu et capricieux... je veux toujours n'en faire qu'à ma guise sans écouter ceux qui m'aiment et qui ont mille fois plus de jugement que moi. Mais cette fois je prends la résolution de changer de vie et de devenir un garçon bien comme il faut, et obéissant. J'ai appris à mes dépens qu'à être désobéissants, les enfants ne gagnent jamais rien..." (GF, page 151)

j'adore !! swing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aaronguide.com/
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Carlo Collodi [Italie]   Jeu 9 Juin 2016 - 19:17

silou a écrit:
Merci eXPie, c'est toujours un grand plaisir quand tu nous donnes le texte original avec différentes traductions, surtout quand c'est de l'italien !
J'ai une préférence pour celle de Castagne/Gardair, je trouve que dans la bouche de Pinocchio une traduction plus littéraire n'est peut-être pas une si bonne idée.

C'est vrai Pinocchio c'est un régal !

C' est celle-là qu' il me faut !

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Carlo Collodi [Italie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Carlo Collodi [Italie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Halloween en Italie
» La storia dell'Unità d'Italia per ragazzi a fumetti - L'histoire de l'unification de l'Italie pour les enfants en bande dessinée
» l italie a moto
» Recherche d'un emploi d'ingénieur système orienté Linux... En Italie
» venise (italie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature italienne, grecque et turque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: