Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Ogawa Ito

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Ogawa Ito - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Ogawa Ito   Ogawa Ito - Page 2 Icon_minitimeMar 15 Avr 2014 - 23:30

Ogawa Ito - Page 2 Ogawa-ito-restaurant-jp-p   Ogawa Ito - Page 2 Ogawa-ito-restaurant-p   Ogawa Ito - Page 2 Ogawa-ito-restaurant-es-p    Ogawa Ito - Page 2 Ogawa-ito-restaurant-en-p   Ogawa Ito - Page 2 Ogawa-ito-restaurant-it-p    Ogawa Ito - Page 2 Ogawa-ito-la-cena-it-p
La couverture japonaise du Restaurant de l'Amour retrouvé ; la française, l'espagnole, l'anglophone, l'italienne (photo extraite du film, visiblement)... et puis, pour l'anecdote, la couverture d'un autre livre d'Ogawa Ito (La cena degli addii - un recueil de sept histoires qui parlent de perte... et de nourriture) qui repompe étrangement la couverture anglaise, même s'il ne s'agit pas du même livre (voir http://www.dariopigato.com/la-cena-degli-addii.html )

- Le Restaurant de l'Amour Retrouvé (Shokudo Katatsumuri, 食堂かたつむり ; 2008). Roman traduit par Myriam Dartois-Ako. Editions Philippe-Picquier. 243 pages.
Disons-le tout de suite : le titre fait peur (est-on chez un Marc Lévy nippon, un autre Katayama Kyoichi ou Ichikawa Takuji ?). Il n'est pas spécifique à la France, le monde entier y a droit ("The Restaurant of Love Regained", "El Restaurante del amor recuperado", "Il ristorante dell'amore ritrovato"...). Une directive, sans doute... Et un titre qui se veut plus vendeur que Le Restaurant de l'Escargot (titre traduit par Google Translate, et qui doit être le bon - il faudrait bien que je me décide à prendre des cours de japonais un jour...).
Heureusement, le contenu vaut bien mieux que le titre ne le laisse supposer.
On trouvera des photos du film, réalisé par Mai Tominaga, ci-après.

Le roman commence ainsi :
Citation :
"Quand je suis rentrée à la maison après ma journée de travail au restaurant turc où j’ai un petit boulot, l’appartement était vide. Complètement vide. La télévision, la machine à laver et le frigo, jusqu’aux néons, aux rideaux et au paillasson, tout avait disparu." (page 7)

Ogawa Ito - Page 2 Ogawa-ito-restau-film00-p
Il n'y a plus rien !

Rinco a vingt-cinq ans. Son petit ami indien vient de la plaquer.
Que s'est-il passé ? On n'en sait rien (mais dans le film, c'est dit : le petit ami est un voleur). Toujours est-il que Rinco se retrouve sans rien. Economies parties et, presque pire : ses chers ustensiles de cuisine ont disparu.
Citation :
"Le mortier de l’ère Meiji hérité de ma grand-mère aujourd’hui disparue, le baquet en bois de cyprès dans lequel je gardais le riz au chaud, la cocotte en fonte Le Creuset enfin achetée avec mon premier salaire, les baguettes de cuisine à pointe fine dénichées chez un marchand spécialisé de Kyôto, le couteau d’office italien que m’avait offert le chef d’un restaurant bio pour mes vingt ans, mon tablier en lin si agréable à porter, les galets ronds indispensables à la confection des aubergines en saumure, sans oublier la poêle en fonte pour laquelle j’avais fait tout le trajet jusqu’à Morioka." (page 9).

Elle part en car, avec ce qui lui reste d'argent (c'est-à-dire bien peu), vers son village natal, où elle n'était pas revenue depuis des années. Entre elle et sa mère, les relations ne sont pas terribles.
Rinco achète aussi quelques fiches sur lesquelles elle écrit les mots dont elle a besoin dans la vie de tous les jours.
Mais pourquoi donc ?
Eh bien,
Citation :
"à l'instant même où j'avais ouvert la porte de l'appartement vide...
Ma voix était devenue transparente. [...]
Cela ne voulait pas dire que j'étais devenue incapable de parler.
Ce n'était pas ça, ma voix avait purement et simplement disparu de mon organisme. Comme quand on baisse le volume de la radio à zéro. La musique et les voix vibraient en moi, mais rien ne sortait." (pages 19-20).

Rinco arrive dans son village natal, qui vit vaguement du tourisme (il y a un site fameux de saut à l'élastique).

Ogawa Ito - Page 2 Ogawa-ito-restau-film05-p
"C'était là qu'on avait installé l'un des plus hauts sites de saut à l'élastique du Japon, entre les Mamelons, surplombant la vallée qui formait un creux entre les deux seins." (page 25)

Sa mère, qui a la réputation de multiplier les relations avec des hommes, tient un bar. Elle a un cochon, Hermès, "une truie à la physionomie élégante" (page 55).
Citation :
"Alors qu'elle ne se souciait pas le moins du monde de ce qu'elle donnait à manger aux humains, ma mère nourrissait Hermès à l'agriculture biologique." (page 56).

Ogawa Ito - Page 2 Ogawa-ito-restau-film03-p
L'album-photo de la mère avec son gentil cochon

Il y a quelques excentricités dans le livre (ce sont en quelque sorte les épices destinées à contrebalancer les bons sentiments) : le cochon, donc, mais aussi Papy hibou, un hibou qui, quasi miraculeusement, fait retentir ses hululements à minuit pile.


Dernière édition par eXPie le Mar 15 Avr 2014 - 23:39, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Ogawa Ito - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Ogawa Ito   Ogawa Ito - Page 2 Icon_minitimeMar 15 Avr 2014 - 23:30

Rinco ne connaît pas son père : un homme marié, paraît-il...
La mère de Rinco veut bien héberger, sa fille, mais il faudra qu'elle s'occupe du cochon, Hermès...

Ogawa Ito - Page 2 Ogawa-ito-restau-film04-p
Rinco nourrit le cochon. Dans le film, il se trouve fréquemment chez la mère, pour dormir et manger, ce qui n'est pas le cas dans le livre ("Le cochon vivait dans une soue grandiose construite à côté du bâtiment principal.", page 32)

Et puis qu'elle paye un loyer.
Mais comment gagner de l'argent dans le petit village ? Rinco va décider d'ouvrir un restaurant !
Ogawa Ito - Page 2 Ogawa-ito-restau-film02-p


Citation :
"Mon restaurant, je voulais en faire un endroit à part, comme un lieu déjà croisé mais jamais exploré.
Comme une grotte secrète où les gens, rassérénés, renoueraient avec leur vrai moi." (page 59).
Pour cela, Rinco ne va pas faire un bête menu. Il sera personnalisé, réfléchi en fonction du client, de ses aspirations.
Ogawa Ito - Page 2 Ogawa-ito-restau-film06-p     Ogawa Ito - Page 2 Ogawa-ito-restau-film08-p
   

Citation :
"Au début, je penchais pour un menu qui emprunterait aux bienfaits de la nature, doux pour le corps comme pour l'esprit. Par exemple, un kimpira de champignons matsutake, du tofu au sésame, une soupe de légumes-racines, un chawan-mushi, des recettes apprises de ma grand-mère." (page 89).

Ogawa Ito - Page 2 Ogawa-ito-restau-film01-p
Ah, les bonnes recettes de grand-mère !


Elle peut aussi mettre au point un incroyable repas végétarien, avec des carottes frites, un steak de radis blanc... Elle porte une grande attention au goût, mais aussi à la présentation, à l'accompagnement... Et, à chaque fois, il y a une raison à ses choix. Elle veut rendre les gens heureux.

Alors, bien sûr, on a droit au classique apprécions les petites choses de la vie avec si possible en fond la musique de la pub Herta : "Le simple fait de remettre sur ses pattes un cloporte coincé sur le dos était pour moi une joyeuse rencontre." (page 70) ; tout le monde est gentil, on tire un peu vers le "feel-good book", et vers la fin c'est un peu poussé ; il y a des séquences émotions, mais le livre n'est jamais cruche, il est plutôt pas mal écrit et donne souvent faim.
Vraiment pas mal du tout, donc.

On pourra en lire une soixantaine de pages sur : http://www.editions-picquier.fr/catalogue/fiche.donut?id=886&cid=

Le film de Mai Tominaga (2009) est globalement fidèle, mais tient plus du téléfilm que du "vrai" film et ne fonctionne pas bien : il est excessif, pas subtil, pas toujours bien joué, mais le plus gros problème, c'est que là où le livre donnait faim, excitait l'imagination et les papilles, la nourriture est filmée de façon plate, terne. On est à des années-lumière du modèle du genre, Le Festin de Babette (Gabriel Axel, 1987).
Le film est donc, comme souvent, inférieur au livre. Très inférieur.
Ogawa Ito - Page 2 Ogawa-ito-restau-film07-p


Bande-annonce :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Ogawa Ito - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Ogawa Ito   Ogawa Ito - Page 2 Icon_minitimeJeu 10 Juil 2014 - 21:31

Le nouveau Ogawa Ito, Ruban (Ribon ; リボン; 2013) sort en septembre 2014.

On pourra en lire une quarantaine de pages sur : http://www.harmoniamundilivre.com/revue_nouveautes/14_09_06_pic_ruban_extrait_rn.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Ogawa Ito - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Ogawa Ito   Ogawa Ito - Page 2 Icon_minitimeMer 5 Nov 2014 - 23:29

Ogawa Ito - Page 2 Ogawa-14    Ogawa Ito - Page 2 Ogawa-15
A droite, la couverture japonaise.

Le Ruban (Ribon ; リボン; 2013). Roman traduit du japonais par Myriam Dartois-Ako. Editions Philippe Picquier. 283 pages.

Citation :
"Sumire adore les oiseaux. Pendant que je suis à l'école, elle monopolise le balcon à l'étage, celui où l'on étend le linge chez les Nakazato, elle y passe toute la journée à observer les oiseaux. [...]
Derrière chez nous s'étend une propriété ancienne et, depuis notre balcon, on croirait avoir une forêt touffue.
C'est l'été dernier que dans un coin de cette forêt a été installé un nichoir." (page 5).
Sumire est une grand-mère originale, une ancienne chanteuse qui reçoit toutes sortes de choses de la part de ses fans (provisions...). Elle s'exprime d'une façon toujours très polie, et s'habille bien, en fonction des circonstances. Elle s'entend très bien avec sa petite-fille, Hibari (Alouette). Les autres membres de la famille sont quasiment inexistants, réduits à l'état d'esquisse. On sait qu'ils sont là, on les entend appeler quand c'est l'heure d'aller à table, mais guère plus : ils restent à l'arrière-plan. On sent que Hibari n'apprécie pas trop son père. Pourquoi ? On n'en sait rien.
Un jour, Sumire recueille des oeufs :
Citation :
"- Il y a récemment eu un puissant typhon, n'est-ce pas ? Il semblerait que les parents aient pris peur et se soient enfuis. Depuis avant-hier, je surveille le nichoir en permanence ; bientôt, il aurait été trop tard. Des corbeaux rôdaient depuis le matin, alors, tout à l'heure, j'ai décidé, en femme responsable, de m'en occuper moi-même. [...] Tout espoir n'est pas perdu pour ces oeufs." (page 15).
Sumire, aidée de sa petite-fille, va couver les oeufs d'une étrange façon. Bientôt, voici ce qui va en sortir :

Ogawa Ito - Page 2 Ogawa-13
Calopsitte mutation lutino (voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Calopsitte_élégante )

Le début n'est pas mauvais, peut-être tout de même un petit peu trop long.
Après, grâce à une petite astuce de scénario, le roman se transforme en recueil de nouvelles avec pour fil rouge - ou plutôt pour ruban - la perruche calopsitte, sorte de Symbole de la Consolation et de l'Espérance.
C'est souvent plutôt pas mal : qu'est-il arrivé à l'oiseau entre deux nouvelles ? le lecteur ne peut pas le savoir, mais des indices permettent parfois de s'en faire une vague idée. Toutefois, la louche à émotions est généralement assez pleine et manque déborder à plusieurs reprises, et la volonté d'originalité est parfois forcée (le deuxième métier de l'homme qui travaille dans la Maison aux Oiseaux). Et les soixante dernières pages sont vraiment beaucoup trop longues, franchement pas très réussies, et cousues de fil blanc.

Il y a quelques passages amusants, par exemple le perroquet qui chante le générique de la série Mito Kômon - http://en.wikipedia.org/wiki/Mito_Kōmon - (page 95).


Impression finalement assez moyenne ; ce roman est moins bon que le précédent de l'auteur, le Restaurant de l'Amour retrouvé, les séquences émotion sont trop appuyées, c'est dommage.

A un moment, on a une histoire dans laquelle une mère a un fils anormal :
Citation :
"Depuis sa naissance, il pense et s'exprime dans un langage que lui seul comprend." (page 215).
Là, le lecteur se dit : quand même... un roman de Ogawa avec des oiseaux et un enfant qui s'exprime dans un langage original... ça rappelle furieusement Petits Oiseaux, de Ogawa Yôko, écrit l'année précédente. Hasard ? Clin d'oeil ? Peut-être : la comparaison entre les deux livres ne va pas beaucoup plus loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Contenu sponsorisé




Ogawa Ito - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Ogawa Ito   Ogawa Ito - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Ogawa Ito
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: