Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Yokomizo Seishi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Yokomizo Seishi   Ven 11 Oct 2013 - 10:29



Seishi Yokomizo est un écrivain japonais de roman policier, né le 24 mai 1902 à kobẽ dans l'arrondissement de Hyōgo-ku et décédé d'un cancer du colon le 28 décembre 1981 à Tokyo, il est enterré au cimetière Seishun-en de Kawasaki (Kanagawa).

Il publie sa première nouvelle en 1921 dans le magazine nouvelle génération. Diplômé en pharmacie du collège pharmaceutique d'Osaka, mais entrainé par sa passion de la littérature et les encouragements de son ami Edogawa Rampo, il renonce à reprendre le magasin familial pour partir s'installer à Tōkyō. embauché par l'éditeur Hakubunsha en 1926, il démissionne en 1932 pour devenir écrivain à temps complet.

Attiré par le roman d'enquête historique ou roman d'enquête policière. Atteint de tuberculose, il écrit son premier roman Feu follet en juillet 1934, alors en convalescence dans les montagnes de Nagano. Publié en 1935, il est rapidement censuré par les autorités. Ne se décourageant pas, il continue sur son premier succès avec un deuxième roman Ninngyo sashichi torimonocho (1938-1939). pendant la Seconde Guerre mondiale il rencontre des difficultés à se faire publier et se retrouve en grande précarité. Le manque de Streptomycine et d'autres antibiotiques l'empêche de soigner correctement sa tuberculose. Il en plaisantait avec ses amis, disant que c'était une course pour voir s'il allait mourir de faim ou de la maladie.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, son œuvre reçoit une large reconnaissance populaire et il publie ses romans sous forme de feuilleton dans le magazine Weekly Shonen Magazine se concentrant uniquement dans le roman policier populaire reprenant la structure du roman policier occidentale. Ses premiers romans publiés ainsi sont Le meurte dans le Honjin (avril 1946) où apparaît pour la première fois Kosuke Kindaichi et Le meurtre du papillon (1946). Son œuvre devient le modèle d'après-guerre du roman policier japonais.

Il est le créateur du personnage du détective privé Kosuke Kindaichi. Il a donné son nom à un prix littéraire créé en 1980 par l'éditeur Kadokawa Shoten et la chaîne de télévision Tokyo Broadcasting System en son honneur. Il est décerné chaque année à un roman original dont le premier prix est constitué d'une statuette de l'auteur, d'une somme de 10 millions de Yens et de la publication du roman et d'une adaptation en téléfilm.

Oeuvres traduites en Français :

Le village aux huit tombes
La Hache, le koto et le chrysanthème
La ritournelle du démon

source : Wikipedia.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flibustière
Agilité postale
avatar

Messages : 884
Inscription le : 29/09/2012
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Yokomizo Seishi   Sam 1 Fév 2014 - 18:58

YOKOMIZO Seishi, Le Village aux Huit Tombes

Pia m’a fait découvrir Seishi Yokomizo avec Le Village aux Huit Tombes. Ce livre mystérieux se lit comme du petit lait et le résumer n’est pas chose aisée tant les personnages et les rebondissements sont nombreux. L’intrigue est basée sur une malédiction. Quelques siècles plus tôt (au XVIe siècle), huit samouraïs ont été assassinés sauvagement et dépouillés de leur or par les villageois.
Plus tard, dans les années vingt, Yôzo, le chef de la maison Tajimi et père d’un fils et d’une fille conçus par son épouse, puis d’un second fils de sa maîtresse, fut pris d’une folie sanguinaire ; il tua trente-deux villageois qu’il rencontra sur sa route ainsi que ses proches, puis s’enfuit pour se cacher dans la montagne. On ne l’a jamais retrouvé, mais des indices démontrent qu’il est toujours vivant aujourd’hui, trente ans après.
Le roman se déroule donc dans les années cinquante dans un village perdu dans la montagne, où deux familles rivales s’affrontent, les Tajimi et les Nomura. Le narrateur, Tatsuya Terada (plus tard Tajimi) est le fils de Yôzo, et ignore cette histoire. Sans le savoir, et de par sa filiation, il est lié aux meurtres qui se sont déroulés vingt-cinq ans plus tôt. Mais est-il réellement le fils de Yôzo ? Un secret plane sur sa naissance.
Des meurtres par empoisonnement se succèdent, et de nombreux acteurs entrent en scène : Mr Suwa, employé chargé de retrouver la trace de Tatsuya qui vit à Kobe, Mr Testuya, un homme sombre dont les intentions sont mystérieuses, la jeune Miyako Mori qui s’empresse étrangement d’assister Tatsuya et l’incite à retourner au Village des Huit Tombes pour s’occuper des affaires familiales. Revenu au pays de son enfance, Tatsuya, personnage sans envergure et plutôt pétochard, doit affronter les villageois qui redoutent l’héritage de la violence de son père, Yôzo. Pour eux, Tatsuya est responsable des empoisonnements qui sont commis au village.
D’autres acteurs entrent en scène dont ses deux tantes, les sœurs jumelles Koume et Kotake, deux moines, des membres de la famille rivale, deux médecins, un commissaire, un détective, etc. Tatsuya est rapidement soupçonné, mais sera-t-il innocenté ? Le détective qui ne paye pas de mine, Kosuke Kindaichi, venu de nulle part, s’avère exceller dans l’enquête.
Tatsuya est installé dans la dépendance de la maison. On y trouve un passage secret menant au village, des grottes sous-terraines, des tunnels tout noirs, une histoire de trésor, des indices cachés… et quelque suspense.

L’intérêt réside plutôt dans l’histoire qu’il nous raconte, plutôt bien écrite. Le Village aux Huit Tombes se lit comme un roman japonais, mâtiné de Dix Petits Nègres et de Club des cinq - c'est comme ça que je le ressens - plutôt que comme un polar au sens réel du terme malgré l’intrigue policière. Mais notons que, dans ce roman, Seishi Yokomizo a sacrifié ses personnages qui n’ont pas vraiment d’épaisseur ni de profondeur au profit de l’intrigue. J’ai passé toutefois un très agréable moment de lecture-détente.



_________________
"Il y a encore bien des lunes mortes, ou pâles, ou obscures, au firmament de la raison." (Cl. Lévi-Strauss)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Yokomizo Seishi   Sam 1 Fév 2014 - 22:31

Donc un mélange d´Agatha christie et Enid Blyton (littérature pour enfants donc...). En tout cas je suis contente que Ça t´ait plu et tenu, comme tu me l´as dit dans ta carte, eveillée jusqu'à tard dans la nuit!  

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Yokomizo Seishi   Dim 2 Fév 2014 - 0:54

Peut-être me trompe-je, mais je n'ai pas l'impression que Flibustière évoquait l'aspect littérature enfantine en parlant d'Enyd Blyton, mais plutôt du côté "explorateur" du club des cinq, allant de découvertes de grottes en exhumations de trésors, dans un village cachant de lourds secrets.

Du même auteur, j'ai lu il y a quelques temps La ritournelle du démon, et je dois dire que mon ressenti rejoint beaucoup celui de Flibustière.
Là aussi, le détective, personnage aussi falot qu'intuitif, se retrouve dans un village perdu bruissant de drames et de secrets. Tandis qu'il tente de démêler l'écheveau des non-dits, de nombreux villageois entrent en scène et repartent, et en cela c'est vrai que l'on peut penser à Agatha Christie.
Je ne suis pas forcément demandeuse d'action trépidante, et pour moi la réussite d'un policier tient surtout à l'ambiance et aux personnages. Et le bémol, c'est que ces deux aspects ont eu, pour moi, un goût d'inachevé : des personnages au potentiel intéressant, mais pas assez fouillés ; et par suite, une atmosphère qui n'atteint jamais la densité espérée, restant trop en surface.
Néanmoins, ce fut un bon moment de détente, et je pense que je lirai un autre titre de cet auteur.

Revenir en haut Aller en bas
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Yokomizo Seishi   Dim 2 Fév 2014 - 2:10

C´est drôle je n´ai pas le même ressenti. J´ai aimé que le détective soit un peu couard, une sorte de anti-héro qui se retrouve mêlé à tout ça sans le vouloir. J’ai bien aimé qu’il finisse par regarder une fille pour laquelle il avait eu une sorte de répulsion au début et que celle qu’il admirait ne soit finalement pas si fréquentable. Je trouve qu’il y a plein de personnages hauts en couleur comme les deux tantes qui ressemblent à "des petits singes" , et d’autres…ça fait quelques temps que je l’ai lu donc je dois retrouver mes souvenirs…La none « folle » qui vole chez tout le monde par exemple. J’ai justement aimé l’ambiance. Il se passe en effet toujours quelque chose et  jusqu’au bout on ne soupçonne rien.
Ce que j´aime dans un policier, c´est l´originalité des personnages et des situations. Je n´aime pas retrouver des personnages ou des situations que l´on attend au tournant parce que trop communs ou sur un modèle déjà trop usité. Comme le détective qui boit trop, divorcé, dont la copine a un grand coeur mais qui doit vivre...de ses charmes je dirai...D'un ennui mortel.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flibustière
Agilité postale
avatar

Messages : 884
Inscription le : 29/09/2012
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Yokomizo Seishi   Dim 2 Fév 2014 - 9:40

Oui quand j’ai pensé à Enid Blyton, je faisais référence au côté explorateur, mystérieux, de la recherche de trésors, ou de résolution d'énigmes, dans les tréfonds de grottes et de lieux qui nous font, lecteurs, haleter. Ce n’est en aucun cas un livre de littérature enfantine, bien au contraire ! Car, à noter aussi, il faut du temps pour se remémorer les noms à coucher dehors des personnages, et les noms fastidieux de ces lignées familiales, et autres noms de lieux. Heureusement qu’il y avait une liste des familles et de leur généalogie !
C’est surtout l’ambiance que j’ai appréciée. (Et je respecte par ailleurs Mme Blyton !)
Les personnages sont sans aucun doute truculents mais pas assez fouillés. C’est certain qu’ils n’ont rien à voir avec ceux des polars classiques, mais on est dans un autre registre et ce n’est pas le sujet puisque aucune comparaison possible.
En ce qui concerne les personnages, plutôt anti-héros, je sais aussi les apprécier. Par exemple, j’ai lu récemment de Lorenzo Lunar, La Vie est un tango, on ne peut pas dire que le "commissaire" soit une flèche ! Si tant est qu’on peut appeler cela un commissaire ! Et le livre en question m’a dépaysée tout autant chaque soir, transportée à Cuba. Différent de ce roman japonais certes, mais un exemple de littérature du genre polar, une autre variante, avec ses défauts aussi, mais n'empêchant pas les très agréables moments de lecture car on s'éloigne des poncifs habituels de nombreux polars.

_________________
"Il y a encore bien des lunes mortes, ou pâles, ou obscures, au firmament de la raison." (Cl. Lévi-Strauss)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Yokomizo Seishi   Dim 2 Fév 2014 - 11:33

Oui j´ai bien aimé les livres de la bibliothèque verte. Le club des cinq...Oui-Oui (rose). D'ailleurs j'étais plutôt "Alice" de Caroline Quine. Mais je ne les relierai tout de même pas....

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Yokomizo Seishi   Sam 8 Mar 2014 - 14:00



La ritournelle du démon


Le détective Kôsuke Kindaichi veut prendre un peu de repos et décide de le faire dans la préfecture d’Okayama à Onikobe. Il retrouve son ancien ami le commissaire Isogawa qui n’a jamais pu oublier une affaire non élucidée arrivée vingt ans auparavant.
Genjirô, le mari de Rika, gérant de la Source thermale de la Tortue a été retrouvé mort, le visage dans le foyer, chez le chef du village Hôan Tatara.

A cette époque, deux familles se partageaient en s’affrontant, le village. Les Yura , famille du Boisselier, et les Nire, famille du Balancier.

Kôsuke accepte de sacrifier un peu ses vacances et s’immerge au milieu de la population.

Très vite le chef du village, Hôan, jouisseur, grand amateur de femme, gouailleur mais sans véritable ami et oisif depuis toujours, disparait. Tout porte à croire qu’il a été empoisonné par « les herbes qui tuent le chef de village ». Une vieille femme « diabolique » courbée en deux, rôde. Est-elle Rin la cinquième femme de Hôan, qui  l’avait quitté et qui s’était proposé de revenir partager la solitude de ses vieux jours ? Kôsuke découvre que Rin est morte et enterrée un an auparavant. Qui est donc cette femme qui apparait juste avant que les meurtres ne soient commis ?  Est-elle réelle, un fantôme ?
Puis une première jeune fille de la famille du Boisselier est retrouvée morte et le meurtrier a pris la peine de mettre en scène sa mort. Kôsuke s’aperçoit qu’une vieille ritournelle pourrait jouer un rôle dans cette mise en scène.  Quel rôle joue Hôan dans cette affaire ? Et y a-t-il  une corrélation avec la ritournelle ?

Kôsuke va mener son enquête méthodiquement et poser les questions que personne ne pose. Des secrets de famille et des histoires obscures entremêlées vont refaire surface.  

Polar original qui malgré l’esthétique qui règne et qui sauve parfois de tout, part loin dans l’horreur. Polar qui malgré l’attachement du Japon aux traditions a un côté très moderne dans son expression.
Seishi campe bien les lieux, les scènes, qui donnent une bonne idée du Japon de l’époque et crée une ambiance intrigante, fantasque et excentrique parfois.

Malgré tout la fin ne nous apparait pas petit à petit et la solution tombe un peu comme un caillou dans l’eau. Beaucoup de questions restent sans réponses, comme le rôle de la ritournelle dans le mystère par exemple.
Seishi reprend aussi un peu la même formule que dans Le village aux huit tombes que j’avais lu il y a quelques temps. Et je trouve ce dernier plus réussi.  
J’ai tout de même pris plaisir à le lire.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Yokomizo Seishi   Mer 20 Aoû 2014 - 14:20


La ritournelle du démon.

Les années 50, au Japon.
Un détective ultra célèbre veut des petites vacances peinardes, au calme. Il demande conseil à un de ses amis policiers, qui l'envoie, certes dans une petite bourgade paumée dans les montagnes, avec source chaude, mais c'est aussi la ville d'un crime qui n'a jamais été résolu.
Évidemment, la curiosité du détective est piquée, et dès qu'il arrive, mine de rien il pose des questions par-ci par-là.
Évidemment, à peine est-il installé que de nouveaux crimes sont commis. Et qui ont l'air en lien avec ceux commis il y a plusieurs années.

Et le livre va se dérouler tranquillement, à démêler les fils. De meurtre en meurtre. Avec des flics patauds, des interrogatoires tranquilles, des enquêtes survolées.

L'ambiance du roman est globalement agréable.
Le vieux Japon, avec tous ses codes, sa sérénité, sa politesse, et les vieilles maisons en bois, les tatamis, les sources d'eaux, les vieilles légendes. (Mais si on ne s'est pas déjà intéressé au Japon, et qu'on le visualise bien, est-ce que cette ambiance se ressent tout autant ?)
Après... je l'ai lu sans grand enthousiasme, j'étais tenue par le suspens et les mystères qui s'accumulent puis sont dénoués les uns après les autres. Donc... Intéressée, sans être captivée. Le livre est court, ça aide à ne pas s'ennuyer.
Les personnages ne sont pas très épais. Quelques traits de caractères bien distincts pour les identifier rapidement. Légèrement caricatural. Ils servent plus de figures et de symboles.
Je l'associe à des enquêtes à la Columbo.

Comme le disait Armor : un livre aux personnages peu fouillés, à l'ambiance peu palpable.

Comme le disait Pia : ça va trop vite dans la résolution. Alors que ça prend une tournure qui va assez loin dans le machiavélisme, la fin tombe à plat. L'effet est quelque peu raté.

Bon ça reste agréable à lire.
Absolument pas incontournable.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Yokomizo Seishi   Mer 20 Aoû 2014 - 19:52

En fait j'avais préféré Le village aux huit tombes. Ce qui m'avait donné envie de lire La ritournelle du démon. Et j'avais été déçue. Si j'avais commencé par La ritournelle je n'aurais surement pas eu envie de lire Le village. Il y en a un troisième de lui traduit en Français. Du coup je ne sais pas..un peu peur d'être déçue encore une fois.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Yokomizo Seishi   Mer 20 Aoû 2014 - 20:00

Ça peut être aider dans le choix de savoir l'ordre chronologique dans lequel il les a écrit : s'il s'est bonifié ou empiré avec le temps...

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Yokomizo Seishi   Mer 20 Aoû 2014 - 20:01

Tiens je vais regarder ça!!

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yokomizo Seishi   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yokomizo Seishi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: