Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Irokawa Takehiro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Irokawa Takehiro   Mer 4 Juin 2014 - 21:53

Irokawa Takehiro
(Tokyo, 1929-1989)


Citation :
Takehiro Irokawa (色川 武大, Irokawa Takehiro?, 28 mars 1929 - 10 avril 1989) est un écrivain japonais auteur de littérature « sérieuse » comme d’œuvres de divertissement sous divers pseudonymes dont Asada Tetsuya (阿佐田哲也) et Budai Irokawa (色川武大).

Irokawa est originaire de l'arrondissement de Shinjuku à Tokyo. Son père est un ancien capitaine de marine domicilié avec une pension militaire, et avec qui Irokawa entretient des relations difficiles. Irokawa commence à faire l'école buissonnière à un âge précoce pour voir des films et des vaudevilles dans le quartier des divertissements d'Asakusa. En 1943, il est mobilisé pour travailler en usine, et à la fin de la guerre, est expulsé de l'école quand on découvre qu'il a édité un magazine ronéotypé réputé rebelle. Lorsque la pension de son père expire, il participe à la petite semaine à des activités criminelles et au jeu, en particulier le mahjong.

Au début des années 1950 Irokawa commence à écrire sous un pseudonyme. Il reçoit une première reconnaissance littéraire en 1961 pour une nouvelle, remportant le prix Chūōkōron Shinjin des nouveaux écrivains et les éloges de Yukio Mishima et Makoto Hiroshi. Il continue à publier abondamment dans les années 1970. Au fil des années, Irokawa est lauréat du prix Naoki en 1978, du prix Kawabata en 1982 et du prix Yomiuri en 1988 pour Kyōjin nikki.

Il est brièvement hospitalisé en 1968 pour des hallucinations visuelles et auditives, peut-être liés à la narcolepsie. Il meurt d'une crise cardiaque en 1989.
(Source : Wikipedia)


Dernière édition par eXPie le Jeu 5 Juin 2014 - 7:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Irokawa Takehiro   Mer 4 Juin 2014 - 21:53


Couverture : Maeda Seison (1885-1977) - En attendant d'entrer en scène, 1955.

Le Journal d'un Fou (Kyôjin nikki ; 267 pages). Traduit par Rose-Marie Makino-Fayolle. Piquier poche.
Ce très curieux roman, écrit en 1988, nous place dans la tête d'un homme dont la raison a vacillé. Entré dans un hôpital psychiatrique, il va en sortir grâce à une jeune femme elle non plus pas tout à fait saine d'esprit. L'homme n'est pas complètement fou, il comprend que les choses étranges qu'il voit sont des hallucinations, mais c'est grâce à une analyse raisonnée qu'il le réalise, car il est tellement habitué à ses hallucinations - qui donnent lieu à des pages vraiment étonnantes - qu'il les anticipe lorsqu'il en perçoit les signes avant-coureurs.

Quand il n'est pas sujet à ces visions, il passe son temps à s'analyser lui-même, sa vie, ainsi que le monde dans son ensemble. Son désir de comprendre le monde s'est exprimé très tôt : pour s'amuser, il a mis au point un système (à base de cartes) de représentation de microcosmes - le monde de le lutte (le sport), de l'école, du base-ball, puis du cinéma - remarquable et extrêmement complexe (une sorte de SimCity, le jeu vidéo, avant la lettre).
"Depuis longtemps déjà je ne pouvais plus supporter cette complexité", dit-il page 38 à propos de son système de jeu. Il ajoute (même page, plus bas) : "Mais cela n'était pas une raison pour arrêter. Comme la réalité était tellement compliquée, ennuyeuse et insensée, je n'avais pas grand-chose d'autre à faire. Dans la mesure où j'étais vivant, il m'était impossible d'arrêter ce jeu".

La vie est complexe et incompréhensible ; néanmoins, dans son désir de vouloir la comprendre, il modélise le monde en un jeu aussi complexe, mais dont il maîtriserait les règles. Malheureusement, plus il affine sa représentation du monde et plus il sent s'échapper le sens des règles.
A la page 234, dans une de ses crises d'autodénigrement quasi dostoïevskiennes, il dit : "Je suis capricieux et égoïste, je ne suis pas malade, mais incomplet."
Est-il donc fou, ou bien plus lucide que les autres, car nous serions tous incomplets ?


Dernière édition par eXPie le Jeu 5 Juin 2014 - 7:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Irokawa Takehiro   Mer 4 Juin 2014 - 22:38

Je suis en train de le lire ! sourire 
La première fois que j'ai vu "passer" un singe, j'ai...dû relire le passage en me disant que j'étais toquée !
Effet garanti.
 rire rire 

L'haleine comme arme fatale, fallait y penser !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Irokawa Takehiro   Mer 4 Juin 2014 - 22:44

tina a écrit:
Je suis en train de le lire ! sourire 
La première fois que j'ai vu "passer" un singe, j'ai...dû relire le passage en me disant que j'étais toquée !
Effet garanti.
 rire rire 

L'haleine comme arme fatale, fallait y penser !
Oui, j'ai vu que tu le lisais, du coup j'ai copié/collé une ancienne petite note que j'avais faite (j'étais persuadé d'avoir ouvert le fil).

C'est vraiment un livre très étrange... j'ai eu pas mal de moments de perplexité pendant sa lecture...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Irokawa Takehiro   Mer 4 Juin 2014 - 22:55

J'ai pris soin de ne pas te lire (pour l'instant).
Mais tu as aimé ou pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Irokawa Takehiro   Mer 4 Juin 2014 - 23:34

tina a écrit:
J'ai pris soin de ne pas te lire (pour l'instant).
Mais tu as aimé ou pas ?
Oui, disons que je l'ai trouvé intéressant. C'est une plongée dans l'esprit d'un type tellement singulier, qui s'analyse, qui tente de se comprendre, de comprendre le monde... Et le jeu qu'il met au point... C'est parfois fascinant, pas banal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Irokawa Takehiro   Jeu 5 Juin 2014 - 9:41

A l'air pas mal... je le note ! Very Happy

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 38
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Irokawa Takehiro   Ven 6 Juin 2014 - 10:26

Ça m'intrigue !

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Irokawa Takehiro   Ven 6 Juin 2014 - 16:32

Moi aussi je le note.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Irokawa Takehiro   Ven 6 Juin 2014 - 18:12

eXPie a écrit:

Est-il donc fou, ou bien plus lucide que les autres, car nous serions tous incomplets ?
Je crois qu'il en va des psychotiques comme des autres. Il y en a des lucides sur la vie et d'autres moins. Des artistes et d'autres moins, etc... La folie ne situe les gens en dehors de la raison que dans certains des aspects relationnels, intellectuels  ou affectifs mais rarement dans leur globalité (en dehors de formes très graves et rares). Mais vivre une expérience différente de celle de la moyenne des autres ou être différent d'une manière générale aide peut être à mieux se rendre compte des artifices de l'organisation sociale ou de la vie en général. Ça modifie l'angle du regard certainement. La grande névrose d'un  Proust par exemple en a fait un sacré observateur en tout cas.

Par contre je suis très intéressé de voir comment un ecrivain qui a lui-même vécu une expérience psychotique (apparemment une sorte de psychose hallucinatoire) en rend compte à travers un personnage de manière littéraire. Je le lirai. Merci pour la présentation.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).


Dernière édition par Marko le Ven 6 Juin 2014 - 18:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 49
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Irokawa Takehiro   Ven 6 Juin 2014 - 18:27

Marko a écrit:

Par contre je suis très intéressé de voir comment un ecrivain qui a lui-même vécu une expérience psychotique (apparemment une sorte de psychose hallucinatoire tardive) en rend compte à travers un personnage de manière littéraire. Je le lirai. Merci pour la présentation.

C'est vrai c'est intéressant.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Irokawa Takehiro   Mer 18 Juin 2014 - 13:14

Un livre époustouflant quand on s'interroge sur les profondeurs humaines.

Le narrateur parle au présent et raconte sa vie à l'hôpital, où il a choisi de se reposer. Il y a donc démarche de sa part et une grande lucidité. Plus même : de la modération.

Puis glissent dans le récit des anomalies ponctuelles : ici un chimpanzé qui passe, ou des défunts qui apparaissent, ne troublant point le flegme de notre personnage, qui se contente de décrire, de raconter. C'est qu'on est DANS SA TETE. Et c'est très fort ! Car on n'a pas vu venir... On vit comme lui. Pas de spectaculaire. Que du sobre, que le narrateur absorde parfaitement, car pour lui, c'est SA NORME.

J'ai trouvé cet ouvrage passionnant, rare même.
Il évolue en rencontrant une femme. Entre-temps, le lecteur a deviné ses troubles : une sorte d'épilepsie, des scènes de convulsions, avec hallucinations visuelles. On espère qu'il s'en sortira.

Je ne dis pas la fin.

A LIRE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Irokawa Takehiro   Mer 18 Juin 2014 - 22:24

C'est dommage qu'il n'y ait pas eu d'autres traductions de cet auteur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Irokawa Takehiro   Jeu 19 Juin 2014 - 10:44

Oui, c'est un laissé-pour-compte de la littérature Japonaise (ici, en France, car dans son pays, il a eu des prix).
Mais heureusement, nous veillons à faire parler de lui.
Kawabata a salué son talent, ce qui n'est pas rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ariane SHOYUSKI
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2372
Inscription le : 17/04/2014

MessageSujet: Re: Irokawa Takehiro   Jeu 19 Juin 2014 - 23:30

J'ajoute le nom de ses oeuvres qui ont reçu les prix.

"Un Tissu noir" (Kuroï nuno, 1961) Prix Chûôkôron-Shinjin
"Le Cahier de visiteurs suspects" (Ayashii raïkyaku-bo, 1977) Prix Izumi Kyôka
"Un Divorce" (Rikon, 1978) Prix Naoki
"Cent" (Hyaku, 1982) Prix Kawabata

Certes "Journal d'un fou" a été très apprécié, mais son roman le plus célèbre est "La Chronique d'une errance au Mah-jong" (Mahjong hôrôki, 1969-72) par le nom Tétsuya ASADA : d'ailleurs ce nom est un jeu de mots qui dit, "C'est le matin ! On a joué (le mah-jong) toute la nuit !"
Il était le principal acteur de la grande mode de mah-jong des années 70.
Non seulement il était très fort au mah-jong, mais aussi il était un joueur incorrigible à plusieurs jeux : le Keïrin - une compétition de cyclisme sur piste, le course de chevaux ou encore le Shôgi (l'échec japonais).
Il y avait même "Coupe ASADA" au mah-jong et au Keïrin.
Il y a aussi un très joli film passionnant "Mahjong hôrôki" (noir et blanc, 1984) de Makoto WADA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Irokawa Takehiro   

Revenir en haut Aller en bas
 
Irokawa Takehiro
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: