Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Brian Leung

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Brian Leung   Jeu 4 Sep 2008 - 23:38



Apparemment il n’y a pas la possibilité de trouver (pour l’instant) une photo de cet écrivain – je prends donc celle de son livre – et vais profiter de vous mettre la couverture de la version anglaise auprès de mon commentaire du livre

Quelque infos de lui – du site de son Editeur
Citation :
Originaire de San Diego (Californie), professeur de littérature, Brian Leung est l’auteur d’un recueil de nouvelles, World famous love acts (à paraître prochainement aux éditions Albin Michel), couronné par le Prix Mary McCarthy et l’Asian American Literary Award. Les Hommes perdus est son premier roman.

Site de Brian Leung

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Brian Leung   Jeu 4 Sep 2008 - 23:38


Les Hommes perdus
Citation :
Présentation de l’éditeur :
Qu’est-ce qu’un père peut offrir à son fils après tant de temps perdu ?
Comment le passé –le monde nos pères, de nos aïeux
continue-t-il à avoir prise sur notre existence ?
Westen Chan a huit ans quand meurt sa mère. Son père, un Chinois, le confie à sa belle-famille américaine avant de quitter la Californie pour Hong Kong, promettant au garçon de revenir le chercher. Après plus de vingt années de silence, Westen reçoit une lettre de son père l’invitant à voyager en Chine avec lui, à la découverte de ses racines. Père et fils, mais étrangers, les deux hommes se retrouvent dans un pays familier à l’un, inconnu de l’autre. Un face-à-face où ils vont se dévoiler lentement et avec maladresse. Regrets et lourd secret pour l’un, difficultés relationnelles et conflit d’identité pour l’autre, les voilà face à des questions qu’aucun des deux n’a jamais osé poser… Ce roman magnifique explore la question de l’identité et de l’appartenance à une culture mais également le sens de la famille quand, face aux exigences du destin, il est si difficile de renouer avec ceux que l’on craint d’avoir perdus.

Quand on entend « road movie » on associe cette forme de livre/film avec des images d’Amérique.. et bien Brian Leung a écrit en quelque sorte un « road movie » - mais on se trouve avec lui en Chine.
Mais ce sont moins les distances à parcourir qui sont importantes que le dialogue entre ce père et son fils.
Et je dirais que Brian Leung a mit une bonne partie de sa vie/de ses expériences dans ce livre. Westen Chan ressemble en beaucoup de choses à sa propre bio et donc..
Mais n’importe si inventé ou réalité – c’est beau à lire.
Un roman plein de moments à se poser des questions sur les relations entre parents et enfants, une identité qui se base dans le pays où on vit ou celui dont on fait partie à cause de la nationalité…
Moi j’ai surtout adoré les dialogues souvent espiègles, les descriptions de la Chine perçu pour la première fois à trente ans par le fils et absolument adorable les moments quand Westen Chan parle de son enfance, les mémoires qu’il raconte sont souvent très ‘douces’.

Un commentaire qui m’a convaincu de lire ce livre était dans le Figaro Livres que je ne retrouve plus en ligne – ici un extrait

Citation :
Le Figaro - Bruno Corty (21 août 2008)
La réussite de ce roman réside dans sa retenue. Et aussi dans la construction, habile, subtile de l'histoire. (.. .) Avec l'histoire de ce fils en mal d'amour, en quête d'identité, en colère, et de ce père fautif, accablé, affaibli, Brian Leung pose les questions essentielles sur le pardon, la tolérance, la mémoire. Il le fait avec une maturité, un talent remarquables.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi54
Zen littéraire
avatar

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Re: Brian Leung   Mar 4 Juin 2013 - 18:53


Seuls le ciel et la terre, Brian Leung
Albin Michel (Mai 2013)
370 pages

4ème de couverture :

Citation :
1927. Après quarante années d’absence, Adèle Maine revient à Dire Draw, petite ville minière du Wyoming. Elle n’a jamais oublié les événements qui ont failli lui coûter la vie et l’ont obligée à quitter son mari sans un mot d’explication. Adèle était alors venue rejoindre son frère dans l’Ouest américain, véritable eldorado pour des milliers d’hommes en quête de travail sur les lignes de chemin de fer ou dans les mines de charbon. Au cœur de cet univers hostile, elle s’était liée d’amitié avec un jeune Chinois victime, comme les siens, du racisme et du mépris des ouvriers blancs. Et puis, est arrivé ce terrible jour de 1885 où les haines ont explosé et où il lui a fallu choisir… Dans la lignée de Willa Cather et Annie Proulx, Brian Leung réussit le superbe portrait d’une femme libre. Son roman embrasse un vaste paysage de sentiments et d’émotions qui répond, tel un écho, à l’immensité des grands espaces où seuls le ciel et la terre semblent régner.

Brian Leung dans ce second roman fait le portrait d’une femme attachante. Addie n’est pas une femme chanceuse, abandonnée par sa mère, orpheline d’un père alcoolique, elle tente une nouvelle vie en rejoignant son frère qui lui non plus n’est guère gâtée.
Femme attachante, pourvue de qualités, et tolérante à souhait. Mais…. mais femme qui ne m’a guère remuée, pas plus que cette histoire, qui pourtant avait tout pour me plaire.
C’est principalement l’aspect brouillon et nébuleux de la narration qui, à mon sens en est responsable. En effet, l’auteur procède par retour arrière sans que ces derniers soient clairement visibles, et surtout compréhensibles. Il en résulte que l’esprit est nettement plus occupé à se repositionner régulièrement qu’à se jeter corps et âme dans les méandres de la petite et grande histoire. Et cela gâche considérablement le plaisir de lecture ; d’autant que tout cela manque aussi de rythme.
Je ne peux pas dire que ce roman soit mauvais, mais il ne m’a pas touché. Il m’a laissée en dehors et indifférente.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Brian Leung   Ven 31 Jan 2014 - 14:29

Les hommes perdus

Westen est le fils d’une américaine et d’un chinois . Quand il avait huit ans, sa mère est morte, son père l'a abandonné, c'est-à-dire confié à une tante maternelle. Quand, brusquement réapparu 25 ans plus tard, son père lui propose un voyage en Chine, il espère des explications. Des explications qui disent que la vie est difficile pour tous, mais cela ne le satisfait guère, braqué dans sa colère, refusant sans le reconnaître cette réconciliation proposée.

Je n'ai guère été séduite par ce roman, j'ai trouvé que Westen passe son temps à ronchonner dans son coin sans aucune ouverture à l'autre, rendant ainsi impossible le dialogue, et repoussant pour nous, d’épisode en épisode, la progression de cette situation désolante. L'apaisement est bien tardif à survenir. Cela m'a même empêchée de profiter de cette balade en Chine que propose Brian Leung.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Brian Leung   Ven 31 Jan 2014 - 14:35

dommage de lire que tu n'as pas passé un bon moment avec ce livre...
on ne peut pas gagner à tous les coups Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Brian Leung   

Revenir en haut Aller en bas
 
Brian Leung
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Briançon
» Énigme 187 - Manoir de Briançon à Criel-Sur-Mer (76)
» Brian Joubert champion du monde.
» Joyeux Anniversaire Valou !
» Flipper le dauphin (1966-1970)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs étasuniens à découvrir-
Sauter vers: