Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Matthias Zschokke [Suisse]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Matthias Zschokke [Suisse] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Matthias Zschokke [Suisse]   Matthias Zschokke [Suisse] - Page 2 Icon_minitimeMar 30 Aoû 2016 - 10:26

Maurice à la poule

Incontestablement Matthias Zschokke a énormément de talent et une manière bien à lui de prendre son lecteur par la main et de l'enfoncer dans les eaux sombres de vies passablement déprimantes. Car il faut avoir un moral d'acier pour supporter la procrastination de Maurice, son apathie, sa déliquescence et son désabusement.

Il est toujours stupéfiant de voir l'impassibilité avec laquelle l'être humain, depuis des milliers d'années, passe son temps si chichement compté à rester assis, couché, à parler de tout et de rien, à grignoter de petites choses sans avoir faim, à siroter des liquides sans avoir soif, à contempler des choses qui ne lui disent rien, à emprunter des chemins qui conduisent dans des lieux où il n'a rien à faire, ancré dans la ferme conviction qu'il est un être doué de raison et qu'il réfléchit à ceci ou à cela, alors qu'en vérité, il ne pense à rien, qu'il se contente d'avancer sans se poser de questions, tirant sans cesse les mêmes conclusions erronées, tournant en rond depuis des milliers d'années, saisissant au vol des bribes de conversations venant des tables voisines et traitant de lunettes de soleil ou de fourrures, de viande crue, d'étagères, de la pluie et du beau temps, (…).

La narration avance péniblement de jour en jour, suivant l'inaction chronique de Maurice, faisant l'état de lieux de plus en plus dégradés par l'absence d'argent, l'absence de travail, l'absence de vie. Le personnage rêve sa vie mais s'abstient de vivre ses rêves car au fond ses rêves ne sont que de l'inaction. Il voudrait se taire mais il écrit des lettres infinies à son ami et collègue Hamid ; il voudrait gagner de l'argent mais ne saurait pas comment le dépenser ; il voudrait savoir qui joue du violoncelle ou du piano près de son bureau mais cette connaissance serait un peu la fin ultime de toute sa vie… C'est dire comme elle est vide la vie de notre personnage et heureusement, heureusement, l'immense talent littéraire de Zschokke parvient à maintenir à flot l'intérêt du lecteur jusqu'à ce que tout d'un coup, la narration même se mette à disjoncter, que l'on voit apparaître un personnage, père de famille alcoolique, qui disparait aussitôt, que les digressions finissent pas tourner tellement en rond qu'on ne sache plus très bien si cela vaut la peine de continuer.

Ce livre est une gageure pour le lecteur car il ne s'y passe que de minuscules évènements sans intérêt, la vie de Maurice est à peu près aussi saisissante que celle de sa poule peinte sur un portrait, figée, l'œil rond et effrayé et cependant on lit se livre avec un brin de fascination, l'idée désagréable que Zschokke s'amuse à nous tendre un miroir dans lequel on voit nettement notre propre paresse, nos renoncements, nos déprimants rêves avortés, notre petitesse, notre vacuité, n'est pas bien agréable mais comme devant Méduse nous restons en arrêt…

Et je remarque que bix revient à plusieurs reprises sur l'énigme de la mère (le personnage présenté est-il ou pas la mère de Maurice ?) et on entre ici dans cette magie (un brin perverse) de la littérature quand elle se coule dans les draps de la duplicité, du mentir-vrai, de cette fausse réalité, de cette vraie invention, dont incontestablement Zschokke est le maître chanteur.

Une petite vieille à une fenêtre donne l'impression de vouloir endosser dans ce livre le rôle de la mère de Maurice. Sa tête minuscule a la couleur d'une gomme jadis blanche. Toute la chair qui s'y trouvait s'est desséchée. Ce qu'il en reste est recouvert d'une membrane fripée et fragile qui repose, lisse, sur les os du crâne et brille, pâle, comme du boyau rempli à ras bord de chair à saucisse. Sous le nez, au menton et sur le cou, quelques longs poils isolés, des fils gris blanc et recourbés. Deux tendons partant des clavicules sont tendus de part et d'autre sous les oreilles et ressemblent à deux cordages recouverts d'une bâche plissée. (…)

Un livre inquiétant, qui ennuiera certains et réjouira ceux, qui tel Maurice à la poule, ont le temps de regarder leur vie se perdre, se défaire, se figer.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Matthias Zschokke [Suisse] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Matthias Zschokke [Suisse]   Matthias Zschokke [Suisse] - Page 2 Icon_minitimeMar 30 Aoû 2016 - 19:32

Merci Shanidar pour ton excellent commentaire !

"L' énigme de la mère" n' est qu' une des inventions de l' auteur qui nous en réserve d' autres. Devant nous... Rien dans les mains,
rien dans les poches. Personnages et situations aléatoires.
Au lecteur d' imaginer et de décider...

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire
églantine

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 53
Localisation : Peu importe

Matthias Zschokke [Suisse] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Matthias Zschokke [Suisse]   Matthias Zschokke [Suisse] - Page 2 Icon_minitimeMar 30 Aoû 2016 - 19:42

Super de voir que tu as aussi apprécié Shanidar ! , voilà qui fait plaisir !  Very Happy
Alors qui va découvrir Maurice maintenant ?  Basketball
bix229 a écrit:
Devant nous... Rien dans les mains,
rien dans les poches. Personnages et situations aléatoires.
Au lecteur d' imaginer et de décider...
oui cheers

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Matthias Zschokke [Suisse] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Matthias Zschokke [Suisse]   Matthias Zschokke [Suisse] - Page 2 Icon_minitimeDim 13 Nov 2016 - 5:06

Matthias Zschokke [Suisse] - Page 2 Aaaaa12 / Matthias Zschokke [Suisse] - Page 2 Aaaaaa13
Die strengen Frauen von Rosa Salva / Trois Saisons à Venise
Citation :
Présentation de l’éditeur
Venise au jour le jour, au ras de l’eau, au rythme du vaporetto: de juin 2012 à janvier 2013, Matthias Zschokke a vécu trois saisons d’émerveillement.
De ses fenêtres plongeant sur une piazzetta, au croisement de trois canaux, il observe les déboires d’un jeune goéland qui apprend à voler. Sa Venise est celle du marchand de légumes ambulant, des trésors du pâtissier, du coiffeur au coin de la place, d’un tango sous la lune. Une ville aux mille lumières: petits matins clairs de la baignade au Lido, ciels d’orage, rayons dorés de l’automne, brouillards de Noël. A peine un pied dehors, sur la place, c’est déjà l’aventure: à gauche, à droite, encore à droite, trois escaliers, un petit pont, déjà perdu, toujours heureux. Même la foule des touristes ahanant sous la canicule ajoute à la félicité. Lire, écrire quand Venise attend au-dehors ? Pas une ligne, si ce n’est, quand le bonheur déborde, ces messages qui ouvrent une à une aux amis dans le Nord sombre et froid les fenêtres de ce calendrier de l’Avent perpétuel.

Matthias Zschokke [Suisse] - Page 2 Aaa15

Matthias Zschokke sur une plage près de Venise

C’est la première fois que j’ai lu un livre aussi amusant sur Venise… bien que Venise n’est pas la cause de l’humour, plutôt tout le reste dont Matthias Zschokke parle lors de ce séjour.

La ville, il en est ébloui et fasciné. Il a du mal de ne pas écrire que des pages et pages d’éloges. Voilà quelqu’un qui a eu vraiment le coup de cœur !

Le côté amusant vient des remarques qu'il fait sur lui-même et surtout à propos d'autres personnes (souvent auteurs, mais aussi bon nombre d’autres gens de la vie publique)… et il ne mâche pas ses mots.

C’est délicieux et d’une franchise exquise.

Le seul ‘mais’ que je voudrais ajouter : je n’imagine pas ce que cela vaut pour un lecteur francophone. La plupart des personnes dont il parle, appartiennent au monde germanophone. Chacun qui suit un peu les médias d’Allemagne (surtout) ou Suisse (un peu) reconnaît toutes les allusions qu’il fait.

Puisque j’ai lu le livre en allemand, je ne saurais pas dire si on a choisi dans la version françaises d’ajouter un glossaire pour expliquer les gens dont il se moque (surtout) ou adore (peu).
Et on le sait bien, une blague qu’on doit expliquer n’est souvent plus aussi amusante…

Mais si on arrive à apprécier ses plaisanteries, c’est un vrai délice de le suivre dans ce séjour.

Pendant ma lecture de ce roman, j’ai fait quelques pauses pour regarder un Commissario Brunetti (dont il fait naturellement aussi une remarque, pas trop positive) rien que pour voir des images de Venise, tellement ce livre donne envie de visiter cette ville !

Matthias Zschokke [Suisse] - Page 2 A21

Rosa Salva, fameuse pâtisserie à Venise, qui figure dans le titre allemand du livre (Les femmes sévères de Rosa Salva)

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Matthias Zschokke [Suisse] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Matthias Zschokke [Suisse]   Matthias Zschokke [Suisse] - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Matthias Zschokke [Suisse]
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Brioche suisse
» Les moyens et l'organisation du Génie Suisse
» Commande Sigma possible en SUISSE ?
» CARMEX en Suisse
» Convention de Charmey Suisse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature belge et suisse (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: