Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Satyajit Ray

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Satyajit Ray Empty
MessageSujet: Satyajit Ray   Satyajit Ray Icon_minitimeJeu 17 Déc 2009 - 22:30

Un fil pour le plus grand réalisateur indien, c'est bien le moins...

Fils d'une famille aux multiples activités artistiques (son père et son grand-père étaient peintres, écrivains, photographes), Satyajit Ray est né à Calcutta le 2 mai 1921. Deux ans plus tard, son père meurt; l'entreprise familiale (une imprimerie) est liquidée et le jeune enfant confié à son oncle maternel. Après avoir obtenu une licence d'économie, Satyajit Ray rentre à l'université de Santiniketan (1940-1942) qui est sous la direction de son créateur, le grand poète indien Tagore. Là, il s'initie à toutes les formes d'arts graphiques et étudie les arts de tous les pays sans que soient sacrifiés les traditions indiennes et leurs idéaux ainsi que le souhaite l'esprit de cette université. De retour à Calcutta, il crée le premier ciné-club indien, la Calcutta Film Society, puis devient directeur artistique dans une agence de publicité britannique. Cette activité le conduit deux années durant (1949-1950) à Londres et il en profite pour découvrir tous les grands classiques du cinéma européen. C'est la méthode de tournage employée par De Sica dans Le voleur de bicyclette qui l'encouragea à préparer, en indépendant, son premier film tiré d'un livre "Pather Panchali" dont il avait illustré la couverture. Le tournage de ce film, premier d'une trilogie sur l'enfance (Aparajito, Apur Sansar) dura deux ans et demi. Ces difficultés n'apparurent pas à l'écran puisqu'il reçut le Prix du Document Humain à Cannes en 1956 et obtint un très grand succès en Inde. Satyajit Ray s'intéressa aussi à la condition de la femme dans Mahanajdeva et Charulata. Puis, dans les années 70, il cessa de tourner des films situés dans le passé pour explorer les problèmes contemporains de l'Inde. Il est l'auteur de toutes les musiques de ses films dont il assure également les cadrages.

Filmographie :

1955 Pather Panchali (La Complainte du sentier)
1956 Aparajito (L'invaincu)
1957 Parash Pathar (La Pierre philosophale)
1958 Apur sansar (Le Monde d'Apu)
1958 Jalsaghar (Le Salon de musique)
1960 Devi (La Déesse)
1961 Teen kanya (Trois filles)
1962 Abhijan (L'expédition)
1962 Kanchanjungha
1963 Mahanagar (La grande ville)
1964 Charulata
1965 Kapurush o mahapurush (Le Lâche et le saint)
1966 Nayak (Le Héros )
1967 Chiriakhana (La Ménagerie)
1968 Goopy gyne Bagha byne Goopy (Le chanteur et Bagha le joueur de tambour)
1969 Aranyer din ratri (Des jours et des nuits dans la forêt)
1970 Pratidwandi (L'adversaire)
1971 Seemabaddha
1973 Ashani sanket (Tonnerres lointains)
1974 Sonar kella (La Forteresse d'or)
1975 Jana aranya (L'Intermédiaire)
1976 Shatranj ke khilari (Les joueurs d'échecs)
1978 Joi baba felunath (Le Dieu éléphant)
1980 Hirok rajar deshe (Le royaume des diamants)
1980 Mahapuruh (Le saint)
1981 Sadgati (Délivrance)
1984 Ghare-baire (La Maison et le monde)
1988 Ganashatru (Un ennemi du peuple)
1990 Les Branches de l'arbre
1991 Agantuk (Le visiteur)

Satyajit Ray 4151


Dernière édition par traversay le Ven 18 Déc 2009 - 23:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Satyajit Ray Empty
MessageSujet: Re: Satyajit Ray   Satyajit Ray Icon_minitimeJeu 17 Déc 2009 - 22:38

Satyajit Ray 200px-Dvd_nayak

Le héros (Nayak, Satyajit Ray, 1966).
Le "Railway movie" est le genre idéal pour faire se rencontrer des gens d'origine et d'opinions très différentes. Comme ici, où une star de Bollywood, en plein vide existentiel, fait la connaissance d'une jeune journaliste progressiste. Une brève rencontre qui est l'occasion, comme souvent chez Ray, de réaliser à la fois un film politique, poétique, dialectique et romanesque. Avec son regard pénétrant de cinéaste 100% indien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Satyajit Ray Empty
MessageSujet: Re: Satyajit Ray   Satyajit Ray Icon_minitimeJeu 17 Déc 2009 - 22:41

Abhijan (Satyajit Ray, 1962).
Très grand film, fort méconnu du maître indien. Un scénario époustouflant qui alterne moments forts et réflexion pour un impitoyable tableau d'un pays complexe par ses contradictions. Ray rend compréhensible tous les enjeux (intolérance religieuse, système des castes, place des femmes, violence sous-jacente, concussion...) et les intègre dans son récit avec une habileté diabolique. Brillant, profondément indien mais universel par son humanisme.


Satyajit Ray 51Gf8dTJaPL._SS500_
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Satyajit Ray Empty
MessageSujet: Re: Satyajit Ray   Satyajit Ray Icon_minitimeJeu 17 Déc 2009 - 22:48

J'en ai déjà parlé pour Ozu mais on peut lire également cet essai formidable de Youssef Ishaghpour sur Satyajit Ray:
Satyajit Ray 39094710

Citation :
Résumé :

L'oeuvre de Satyajit Ray constitue un continent, non pas tant parce qu'il s'agit de l'Inde, mais à cause de la diversité des problèmes, des approches, des genres et des styles de ses films. Satyajit Ray a été, à lui seul, tout un cinéma, ayant dû parcourir un monde complexe, en tout sens et à tous les degrés de l'échelle sociale, historique et culturelle. Pendant près de deux siècles, la pénétration occidentale, en l'occurrence celle de l'Empire britannique, a été très forte au Bengale. C'est pourquoi cette relation intrinsèque entre l'Orient et l'Occident, entre tradition et modernité, se trouve au centre de ses grands films, et donc au centre du présent essai. La Trilogie d'Apu, Le Salon de musique, La Déesse, Charulata, Les Joueurs d'échecs sont indubitablement des chefs-d'oeuvre du cinéma mondial.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Satyajit Ray Empty
MessageSujet: Re: Satyajit Ray   Satyajit Ray Icon_minitimeJeu 17 Déc 2009 - 22:51

Merci Marko, je sais qu'il y a d'autres amateurs de Ray. Alimentez ce fil jusqu'à plus soif....

La grande ville (Mahanagar, Satyajit Ray, 1963).
Bhombol, modeste comptable d'une banque de Calcutta, doit, avec son maigre salaire, faire vivre toute la famille : son épouse Arati, leurs deux enfants, mais aussi ses deux parents, qui habitent avec eux. A son corps défendant, Bhompol accepte que sa femme prenne un emploi.
Chronique familiale et sociale, Mahanagar est un des films les plus fins de Ray, tourné entre Abhijan (L'expédition) et Charulata, soit deux de ses oeuvres les plus réussies. L'injustice et le conservatisme de la société indienne y sont observés avec le sens du détail d'un entomologiste. Ray, amoureux de son pays ne se prive pas de critiquer ses plaies, modulant le ton de son film entre la satire et le (mélo)drame.
Satyajit Ray Nehaflix_2075_35870306

Satyajit Ray 1963_mahanagar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Satyajit Ray Empty
MessageSujet: Re: Satyajit Ray   Satyajit Ray Icon_minitimeJeu 17 Déc 2009 - 22:53

Extra ce fil! Je n'en ai vu que 5 et je vais pouvoir piocher dans tous les autres cheers

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Satyajit Ray Empty
MessageSujet: Re: Satyajit Ray   Satyajit Ray Icon_minitimeJeu 17 Déc 2009 - 23:26

La grande ville ce n'est sans doute pas le film le plus connu, ni le plus réussi de Satyajit Ray, mais c'est le premier film de lui que j'ai vu et qui m'a rendu complètement fan, il y a très très longtemps. Alors forcement j'ai une tendresse particulière pour lui.

Merci d'en parler Traversay !

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Satyajit Ray Empty
MessageSujet: Re: Satyajit Ray   Satyajit Ray Icon_minitimeVen 18 Déc 2009 - 23:20

Satyajit Ray 28432

Les joueurs d'échecs (1976).
Pas pleinement convaincu par ce film qui marque l'incursion de Ray dans le monde musulman avec un tournage pour une fois en Hindi (et non Bengali). En 1856, au royaume d'Oudh, le souverain Wajid Ali Shah occupe son temps entre la poésie et la musique. Non loin du palais royal, deux propriétaires terriens jouent d'interminables parties d'échecs. Plongés dans leurs passions, il ignorent les visées colonisatrices de la puissante Compagnie des Indes dont l'armee est aux portes du royaume. Deux trames narratives donc, dont l'une, politique et historique, est un brin didactique et souffre de la comparaison avec les parties d'échecs qui sont l'occasion de conversations passionnantes sur l'âme indienne avec une verve comique de bon aloi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Satyajit Ray Empty
MessageSujet: Re: Satyajit Ray   Satyajit Ray Icon_minitimeSam 19 Déc 2009 - 19:18

Je suis plus convaincue que toi Traversay par ce film. Au début, il faut certes s'habituer, déjà un film en couleur, cela surprend, et puis le côté film historique en costumes aussi, on est loin de l'observateur de la société de son temps. Mais très vite, j'ai été sous le charme. Les deux joueurs d'échecs et leurs univers, femmes, maisons, petites habitudes et grandes discussions sont tellement délectables. Et la partie historique, même si plus convenue, a aussi de beaux moments. Ceux consacrés à la danse et à la musique par exemple. Là, c'est un vrai bonheur, et la couleur trouve sa pleine justification. Et le côté description d'un monde, d'une culture sur le point de mourir, complètement anachronique, fini par être touchante.

Un très bon moment pour moi, même si ce n 'est pas le film le plus typique et le plus personnel du réalisateur.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Satyajit Ray Empty
MessageSujet: Re: Satyajit Ray   Satyajit Ray Icon_minitimeLun 4 Jan 2010 - 11:40

Satyajit Ray 5337

Les trois filles (Teen Kanya, 1961).
Deux histoires écrites par Tagore.
"Le receveur des postes" raconte comment une petite servante apprend à lire et à écrire avec l'aide du postier de son petit village. Simplicité et pureté.
"La conclusion" narre les aventures sentimentales d'un étudiant qui refuse la jeune fille qui lui est destinée pour convoler avec une autre, délurée et indépendante. Humour et tendresse dans ce chef d'oeuvre digne des plus grandes réussites de Ray. Les trois filles (Two daughters, en anglais !) est somme toute une bonne introduction à l'oeuvre du maître indien pour qui en ignorerait encore tout.
Le film est disponible, avec sous-titres anglais, sur amazon.co.uk

Satyajit Ray Cine182
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Satyajit Ray Empty
MessageSujet: Re: Satyajit Ray   Satyajit Ray Icon_minitimeMar 6 Avr 2010 - 15:53

Satyajit Ray Pratidwandi

L'adversaire (Pratidwandi, 1971)
Avoir 25 ans à Calcutta au début des années 70, sombre période pour le Bengale. Le héros de Ray est coincé entre son désir de s'intégrer, en trouvant un travail, et celui de dynamiter une société figée dans ses traditions, contradictions, compromissions, corruptions ... Beau film de Satyajit Ray, à la fois chronique familiale et sociale. Pas le plus brillant de sa filmographie mais l'un des plus engagés et des plus controversés à sa sortie.

Satyajit Ray Vlcsnap501170
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Satyajit Ray Empty
MessageSujet: La complainte du sentier   Satyajit Ray Icon_minitimeMar 13 Avr 2010 - 17:54

Tiens personne ne parle de La complainte du sentier ? Pourtant au moins deux parfumés l'ont vu non ? (D'ailleurs à qui est ce film que j'ai en ma possession, me souviens plus...).


Me suis ennuyée à dormir devant ce truc... peut-être étais-je fatiguée (à absolument ne pas exclure)... mais je reconnais que le côté chronique d'une petite famille pourrait être intéressant... c'est juste que c'était trop long et répétitif pour moi. Vraiment, des fois ça fonctionne ce genre de truc hyper réaliste et lent, et des fois on passe à côté.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Satyajit Ray Empty
MessageSujet: Re: Satyajit Ray   Satyajit Ray Icon_minitimeMar 13 Avr 2010 - 23:13

Queenie a écrit:
Tiens personne ne parle de La complainte du sentier ? Pourtant au moins deux parfumés l'ont vu non ? (D'ailleurs à qui est ce film que j'ai en ma possession, me souviens plus...).
Hé hé, il est à moi... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Satyajit Ray Empty
MessageSujet: Re: Satyajit Ray   Satyajit Ray Icon_minitimeMar 13 Avr 2010 - 23:29

Queenie a écrit:
Tiens personne ne parle de La complainte du sentier ? Pourtant au moins deux parfumés l'ont vu non ? (D'ailleurs à qui est ce film que j'ai en ma possession, me souviens plus...).


Me suis ennuyée à dormir devant ce truc... peut-être étais-je fatiguée (à absolument ne pas exclure)... mais je reconnais que le côté chronique d'une petite famille pourrait être intéressant... c'est juste que c'était trop long et répétitif pour moi. Vraiment, des fois ça fonctionne ce genre de truc hyper réaliste et lent, et des fois on passe à côté.

J'ai commencé l'oeuvre de S.Ray par la trilogie d'Apu et notamment avec cette Complainte du sentier. Je m'étais ennuyé aussi. Depuis, j'en ai vu d'autres qui m'ont plu. Je pense que tu pourrais apprécier ses films urbains. Personnellement, j'ai un faible pour Le héros, qui est une sorte de railway-movie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Satyajit Ray Empty
MessageSujet: Re: Satyajit Ray   Satyajit Ray Icon_minitimeMer 14 Avr 2010 - 6:36

eXPie a écrit:
Queenie a écrit:
Tiens personne ne parle de La complainte du sentier ? Pourtant au moins deux parfumés l'ont vu non ? (D'ailleurs à qui est ce film que j'ai en ma possession, me souviens plus...).
Hé hé, il est à moi... Very Happy

Ok!

traversay a écrit:
Queenie a écrit:
Tiens personne ne parle de La complainte du sentier ? Pourtant au moins deux parfumés l'ont vu non ? (D'ailleurs à qui est ce film que j'ai en ma possession, me souviens plus...).


Me suis ennuyée à dormir devant ce truc... peut-être étais-je fatiguée (à absolument ne pas exclure)... mais je reconnais que le côté chronique d'une petite famille pourrait être intéressant... c'est juste que c'était trop long et répétitif pour moi. Vraiment, des fois ça fonctionne ce genre de truc hyper réaliste et lent, et des fois on passe à côté.

J'ai commencé l'oeuvre de S.Ray par la trilogie d'Apu et notamment avec cette Complainte du sentier. Je m'étais ennuyé aussi. Depuis, j'en ai vu d'autres qui m'ont plu. Je pense que tu pourrais apprécier ses films urbains. Personnellement, j'ai un faible pour Le héros, qui est une sorte de railway-movie.

Ok, je note. Mais bon, il ne sera pas dans mes priorités.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Satyajit Ray Empty
MessageSujet: Re: Satyajit Ray   Satyajit Ray Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Satyajit Ray
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Cinéma, télévision et radio :: Réalisateurs-
Sauter vers: