Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Jaco van Dormael

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Jaco van Dormael   Sam 16 Jan 2010 - 16:39



Mr Nobody de Jaco Van Dormael

Citation :
Un enfant sur le quai d'une gare. Le train va partir. Doit-il monter avec sa mère ou rester avec son père ? Une multitude de vies possibles découlent de ce choix. Tant qu'il n'a pas choisi, tout reste possible. Toutes les vies méritent d'être vécues.

Le sens de la vie, les choix que tout individu doit faire et qui le conduiront à un type d'existence plutôt qu'à une autre. 13 ans qu'on attendait des nouvelles de Van Dormael mais le cinéaste belge n'a pas changé : ce sont les grandes questions ontologiques qui l'étreignent et qui investissent ses films. Différence notoire : là où Toto le héros séduisait , par son aspect artisanal et naïf, Mr Nobody déçoit par son ambition démesurée, qui débouche sur une impasse, le luxe des moyens dont Van Dormael dispose faisant penser au petit garçon émerveillé par son nouveau train électrique. Le film est un fourre tout indigeste sur le mode "Et si j'avais fait autrement, que ce serait-il passé ?". Ce Smoking/No smoking à la puissance mille est labyrinthique et explore tant de pistes qu'il en devient stérile, un catalogue d'images qui défilent et dissolvent toute poésie, alors que l'imaginaire est censé régner sur Mr Nobody. Dommage Jaco, Mr Anything pour l'occasion, qui signe un film sans âme alors que c'est justement le propos. Et s'il se contentait d'une petite histoire sans prétention pour sa prochaine réalisation ? En espérant que ce (presque) désastre le ramène sur terre et évite qu'on le surnomme Toto le zéro.



J'veux pas voir ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Jaco van Dormael   Sam 16 Jan 2010 - 16:51

Moi qui étais enthousiaste pour aller le voir ce film...
On verra.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Jaco van Dormael   Dim 17 Jan 2010 - 10:51

Queenie a écrit:
Moi qui étais enthousiaste pour aller le voir ce film (Mr Nobody)...
On verra.

oui ça calme!

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Jaco van Dormael   Dim 17 Jan 2010 - 12:23

Moi aussi ce Mr Nobody me tentait beaucoup (je dois encore être sous l'effet Replay) mais ta critique me refroidit également...
Revenir en haut Aller en bas
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Jaco van Dormael   Dim 17 Jan 2010 - 13:23

La vie est affaire de choix nous apprend Mr Nobody (????). Qui sait si ce film ne va pas changer votre vie (????).

Pas mal de spectateurs ont aimé. Un exemple :

"j'ai été voir ce film aujourd'hui et j'ai été époustouflée! Après avoir attendu ce film depuis février 2009 j'ai été impatiente d'y aller!! Et ce film est encore mieux que ce à quoi je m'attendais, les images sont superbes,les acteurs "sont" leurs personnages et les dialogues sont d'une très grande sincérité et sont parfois d'une vérité désarmante. Je vais avoir du mal à ne pas me poser des centaines de questions à chaque fois que je serais face à un choix!!! Il y a des films comme ça (peu) qui vous reste dans la tête pour toujours et qui change votre façon de voir les choses. J'aime ce film,ce chef d'oeuvre m'a laissée sans voix et le voir confirme que dans ce monde tantôt horrible tantôt magnifique, l'amour, l'espoir, les choix et l'imagination restent et resteront des valeurs sûres et se valent d'être vécues. Merci ."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
odrey
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1958
Inscription le : 27/01/2009
Age : 39

MessageSujet: Re: Jaco van Dormael   Dim 24 Jan 2010 - 0:18

Suis allée voir Mr. Nobody hier. Mouai bof. Ca m'a fait penser à un mélange de l'effet papillon, de Benjamin Button et de Eternal Sunshin. Pas convainquant. Ca part dans tous les sens et c'est faussement profond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Mr Nobody   Jeu 28 Jan 2010 - 9:50



Mr Nobody de Jaco Van Dormael

Citation :
Un enfant sur le quai d'une gare. Le train va partir. Doit-il monter avec sa mère ou rester avec son père ? Une multitude de vies possibles découlent de ce choix. Tant qu'il n'a pas choisi, tout reste possible. Toutes les vies méritent d'être vécues.

Je ne vais pas être aussi sévère que Traversay.
Pour moi stun film à voir. Alors... évidemment faut être accroché, être vraiment ultra disponible, accepter de se laisser embarquer et de se retrouver complètement ballotté dans l'exposition romancée de la théorie des cordes.
Je ne vois pas trop comment Van Dormael aurait pu en faire moins... Parce que l'imbroglio des vies en spirale dans des dimensions qui s'entrecroisent, c'est forcément un peu comme ça non?

Des moments extrêmement doux, et plein plein plein de superbes images.

Des acteurs extra.

Une réflexion qui tient la route. Un aspect quatrième dimension agréable.

traversay a écrit:
[...]Mr Nobody déçoit par son ambition démesurée, qui débouche sur une impasse, le luxe des moyens dont Van Dormael dispose faisant penser au petit garçon émerveillé par son nouveau train électrique.

C'est vrai que c'est un peu too much parfois... et qu'on sent qu'il a voulu en faire des tonnes de tonnes. Une impression d'immensité vertigineuse, et qui laisse un peu à distance parfois.


traversay a écrit:
Le film [...]est labyrinthique et explore tant de pistes qu'il en devient stérile, un catalogue d'images qui défilent et dissolvent toute poésie, alors que l'imaginaire est censé régner sur Mr Nobody.

Je ne dirais pas que ça devient stérile et sans poésie.
C'est brouillon, et comme on essaye de s'accrocher pour pas lâcher l'histoire, on a tendance à laisser un peu l'émotion de côté... Parce qu'il a voulu trop en mettre (déjà il aurait zappé l'histoire avec l'asiatique... qui sert à rien de rien, on aurait gagné un peu en clarté), on perd un peu le pied de la sensibilité. Mais je suis certaine qu'à un deuxième visionnage, une fois qu'on a bien intégré tout le Bordel, on peut facilement se laisser bouffer par la tendresse qui ressort de tout ça.

Et c'est incroyablement triste.


Je ne dirais à personne : vas le voir. Parce que ça risque d'en ennuyer beaucoup, d'en dérouter plein. Mais je pense qu'il faut avoir la curiosité de voir parce que c'est pas rien ce qu'il raconte, et j'aime bien l'idée et je suis sûre que c'est exactement le même Bordel qu'il met en images.

Et puis j'aimerais bien d'autres avis!

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Toto le héros   Ven 18 Juin 2010 - 9:40


Toto le héros

allocine a écrit:
Thomas, vieillard vivant dans un hospice, est persuadé que son voisin Alfred Kant et lui ont été échangés à la naissance. Ruminant son amertume, il n'a qu'une obsession : récupérer la vie qui lui a été volée, à n'importe quel prix.

En fait je croyais n'avoir jamais vu ce film, mais non. En fait, je l'avais vu. Quelques bribes de souvenirs me revenaient parfois le long des 1h30. Et je pense que d'ici quelques mois, il ne m'en restera pas plus.

Je n'ai pas aimé le système narratif de cette voix off de vieillard qui balance des phrases comme pour "marquer le coup".
Je n'ai pas réussi à être transportée par l'histoire des gamins si proches, qui perdent leur père, et cherche un moyen de faire justice.
Je crois que le problème venait du fait que tout était vu de loin, à travers les rêves et souvenirs du vieux Thomas, du coup c'est sans arrêt coupé, recoupé, découpé, haché, et rien ne reste.
La partie avec Thomas adulte m'a un peu plus accrochée. Mais bon... sans plus.

Le problème : les acteurs... carrément pas "charismatique", pire qu'un mollusque échoué sur une plage de cailloux. Et qui jouent moyen moins.

Le plus : l'idée de départ du scénario, du mélange des identités, de la schizophrénie (très mal exploitée) de Toto, de ces vies parallèles, qui se croisent, se mêlent, à ne plus des fois savoir qui vit quoi; et si tout ça n'est pas vécu par la même personne.
(Ça rejoint un peu les mêmes thèmes abordés dans Mr Nobody finalement : la vie réelle, la vie rêvée, la vie d'à côté...)

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Litany
Espoir postal
avatar

Messages : 24
Inscription le : 16/10/2011
Age : 27
Localisation : Ile-de-France

MessageSujet: Re: Jaco van Dormael   Mar 18 Oct 2011 - 19:05

Mr. Nobody.

Je l'ai trouvé très bien ce film. J'ai également apprécié la performance de Jared Leto dans le rôle de Nemo ainsi que Diane Kruger et l'actrice qui interprète Elise.
Les adolescents étaient eux aussi très bien (j'aime bien l'actrice Juno Temple que j'ai découvert dans Cracks). Bref, pour moi le casting est irréprochable, je n'ai aucune critique à formuler le concernant.
Par rapport à l'histoire, ce que j'ai aimé est le thème basé sur cette question existentielle que l'on se pose toujours: "que ce serait-il passé si j'avais fait ce choix plutôt qu'un autre?". Ce film retourne la question dans presque tous les sens (heureusement sinon mon cerveau aurait terminé en guimauve!) et c'est ça l'originalité du film. Il aborde la vie, j'ai même envie de dire les vies parallèles qu'aurait pu vivre Nemo.
Un autre point qui m'a plu est le côté instructif de certaines scènes, notamment celle où "Nemo" explique une théorie sur le pourquoi de l'Amour.

Ayant vu l'Effet Papillon ainsi que le film Eternal of the Spotless mind, je peux dire que Mr Nobody se classe dans la lignée mais parvient toutefois à se démarquer.
Un film à voir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Jaco van Dormael   Jeu 27 Oct 2011 - 10:43

C'est vrai que Mr. Nobody est exactement dans la lignée qu'Eternal Sunshine et L'effet papillon. En un peu plus... romantique (et comme tu le dis, heureusement il parvient à éviter le côté mièvre).
Reste qu'il est un peu moins bien foutu que les deux autres films où tu le compares, mais il est aussi quelque part plus ambitieux dans l'envie d'expliquer, de donner à voir, de construire un vrai raisonnement qui se tient jusqu'au bout.

(N'oublies pas, en début de message de toujours préciser de quel film tu parles, parce que là, ce n'était pas évident, jusqu'à ce qu'on arrive au bout de ton post. Du coup, j'ai rajouté le titre)

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harelde
Zen littéraire
avatar

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 42
Localisation : Yvelines

MessageSujet: Re: Jaco van Dormael   Jeu 27 Oct 2011 - 10:50

Queenie a écrit:
C'est vrai que Mr. Nobody est exactement dans la lignée qu'Eternal Sunshine et L'effet papillon.
Eternel Sunshine...
Il ne me reste presque aucun souvenir de ce film. Juste une impression extraordinaire d'un film qui m'avait profondément marqué. Je n'ai plus que quelques images en tête. Un quais de gare avec Jim Carrey. Une longue plage de sable... C'est à peu près tout.
Je note donc Mr Nobody.

bonjour

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
Babelle
Zen littéraire
avatar

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

MessageSujet: Re: Jaco van Dormael   Mar 6 Déc 2011 - 18:36

Je viens de revoir Mr Nobody et ça coule tout seul, une fois qu'on a bien visualisé chaque personnage (en l’occurrence chaque femme qu'il aurait pu épouser s'il en avait fait le choix).
Et, bref, je vous trouve ici bien sévères.
Dormael n'a réalisé que 3 longs métrages mais ils sont inventifs et réussis.
C'est un bonheur et une fenêtre ouverte dans le cinéma belge qui souffre d'un grand pathos -d'après ce que le grand public en connait : Dardenne, Martin McDonagh (Bruges), Felix Van Groeningen (La Merditude des choses)
En 1991 Toto le héros avait déjà cette propension à se demander ce qu'il serait devenu si... Je m'en souviens comme d'un noir et blanc qui trancha dès sa sortie avec le reste de la production et mérita bien son César du meilleur film étranger.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Jaco van Dormael   Mar 13 Déc 2011 - 23:45

Babelle a écrit:
Je viens de revoir Mr Nobody et ça coule tout seul, une fois qu'on a bien visualisé chaque personnage (en l’occurrence chaque femme qu'il aurait pu épouser s'il en avait fait le choix).
Et, bref, je vous trouve ici bien sévères.
Dormael n'a réalisé que 3 longs métrages mais ils sont inventifs et réussis.
C'est un bonheur et une fenêtre ouverte dans le cinéma belge qui souffre d'un grand pathos -d'après ce que le grand public en connait : Dardenne, Martin McDonagh (Bruges), Felix Van Groeningen (La Merditude des choses)
En 1991 Toto le héros avait déjà cette propension à se demander ce qu'il serait devenu si... Je m'en souviens comme d'un noir et blanc qui trancha dès sa sortie avec le reste de la production et mérita bien son César du meilleur film étranger.




Moi j'ai pas été sévère avec Mr Nobody !

Et je plussoie complètement : lors de mon deuxième visionnage, c'était mieux parce que l’embrouillamini de départ était bien décanté.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avadoro
Zen littéraire
avatar

Messages : 3501
Inscription le : 03/01/2011
Age : 31
Localisation : Cergy

MessageSujet: Re: Jaco van Dormael   Mar 15 Sep 2015 - 22:46



Le tout nouveau testament

Jaco Van Dormael fait encore preuve d'inventivité avec ce film en forme de relecture biblique improbable, mêlant des dimensions absurdes et grotesques à une chronique désenchantée située dans une Belgique contemporaine. Le pari était audacieux mais Le tout nouveau testament m'a laissé perplexe de bout en bout, jusqu'à éprouver de l'ennui et de l'agacement.

L'interprétation de Benoît Poelvoorde est malheureusement très décevante, entre tics et ressassements de précédents rôles. Il joue une figure divine dénuée de scrupules sans la moindre conviction et l'effet comique est bien souvent absent. Van Dormael recherche un décalage, une fantaisie par rapport au discours historique et religieux sans parvenir à trouver une crédibilité. Le rôle d'Ea, fille de Dieu, est aussi un échec tant l'incursion dans l'enfance est nourrie de bons sentiments assez fades. Une poignée d'idées et de scènes surnagent mais cela ne suffit pas à corriger une impression d'ensemble très négative.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Jaco van Dormael   Mer 16 Sep 2015 - 1:13

Pareil. Un coté Amélie Poulain qui vise une forme de chromo et de poésie surréaliste mais qui finit par ennuyer. J'ai regardé ça de loin en me détachant du film au fur et à mesure.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jaco van Dormael   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jaco van Dormael
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Jaco, le voleur de mots

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Cinéma, télévision et radio :: Réalisateurs-
Sauter vers: