Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Karin Albou

Aller en bas 
AuteurMessage
Nathria
Sage de la littérature
Nathria

Messages : 2867
Inscription le : 18/06/2008
Age : 51

Karin Albou Empty
MessageSujet: Karin Albou   Karin Albou Icon_minitimeDim 8 Aoû 2010 - 21:25

Karin Albou Albou10

Karin Albou
Scénariste, cinéaste et parfois actrice, Karin Albou a réalisé Le chant des mariées et La petite Jérusalem (Cannes 2005, prix SACD du meilleur scénario; deux nominations aux Césars). Elle a écrit une adaptation de Marguerite Duras, primée en 2008 au grand prix du Meilleur scénariste. Aïd el Kébir, son moyen-métrage a reçu le grand prix du festival de Clermont-Ferrand en 1998. La Grande Fête est son premier roman.
Source: Actes Sud.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lachariotteabouquins.blogspot.fr/
Nathria
Sage de la littérature
Nathria

Messages : 2867
Inscription le : 18/06/2008
Age : 51

Karin Albou Empty
MessageSujet: Re: Karin Albou   Karin Albou Icon_minitimeDim 8 Aoû 2010 - 21:29

Karin Albou 97827410

La Grande Fête

Lectrice impuissante, j’assiste au drame. Malheureusement pas incompréhensible, juste inimaginable par la violence de l’acte.

Une femme fuit…

Algérie, dans un petit village, on prépare l’Aïd el Kébir, la grande fête du mouton. Dans la famille d’Hanifa, l’ambiance est difficilement festive. On se relaie au chevet du père profondément malade. Le dernier souhait du père est de voir Hanifa mariée. Il sait bien qu’après sa mort, Hanifa dépendra du beau-fils et qu’avec lui, pas de choix d’époux possible : Hanifa subira son destin. Il souhaite juste protéger sa fille. Hanifa est jeune. Elle a vu son corps se transformer, a vu celui des femmes au Hammam, a entendu l’appel du désir lorsqu’elle a rencontré le regard de Sélim. Elle a senti l’impérieux besoin de l’autre, la passion l’approcher, l’envahir, puis la submerger jusqu’à noyer son âme et son corps. Sélim et elle sentent leur communion d’âmes. Le paradis existe. La seule ombre, majeure, est que Sélim est le beau-frère de Hanifa…

Choisir se fait dans la solitude. Choisir équivaut à quitter une part de soi. C’est aussi se donner toutes les chances de garder une certaine forme de liberté. Quitter l’enfance et atteindre l’âge adulte : telle est la symbolique de la fête d’Aïd el Kebir !

Une belle écriture sensuelle pour décrire ce destin de femme. La tragédie inaugure le récit, l’espoir le clôt. La roue tourne entraînant avec elle sa palette d’émotions. Hanifa signifie Vrai – Intègre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lachariotteabouquins.blogspot.fr/
 
Karin Albou
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pas de pitié pour Martin (Karin Slaughter)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs français à découvrir, nés après 1914.-
Sauter vers: