Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Jean-Pierre Martinet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Jean-Pierre Martinet   Mar 3 Sep 2013 - 14:16

@ Coli


Jamais, il ne m'est venu à l'idée de mettre en cause la qualité de tes lectures, je suis d'ailleurs admirative de ton éclectisme en la matière, preuve de ton ouverture d'esprit. Ainsi, ce ne sont donc pas les qualités littéraires des auteurs que tu as cités qui m'ont fait réagir, mais les comparaisons que tu as établies avec  le "Jérôme" de Martinet.

Ainsi, pour Reilly, nous en avions déjà discuté : ICI et ICI
Quant à "Un homme fini", il m'est difficile de voir le rapprochement entre le délire narcissique de Papini et la désespérance pétrie d'humanisme de Jérôme.
De même, du point de vue humain, on sait où les idées de Papini l'ont mené, tandis que Martinet portait en lui la souffrance du peuple juif (voir Adolphe Marlaud dans "La grande vie" et, dans "L'ombre des forêts", le personnage de Rose Poussière qui fut autrefois Edwina Steiner, mais qui a oublié son identité et sombré dans la folie après avoir échappé à la mort dans un camp de concentration.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile


Messages : 16259
Inscription le : 28/06/2010
Age : 25
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Jean-Pierre Martinet   Mer 4 Sep 2013 - 21:59

Bien sûr, nous en avions déjà parlé ! Et je ne dis pas que JP Martinet était identique aux auteurs cités mais que son personnage, dans certaines de ses pensées, pouvaient nous les rappeler... Il s'agit de fulgurances ou d'impressions de déjà-vu, plus que ressemblances exactes et absolues Wink

Merci au passage pour les précisions biographiques qui permettent de mieux comprendre Jérôme...

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature


Messages : 2671
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Jean-Pierre Martinet   Mer 4 Sep 2013 - 22:56

intense reflexion Il va falloir que je le fasse aux petits oignons mon commentaire !jemetate
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Jean-Pierre Martinet   Jeu 5 Sep 2013 - 18:05

GrandGousierGuerin a écrit:
intense reflexion Il va falloir que je le fasse aux petits oignons mon commentaire !jemetate


Exprimer un désaccord sur l'interprétation de "Jérôme", n'exclut en rien une contre-argumentation susceptible de modifier mon opinion, voire tu pourrais y trouver des éléments qui m'ont échappés. sourire   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature


Messages : 2671
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Jean-Pierre Martinet   Jeu 5 Sep 2013 - 19:48

@Constance : Je n'en suis qu'au début (40 à 50 pages) et c'est assez étonnant : un style propre qui colle bien aux propos !
Mais je ne connais presque pas les références littéraires que tu cites ...
En tout cas, ce texte trouve de l'écho en moi ... et je n'en demande guère plus ...
Jérôme m'apparaît pour l'instant infantile, du moins il sait très bien en jouer les mimiques, taquin, touchant ... face à un monsieur Cloret parangon de la bonne morale, hypocrite ...
Ce n'est qu'un instantané ... où Jérôme a un côté trouble et pervers selon les normes de la société qui pourrait être choquant et abominable à bien y réfléchir mais que je ne ressens pas pendant ma lecture ...
L'essentiel est que j'ai envie de poursuivre ma lecture ... et je prends mon temps ... dentsblanches 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Jean-Pierre Martinet   Ven 6 Sep 2013 - 10:31

Ta lecture n'étant pas parasitée par des références littéraires, ton regard ne peut en être que plus neuf et original, GGG.
Te voilà donc déjà en empathie avec Jérôme. sourire 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature


Messages : 2671
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Jean-Pierre Martinet   Mar 10 Sep 2013 - 15:11

40 pages lues .... et un certain malaise demeure !
Je me demande bien où cette lecture va me mener intense reflexion 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Jean-Pierre Martinet   Mer 11 Sep 2013 - 8:25

A moins que le roman ne te tombe des mains, ta lecture ne peut te mener que jusqu'à la dernière page, GGG. Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature


Messages : 2671
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Jean-Pierre Martinet   Mer 11 Sep 2013 - 9:00

Constance a écrit:
A moins que le roman ne te tombe des mains, ta lecture ne peut te mener que jusqu'à la dernière page, GGG. Very Happy 
Evidemment ... vu comme cela dentsblanches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature


Messages : 2671
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Jean-Pierre Martinet   Dim 19 Jan 2014 - 20:03

Reprise de Jérôme ...
Toujours aussi déroutant ! En effet, si je relis certains passages, le ressenti est chaque fois différent, pas diamétralement mais s'enrichit de subtiles nuances ... Jérôme, personnage central de ce roman, s'épaissit au fur et à mesure de ma progression ... et je m'étonne de m'y attacher  intense reflexion 
Lecture qui demande toute mon attention !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Jean-Pierre Martinet   Mer 22 Jan 2014 - 11:28

Ce roman OVNI dans le paysage littéraire réclame effectivement une attention de tout instant par son  foisonnement éruptif, et je comprends, qu'en avançant dans ta lecture, passé le dégoût qu'il pourrait inspirer, Jérôme te paraisse moins monstrueux, car il nous tend le miroir de la solitude et de la désespérance, GGG.


Récemment, j'ai découvert que Jérôme avait inspiré des artistes.  sourire 


Le 20 décembre 2011, la compagnie de théâtre LA GENERALE, a présenté un spectacle intitulé "Comme une eau très claire au début du printemps"

Citation :



Un livre. Un roman. Il intime de se taire. D’écouter. De l’enchantement au dégout, il ne laisse pas indemne. Jean-Pierre Martinet échappe, mais laisse une trace. Une écaille précieuse sur la solitude, l’amour, le mépris. Avec ivresse et délicatesse, nous naviguons à vue sur les sillons que creuse cet auteur oublié, nous nous immergeons dans les eaux qu’il trouble. Ici, nous assistons aux naufrages de trois vies : celles des Bauches, la mère, veuve et alcoolique, le fils, paranoïaque, boulimique et pédophile ; et celle de Monsieur Cloret, un saint dont la foi n’a d’égale que son désespoir. Jérôme Bauche est pauvre et obèse. Il est obsédé par une très belle adolescente bourgeoise, Polly. Se venger. Voler la beauté. Histoire hallucinante d’un paria. Naissance fascinante d’un monstre.

Chez Martinet, vivre n’est pas inné. Vivre est une épreuve misérable. Un don dont nous ne sommes pas tous dotés. Replié sur lui-même, Jérôme est comme Dante s’enfonçant dans une forêt obscure jusqu’au dernier cercle de l’enfer.
Le printemps est une nature morte, l’amour un fantôme. La beauté de la vie a filé entre les doigts comme une eau très claire … Comment vivre sans amour ? Sans l’affection d’une mère et d’un père ? Sans la peau, l’odeur, le souffle d’une femme ou d’un homme ? On ne peut pas, répond Martinet. Et l’amour peut-il être autrement qu’une violence, lorsque celui qui cherche désespérément à être aimé, ne parvient pas à s’aimer lui-même, ne recevant qu’humiliations ?
Non. Jérôme interroge notre capacité à faire nos deuils, à nous relever des chocs affectifs, des traumatismes qui nous constituent toutes et tous ; la résilience, le courage, l’héroïsme à être peut-être finalement ce que nous nommons « adulte »



La suite dans le spoiler :

Spoiler:
 



Les 11 et 12 mai 2013, à Paris, au Théâtre Confluences, la compagnie de danse contemporaine a fait revivre le roman de Jean-Pierre Martinet, sous la forme d’un spectacle chorégraphique.

Citation :
Danse, vidéo franco-russe, art dramatique, lecture de textes en voix-off, entretiens littéraires se conjuguent pour amener sur scène cette œuvre atypique, son univers noir et drôle, ses textes et intertextes russes. Interprétée par cinq danseurs normaux, la chorégraphie explore les aspects spontanés et ludiques de la danse et la folie grisante du geste allant du rire nerveux au duo sensuel et exalté.

Avec la diffusion de l’extrait d’un entretien avec Alfred Eibel, préfacier et ami de Jean-Pierre Martinet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature


Messages : 2671
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Jean-Pierre Martinet   Dim 26 Jan 2014 - 19:29

@Constance : merci pour ton commentaire ! Il est heureux qu'un tel ovni littéraire inspire des artistes de toutes les disciplines : danse, théâtre ... As-tu eu l'occasion d'assister à une des ces représentations ? Jérôme laisse tellement la place à une interprétation propre qu'il peut être curieux et intéressant de percevoir les vibrations d'autrui à cet immense cri ...

Suite de ma lecture ... Environ à la page 150 ... Pas trop eu le temps de lire ... Mon sentiment initial persiste mais je m'étonne de le voir modulé presque en opposition de phase à la morale acceptée classique ... Toujours aussi dérangeant ... pas toujours facile à lire quand on n'a plus les yeux en face des trous ...
Et je poursuis donc ma lecture cette semaine et il me semble à priori plus facile pour avancer à grand pas en dehors des clous (sic !) avec Jérôme !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Jean-Pierre Martinet   Lun 27 Jan 2014 - 13:45

@ GGG

Je n'avais pas connaissance de ces spectacles, que j'ai découverts au hasard de mes recherches.


Baudelaire, André Hardellet ( qui en est mort de chagrin), Oscar Wilde, Boris Vian, Joyce, Nabokov, et tant d'autres sont passés sous les fourches caudines de "la morale acceptée classique", que le lecteur est aujourd'hui a priori apte à dissocier la qualité d'une oeuvre de son propos supposé outrager les bonnes moeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature


Messages : 2671
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Jean-Pierre Martinet   Lun 27 Jan 2014 - 15:00

Constance a écrit:
@ GGG

Je n'avais pas connaissance de ces spectacles, que j'ai découverts au hasard de mes recherches.


Baudelaire, André Hardellet ( qui en est mort de chagrin), Oscar Wilde, Boris Vian, Joyce, Nabokov, et tant d'autres sont passés sous les fourches caudines de "la morale acceptée classique", que le lecteur est aujourd'hui a priori apte à dissocier la qualité d'une oeuvre de son propos supposé outrager les bonnes moeurs.  
...

@Constance :
Pour certains, que j'ai eu l'occasion de lire, je reconnais la filiation ... J'avais également et surtout pensé à L.F. Céline d'ailleurs ...
Et leur lecture avait été jubilatoire ... Et je m'amusais à parcourir les lignes ...
Mais, ici, point de jubilation, cela reste douloureux ... Profondément même ... un peu comme un cerf au niveau de l'hallali ...
Le narrateur tente de s'abaisser par de nombreux biais, humiliable à souhait, la proie idéale à la vindicte populaire et aux quolibets car il y trouve un rare plaisir ...
Mais ce plaisir est à chaque fois compromis car il est conscient de la profonde humiliation de son agresseur par le fait même d'agresser ... Involontairement, il en ressort grandi ...
Je pense passer complètement à côté de l'aspect ironie et comique monstre ... mais cela ne marche pas sur moi  jypeurien 
Mais ce n'est pas cela qui m'arrêtera car la qualité est indéniable ... mais j'ai besoin de prendre une grande goulée d'air avant de m'y plonger ... clown 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
bix229
Parfum livresque


Messages : 24647
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Jean-Pierre Martinet   Lun 5 Oct 2015 - 20:20


La couverture est de Tardi.

Pour une fois, j' ai trouvé l' insert de l' éditeur plutôt bon.

"Une paire de perdants. Des nés finis. Lui c'est Maman, Georges Maman -drole de nom- acteur raté, fin de droits qui se paupérise
mollement entre une cannette vide, une boite de Canigou et un téléphone qui ne sonne plus.
L' autre, c'est Dagonard, gros poings, grande gueule, la bourrade sonore et la liasse accueillante.
Assistant de cinéma. Un soir, l' assisstant percute l' assisté ; se renoue alors, pour une nuit,   une louche amitié.
Une longue nouvelle à lire comme un journal de noyade où chacun apporte à l' autre le secours d' une bouée de plomb, la vue d' un naufrage plus rapide."

Martinet est le genre d' auteur qui nous blesse sans nous laisser l' espoir d' etre consolé. En fait, son but n' est pas de nous blesser,
mais peut etre de chercher un vague geste de reconnaissance de ses frères humains.
Ou peut etre a-t-il marné trop longtemps dans la souffrance et la solitude pour espérer manquer tout à coup de lucidité. Une lucidité
qui ne lui a jamais fait défaut  dans la misère et la désillusion.

La vie est une farce pas drole, où l' on est embarqué sans avoir été consulté et sans anesthésie préalable.
Les chants les plus désespérés sont les plus désespérés. Point.

Comme Martinet, Calet, Bove , d' autres auteurs ont labouré ce champ de misère. Je pense à deux auteurs de polars Noirs américians.
ça va de soi !

Je pense à David Goodis et Jim Thompson.

"Ouais, ça s' arrete là, m' est avis, à moins qu' on ne laisse aux gens comme nous une dernière chance dans l' Autre
Monde. Aux gens comme nous. Nous autres. Nous tous qui sommes entrés dans la partie avec une mauvaise donne,
nous qui espérions tant et avons obtenu si peu, nous qui voulions si bien faire, et avons tout gaché."

Jim Thompson : Le Diable dans ma peau. - Série noire/Gallimard


_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz


Dernière édition par bix229 le Mar 6 Oct 2015 - 16:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jean-Pierre Martinet   Aujourd'hui à 21:10

Revenir en haut Aller en bas
 
Jean-Pierre Martinet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Jean-Pierre vous explique la vie en couple
» Décès de Mme Jeanpierre, veuve du colonel jean pierre chef de corps du 1 REP en 1955
» JPL - Jean-Pierre Lépine
» Anniversaire Jean-Pierre R
» Le médecin belge Jean-Pierre Kanku Mukandi détenu à l'ANR/Kinshasa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: