Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Emmanuel Deraps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Emmanuel Deraps   Mar 12 Avr 2016 - 7:39



C'est bien dommage, mais il est difficile de lire des notices bios sur Emmanuel Deraps. J'ai tenté une autre approche par les images. Je suis vite tombé sur des choses à lesquelles je m'attendais un peu moins... j'aurais dû prendre garde... Emmanuel Deraps dit être un adepte des Suicid notes de Kurt Cobain...

Version geek, Emmanuel Deraps se respecte en bon adepte de la barbe bien fournie...



Quelque part au cours de l'année 2015, Emmanuel Deraps publiait un premier recueil aux éditions L'Écrou intitulé La fonte.

Sur Twitter, il a lui-même indiqué la référence d'une critique intitulée «Se confondre» par Daphnée Bordeleau que voici : http://artichautmag.com/se-confondre-critique-la-fonte-nouveau-recueil-demmanuel-deraps/

La poésie de Deraps est assez singulière. J'ai l'impression d'être près, mais cette poésie se rapproche pour mieux s'échapper de nous...

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Emmanuel Deraps   Mar 12 Avr 2016 - 8:26

La fonte (2015) :

Rapidement, je vous dirais que le recueil contient une poésie assez langoureuse. Je n'ai pas d'autres mots pour le dire. Elle est langoureusement bien travaillée et les effets ne sont pas ménagés. Emmanuel Deraps passera pour celui qui m'a convaincu, avec Daniel Leblanc-Poirier et Rose Eliceiry que L'Écrou est incontournable comme maison d'édition de poésie au Québec. Alors donc, Emmanuel Deraps est assez lancinant une fois qu'il a traversé la conscience de manière vaporeuse.

Dans un autre fil, je vous disais à quel point la poésie d'Emmanuel Deraps avait suscité une adhésion en moi. Chose certaine, il brouille la frontière en matière de langue et des codes linguistiques qui se traversent entre le français et l'anglais. Nous le sentons à la lecture du recueil. Je sentais bien que sa barbe était intrigante et proposait un angle inédit à une quête poétique des plus senties et abouties.

J'ai profondément élagué chacune des sélections que j'allais vous présenter. La lecture du recueil vaut à elle seule le prix d'une entrée dans l'univers de la poésie telle qu'elle s'écrit aujourd'hui. Reprenons depuis le début :

Emmanuel Deraps, La Fonte, Montréal : L'Écrou, p. 21. a écrit:
les étoiles de salon
passent le temps
au atomic café

on s'émiette le journal
                               nos biscuits d'horoscope
                               hand in end
se compose
des poèmes dada
dans les fleurs du latté

insoupçonnable chaos
je m'inspire des traces
laissées la veille
in the dust
notre seul alibi

Au niveau linguistique, l'expérience est proprement confondante. La voici :

Ibid., p. 23. a écrit:
un main espoir
de long summer
on the edge
                la line du jour

froid

je te love
500 fois à répétition
des averses se souviennent
des avalés

l'asphalte s'affaise
lentement            je descends
ce corps oublié
il ne fait plus noir
dans ta bière
tu m'échappes

pourtant
comme les verres se vident
tu n'es pas

ce poème

Plus loin, nous passons au registre langoureux. Toutefois, il peut être un peu «hard»... sourire

Ibid., p. 60. a écrit:
ma muse             l'abel de mes reins
je susurre to your soul
tous les sons de septembre
un condensé d'air qu'on crie
à nos petits
dieux friands        du profane

pour traverser nos combats
d'autoroute mes doigts
saisissent l'essence

ce qui reste
               de toi

que des lettres
abandonnées

Il passe au registre québécois :

Ibid., p. 69. a écrit:
je fume des cachotteries
un paquet de québécoises
rouge métronome

empoché
dans les toilettes
l'hiver fond
pill sur le rythme

parce qu'il fait
trop froid

dehors       comme inside

Sur le ton de la confidence à la page suivante :

Ibid., p. 70. a écrit:
t'as craché des boulevards
entre nous
comme pour séparer
les eaux

c'était le deuxième
            dimanche
de novembre tu es partie
trop tôt
quand même passé
l'heure de la bière
au dépanneur du coin

je sentais l'overdose
dans tes mots          t'ai connue
sans que tu me dises
ton nom

Prenez gare :

Ibid., p. 80. a écrit:
on marche dans l'ombre des draps
tes yeux dernier cri
des reverbères couvre-feu
à l'heure de pointe
des rêves de loup
hurlent à l'aide

sur nos corps les chars filent
le corsage de la lumière pour s'y pendre

si tu te laisses tenter
de la toile
je te décrocherai

le tiroir des lunes

J'aime bien celui-là :

Ibid., p. 85. a écrit:
le reflet des brasseries de laurier
dans ton bloody caesar
me fait capoter
sur ta chair de poivre

t'es comme une bière
noir beauté
matraqué je suis
cagoulé au purgatoire
des voies publiques
ma sentence se versifie

une révolution bâtarde
mais bien
exacte

En rappel, last call dira-t-on...?

Ibid., p. 96. a écrit:
mes veines en sevrage
de nos histoires d'oeil
mal apprises
hagard le rhum
embouteillé    j'étiquette
mes gorgées d'encre

poudreuse
ma bouche itinérante
mendie la mémoire

On a l'impression de traverser la voie du bouddha avec Emmanuel Deraps. Il nous dit une chose, on la visualise et on traverse.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Emmanuel Deraps   Mar 12 Avr 2016 - 12:48

"je te love" et "hand in end" ça ne fait pas un chouia post has been ? What a Face

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Emmanuel Deraps   Mar 12 Avr 2016 - 20:35

Dans l'univers plus jeune, non, c'est devenu intégré comme culture et mode de transmission pour décrire une certaine époque dans les moeurs. Si l'on ne parlait pas de même, nous ne tiendrions pas compte de ce qui se passait alors... donc, pour parler de «has been» au mode classique du terme, je dirais que oui, il y a un danger de paraître suranné, mais si on se remet dans le contexte de l'époque, c'est ok.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Emmanuel Deraps   Mar 12 Avr 2016 - 20:44

2015 l'époque ?

pour moi c'est comme le filtre violet sur le haut de l'écran avec un libellé comme Néo Manille 2029, les cyborgs ont pris le pouvoir, amabiance cyberpunk au plus tard mid nineties. c'était déjà hyper kitsch mais ne manquait pas de charme c'est sûr.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Emmanuel Deraps   Mar 12 Avr 2016 - 20:51

L'important est d'être conscient de ce kitsch. Je disais avoir des affinités avec la poésie d'Emmanuel Deraps et c'est plus au niveau formel, comment il conclut la pensée sous-jacente et l'écriture de ses poésies. Pour ce qui est de l'univers qu'il évoque, il faut lui reconnaître un certain mérite de cheminer dans les beuveries et les générations balbutiantes d'Internet.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Emmanuel Deraps   Mar 12 Avr 2016 - 20:54

kind of consommable ?

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire
avatar

Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Emmanuel Deraps   Mar 12 Avr 2016 - 21:04

Une poésie consommable... disons qu'elle est comment dire dans l'air du temps. Les jeunes "clubbent" et "geekent", c'est un univers qui nous est familier. Je dirais quand même que derrière le jeu des images qu'Emmanuel Deraps se donne, il y a une démarche poétique authentique et il vient à peine de gratter la surface des choses. En cela, j'ai l'impression qu'il est très influencé par les Daniel Leblanc-Poirier de ce monde. Je l'ai dit de Marie-Andrée Gill chez qui c'était flagrant, mais Deraps est assez habile dans le maniement des motifs poétiques. La seule question que j'ai pour le moment, c'est : «Qu'est-ce qu'il va faire sans barbe?» ceci étant dit en rigolant bien sûr...

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Emmanuel Deraps   

Revenir en haut Aller en bas
 
Emmanuel Deraps
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Emmanuel PIETTE
» Antoine Emmanuel Nsaku ne Vunda
» Emmanuel MERLIN, clerc de notaire du 19e aujoudhui célèbre?!
» Emmanuel Dassier
» Ministre de la culture - Emmanuel Ratier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: