Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Tomas Gonzalez [Colombie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Tomas Gonzalez [Colombie]   Dim 9 Oct 2016 - 19:55



Nationalité : Colombie
Né(e) à : Medellin , 1950


Tomás González est un auteur colombien, né à Medellin en 1950. Il a étudié la philosophie à l'université Nationale de Bogota et il publie son premier roman "Primero estaba el mar" traduit en français sous le titre "Au commencement était la mer" (Carnets Nord, 2010) en 1983. Il part ensuite s'installer aux États-Unis où il passera 16 ans et publiera trois romans, un recueil de nouvelles et un recueil de poèmes. De retour en Colombie, où il vit aujourd'hui, Tomás González est devenu une voix importante de la littérature colombienne, apprécié principalement pour la force de ses romans et la sobriété de son style.

Babélio


Bibliographie

Au commencement était la mer. - Carnets Nord
L' Histoire d' Horacio. - Carnets d' or
La Lumière difficile. - Seuil


Je viens de découvrir Tomas Gonzalez par L' Histoire d'Horacio. C' est une excellente découverte que je mets au meilleur niveau des écivains latino-américains.

Pour ceux qui souhaiteraient en savoir plus : ici

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Tomas Gonzalez [Colombie]   Dim 9 Oct 2016 - 20:46



"Une telle beauté, merde. Quel dommage."


Tels sont les derniers mots prononcés par Horacio. Il n' y a pas de suspense, Horacio, 49 ans, a un grand coeur, mais ce coeur-là l' a

condamné à mort.
Il est donc en train de mourir. Entre sa femme, ses filles, belles soeurs, son fils unique. A cette tribu nombreuse et bruyante, il faut
ajouter ses deux  frères ainés et son médeçin de beau frère.
Et toute une faune domestique grouillante de vie.
Horacio les aime tous et tous le chérissent et l' aident à vivre -comme ils l' ont toujours fait- et à mourir.

C' est qu' il n' a pas envie d' avaler son bulletin de naissance, Horacio. Il aime la vie à la folie, mais il pense que ce n' est pas vraiment
réciproque. Meme avant d' etre gravement en péril, il aimait tous ceux qui l' entouraient. Et toutes les oeuvres d' art qu' il s' était
procuré plus ou moins légalement et qu' il entreposait dans son garage. Refusant de les vendre, alors qu' il est criblé de dettes.
Alors il tape ses frères qui lui prètent de bon coeur par tendresse pure.

Horacio aime et désire sa femme et elle accède d' autant plus facilement à ses désirs qu' Horacio est beau et séduisant. Meme s' il
l' ignore, ce qui le rend plus sympthique.
Il a un charme fou, Horacio !

Il aime ses petites vaches à qui il parle et qu' il caresse meme s' il les fait monter parfois par des males monstrueux et qu' ensuite
il a des insomnies en pensant à leur gestation.

Il aime sa Coccinelle Wolkswagen qu' il entretient avec soin et couve des yeux tous les jours.
Horacio aime toutes les secondes de sa vie, meme si ses pensées sont constamment minées par l' inquiétude, la crainte de la mort
-évidemment il doute d' etre mortel, il aime trop la vie, voyez-vous !

Il aime meme son fils, un ado insupportable, aussi mal embouché que Zazie, mais aussi tendre qu' aimant au fond.

Mais Horacio n' est pas viable au fond. Incapable qu' il est de gérer sa vie, ses biens et ses émotions. De vivre librement ses désirs. 
Mais tous l' aident volontiers et de bon coeur.

Telle est cette histoire quasiment sans intrigue et pourtant tellement attachant.
Au fond c' est une histoire tragique, un ensemble d' histoires tragiques qui frappe aussi les autres membres de la tribu.
Pleine de deuils et de mélancolie.
Mais Gonzalez a décidé de les raconter avec une légèreté, un humour et un sens de la dérision tels qu' on sait qu' il vaut mieux en rire.
Et ça, on n' arrete pas de rire, tant les personnages secondaires sont droles, ils interviennent avec maladresse et décision comme
autant de personnages de cartoon.
A commencer par le chien Cupido !

C' est un livre plein de surprises, d' alégresse et d' assombrissment. Un livre savant, complexe et intense.
Que je me refuse d' analyser mais plutot de conseiller comme une précieuse découverte.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Tomas Gonzalez [Colombie]   Lun 10 Oct 2016 - 7:55

un livre à retenir, merci Bix

ma médiathèque possède Lumière difficile (euthanasie)

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tomas Gonzalez [Colombie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tomas Gonzalez [Colombie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Offre d'emploi interessante en colombie britannique
» Torrent de boue en Colombie.La petite O'Mayra meurt en direc
» Les escaliers du Peñón de Guatapé en Colombie
» le numérique à l'Alcazar et Lire en fête Marseille
» Blocage du port de Zeebrugge en mai 1940

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de l'Amérique latine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: