Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Femmes

Aller en bas 
AuteurMessage
Babelle
Zen littéraire
Babelle

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

Femmes Empty
MessageSujet: Femmes   Femmes Icon_minitimeVen 19 Oct 2007 - 19:12

Benazir Bhutto - Pakistan
Femmes Benazirmagesqa9
L'ex-Premier ministre du Pakistan Benazir Bhutto restera dans son pays pour conduire son parti aux législatives de janvier 2008, malgré l' attentat effroyable qui l'a visée jeudi soir -18/10/2007, à Karachi (sud), tuant au moins 138 personnes venues l'acclamer pour son retour après huit ans d'exil.
Malgré les menaces proférées auparavant par des combattants islamistes proches d'Al-Qaïda et des talibans, elle a accusé d'anciens dignitaires du régime militaire du général Zia ul-Haq (1977-1988) d'avoir ourdi cet attentat-suicide (AFP)
Citation :
« La dictature militaire a fait du Pakistan une plaque tournante du terrorisme »
, par Benazir Bhutto (ancien premier ministre du Pakistan), titrait déjà Le Figaro (24 août 2006).


Mme Suu Kyi (Prix Nobel de la Paix) – Birmanie
Citoyenne d'honneur du Canada (The Associated Press - 18/10/07)
Femmes Aungimageszt0
http://www.nobel-paix.ch/bio/aung.htm


Anna Stepanovna PolitkovskaïaRussie
Assassinée à Moscou le 7 octobre 2006, jour de l'anniversaire de Vladimir Poutine (né le 7 octobre 1952).
http://www.bibliomonde.com/pages/fiche-auteur.php3?id_auteur=1088
« A Anna Politkovskaïa, la Russie indifférente » titre le journal Libération le 8 octobre dernier.
Citation :
« Les Russes sont trop passifs et ne comprennent pas la portée de l’assassinat de Politkovskaïa. -Aujourd’hui, c’est la célébration officielle de l’anniversaire de Poutine, mais dans quelques années les gens se souviendront surtout de cette date pour la mort d’Anna.» Gary Kasparov (7 oct.07)
Femmes Annapolitkovskaa044613de5.th
Qui était-elle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Femmes Empty
MessageSujet: Re: Femmes   Femmes Icon_minitimeSam 20 Oct 2007 - 17:38

Femmes May10


May Chidiac (née en 1964) est une journaliste libanaise.

Présentatrice vedette du journal télévisé de la Lebanese Broadcasting Corporation depuis son lancement en 1985, elle est proche des Forces Libanaises et de leur leader Samir Geagea.

Connue pour ses positions anti-syriennes et favorables à l’Alliance du 14 Mars elle échappe par miracle le 25 septembre 2005 à une tentative d’assassinat à la voiture piégée. Grièvement blessée, elle sera amputée du bras et de la jambe gauches.

Transférée à Paris pour être soignée et pour recevoir des greffes, elle reçoit différents prix et récompenses pour son courage politique. Suite au décès de l’ancien député Edmond Naïm, elle déclare sa candidature à l’élection législative partielle pour le poste de député maronite de Baabda. Néanmoins, elle se désiste quelques semaines plus tard en faveur de Pierre Daccache.

Elle rentre au Liban le 12 juillet 2006 et anime depuis une émission politique hebdomadaire.

Elle reçoit également en 2006 le prix mondial de la liberté de la presse.

En mai 2007, elle reçoit de Jacques Chirac les insignes de la Légion d'honneur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Babelle
Zen littéraire
Babelle

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

Femmes Empty
MessageSujet: Re: Femmes   Femmes Icon_minitimeSam 24 Nov 2007 - 9:14

Femmes Ta0909ut7.th
Citation :
"Je n'ai nulle part où aller. L'Inde, c'est chez moi, et je souhaiterais y rester jusqu'à ma mort", a déclaré vendredi au quotidien "The Hindu" l'auteur âgée de 45 ans. "Dans ce pays, j'ai l'amour et la sympathie de gens auxquels je suis reconnaissante". >Le Monde 24/11/2007
- (...) écrivain bangladaise Taslima Nasreen, qui vit en exil en Inde, est chassée de ville en ville sous la pression de groupes islamistes qui la pourchassent pour ses blasphèmes supposés envers l'islam (...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
Steven
Zen littéraire
Steven

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 47
Localisation : Saint-Sever (Landes)

Femmes Empty
MessageSujet: Re: Femmes   Femmes Icon_minitimeJeu 27 Déc 2007 - 17:53

Femmes 2007-110

Elle vient d'être assassinée, cette femme qui représentait une certaine idée de la liberté, de la laïcité et du droit à la libre expression dans son pays... Tant que les attentats essaimeront les représentants politiques défendant la liberté, cette région troublée ne connaîtra malheureusement pas la paix !

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Babelle
Zen littéraire
Babelle

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

Femmes Empty
MessageSujet: Re: Femmes   Femmes Icon_minitimeJeu 27 Déc 2007 - 18:12

Un lien sur Benazir Bhutto (Wikipedia)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Femmes Empty
MessageSujet: Re: Femmes   Femmes Icon_minitimeJeu 27 Déc 2007 - 18:16

Le Portfolio du journal Le Monde et un résumé de sa vie...
cliquer ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
Marie

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

Femmes Empty
MessageSujet: Re: Femmes   Femmes Icon_minitimeJeu 27 Déc 2007 - 18:24

Il fallait bien du courage à Benazir Bhutto pour vivre chaque jour avec cette menace permanente qui a fini par aboutir..

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Babelle
Zen littéraire
Babelle

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

Femmes Empty
MessageSujet: Re: Femmes   Femmes Icon_minitimeMer 2 Avr 2008 - 20:23

Tsering Woeser (Öser, Weise)Femmes Ssl22sn5
est née à Lhassa en 1966. Journaliste, poète, essayiste, elle n’a pas été autorisée à se rendre en Norvège pour recevoir son Prix du "Norwegian Authors Union" pour la liberté d'expression, ainsi que le Prix 2007 pour la liberté d’expression de l'Association des journalistes tibétains en exil.
En 1983, son livre : "Notes sur le Tibet", fut interdit par le gouvernement chinois.
Son blog, ainsi que tous les autres à travers le territoire chinois, a été fermé par les autorités.
Doit paraitre cette année aux éditions Bleu de Chine :
"Mémoire interdite. Témoignages sur la Révolution culturelle au Tibet".
Aujourd’hui il semble qu’elle soit assignée à résidence.
Son blog ICI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
bulle
Zen littéraire
bulle

Messages : 7175
Inscription le : 02/07/2007
Age : 62
Localisation : Quelque part!

Femmes Empty
MessageSujet: Jacqueline Thibault   Femmes Icon_minitimeLun 14 Avr 2008 - 16:22

SURGIR

Jacqueline Thibault
«Je ne laisse jamais tomber!»

Avec toute la force de sa conviction, Jacqueline Thibault a choisi
de lutter contre les crimes d'honneur.
Une coutume barbare au nom de laquelle des milliers de femmes meurent chaque année.

Découverte d'une héroïne singulière dont l'action ressemble à une profession de foi.
En réalité, l’histoire de cette fondation démarre en 1978,
lorsqu’une amie palestinienne chrétienne exhorte Jacqueline à secourir
une adolescente grièvement brûlée.
Elle ne lui cache pas que la mission
est hasardeuse, voire dangereuse. Qu’importe! La déléguée de Terre des
hommes n’est pas du genre à se laisser impressionner.

Grâce à l’intervention de Jacqueline, Souad échappera à ce sort
funeste.
«Elle était mineure, j’ai donc dû négocier son départ avec ses
parents.
Le jour où elle a pris l’avion à destination de Genève, ils
ont offert le café à tout le village en prétendant que leur fille était
morte.
Leur honneur était en jeu, ils n’avaient pas d’autre choix.»


Arrivée au chevet de Souad, hospitalisée à Ramallah,
elle constate que la jeune fille est
à l’agonie: «Elle n’avait pas été lavée, ses plaies étaient infectées,
elle dégageait une odeur terrible. J’ai posé la main sur son genou à
travers le drap et je lui ai dit en arabe: «Je vais t’aider!» Elle a
ouvert les yeux, m’a répondu «Oui!» avant de replonger.»

Un sujet tabou

A travers les souffrances de Souad, transformée en torche vivante
par son beau-frère, Jacqueline est confrontée pour la première fois au
«crime d'honneur», une coutume répandue dans les sociétés patriarcales du Moyen-Orient.


============

Rencontre.

Il ne faut pas se fier aux apparences… Menue, élégante, sourire
affable, Jacqueline Thibault cache derrière une image de déléguée de
salon une authentique femme d’action. Ses combats, cette «guerrière en
marche» – selon l’expression d’Edmond Kaiser – les mène essentiellement
sur le terrain. Un terrain parfois miné, glissant, hostile, en tout cas
impuissant à décourager cette forte personnalité. En trente ans
d’engagement humanitaire, Jacqueline Thibault a gardé une fraîcheur
d’engagement intacte. Très rapidement, ses trajectoires personnelle et
professionnelle – chez elle, les deux sont intimement liées – vont
épouser celle de Terre des hommes.


Après avoir mis sur pied et coordonné différents programmes à
l’intention des enfants et des mères d’Israël et des territoires
occupés, elle rejoint, en 1991, le siège lausannois de la fondation
pour en devenir la secrétaire générale. Mais la «promotion» sera de
courte durée. Certains reprochent à cet électron libre ses «méthodes
autoritaires» et son non-respect du cahier des charges. Qu’à cela ne
tienne, elle retourne sur le terrain et forme des accompagnateurs dans
les pays ravagés par le sida: le Rwanda d’abord, suivront l’Ouganda, la
Tanzanie, l’Inde et la Thaïlande.

En parallèle à ses activités de déléguée, et dans la plus grande
discrétion, Jacqueline Thibault organise des sauvetages de femmes
«victimes de traditions criminelles». Encouragée par feu Edmond Kaiser,
elle décidera de se consacrer exclusivement à cette cause en créant en
février 2000 la fondation SURGIR.

Peu à peu, elle lève le voile sur un sujet tabou et
découvre que des milliers de femmes, suspectées -généralement à tort-
d'avoir fauté et donc d'avoir «sali» l'honneur familial, sont
sacrifiées chaque année sur l'autel d'une tradition indigne.

Egorgées, empoisonnées, brûlées vives, fusillées, poignardées,
étranglées par un père, un frère, un mari, un cousin qui pourra, lui,
dormir en paix une fois son forfait accompli.

Par la suite, Jacqueline rapatriera vers la Suisse d’autres femmes
menacées. «Avec SURGIR, nous comptons faire évoluer les mentalités dans
les pays concernés, faire passer un message simple: l’honneur n’a pas
sa place dans le ventre des femmes.» Des rencontres et des conférences
réunissant divers acteurs de la vie politique et sociale ont déjà eu
lieu, d’autres sont en préparation en Jordanie et au Liban.


Avec une quarantaine de femmes sauvées à ce jour et six dossiers
en attente – «J’ai beaucoup de mal avec l’administration suisse pour
l’obtention de permis humanitaires» – Jacqueline Thibault ne se laisse
pas abattre par ceux qui comparent son action à la goutte d’eau dans
l’océan. «Quand je sors une fille du pétrin, immédiatement je pense à
la suivante. Je ne suis pas empêtrée dans les nombres; Edmond Kaiser ne
l’était pas non plus. Certes, ce n’est pas la tendance de l’humanitaire
actuel pour lequel, s’il n’y a pas trois cents cas, il n’y a pas de
programme!»

Sauvetage après sauvetage, Jacqueline applique la tactique des
petits pas avec une patience infinie: «Je ne laisse jamais tomber.
Jamais! Si mon action ne donne pas de résultat, je ne me tape pas la
tête contre les murs, je recommence d’une autre façon. Pour moi, Souad
et toutes les autres représentent des appels de Dieu. C’est lui qui me
soutient, qui m’aide à avancer. C’est lui ma force, je n’en ai pas
d’autre.» Et quand la fatigue la rappelle à sa condition de simple
mortelle, Jacqueline se ressource en s’accordant une retraite
spirituelle: «J’essaie de me vider la tête, je confie mes
préoccupations à Dieu, je pose mon fardeau sur ses épaules.»


Dans un kibboutz


Esprit libre, Jacqueline Thibault se singularise dès l’enfance par
sa propension à sortir du cadre imposé. Fille unique – «hélas!» – d’une
mère employée de bureau et d’un père contremaître en électricité, elle
naît lors de la Seconde Guerre mondiale.

Pour la guérir de son manque d’assiduité scolaire, ses parents
«athées et même antireligieux» l’inscrivent dans une institution
catholique. Le traitement n’aura pas les effets attendus: «Je me
sentais bien dans cette école et, en plus, c’est dans le silence de sa
chapelle que j’ai rencontré Dieu.»


A 15 ans, elle décide de partir en Israël. «J’étais très marquée
par l’Holocauste. Ça trottait tout le temps dans ma tête et je me
demandais comment réparer le mal atroce dont les juifs avaient été les
victimes.» Le niet parental reporte le projet... sans l’annuler. Car la
jeune idéaliste persiste et signe; cinq ans plus tard, elle s’envole
pour la Terre sainte.

Ce premier contact en touriste ouvrira la voie à un séjour de
trois ans au kibboutz Mischmar Ha’Emek (la Sentinelle de la Plaine),
près de Nazareth. En tant que catholique française au sein d’une
communauté juive, Jacqueline fait œuvre de pionnière. Elle s’initie à
la conduite des tracteurs, soigne les arbres fruitiers et se découvre
de solides amitiés. Pourtant, après trois ans de collectivisme
planifié, elle souhaite retrouver le piment de l’imprévu et s’installe
à Paris où elle étudie la psychologie avant d’être engagée au service
de la recherche de la radio-télévision française.


Bien qu’intellectuellement passionnant, son travail lui laisse «le
cœur vide». Elle se retire dans un couvent pour réfléchir à la nouvelle
orientation qu’elle entend donner à sa vie: «J’étais sûre
intérieurement que Dieu avait autre chose à me proposer.»

A nouveau sa boussole interne pointe vers Israël où elle rejoint,
en 1970, une poignée d’idéalistes qui construisent le village de Neve
Shalom (Oasis de Paix), destiné à favoriser les contacts entre Juifs et
Arabes. Suite à des dissensions quant à l’aide à apporter aux
Palestiniens, Jacqueline quitte Neve Shalom pour chercher d’autres
appuis. Pourquoi pas Edmond Kaiser, cet «être exceptionnel et
charismatique» rencontré quelques années auparavant sur le tournage
d’une émission? «Quand je suis arrivée à Lausanne, il était en pleine
grève de la faim pour le Bangladesh. Au bout du troisième jour, je
n’avais plus d’argent et j’allais repartir quand il m’a enfin reçue.»

Elle convainc Edmond Kaiser de l’accompagner dans les villages des
territoires occupés. Il reconnaît l’ampleur de la tâche et nomme
Jacqueline déléguée pour Terre des hommes dans la région. Entre cet
homme et cette femme qui sont de la même trempe et partagent les mêmes
convictions commence alors une longue collaboration sous le sceau du
respect et de l’amitié.


Reste l’amour... Jacqueline Thibault confirme qu’elle n’est ni une
nonne ni un pur esprit: «Je me suis mariée avec un homme qui méritait
une meilleure vie que celle que je lui proposais. Quand on a une
famille, il faut s’en occuper… Alors j’ai divorcé.» Des regrets? Aucun.
«Avec toutes les filles qui ont été sauvées, j’ai environ 50
petits-enfants! Sans compter tous ceux qui ont été pris en charge par
les programmes de Terre des hommes. Mon travail dans l’humanitaire,
c’est aussi une façon de donner la vie.»


Sauver des vies

Dans la mesure de ses moyens, SURGIR vient en aide aux femmes victimes
de crimes d'honneur (Moyen-Orient, Pakistan, Afghanistan), aux femmes
menacées pour cause de dot impayée (Pakistan, Inde), aux femmes
sidéennes et veuves rejetées à la rue avec leurs enfants (Afrique).


Pays du Moyen-Orient concernés: Egypte, Liban, Israël, Palestine,
Syrie, Yémen, Emirats arabes unis, Arabie saoudite, Turquie, Jordanie.



Cinq personnes travaillent pour SURGIR (dont quatre bénévolement),
sans compter la participation de diverses ONG dans les pays concernés.


SURGIR cherche des familles d'ici prêtes à accueillir et accompagner des jeunes femmes traumatisées par leur passé.
========================



Silvia RAPELLI

pour Edicom: Femina
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire
Steven

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 47
Localisation : Saint-Sever (Landes)

Femmes Empty
MessageSujet: Re: Femmes   Femmes Icon_minitimeLun 12 Mai 2008 - 22:12

Femmes Irene10


Irena Sendler

Citation :
Décédée lundi 12 mai à l'âge de 98 ans, Irena Sendler a sauvé 2.500 enfants juifs du ghetto de Varsovie durant la seconde guerre Mondiale. Arrêté par la Gestapo en 1943 elle fut miraculeusement sauvée sur le chemin de l'exécution

Figure de la résistance polonaise, Irena Sendler asauvé 2.500 enfants juifs de Varsovie au risque de sa vie en les faisant sortir du ghetto instauré par les nazis.
"On m'a éduquée dans l'idée qu'il faut sauver quelqu'un qui se noie, sans tenir compte de sa religion ou de sa nationalité", aimait-elle à dire.

Juste parmi les Nations

Née le 15 février 1910, Irena Sendler est longtemps restée peu connue en Pologne, à l'image d'Oskar Schindler, qui est mort dans la pauvreté en Allemagne, avant que son action soit immortalisée au cinéma par Steven Spielberg.
Il fallut attendre mars 2007 pour que la Pologne lui rende un hommage solennel et propose son nom pour le Prix Nobel de la Paix.
Cependant, le mémorial israélien de l'Holocauste, le Yad Vashem, lui avait décerné dès 1965 le titre de Juste parmi les Nations, réservé aux non-juifs qui ont sauvé des juifs (un peu plus de 22.000 à ce jour).

Première métropole juive d'Europe

Assistante sociale, elle travaillait déjà avant la guerre auprès des familles juives pauvres de Varsovie, qui était alors la première métropole juive d'Europe. La capitale polonaise abritait 400.000 des 3,5 millions de juifs de Pologne.
Dès l'automne 1940, Irena Sendler a pris des risques considérables pour apporter de la nourriture, des vêtements ou des médicaments aux habitants du ghetto, que les occupants nazis avaient instauré dans un quartier de la capitale. Sur 4 km², ils y avaient entassé quelque 450.000 personnes.
En raison du manque de nourriture, beaucoup sont morts de faim ou de maladie. Les autres ont été gazés au camp de la mort de Treblinka. Une poignée de survivants ont mené au printemps 1943 une insurrection désespérée avant que l'armée nazie ne rase complètement le quartier.

Enfants cachés dans des valises

"Lorsqu'elle marchait dans les rues du ghetto, Sendler portait un brassard avec l'Etoile de David, à la fois par solidarité avec les juifs et par souci de ne pas attirer l'attention sur elle", souligne le mémorial du Yad Vashem.
A la fin de l'été 1942, elle a rejoint le mouvement de résistance Zegota, (Conseil d'aide aux juifs).
Elle a alors fait sortir clandestinement des enfants du ghetto qu'elle hébergeait dans des familles catholiques et des couvents.
Les enfants étaient cachés dans des valises, transportés par des pompiers ou des camions à ordures, ou simplement dissimulés sous les manteaux des personnes qui avaient le droit d'accès au ghetto, comme Irena Sendler et son équipe d'assistantes sociales. Par précaution, elle notait soigneusement les noms des enfants et des familles sur des papiers qu'elle enterrait dans des bouteilles.

Miraculeusement libérée sur le chemin de l'exécution

Elle fut arrêtée chez elle le 20 octobre 1943. Au quartier général de la Gestapo, ses tortionnaires lui brisèrent les pieds et les jambes. Mais elle ne parla pas. Condamnée à mort, elle fut miraculeusement libérée sur le chemin de l'exécution par un officier allemand que la résistance polonaise avait réussi à corrompre.
Elle continua son combat clandestin sous une autre identité jusqu'à la libération. Après la guerre, elle travailla dans la supervision des orphelinats et des maisons de retraite.

"Je continue d'avoir mauvaise conscience"

Elle a toujours pensé qu'elle n'était pas une héroïne. "Je continue d'avoir mauvaise conscience d'avoir fait si peu", disait-elle.
De santé fragile, Irena Sendler était restée l'an dernier à l'écart des cérémonies qui lui rendirent hommage. Mais elle avait fait lire une lettre par une survivante, Elzbieta Ficowska, qu'elle avait sauvée tout bébé en 1942.
"J'appelle tous les gens de bonne volonté à l'amour, la tolérance et la paix, pas seulement en temps de la guerre, mais aussi en temps de paix", avait-elle dit.

Pas de commentaires et sans polémiquer aucunement, je suis toujours énormément touché par les ressorts d'imagination et de courage que peuvent mettre en oeuvre les hommes et les femmes, les femmes et les hommes pour résister à l'injustice, à la violence et à l'atrocité des autres hommes et femmes. Je crois que je vais emprunter sa phrase comme signature pendant un temps.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Femmes Empty
MessageSujet: Re: Femmes   Femmes Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Femmes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» les femmes au volant
» Article: Y-a-t-il des femmes pédophiles EN
» SOS Sages-femmes
» Sociologie des rapports sociaux
» Il y a eus 1 femme légionnaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Un moment de détente… :: L'humain, la société, la nature...-
Sauter vers: