Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 John Brunner

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
K
Main aguerrie
avatar

Messages : 352
Inscription le : 30/11/2007
Age : 44
Localisation : Belgique

MessageSujet: John Brunner   Lun 25 Fév 2008 - 18:27


JOHN BRUNNER

Ecrivain anglais né en 1934, John Brunner est surtout célèbre dans le milieu de la SF pour quatre romans écrits aux alentours des années 70, décennie qui voit apparaître une conscience aigüe des problèmes écologiques, démographiques et politiques.
Une époque aussi, il faut bien le reconnaître, ayant un certain goût masochiste pour le catastrophisme et les lendemains qui déchantent (notamment au cinéma avec toute la vague des films-catastrophes et, dans un domaine plus strictement SF, des films bien glauques comme Soleil Vert, Rollerball, Orange Mécanique et autre New-York ne répond plus).
La littérature SF n'était d'ailleurs pas en reste et délaissa à cette époque ses histoires habituelles pour se recentrer davantage vers des préoccupations plus immédiates (quitte à s'y embourber mais ceci est une autre histoire...)

On trouve tout cela dans les romans de Brunner (et bien plus), dont l'oeuvre se situe davantage dans une fiction-spéculative "engagée" plutôt que sur des histoires de voyages interstellaires. Il reste encore aujourd'hui l'un des représentants les plus respectés de ce type d'anticipation (le plus respecté ?).
Néanmoins, il faut préciser que la production SF de Brunner est très variée et compte aussi son lot d'ouvrages médiocres, écrits pour des raisons purement alimentaires (il faut bien vivre !). Aussi, méfiance.
Je parlerai donc surtout ici de ce qu'il est convenu d'appeller "la tétralogie noire", quatre romans ambitieux de grande qualité, touffus, et dont le souci de décrire dans le détail des scénarios de lendemains toujours possibles n'a d'égale que la pertinence du propos.

Le premier est aussi le plus célèbre. Tous à Zanzibar (1968) est un gros pavé foisonnant décrivant un futur proche cauchemardesque : surpopulation, pollution, extrémismes, le livre est une mosaïque grouillante de personnages, d'histoires entrecroisées, renforcé encore par une écriture inspirée de John Dos Passos (utilisation de coupures de presse fictives, de publicités, afin de renforcer l'impression de réel).
Un roman dans lequel on entre assez difficilement mais qui mérite bien ce petit effort, tant son propos reste d'actualité sur bien des points et sa structure complexe parfaitement maîtrisée.

L'orbite déchiquetée (1969) a pour thème la haine raciale qui fait rage en 2014 entre Blancs et Noirs aux USA et qui abouti à une véritable guerre civile. Hors, ce conflit arrange les affaires de la Gottschalk, une mafia qui vend les armes aux deux camps. Aux Noirs, d'abord, à bas prix, puis aux Blancs paniqués, à n'importe quel prix. Un roman-choc sur un problème très américain dont l'impact est curieusement amoindri par une fin curieusement optimiste.

Le troupeau aveugle (1972) au même titre que "Zanzibar", atteint lui aussi les sommets de la sinistrose généralisée. Brunner se focalise sur un monde futur atteinte par l'ultime stade de la pollution (pluies acides, maladies, Méditérannée asséchée,...), un gouvernement incompétent et une population croupissante et abêtie.

Sur l'onde de choc, enfin, (1975) anticipe d'une vingtaine d'années l'Internet que nous connaissons, mais dans ses conséquences les plus extrêmes. Brunner imagine un vaste réseau informatique de dimension planétaire où chaque citoyen est fiché et, tel une mouche, empêtré dans cette toile d'araignée virtuelle qui, bien entendu, menace sa liberté et ses droits.
Nous n'y sommes pas encore mais qui sait si à l'avenir...

En dehors de cette tétralogie, on peut noter encore un étonnant roman, La ville est un échiquier (1965) où Brunner transpose en fiction une véritable partie d'échecs qui eut lieu lors d'un championnat, chaque événement de l'intrigue représentant un mouvement de pièce. Un tour de force.

Comme on l'aura constaté, John Brunner n'est pas un joyeux drille et ses anticipations, bien qu'excessives si on les considère avec le recul (notre présent n'est, heureusement, pas aussi catastrophique que dans ses romans), gardent malgré tout leur pertinence sur des sujets aussi sensibles que l'écologie, par exemple (ce n'est pas Al Gore qui dirait le contraire) ou les dérives possibles de l'informatisation et du pouvoir médiatique.

Bref, si vous êtes plutôt du genre à aimer une science-fiction toute en apesanteur, qui aime rêver à la possibilité d'explorer les galaxies, passez votre chemin.
En revanche, si une SF sociologique très terre-à-terre et fortement engagée ne vous rebute pas, John Brunner reste une référence incontournable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
John Brunner
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Revivre à la campagne" de John Seymour (livre)
» John Wayne
» John Lennon
» John Q
» John Tshibangu etait une distraction. Il est en fuite et deja demandeur d'asile?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: