Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Serge Joncour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Chatperlipopette
Zen littéraire


Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 51
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Serge Joncour   Jeu 6 Mar 2008 - 15:17

Serge Joncour est né à Paris le 28 novembre 1961



Evene:
Citation :
Inscrit en faculté de philosophie, Serge Joncour quitte rapidement les études lorsqu' il publie son premier roman 'Vu' qui le propulse sur le devant de la scène. Néanmoins, il a exercé différents métiers : maître-nageur, livreur de journaux, cuisinier, rédacteur publicitaire... Il a également voyagé sur de nombreuses îles avant de se consacrer définitivement à l'écriture. Il est l'auteur de 'Situations délicates' et de 'L' idole'.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Chatperlipopette
Zen littéraire


Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 51
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Serge Joncour   Jeu 6 Mar 2008 - 15:19

"Vu"


C'est un livre qui m'a attirée par le titre et la première de couverture ( l'illustration image d'Epinal...malheureusement il est sorti en Poche sous une couverture plus banale...dommage) : déjà tout un programme. Puis la deuxième de couverture attire l'oeil de par son originalité : la biographie de l'auteur est lapidaire et humoristique: "Serge Joncour est né le 28 novembre 1961 à 20 heures. Il se porte bien." Quant à la présentation de l'éditeur "Le Dilettante": "Dilettante n. (mot ital). Personne qui s'adonne à une occupation, à un art en amateur, pour son seul plaisir. Personne qui ne se fie qu'aux impulsions de ses goûts. (Le Petit Larousse)"....un vrai bonheur !!!

Aussi, se dit-on très vite que tant d'indices drôlatiques est de bon augure pour une lecture agréable et désopilante. Cette mise en bouche, toute en saveurs, ne trompe pas le lecteur aventurier : il découvre les misères et splendeurs d'une famille rurale à la vie chiche ( pas de scolarisation, peu de culture - celle de la télé - mais un bonheur de vivre et un art consommé d'attirer les catastrophes). Le récit est truffé d'accidents engendrés par cette famille de "Gaston Lagaffe" qui attire l'intérêt d'un jounaliste avide de scoop pour le "prime" du JT.
Truculences, personnages hauts en couleurs, une mémé inénarrable, la mort accidentelle du tonton intello lors de la mise à mort du cochon et en prime une peinture ironique du monde de l'info événementielle mais aussi d'une peinture sarcastique de la famille "qui a réussi et qui snobe" ceux qui sont restés ruraux.
L'écriture est sobre, délicieusement familière parfois...un régal !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Chatperlipopette
Zen littéraire


Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 51
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Serge Joncour   Jeu 6 Mar 2008 - 15:22

"Carton"


Je connaissais la verve ironique et dévastatrice de Serge Joncour dans "Vu", court roman que j'avais dévoré et adoré, aussi quand j'ai eu l'occasion de lire "Carton" je me suis laissée tenter sans barguiner!
L'action se déroule dans le rayon livres d'un hypermarché où officie un libraire qui vaque parmi ses cartons. De temps en temps il admire la femme du boucher, toute en rondeurs appétissantes. La monotonie le ronge: réceptionner des cartons, les ouvrir, mettre en rayon les livres, les classer, les valoriser pour qu'ils partent dans un caddy, recevoir Marino, le commercial d'un grand groupe d'édition, un groupe qui regroupe nombre d'éditeurs et édite la plupart de la production littéraire. Comme la clientèle est rare et le mouvement rarissime, notre libraire à force d'inactivité et d'inertie se transforme peu à peu. Cela commence par une difficulté à mouvoir les doigts, les mains puis le reste du corps. Tiens, cela me rappelle une autre transformation, une métamorphose kafkaïenne! Dans "Carton" il n'est pas question de métamorphose en cancrelat mais en...carton ondulé, vous savez, les images grandeur nature d'hommes ou de femmes vantant tel ou tel produit! Voilà en quoi se métamorphose progressivement notre libraire...qui a dit que libraire était un métier sans risque?
De fil en aiguille, notre libraire cartonné acquiert une renommée puis une vraie célébrité: le monde se l'arrache, la grande maison d'édition le loge dans un palace où défile le gratin du showbiz, de la littérature et de la politique....gratins plus pitoyables les uns que les autres.
On retrouve l'ironie mordante de "Vu", qui s'attaquait au monde de l'info et du "JT", dans cette allégorie du monde marchand et littéraire. C'est l'occasion pour Joncour de mettre au jour un certain dévoiement du monde de l'édition: le regroupement en trust, l'uniformisation de la création littéraire, l'uniformisation du produit livre (d'ailleurs la dérive est nette: le livre devient un produit et non plus un objet à respirer, ouvrir, caresser, feuilleter avant d'acheter). Il y a une scène amusante: un carton destiné à la boucherie atterrit au rayon librairie et l'employé commence à classer les barquettes parmi les livres, sans s'en émouvoir plus que cela!
Joncour éreinte, avec une plume acérée et jubilatoire, les campagnes promotionnelles des romans ou récits choisis par les trusts éditoriaux pour devenir des blokbusters et des têtes de gondoles. Les coups "marketings" peuvent mener loin dans l'engrenage infernal de la gloire fulgurante et la chute du roman est d'une noire et mordante ironie!
Le style choisi par l'auteur est déroutant, quasiment de bout en bout, ce qui peut gêner la lecture et la lisibilité du propos. Cependant, le plaisir pris en lisant ces aventures rocambolesques, surréalistes au possible, fait oublier ces petits désagréments.
"Carton" est un roman subversif, incisif et d'une drôlerie acidulée! Il déconcerte mais aussi interpelle le lecteur sur les pratiques modernes de lignes éditoriale de certaines maisons d'édition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Queenie
...


Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Serge Joncour   Jeu 6 Mar 2008 - 15:37

noté dans ma LAL

*gronchonne : non mais c'est pas vrai ces parfumés... ma liste elle fait des kilomètres maintenant... et ça empire de jour en jour, je vais finir momifier dedans si ça continue comme ça*

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63602
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Serge Joncour   Jeu 6 Mar 2008 - 15:47

Merci Chatp' pour ce fil.
Comment ne pas aimer Serge Joncour qui a mis du "mystère" sur l'île de Bréhat dans U.V, dévoré il y a déjà des années (je ne voulais pas regarder le film sortie je crois l'an dernier - mais apparemment il n'a pas trop bien réussi.. oubliez-le - le livre est trop bon!)
Un été sur l'île de Bréhat - il y a du 'dolce farniente' - mais aussi un visiteur imprévu que personne ne connaît mais qui arrive à s'infiltrer dans la famille qui est au premier plan de ce roman..
Du soleil pour vous donner chaud et des frissons pour vous refroidir
J'ai vraiment adoré...
Et d'ailleurs Serge Joncour est aussi l'auteur qui a écrit un livre avec le titre... Kenavo innocent

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Serge Joncour   Jeu 6 Mar 2008 - 16:23

kenavo a écrit:

Et d'ailleurs Serge Joncour est aussi l'auteur qui a écrit un livre avec le titre... Kenavo innocent

Une biographie de notre Kenavo à nous? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire


Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 51
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Serge Joncour   Jeu 6 Mar 2008 - 16:24

Je suis contente de vous faire plaisir Wink
"UV" est dans ma LAL....et là je rejoins les ronchonneries de Queenie: je suis submergée de titres à lire laugh mais vice quand tu nous tiens....
Je vais regarder de plus près le livre avec kenavo dans le titre Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63602
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Serge Joncour   Jeu 6 Mar 2008 - 18:24

coline a écrit:
Une biographie de notre Kenavo à nous? Very Happy
nonnon
Chatperlipopette a écrit:
Je vais regarder de plus près le livre avec kenavo dans le titre Cool
Après la lecture agréable d'U.V. je voulais découvrir un peu plus de Serge Joncour - j'ai lu par après Vu et Kenavo. Je croiais que ce titre était prévu pour moi Wink mais à part une famille qui tient une poissonnerie, raconté avec beaucoup d’humour.. je ne me rappelle plus grand-chose content

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Serge Joncour   Jeu 6 Mar 2008 - 21:08

kenavo a écrit:
coline a écrit:
Une biographie de notre Kenavo à nous? Very Happy
nonnon

jemetate Bon...ben je ne le lirai pas alors... sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dolce.vita
Envolée postale


Messages : 147
Inscription le : 02/02/2008
Age : 36
Localisation : 93

MessageSujet: Re: Serge Joncour   Ven 7 Mar 2008 - 0:53

il y a quelque temps, j'ai lu "l'idole" de Serge Joncour. Le résumé etait alléchant :

Présentation de l'éditeur
Se réveiller un matin, descendre dans la rue et réaliser que tout le monde vous reconnaît. C'est l'expérience étrange que vit Georges Frangin. Chômeur docile, inconnu au bataillon, il découvre qu'il est une star, sans raison. Il essaie de comprendre, interroge les passants, passe pour un snob qui nie sa célébrité. Va-t-il devenir fou ? Lorsqu'on l'annonce dans une émission de télévision il appelle la chaîne. Ne vous inquiétez pas, lui dit-on, tout va bien se passer. On présente un livre de lui ? Inutile de s'en faire, on veillera plus tard à l'écrire, si nécessaire. La gloire augmente et la pression avec. Malentendus et quiproquos se succèdent, démontage hilarant et subtil d'un système qui a besoin de stars au point d'en fabriquer arbitrairement. Aujourd'hui Frangin est une vedette, demain ce sera peut-être vous. La célébrité se répand désormais comme par contagion. Entre Woody Allen et Kafka, ce roman est aussi un hommage à La Métamorphose. La notoriété transformerait-elle les humains en cafards grotesques ?

Par contre, la lecture a été très pénible, tellement j'ai trouvé le livre inintéressant. Je ne saurais même plus quoi en dire aujourd'hui tellement je ne me rappelle plus de cette lecture ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://messaline.over-blog.net/
Le Bibliomane
Zen littéraire


Messages : 3403
Inscription le : 21/02/2007
Age : 51
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Serge Joncour   Lun 10 Mar 2008 - 18:22

"Carton"


Le narrateur de « La métamorphose » de Kafka se réveillait un matin dans la peau – ou plutôt la carpace – d'un cafard.
Nudeu, le personnage central de « Carton » prend, quant à lui, peu à peu l'aspect d'une effigie cartonnée grandeur nature et en deux dimensions.
Il faut dire que Nudeu est libraire dans un hypermarché. Sa tâche n'est pas des plus passionnantes, son rayon est coincé entre celui de la maroquinerie et celui de la boucherie, et les livres qu'il dispose sur ses linéaires sont plus souvent des succès commerciaux que des chefs-d-oeuvre de la littérature.
Alors Nudeu végète, tranquillement, passant ses journées à observer les clients et à jeter des regards concupiscents sur l'accorte bouchère du rayon voisin. Peu de clients s'arrêtent au coin-librairie, leurs motivations sont bien éloignées de la lecture. Celles de Nudeu également. Il empile et range ses livres comme il le ferait de n'importe quelle marchandise.
Impassible, il reste planté là des journées entières, sans rien faire, si ce n'est d'incarner par sa présence l'archétype du libraire, prêt à dispenser ses conseils à d'éventuels clients. Mais notre homme est si peu sollicité qu'il s'aperçoit un jour qu'il n'est plus fait de chair et d'os mais...de carton ondulé. Le voici transformé en PLV (Publicité sur les Lieux de Vente).


Réduit à une effigie de lui-même en deux dimensions, voilà que notre libraire attire finalement plus de monde que lorsqu'il était un être comme vous et moi. Certains viennent se faire photographier à ses côtés, d'autres s'exercent à des jeux moins innocents, assouvissant quelques fantasmes sexuels avec cette silhouette de carton.


Peu à peu, Nudeu devient une célébrité incontournable pour tous les clients de l'hypermarché. Ce phénomène va bientôt attirer l'attention de Martino, le commercial « ...fameux représentant des Editions générales, filiale de la Générale Général, la maison-mère de toutes, leader sur le marché du livre et sur bien d'autres encore... »

Flairant dans cette célébrité une opportunité commerciale, Martino va présenter Nudeu (ou plutôt son effigie en carton) au grand patron des Editions générales. Puisque le libraire est désormais célèbre, pourquoi ne pas rebondir sur cette situation en lui faisant écrire un livre qui deviendra, à coup sûr, un best-seller.

« Avec mon histoire, à coup sûr ils présumaient le succès, le million d'exemplaires, le million au moins, ne serait-ce que pour la commodité du chiffre rond, son caractère quasi abstrait, pseudo-miraculeux.
- L'important, ce serait qu'on arrive à 10 euros pile, rêva tout haut le Martino.
- Mais non,qu'importe la décimale, pourvu qu'on ait la marge, le mieux serait de côtoyer les 12, 15 euros.
- 12 alors, pour la commodité du chiffre rond.
- Soit, mon cher Martino, je vous le concède, va pour 12 euros le livre ; mais qu'est-ce qu'on va mettre dedans, en terme de mots s'entend. »


Et voici notre libraire catapulté en tête des ventes en qualité d'auteur d'un best-seller qu'il n'a pas écrit. Lui qui était il y a peu encore un obscur et un anonyme, va avoir à faire face au succès et devra faire la promotion de son ouvrage à la télévision, et rencontrer écrivains et hommes politiques.


« Carton » est une fable grinçante et ironique sur la société de consommation, une fable sur le marketing de l'édition et la grande distribution. Serge Joncour nous livre ici un récit humoristique et parfois déroutant sur la commercialisation des biens culturels et sur la perversion de ceux-ci par les stratégies du marketing.
Du simple libraire à l'auteur à succès, il dénonce, presque sans exagération, les différents maillons de la chaîne des ventes en débutant par une métaphore de la disparition d'un vrai libraire peu à peu transformé en simple faire-valoir de sa marchandise, relégué au stade d'une figurine de carton ondulé symbolique.


Avec humour et dérision, Serge Joncour se livre ici à une attaque en règle contre le merchandising qui rabaisse la littérature au niveau d'un bien de consommation ordinaire. Point n'est besoin de libraires ou d'écrivains pour vendre et diffuser la littérature, une bonne étude de marché suffit ! Hilarant, exubérant, insolite aussi, « Carton » est une satire de notre moderne société de consommation où l'argent et les médias avilissent tout ce qu'ils touchent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebibliomane.blogspot.com/
Chatperlipopette
Zen littéraire


Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 51
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Serge Joncour   Mar 11 Mar 2008 - 12:07

Citation :
il y a quelque temps, j'ai lu "l'idole" de Serge Joncour. Le résumé etait alléchant :

Présentation de l'éditeur
Se réveiller un matin, descendre dans la rue et réaliser que tout le monde vous reconnaît. C'est l'expérience étrange que vit Georges Frangin. Chômeur docile, inconnu au bataillon, il découvre qu'il est une star, sans raison. Il essaie de comprendre, interroge les passants, passe pour un snob qui nie sa célébrité. Va-t-il devenir fou ? Lorsqu'on l'annonce dans une émission de télévision il appelle la chaîne. Ne vous inquiétez pas, lui dit-on, tout va bien se passer. On présente un livre de lui ? Inutile de s'en faire, on veillera plus tard à l'écrire, si nécessaire. La gloire augmente et la pression avec. Malentendus et quiproquos se succèdent, démontage hilarant et subtil d'un système qui a besoin de stars au point d'en fabriquer arbitrairement. Aujourd'hui Frangin est une vedette, demain ce sera peut-être vous. La célébrité se répand désormais comme par contagion. Entre Woody Allen et Kafka, ce roman est aussi un hommage à La Métamorphose. La notoriété transformerait-elle les humains en cafards grotesques ?

Par contre, la lecture a été très pénible, tellement j'ai trouvé le livre inintéressant. Je ne saurais même plus quoi en dire aujourd'hui tellement je ne me rappelle plus de cette lecture ...

Du coup ça me refroidit ça! Bon je verrai selon l'épaisseur du roman si je le trouve à la médiathèque Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Dolce.vita
Envolée postale


Messages : 147
Inscription le : 02/02/2008
Age : 36
Localisation : 93

MessageSujet: Re: Serge Joncour   Mar 11 Mar 2008 - 12:11

Chatperlipopette a écrit:

Du coup ça me refroidit ça! Bon je verrai selon l'épaisseur du roman si je le trouve à la médiathèque Wink

ah, emprunte le à la médiathèque, j'avais fait de même. Il n'est pas très épais, et écrit en police 72, ça se lit très vite. Je ne te recommanderais cependant pas l'achat.
C'est dommage parce que le résumé me paraissait prometteur.
Du coup, je n'ai plus rien lu d'autre de cet auteur ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://messaline.over-blog.net/
swallow
Sage de la littérature


Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

MessageSujet: Re: Serge Joncour   Lun 9 Juin 2008 - 13:29

Si vous voulez un petit aperçu du dernier Joncour " Combien de fois je t´aime" : 17 mini-nouvelles sur les affres du couple, et BibliOps en offre un chapitre en ligne.

Moi j´ai beaucoup de curiosité pour les nouvelles relations surgies à l`ère du PC et du portable.
De plus le style de Joncourt est plein d´humour.
http://bibliobs.nouvelobs.com/2008/05/29/saimer-jusqua-se-voir-une-nouvelle-de-serge-joncour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mina M
Posteur en quête


Messages : 91
Inscription le : 22/06/2009

MessageSujet: Re: Serge Joncour   Ven 26 Juin 2009 - 11:13

Je n'ai lu que Combien de fois je t'aime de cet auteur et j'ai adoré. Les situations sont variées: de l'amour filiale à l'amour matrimoniale, en passant par l'amour adultère, l'amour au moment d'une rencontre, l'amour à la fin d'une relation... Certaines nouvelles sont drôles, d'autres émouvantes, d'autres surprenantes, on se reconnaît dans certaines histoires, on s'offusque d'autres... Selon moi, il y en a pour tous les goûts. Elles sont très courtes, sans lien narratif entre elles, ce qui permet une lecture très libre.
Personnellement, j'ai beaucoup aimé: La passagère du siège en face. Prenant le train tous les jours, c'est le genre de rencontre qui fait rêver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Serge Joncour   Aujourd'hui à 21:10

Revenir en haut Aller en bas
 
Serge Joncour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» "Cinémas" de Serge Moati
» Serge Gainsbourg
» Serge Letchimy : un lourd passif de menaces et d’insultes.
» Le Temps qui reste (Serge Reggiani)
» serge marin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: