Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Jia Pingwa [Chine]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bertrand-môgendre
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1299
Inscription le : 03/02/2007
Age : 61
Localisation : ici et là

MessageSujet: Jia Pingwa [Chine]   Mar 25 Fév 2014 - 19:52



Jia Pingwa

Né en 21 février 1952 à Shangluo. Chine.
Très tôt, il habite Xi’an, une ville dans laquelle il étudie à l’Université et obtient son diplôme après la tristement célèbre parenthèse de la Révolution Culturelle qui n’a fait que retarder de cinq années son besoin d’écrire. Il revendique fièrement ses racines paysannes aussi bien dans la première partie de son œuvre essentiellement composée de poésie et de nouvelle, qu’à partir de 1990, où la vie citadine prend de l’ampleur, sans toutefois être totalement dissociée du monde rural.
Membre actif de l’Association des écrivains de Chine, il anime une revue littéraire, Meiwen.

Source : La ville et l’ailleurs, deux écrivains contemporains, Ye Si et Jia Pingwa, par Annie Curien, Perspectives chinoises.

Bibliographie :

Une paire de chaussette (nouvelle 1973).
L’enfant soldat (recueil de nouvelles 1977).
Chroniques de deux sœurs. (recueil de nouvelles 1978)
Pleine lune (nouvelle 1978, premier Prix national de la meilleure nouvelle).
Notes des montagnes (recueil de récits 1980).
Nouvelles histoire de Jia Pingwa (recueil de nouvelles 1981).
La lune d’huile (nouvelle 1982).
Notes préliminaires sur Shangzhou (recueil de nouvelles 1983).
Les gens du val de Jiwo (nouvelle 1984 : prix littéraire décerné par l’association des écrivains de Xi’an).
Décembre. Janvier (nouvelle 1985).
Shangzhou (roman 1984).
Chien céleste (recueil de nouvelles 1986)
Turbulence (roman 1988) traduction en anglais par Howard Goldblatt. Prix Pegasus.
Grossesse (roman 1989).
La ville déchue (roman 1993 : Traduction français par Geneviève Imbot-Bichet. Prix Fémina étranger en 1997)
Le renard rouge (recueil d’essais 1994).
Nuit blanche (roman 1995).
Le porteur de jeunes mariées (nouvelles 1995) Traduction français par Geneviève Imbot-Bichet.
Le village englouti (roman 1996). Traduction français par Geneviève Imbot-Bichet.
Le vieux village des Gao (roman 1998).
Souvenir des loups (roman 2000).
Qin Qiang (roman 2005) Prix Mao Dun en 2008.
Gaoxing (roman 2007).
Le vieux four (roman 2011). traduction en préparation.
Daideng (roman 2013)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bertrand-môgendre
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1299
Inscription le : 03/02/2007
Age : 61
Localisation : ici et là

MessageSujet: le porteur de jeunes mariées de Jia Pingwa   Mar 25 Fév 2014 - 19:54

Le porteur de jeunes mariées de Jia Pingwa
Traduit par Lu Hua, Gao Deku, Shang Shengzhong.

Poche : 305 pages
Éditeur : Stock (11 mars 1998). Collection : Bibliothèque cosmopolite. Langue : Français
ISBN-10 : 2 234 049 148 ISBN-13 : 978-2234049147

Quatrième de couverture.

C'est au sein du Shaanxi, la province natale de l'auteur, que se déroulent ces trois histoires d'amours frustrées, d'une violence à peine contenue et d'un érotisme latent. Trois femmes en sont les héroïnes séduisantes et passionnées, rédemptrices des pauvres âmes qui succombent à leur charme. Et si c’était à recommencer, Wukui, le porteur de jeunes mariées, le Tout-Blanc, le moine-brigand, ou Lui Ziyan, le géomancien prodige, sans nul doute, ne choisiraient pas d’autre destin que celui de leur amour fou...


Mon commentaire :

Wukui est le porteur de jeune mariées. Animé par un courage exemplaire et rompu au charme de sa « cliente », il affronte les bandits.
Wukui, issu d’une famille misérable se comporte à tout moment avec plus d’humanité que n’importe quel individu, aussi noble soit-il. Respectueux, vertueux, vif d’esprit, il n’a pourtant pas l’éducation suffisante pour s’autoriser à courtiser sa bien-aimée, élevée au rang de déesse.

Jia Pingwa, l'auteur de cette nouvelle, me transporte dans un autre temps, car elles se déroulent quelques siècles en arrière, au moment où, dans le pays non unifié de la Chine, des brigands s’en prenaient aux gouverneurs locaux, pour les punir et redistribuer leurs richesses aux pauvres serfs.
Le Tout Blanc chef des bandits, ressemble à un Mandrin ou à un Robin des Bois, glorifié par le peuple, pourchassé par les soldats impériaux.

Inégalité d’écriture, amplifiée par une inégalité de traduction dans les trois nouvelles. C’est mon impression confirmée par plusieurs tournures de phrases maladroites que je n’ai pas constaté dans la première nouvelle. S’il faut n’en retenir qu’une, c’est bien le porteur de jeunes mariées. Excellente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Jia Pingwa [Chine]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les JO en Chine
» Wow, en Chine.
» CHINE : UNE MAMAN OURS SE TUE AVEC SON BEBE!
» Paniers vapeur aux crevettes ( Chine)
» Finir son assiette en Chine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: