Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Daphné (opéra)

Aller en bas 
AuteurMessage
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Daphné (opéra) Empty
MessageSujet: Daphné (opéra)   Daphné (opéra) Icon_minitimeLun 22 Sep 2014 - 23:57

Daphné de Richard Strauss à La Monnaie de Bruxelles

Daphné (opéra) 8669_r10

Mon premier opéra de la saison était donc Daphné qui couronnait de sa lumineuse métamorphose en laurier le cent cinquantenaire de la naissance de Richard Strauss.

Comment un opéra d'une telle beauté peut-il être aussi peu monté sur les scènes internationales? C'est probablement ce que Strauss a composé de plus pur et de plus féérique même si on est loin de la puissance novatrice d'Elektra ou de Salomé. Ici pas de lutte violente entre la soprano et l'orchestre, la voix de Daphné est accompagnée de façon parfois presque chambriste jusqu'à la perfection de ce final extatique qui hérisse les poils. Flux musical quasi continu d'1h45, souvent wagnérien jusque dans ses leitmotifs et ses choeurs magnifiques.

Chaque solo de Daphné, Apollon, Leucippe, Gaia ou Pénée est un enchantement qui passe une sorte de relais musical qui finit par créer une sorte de transe culminant dans les 15 minutes de métamorphose absolument sublimes.

La distribution était idéale en dehors peut-être de la Gaia de Birgit Remmert, très bonne comédienne mais à la voix approximative.

Daphné (opéra) Adaphn10

L'Apollon d'Eric Cutler était impressionnant et Sally Matthews était incandescente en Daphné.

Daphné (opéra) 8669_810

Guy Joosten était à la mise en scène et j'ai aimé ses choix scénographiques. Un escalier géant s'adossant à un arbre qui subit grâce à la vidéo toutes les transformations. Une opposition intelligente entre la pureté et le monde naturel de Daphné et l'univers dionysiaque des traders et des orgies mondaines (très bien chorégraphiées). Plastiquement cette opposition ne rompait pas l'unité envoûtante de l'ensemble.

Daphné (opéra) 14969_10

Il a eu par ailleurs l'idée géniale de faire démarrer la métamorphose finale par un incendie, provoqué par les satyres de l'orgie, qui embrase progressivement l'arbre pour le détruire en même temps qu'il le purifie. Daphné fusionne alors avec le végétal (des images fabuleuses) et se transforme en laurier pendant que sa voix disparaît dans un dernier soubresaut. Génial!!

Je suis sorti de là sur un petit nuage et avec l'envie de le revoir au plus vite. Ce sera a priori d'abord sur le site de La Monnaie après la dernière représentation.

Daphné (opéra) 8669_r11

Une autre version du final montrant la métamorphose de Daphné en laurier. Quelle musique étrange et magique!


_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Daphné (opéra) Empty
MessageSujet: Re: Daphné (opéra)   Daphné (opéra) Icon_minitimeSam 18 Oct 2014 - 0:16

Daphne en streaming: DAPHNE à la Monnaie

Spoiler:
 

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Daphné (opéra)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Théâtre, spectacles :: Pièces vues par des parfumés-
Sauter vers: