Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Ronald Hugh Morrieson [Nouvelle-Zélande]

Aller en bas 
AuteurMessage
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Ronald Hugh Morrieson [Nouvelle-Zélande]  Empty
MessageSujet: Ronald Hugh Morrieson [Nouvelle-Zélande]    Ronald Hugh Morrieson [Nouvelle-Zélande]  Icon_minitimeSam 4 Avr 2015 - 20:18

Ronald Hugh Morrieson [Nouvelle-Zélande]  Morrie10

Ronald Hugh Morrieson

Citation :
Il naît en 1922 à Hawera dans la région de Taranaki de parents musiciens. Après la perte de son père en 1926, il vit avec sa mère, sa tante et sa grand-mère dans un milieu modeste et rural. Il part à Auckland en 1940 pour étudier à l'université, mais il tombe malade, abandonne et revient à Hawera où il demeure jusqu'à la fin de ses jours.

Après avoir exercé divers petits boulots, il devient musicien et professeur de musique. Il se produit dans des orchestres de danse dans le sud de Taranaki et envisage une carrière d'écrivain. Il publie son premier roman, The Scarecrow (L’Épouvantail), en 1963 suivit de Came A Hot Friday en 1964. Ses romans sont un succès en Australie et un échec relatif en Nouvelle-Zélande. Son troisième roman, écrit en 1966 et initialement nommé Is X Real, est refusé et sa santé se détériore. Il perd sa mère en 1968 et entame une déchéance dont il ne se remettra pas. Il réécrit son manuscrit, renommé The Tower pour l'occasion, et le propose à nouveau aux éditeurs qui le refuse ou l'ignore. Pessimiste sur son avenir d'écrivain, l'auteur sombre dans la maladie et l'alcool. Il écrit un second manuscrit, Pallet on the floor et deux nouvelles, sans succès. Il meurt en 1972 dans une relative indifférence.

Doris Johnson, sa tante, entreprend de faire publier le travail de son neveu. The Tower change de nom et devient Predicament (Rendez-vous avec un spectre), il est finalement publié à titre posthume en Australie, puis en Nouvelle-Zélande, suivi par son second roman et ses deux nouvelles restantes. Ses romans donnent lieu à quatre adaptations au cinéma. En France, deux romans sont publiés dans la collection Rivages/Noir.
source : article wikipedia

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Ronald Hugh Morrieson [Nouvelle-Zélande]  Empty
MessageSujet: Re: Ronald Hugh Morrieson [Nouvelle-Zélande]    Ronald Hugh Morrieson [Nouvelle-Zélande]  Icon_minitimeSam 4 Avr 2015 - 20:18

traversay a écrit:
Ronald Hugh Morrieson [Nouvelle-Zélande]  Morrieson


L'épouvantail de Ronald Hugh Morrieson

Citation :
Ned Poindexter est ado à Klynham, petite bourgade rurale en Nouvelle-Zélande. Sa famille n’est pas franchement un modèle, entre un oncle qui s’évertue à ne jamais rien faire, un frère spécialiste de billard, et un père qui tente de faire des affaires dans la brocante au volant d’une épave. Heureusement il y a Prudence, sa sœur aînée, la plus jolie fille de la ville, et son pote Les Wilson avec qui il fait les 400 coups. La vie s’écoule, avec ses hauts et ses bas, mais une ombre plane sur Klynham depuis que Salter, magicien itinérant, épouvantail immense et famélique au regard inquiétant est arrivé en ville …

"C'est au cours de la même semaine que nos poules furent volées et que Daphné Moran eut la gorge tranchée." D'emblée, le narrateur adresse un clin d'oeil au lecteur en paraphrasant le début de L'île au trésor. L'histoire, censée se dérouler dans un trou perdu de la Nouvelle-Zélande des années 30, est racontée bien des années plus tard par Ned Poindexter qui à l'époque des faits avait quelque chose comme 14 ans. Un polar ? Pas vraiment, plutôt un roman noir qui ne s'intéresse aux événements criminels de Klynham que pour mieux faire ressortir une gueule d'atmosphère -qui n'est pas sans évoquer le sud des Etats-Unis de Caldwell-, et présenter une galerie de personnages hauts en couleur (euphémisme). De la soeur du héros, baby doll qui affole tous les mâles, aux losers patentés que sont le père et le frère de la susdite, en passant par les ivrognes du coin, le croquemort en tête. La prose de Morrieson est picaresque et truculente, jouant avec brio des ruptures de ton, de la drôlerie à un climat de terreur. En somme, un mélange plutôt détonant de Fantasia chez les ploucs et de La nuit du chasseur.

Né en 1922 dans la petite ville de Hawera, Ronald Hugh Morrieson a toujours habité chez sa mère, jusqu'à la mort de celle-ci dont il ne se remettra jamais. Il gagne sa vie en enseignant la musique et en jouant dans des orchestres de bal avant de se découvrir une vocation d'écrivain à 37 ans. L'épouvantail est son premier roman, publié en Australie, où il connait un honnête succès, davantage en tous cas qu'en Nouvelle-Zélande où l'on goûte peu sa description des moeurs des habitants de sa propre ville. Son deuxième roman Came a hot friday parait une année plus tard. Bagarreur, gros buveur, coureur de jupons, Morrieson passe ensuite beaucoup de temps à l'hopital. Après la mort de sa mère, ses manuscrits suivants sont refusés et ce n'est qu'à titre posthume qu'ils seront édités (2 romans et 2 nouvelles). Il meurt à 50 ans, peu après avoir déclaré "J'espère ne pas être l'un de ces pauvres bougres que l'on découvre après sa mort." Aujourd'hui, ses 4 romans ont été portés à l'écran et nombre de ses concitoyens le considèrent, si ce n'est comme le meilleur, tout du moins comme le plus original des écrivains néo-zélandais. A part peut-être dans sa ville natale, qu'il a tellement maltraitée dans ses livres, où sa maison a été détruite en 1992 pour faire place à un fast-food.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Ronald Hugh Morrieson [Nouvelle-Zélande]  Empty
MessageSujet: Re: Ronald Hugh Morrieson [Nouvelle-Zélande]    Ronald Hugh Morrieson [Nouvelle-Zélande]  Icon_minitimeSam 4 Avr 2015 - 20:29

Très bien ! Il méritait  tout à fait un fil à son nom. Dommage qu' il ait si peu écrit...

Et tu en penses quoi ?

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Ronald Hugh Morrieson [Nouvelle-Zélande]  Empty
MessageSujet: Re: Ronald Hugh Morrieson [Nouvelle-Zélande]    Ronald Hugh Morrieson [Nouvelle-Zélande]  Icon_minitimeSam 4 Avr 2015 - 20:41

Ronald Hugh Morrieson [Nouvelle-Zélande]  P1904310

The Scarecrow / L'épouvantail

Un livre mis dans mes pattes par Domreader. Une histoire qui pourrait presque se dérouler ailleurs avec cette famille de blancs pauvres, si ce n'est qu'on sent quand même par moments un certain relief à la localité et un climat pas systématiquement simple ainsi que quelques allusions. En tout état de cause on sent un monde au ralenti dans la petite ville de Klynham traversée par une ligne de chemin de fer, une petite localité pour les oubliés de ce qui se construit peut-être ailleurs côté bétail dans les terres ou sur la côte, ou un bled pour se faire oublier.

Neddy, le jeune narrateur entreprend de nous livrer de façon véridique une tranche de sa vie. Famille très modeste, trois alcooliques dans la famille (le père, l'oncle et le frère), deux sœurs parties avec leur maris, une sœur un peu plus âgée qui dérange les pulsions des jeunes et des moins jeunes... Un drôle de croque-mort tout aussi alcoolique, de grandes disparités sociales et quelques histoires de gamins.

Des histoires de bandes de gamins qui tournent au glauque, une trame de fond tendance thriller qui à force d'être évitée n'en est que plus accablantes, et surtout le portait bon gré mal gré de ce moment pour ce gamin, une vie pas si facile mais quand même assez heureuse avec un lien fort dans cette famille un peu déglinguée. L'émergence, à l'usure et à l'humour, avec des tournures imagées ou des tournures approximatives, des accents reconstitués, de quelque chose de valable et humain dans un petit monde tout bête qui tourne très très très mal.

Aussi un magicien géant, et alcoolique, au milieu.

On ne sait pas toujours exactement ce qu'on lit, ça vient petit à petit, mais ça marche, désespéré, presque. Et un élan vivant, nostalgique des petites choses pas forcément dites et volontaire.

Pas mal cette petite découverte. bonjour

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
domreader

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

Ronald Hugh Morrieson [Nouvelle-Zélande]  Empty
MessageSujet: Re: Ronald Hugh Morrieson [Nouvelle-Zélande]    Ronald Hugh Morrieson [Nouvelle-Zélande]  Icon_minitimeDim 5 Avr 2015 - 12:11

Tant mieux si tu as bien aimé ce roman qui se faufile entre roman noir, roman d'éducation et thriller. cheers

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Ronald Hugh Morrieson [Nouvelle-Zélande]  Empty
MessageSujet: Re: Ronald Hugh Morrieson [Nouvelle-Zélande]    Ronald Hugh Morrieson [Nouvelle-Zélande]  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Ronald Hugh Morrieson [Nouvelle-Zélande]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» nouvelle formation obligatoire!!!!
» Nouvelle garderie 4 places à 25$ à terrebonne ouest
» Nouvelle collection
» Ma nouvelle lubie...S
» Revetez la personnalité nouvelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés "ailleurs" qu'en Grande Bretagne-
Sauter vers: