Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Mathias Enard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10911
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Mathias Enard   Mar 4 Fév 2014 - 14:20



Je renonce ici à toute objectivité. J'aime Istanbul, j'aime cette ville sauvage et enchantée, les odeurs de ses quais, ses ruelles pentues, les quartiers de viande posés à même le sol et qui se couvrent de mouches, le chant des muezzin, le cimetière aux stèles blanches. Pas loin, se dresse la majesté de Sainte-Sophie, sa beauté époustouflante et puis son vide...
J'ai retrouvé dans le court livre de Mathias Enard, beau, poétique et d'une chaotique sérénité, ce que j'aime d'Istanbul. Tel Michel-Ange exilé au milieu d'un monde dont il ne connait pas la langue, ni la culture, ni les instances, le lecteur conquiert lentement et avidement la ville. Plus que l'histoire d'un pont, il s'agit donc d'une préhension, de la meilleure manière de découvrir une ville et ses habitants, jusqu'à en être submergé...
Violence et poésie entourent le personnage d'une aura de douleur et c'est dans l'interstice laissé délibérément par l'écriture (dans cette absence de remplissage scriptural qui semble avoir gêné certains) que le récit prend son ampleur et que l'imaginaire se porte au secours des silences.

Il y a tant de choses à lire (et à rêver) dans les silences d'Enard, dans les pauses qu'il impose au lecteur, à chaque fois qu'une page se tourne, qu'un chapitre finit, que le roman s'achève. Tant de douceur et tant de respect... 

Ce livre est comme un léger moment d'absence.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11731
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Mathias Enard   Dim 23 Fév 2014 - 18:35

Bréviaire des artificiers



Depuis le temps que je dis que la seule chose que je reproche à Mathias Enard, c’est qu’il n'a pas trop d'humour, je vais pouvoir réviser ma position…

Cela commence aux Caraïbes, un nègre-esclave qui raconte dans une prose très XVIIIe siècle sa détestation pour son maître. Celui-ci utilise sa révolte pour lui faire partager peu à peu la cause du terrorisme, auquel il l’initie progressivement sous tous ses aspects : moraux, politiques, médiatiques, pragmatiques voire curieusement gastronomiques…. Par quelques allusions ici ou là, on se rend compte finalement qu’on est au XXIe siècle, que les Twin Towers sont tombées…

C'est donc, par le biais d'un roman plutôt ludique, une promenade-dissertation sur le thème du terrorisme. Les dessins au crayon de Pierre Marquès sont d’une précision souvent loufoque, maison ne leur trouve pa sla charge émotionnelel qu’ils pouvaient avoir ailleurs. Extrêmement bien écrit, très agréable à lire, plein de considérations mi-érudites mi plaisantes, ce livre fait passer un bon moment mais n'en est pas moins oubliable.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10911
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Mathias Enard   Lun 24 Fév 2014 - 10:19

mmm le sujet me botte ! merci pour ce commentaire, topocl !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10911
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Mathias Enard   Lun 18 Aoû 2014 - 12:34

L'alcool et la nostalgie

Fa-bu-leux !

Quel bonheur de retrouver l'écriture exaltée, poétique, joueuse de Mathias Enard (celle de Zone, lyrique, intransigeante, magnifique berceuse murmurée à mi-voix et royale claque stylistique tant le propos est dense, l'horizon large, la connaissance infatigable).

Je n'ai pas assez de mots pour vous dire mon plaisir. Plaisir de prendre un train avec Mathias, avec la souffrance, l'angoisse, les peurs, les culpabilités de Mathias. Plaisir de traverser une nouvelle fois cette Russie aux charmes en écorce de bouleaux et d'opium venant tout droit d'Afghanistan. Plaisir de retrouver l'exhaustivité d'un écrivain capable de mêler en un récit d'une beauté et d'une nostalgie troubles, toute la littérature et l'architecture russe, ses grands espaces et ses habitants confinés, une vision géopolitique avertie, une compréhension de l'âme et une écriture tendant à l'absolue perfection.

Quel bonheur de lire ce court roman. Merci topocl d'avoir (légèrement) insisté ! Je me permets de le recommander tout spécialement à coline qui y retrouvera sans doute un petit quelque chose de cette Russie qu'elle vient de visiter.

Un très très grand et beau et bon moment de littérature !!

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11731
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Mathias Enard   Lun 18 Aoû 2014 - 13:48

La légèreté est ma spécialité, c'est bien connu.
Merci pour ton enthousiasme!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
bix229
Parfum livresque


Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Mathias Enard   Lun 18 Aoû 2014 - 17:27

L' alcool et la nostalgie ! Voilà un cocktail qui devrait m' apporter l' ivresse !

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11731
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Mathias Enard   Lun 18 Aoû 2014 - 17:29

A ton tour, Bix?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
bix229
Parfum livresque


Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Mathias Enard   Lun 18 Aoû 2014 - 17:33

topocl a écrit:
A ton tour, Bix?

Pffff ! Que je suis faible l Alors que j' ai 500 livres qui attendent leur tour...

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11731
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Mathias Enard   Lun 18 Aoû 2014 - 17:43

En fait, les forts m'emmerdent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Mathias Enard   Mar 3 Fév 2015 - 22:16



Un court roman qu'il est probablement recommandé de lire d'une traite en épousant le rythme cadencé et syncopé d'une prose lyrique qui tient à la fois d'une diffluence psychique sous l'emprise de l'alcool, d'une transe exorcisant la douleur d'un deuil personnel et collectif, de la course folle d'un train traversant des étendues autant géographiques que mentales, de l'hommage d'un romancier aux écrivains célèbres qui ont nourri son imaginaire, d'un exercice de style répondant à une commande...

J'ai été sensible au brio de cette écriture mais je dois reconnaître que l'exercice de style a pris le dessus sur l'émotion de mon point de vue. Il y a un côté catalogue d'évocations diverses (historiques, géographiques, littéraires...) qui remplit le cahier des charges du thème imposé (une traversée de la Russie en Transsibérien) mais qui m'a dès le début complètement tenu à l'extérieur et m'a empêché de m'intéresser à ce narrateur comme à son désarroi. Il y a quelque chose de mécanique et de désincarné là où on est sensé éprouver une profonde mélancolie personnelle en écho à l'histoire traumatique d'un peuple. C'est plus théorique que véritablement habité. Je n'ai pas dépassé le stade de l'intention illustrée. Il y avait d'ailleurs déjà ce côté distancié et théorique dans "Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants" mais la fluidité du récit avait une certaine allure et j'avais peut-être été davantage porté par l'élégance des mots.

Reste que l'expérience n'était pas du tout déplaisante et que j'aurai du plaisir à relire Enard prochainement. Notamment avec "Rue des voleurs". Mais je ne peux pas partager l'enthousiasme extrême de Topocl et Shanidar.


_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11731
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: h, masi oui,    Mer 4 Fév 2015 - 8:36

C'est drôle , pour moi, exactement l'inverse, c'est "Parle leur de batailles... " où je suis restée extérieure!

A mais oui, Rue des voleurs. pas du tout exercice de style, celui-là!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Aeriale
Léoparde domestiquée


Messages : 18132
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Mathias Enard   Mer 4 Fév 2015 - 10:26

Marko a écrit:
Il y avait d'ailleurs déjà ce côté distancié et théorique dans "Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants" mais la fluidité du récit avait une certaine allure et j'avais peut-être  été davantage porté par l'élégance des mots.

topocl a écrit:
C'est drôle , pour moi, exactement l'inverse, c'est "Parle leur de batailles... " où je suis restée extérieure!

A mais oui,  Rue des voleurs. pas du tout exercice de style, celui-là!

Pareil, j'avais trouvé le récit très bien écrit, mais froid dans "Parle leur de batailles et d'éléphants". Je tenterai quand même celui ci car j'avais vraiment aimé ses deux autres (Rue des voleurs restant mon préféré) mais pas certaine qu'il soit pour moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pivoine
Plume timide


Messages : 9
Inscription le : 21/04/2015
Localisation : Jouy en josas

MessageSujet: Une parenthese enchantée   Dim 3 Mai 2015 - 19:59

Une parenthèse enchantée, idéalisée et parfaite de ces mondes là

shanidar a écrit:


Je renonce ici à toute objectivité. J'aime Istanbul, j'aime cette ville sauvage et enchantée, les odeurs de ses quais, ses ruelles pentues, les quartiers de viande posés à même le sol et qui se couvrent de mouches, le chant des muezzin, le cimetière aux stèles blanches. Pas loin, se dresse la majesté de Sainte-Sophie, sa beauté époustouflante et puis son vide...
J'ai retrouvé dans le court livre de Mathias Enard, beau, poétique et d'une chaotique sérénité, ce que j'aime d'Istanbul. Tel Michel-Ange exilé au milieu d'un monde dont il ne connait pas la langue, ni la culture, ni les instances, le lecteur conquiert lentement et avidement la ville. Plus que l'histoire d'un pont, il s'agit donc d'une préhension, de la meilleure manière de découvrir une ville et ses habitants, jusqu'à en être submergé...
Violence et poésie entourent le personnage d'une aura de douleur et c'est dans l'interstice laissé délibérément par l'écriture (dans cette absence de remplissage scriptural qui semble avoir gêné certains) que le récit prend son ampleur et que l'imaginaire se porte au secours des silences.

Il y a tant de choses à lire (et à rêver) dans les silences d'Enard, dans les pauses qu'il impose au lecteur, à chaque fois qu'une page se tourne, qu'un chapitre finit, que le roman s'achève. Tant de douceur et tant de respect... 

Ce livre est comme un léger moment d'absence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10911
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Mathias Enard   Lun 4 Mai 2015 - 9:32

oh c'est gentil, Pivoine ! Embarassed
Je viens de lire des textes de Loti sur la ville d'Istanbul, ils sont tout aussi enchanteurs... Et je finis pas me demander si je ne suis pas particulièrement attachée aux écrivains voyageurs et en particulier à ceux qui ont vu, aimé, humé l'Orient...

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile


Messages : 17332
Inscription le : 06/07/2007
Age : 71
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Mathias Enard   Lun 4 Mai 2015 - 12:36

je crois qu'en effet tu es particulièrement attachée à ces écrivains !

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mathias Enard   Aujourd'hui à 5:38

Revenir en haut Aller en bas
 
Mathias Enard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11  Suivant
 Sujets similaires
-
» St-Mathias sur Richelieu
» jean GABIN
» recherche pour les algonquin
» Bon Vendredi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: