Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Jabbour Douaihy [Liban]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Jabbour Douaihy [Liban]   Lun 8 Juin 2009 - 19:27


Citation :
Jabbour Douaihy est né en 1949, à Zghorta (Liban). Professeur de littérature française à l’université libanaise de Tripoli, traducteur et critique à L’Orient littéraire, il compte parmi les grands acteurs culturels du pays. De 1995 à 1998, il participe aux côtés de Samir Kassir à l’aventure éditoriale de L’Orient- Express. Ses premières oeuvres de fiction se situent dans le Nord du Liban. L’une d’elles, intitulée Equinoxe d’automne (’I‘tidâl al-kharîf, 1995), a été traduite en français (AMAN-Presses du Mirail, Toulouse, 2000), ainsi qu’en anglais. En 2008, Jabbour Douaihy fi gurait parmi les six auteurs finalistes du Booker arabe, pour Pluie de juin (Matar Huzayrân, 2006, traduction à paraître en 2010 chez Actes Sud).

Source : bibliosurf.com

A propos de Rose fountain motel


 

Une grande maison bourgeoise décatie, une famille éclatée et agitée, la guerre qui reprend soudain, des caractères bien trempés et exubérants, une curiosité insatiable pour savoir ce qu'il se passe chez ses voisins, le jugement définitif que l'on porte sur les autres selon leur religion : Rose fountain motel, le roman de Jabbour Douaihy, est libanais jusqu'à ses virgules et ses points d'exclamation. Ironique et malicieux, l'auteur a construit une histoire passablement embrouillée, en mélangeant à loisir les époques sans souci de chronologie, qui s'éclaircit cependant dans le portrait des principaux personnages, tous fous, peu ou prou, à leur façon. Tout l'âme libanaise, si difficile à définir, avec ses excès, de colère ou de mélancolie, est contenue dans ce livre de 300 pages au style tour à tour délicat et brutal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Jabbour Douaihy [Liban]   Lun 8 Juin 2009 - 19:49

Merci pour ce fil - lors de la parution j'étais tout de suite scotchée par la couverture et le contenu.. j'en ai mis deux commentaire sur le fil répérages nouveautés

ici

et

ici

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Jabbour Douaihy [Liban]   Lun 8 Juin 2009 - 19:52

Ah merci. J'espère que vous me pardonnerez si je parle de livres déjà chroniqués. C'est que je suis un petit nouveau ici !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Jabbour Douaihy [Liban]   Sam 8 Mai 2010 - 20:18



Pluie de juin

Citation :
En 1957, dans une église à Méziara, petit village du Nord du Liban, un massacre fut perpétré, faisant une centaine de victimes. C’était une vendetta entre familles chrétiennes, comme celles qui ont lieu ailleurs en Méditerranée, en Sicile ou en Corse.
Jabbour Douaihy s’empare de cet événement pour explorer les sources de la violence qui ensanglante le Liban depuis des siècles. Son personnage principal, Iliyya Kfouri, était un enfant en bas âge quand son père a trouvé la mort au cours d’une tuerie commise à Bourj al-Hawa, village qui ressemble fort à Méziara. Afi n de le protéger des rumeurs et des quolibets, sa mère l’envoie chez ses proches, émigrés aux Etats-Unis, et se cloître chez elle. Loin de son pays, considéré par les autres et se considérant lui-même comme un bâtard, Iliyya passe son temps à inventer des histoires sur ses origines avant de se décider, quelques années plus tard, à rentrer au Liban à la recherche de son identité. Plusieurs personnes lui racontent alors le massacre, chacun sous un angle différent. Le narrateur lui-même intervient parfois pour expliquer le contexte social ou pour préciser un fait historique…

Si Rose Fountain Motel était un roman touffu, Pluie de juin est lui carrément confus, en tous cas pour celui qui ne connait pas parfaitement l'histoire du Liban. Certes, Il y va est le personnage principal du livre, que l'on retrouve à différentes époques, mais il laisse souvent sa place à d'autres figures fugitives qui racontent leur propre histoire qui a un lien, ou pas, avec le massacre de 1957. On se sent vite perdu dans cette tapisserie aux multiples motifs, d'autant que l'écriture de Douaihy semble ici quelque peu laborieuse. Bien dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Jabbour Douaihy [Liban]   Mar 8 Mar 2016 - 11:47

Le Quartier américain (traduit de l'arabe par Stéphanie Dujols)

Petit résumé en remplacement de la présentation affreuse de l'éditeur (Actes-sud) :

Intissâr, quarante ans, vivant dans le quartier pauvre dit 'américain' de Tripoli, mère de quatre enfants, mal mariée, femme de ménage de mère en fille, découvre l'absence de son fils aîné avant de se rendre dans la belle maison de notables où elle travaille. Là, elle rejoint Abdel-Karim, à peine rentré d'un séjour en France, d'où il revient le cœur brisé par une danseuse étoile. De la confrontation entre les deux mondes, des liens qui se tissent de l'un à l'autre, des amours brisées et des rêves asphyxiés dans un pays exsangue, Jabbour Douaihy imagine un roman limpide et attachant.


Le Quartier américain est un livre inattendu qui n'a rien de compliqué dans sa forme ou sa chronologie, qui ne demande pas d'avoir eu un cours intensif de géopolitique sur le Liban pour le comprendre mais qui se lit d'une drôle de manière, comme si l'auteur, en présentant son histoire et ses personnages un peu en biais offrait au lecteur un angle de vision inédit et séduisant.

Sans jamais succomber aux sirènes du sensationnel, sans jamais s'offrir le luxe d'un récit déjà lu, Douaihy par petits entrechats et légers pas-chassés fait découvrir à son lecteur des personnages atypiques, souvent décrits selon leurs actes, rarement leurs pensées ou leurs sentiments alors même que l'auteur parvient à nous faire toucher du doigt l'intériorité émotionnelle de tous ceux que nous croisons: d'Intissâr attachante femme de ménage dont les enfants lui échappent ainsi que son mari coincé dans un passé guerrier, à la disparition d'Ismaël (dont on devine rapidement qu'il est parti pour le djihad mais dont l'auteur se garde bien de nous faire un portrait justicier, face caméra), à l'irrésistible mélancolie chorégraphiée d'Abdel-Karim, Jabbour Douaihy raconte le quotidien d'un quartier pauvre du Liban, d'une riche famille de notables, d'un émigré parisien, de la tentation exercée par la lutte armée…

J'ai trouvé particulièrement intéressante la manière dont Douaihy parvient à décrire le microcosme du Quartier américain, sa misère, ses escaliers en pente, son impossible intimité et le macrocosme d'une mondialisation qui ne passe pas seulement par la télévision mais aussi par la capacité à se mouvoir dans un univers sans cesse contrôlé. Car se pose dans ce roman la question aujourd'hui essentielle de la localisation des corps, qu'il s'agisse de celui de la femme aimée, danseuse et disparue ou de celui de l'enfant embrigadé et sans doute éparpillé en Irak, Douaihy nous rappelle qu'il est bien difficile aujourd'hui de disparaitre des écrans-radars et que l'ultime rébellion tient peut-être à cela : une possible disparition.

Tout en écrivant le récit détaillé d'une dérive à la fois familiale, nationale et mondiale, Douaihy grâce à ce regard décalé, imparfait, empathique n'hésite pas à prendre les chemins de traverses de l'entretien des bonzaï, de l'opéra et de la danse, du réveil des papilles avec l'évocation récurrente de desserts alléchants, d'une histoire des agrumes pour raconter sans se perdre le quotidien des libanais… Sans jamais verser dans le sensationnalisme qu'un tel sujet aurait pu générer, l'auteur se garde bien de tout jugement comme de tout manichéisme, renonçant au racolage identitaire ou à l'étalage morbide du sang versé, il propose une œuvre qui est avant tout humaniste et sensible.  

Il m'a juste semblé parfois que l'auteur se permettait quelques licences avec une forme choisie de réalisme, mais cela ne gêne en rien la lecture et apporte, peut-être, cette petite touche d'orientalisme qui permet aux contes de s'infiltrer dans la plus dure des réalités.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Jabbour Douaihy [Liban]   Mar 8 Mar 2016 - 15:10

Content que tu aies apprécié ! La littérature libanaise -asez souvent en français- vaut souvent le déplacement.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Jabbour Douaihy [Liban]   Mar 8 Mar 2016 - 16:56

Je pense que je vais zieuter ses autres livres (et un merci au passage à silou qui a parlé rapidement de ce roman, avec toi bix, sur le fil des nouveautés).

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jabbour Douaihy [Liban]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jabbour Douaihy [Liban]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un bâtiment belge engagé au Liban l’an prochain ?
» Liban : Elections présidentielles
» Liban - Salade croquante au chèvre frais
» Cèdre du Liban
» FUSILIERS MARINS ESPAGNOLS AU LIBAN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature du Moyen-Orient (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: