Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Josef Winkler [Autriche]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Josef Winkler [Autriche]   Mer 22 Sep 2010 - 11:38


lors de la sortie de Natura Morta

Citation :
Josef Winkler (né le 3 mars 1953 à Kamering en Carinthie) est un écrivain autrichien.
Josef Winkler a grandi en Carinthie dans une famille de paysans. Son village natal constitue le décor principal de ses premiers ses livres. Il vit aujourd'hui à Klagenfurt. Il fait de nombreux séjours en Italie, notamment à Rome, qui lui inspirent le roman Cimetière des oranges amères et la "nouvelle romaine" Nature morta, ainsi qu'en Inde (Varanasi), qui lui inspire Shmashana et Sur les rives du Gange. Ses voyages l'ont également mené sur les traces de Jean Genet (Paris, Touraine, Maroc) et au Mexique. De 1973 à 1982, il travailla dans l'administration de l'université des sciences de l'éducation de Klagenfurt. Josef Winkler organisa alors un Cercle de travail littéraire en collaboration avec Alois Brandstetter et publia une revue littéraire Schreibarbeiten (Travaux écrits).

En 1979 il remporta avec le roman Menschenkind le second prix du Prix Ingeborg Bachmann, qui avait été attribué à Gert Hofmann. Ce livre forme avec les deux suivant Der Ackermann aus Kärnten et Muttersprache la trilogie Das wilde Kärnten. Le milieu rural de la province autrichienne, le catholicisme et ses rites, la mort, ainsi que l'homosexualité - Winkler décrit le suicide de deux adolescents de son village comme l'élément déclencheur de son écriture -, jouent un rôle important dans ses textes. Winkler décrit, à partir d'expériences personnelles, mais aussi en recourant à des récits de rêves, à des jeux sur les identités et des citations littéraires, la difficulté du marginal dans un milieu patriarcal et marqué par la religion catholique. Parmi les auteurs qui sont des figures tutélaires de Winkler, Jean Genet (auquel il consacra un livre, "Le Livret du pupille Jean Genet"), Hans Henny Jahnn, Kafka, Lautréamont, les surréalistes français. En 2007 est parue le récit le Roppongi. Requiem für einen Vater. Il reçoit en 2008 le Grand Prix National autrichien ainsi que le prix Büchner, qui lui est remis à Darmstadt en novembre 2008. En juin 2009, il ouvre, par un discours provoquant, le 30e concours littéraire Ingeborg Bachmann à Klagenfurt.
source: Wikipedia


2009 à Klagenfurt

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Josef Winkler [Autriche]   Mer 22 Sep 2010 - 11:39

-
couverture du livre allemand / français

Natura Morta
Citation :
Présentation de l'éditeur
Parcourant un marché non loin de la gare Termini, à Rome, le regard du narrateur s'attarde sur une vaste nature morte comme les peintres de jadis aimaient à en offrir, et sur des scènes de genre qui n'ont guère changé depuis des siècles bouchers et volaillers, marchands de légumes et de fruits, mendiants, tsiganes et éclopés qui peuplent le décor de la tragédie qui va se dérouler en quelques instants. À l'étal du marchand de poisson, un adolescent, Piccoletto, attire le regard du narrateur qui observe de loin ses relations avec les aînés, avec sa mère, avec les garçons et les filles du même âge. Retrouvé par hasard au terme d'une autre promenade dans Rome qui mène jusqu'au Vatican, Piccoletto devient pour Josef Winkler, et pour nous, en quelques pages, une figure familière

Grand, grand coup de cœur pour cet auteur et ce livre. Je l’ai découvert avec ce livre et en ai lu par après plusieurs d’autres de lui.
Je ne peux pas vous donner des impressions de lectures récentes, mais je voudrais quand même lui ouvrir ce fil, surtout après que Shanidar a dit qu’elle avait lu dans un article sur lui, disant qu'il serait sans doute le Grand Auteur Incontournable des lettres autrichiennes.
Il nous faut son fil sur Parfum Very Happy

Cette « nouvelle romaine », sous-titre de Natura Morta n’a que 91 pages.. mais sont d’un pur plaisir d’écriture, de découverte d’un ‘petit’ monde autour de ce marché qui dévoile le ‘grand’ monde.. on ne ressort pas inchangé de ces pages.

J’ai lu ce livre à sa sortie, il y a presque 10 ans.. mais il figure toujours dans mon top 10 des lectures les plus saisissantes coeur

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 50
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Josef Winkler [Autriche]   Mer 22 Sep 2010 - 13:15

kenavo a écrit:
J’ai lu ce livre à sa sortie, il y a presque 10 ans.. mais il figure toujours dans mon top 10 des lectures les plus saisissantes coeur

Le thème fait un peu penser à "Mort à Venise" en lisant le résumé.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Epi
Escargote Zen
avatar

Messages : 14255
Inscription le : 05/03/2008
Age : 58
Localisation : à l'ouest

MessageSujet: Re: Josef Winkler [Autriche]   Mer 22 Sep 2010 - 13:21

Je ne peux que le noter Very Happy

_________________
Let It Be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Josef Winkler [Autriche]   Mer 22 Sep 2010 - 14:13

Marko a écrit:
Le thème fait un peu penser à "Mort à Venise" en lisant le résumé.
difficile d'en dire plus sans trop révéler (déjà que j'ai coupé la citation de la 4e de couverture qui a raconté tout le livre!), mais il y a quand même une grande différence avec Thomas Mann.. aussi bien sur le style que sur le contenu,
mais je dirais que tu devrais aimer Wink


Epi a écrit:
Je ne peux que le noter Very Happy
bien content

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Josef Winkler [Autriche]   Dim 17 Juin 2012 - 8:53

la mention de "Campo di Fiori" par Traversay sur le fil de Rome, m'a fait revenir vers cet auteur dont j'avais l'impression que son roman Natura Morta se situt sur ce campo.. et j'ai découvert en faisant des recherches qu'on en a fait un court-métrage


en italien avec sous-titre anglais

l'action du livre se joue sur un marché en dehors, pas dans une de ces halles, mais sinon, c'est une jolie adaptation..
bien que je ne peux que recommander de lire le livre drunken

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maline
Zen littéraire
avatar

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

MessageSujet: Re: Josef Winkler [Autriche]   Dim 17 Juin 2012 - 18:33

Merci pour ce lien, kenavo. Natura Morta reste pour moi la meilleure oeuvre de Joseph Winkler ; je ne peux que souligner ta recommendation de la lire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Josef Winkler [Autriche]   Mar 8 Jan 2013 - 21:51

parution le 10/01/2013

/
Roppongi / Requiem pour un père
Citation :
Présentation de l'éditeur
C’est à Roppongi, un quartier de Tokyo, que Josef Winkler apprend la mort de son père, âgé de 99 ans, dans le village de Carinthie où lui-même est né et dont il a bâti de livre en livre le mythe tragique et funèbre. Ce père qui est sans doute le personnage central de son œuvre lui avait un jour défendu, dans une explosion de colère, de venir à son enterrement : l’éloignement se sera donc chargé d’exaucer son vœu.
Entre le « laboureur de Carinthie » et son fils, l’enfant prodigue qui n’a cessé de partir toujours plus loin, vers l’Italie (Cimetière des oranges amères) ou vers l’Inde (Sur la rive du Gange), il n’y aura donc pas d’adieux. C’est par l’écriture, en onze étapes initiatiques et mémorielles, que l’écrivain entreprend de se réconcilier avec le vieil homme qui, on le devine au fil des pages, n’aura été si impitoyable pour son fils que parce que la vie ne l’a lui-même en rien ménagé.
Ce livre de deuil, qui reprend et magnifie tous les grands thèmes de l’œuvre de Winkler, est aussi un livre d’apaisement. Pour le lecteur qui ne le connaîtrait pas encore, c’est aussi une excellente porte d’entrée dans l’univers particulier de cet écrivain rare.

Livre paru en allemand en 2007. Cette lecture date donc d'un peu. Mais je me rappelle mon enchantement lors de la lecture. C'était le 2e livre que j'ai lu de cet auteur et je le trouvais aussi bien que Natura morta.

Cela commençait déjà avec le titre (je comprends l'éditeur français, cela parle plus du père que du Japon, mais cela coupe toute la magie du titre allemand): Roppongi... une mélodie étrange pour commencer un voyage étrange qui en fin de compte nous ramène vers les thèmes chers à Josef Winkler: l'explication avec son pays natal, son père, la mort.

Le mélange entre son périple au Japon et les dialogues intérieurs avec son père, ses souvenirs de lui, m'a paru très réussi et j'en garde une très bonne impression.
Envie que cet auteur trouve beaucoup de lecteurs.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Josef Winkler [Autriche]   Mer 9 Jan 2013 - 21:12

un auteur qui fait partie de ceux que je veux lire cette année, pour son travail sur la langue, sur les vivants et sur les morts...

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Josef Winkler [Autriche]   Mer 9 Jan 2013 - 21:16

un livre qui pourrait aussi t'intéresser, puisqu'il est un grand connaisseur et voyageur de l'Inde: Sur la rive du Gange : Domra, très dur, très spécial..

Citation :
Présentation de l'éditeur
Sur la rive du Gange, depuis des temps immémoriaux, se déroule chaque jour le rituel immuable de l'incinération des morts, ou celui, réservé aux êtres purs - enfants et saints - de l'immersion dans le fleuve. De ces cérémonies, les domras sont les officiants : leur caste veille sur le feu sacré qui sert à allumer tous les bûchers. Sur les Ghâts où ont lieu les crémations, il est interdit de Filmer, de photographier et même de dessiner, quoique les animaux y circulent librement et que les cendres des morts, une fois les bûchers éteints, ne fassent l'objet d'aucun soin particulier. Il n'est pas interdit de prendre des notes ; pourtant, en décrivant minutieusement les spectacles terribles et grandioses qui s'offrent à lui, mêlés aux réalités les plus triviales de la vie quotidienne, le narrateur fasciné sait qu'il ruse avec l'interdit. Comme à Naples et à Rome dans Cimetière des oranges amères et Natura morta, ses précédents livres, Josef Winkler emporte en Inde le memento mori qui traverse toute son œuvre. Écrit à la lueur des bûchers funèbres, Sur la rive du Gange est un grand livre sur l'Inde, baigné de joie tragique, où le romancier relève le défi qu'il s'est lancé depuis qu'il écrit : celui de ne jamais fermer les yeux face aux réalités les plus terribles de la vie.

mais il arrive à en parler de telle façon que cela devient fascinant, intéressant.. et cela m'a donnée un autre angle de vue sur certains aspects de la vie en Inde..

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Josef Winkler [Autriche]   Mer 9 Jan 2013 - 21:31

oui, j'avais noté le titre de ce livre mais il n'est pas à la médiathèque. Mais d'après ce que tu dis, tu l'as lu et il est vraiment intéressant, je pense que je vais essayer de le trouver en librairie, peut-être une très belle manière de découvrir cet auteur !!??

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Josef Winkler [Autriche]   Mer 9 Jan 2013 - 21:41

shanidar a écrit:
oui, j'avais noté le titre de ce livre mais il n'est pas à la médiathèque. Mais d'après ce que tu dis, tu l'as lu et il est vraiment intéressant, je pense que je vais essayer de le trouver en librairie, peut-être une très belle manière de découvrir cet auteur !!??
oui, j'en ai lu presque tous ses livres et celui-là m'a bien plu.. bien que je ne sais pas si c'est la meilleure entrée dans son œuvre..
Mais tu pourrais y lire quelques pages si tu le trouves en librairie..
et sinon, si ta médiathèque a Natura Morta, vas-y les yeux fermés Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Josef Winkler [Autriche]   Mer 9 Jan 2013 - 21:45

kenavo a écrit:
shanidar a écrit:
oui, j'avais noté le titre de ce livre mais il n'est pas à la médiathèque. Mais d'après ce que tu dis, tu l'as lu et il est vraiment intéressant, je pense que je vais essayer de le trouver en librairie, peut-être une très belle manière de découvrir cet auteur !!??
oui, j'en ai lu presque tous ses livres et celui-là m'a bien plu.. bien que je ne sais pas si c'est la meilleure entrée dans son œuvre..
Mais tu pourrais y lire quelques pages si tu le trouves en librairie..
et sinon, si ta médiathèque a Natura Morta, vas-y les yeux fermés Very Happy

oui ! dès que j'y passe, je l'emprunte ! merci kena !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Josef Winkler [Autriche]   Jeu 10 Sep 2015 - 10:25

Natura morta

Le titre ne pouvait pas être plus explicite puisque Winkler propose quatre évocations qui pourraient être des natures mortes : deux sur un marché en plein cœur de Rome, une au Vatican et la dernière dans une église pendant un enterrement. Le texte est un véritable enchantement comme si l'auteur mettait en mouvement, sous les yeux ébahis du lecteur, des cartes postales. L'écriture est extraordinairement visuelle et mouvante, inventive dans ses répétitions, incroyablement réelle et en même temps orientée, car si nature morte il y a elle est bien sur les étalages des bouchers, des poissonniers, des vendeuses de pates de grenouilles, des volaillers, de la tripière aux ongles laqués de rouge et autres métiers de bouche. La chair dégouline de sang, de graisse, d'écailles et d'entrailles, les passants évoluent au milieu du marché et ils passent sous nos yeux, bien vivants, cabas au vent en quête d'une bonne affaire. Les mots italiens fusent de la bouche des vendeurs, le jeune Piccoletto, qui fait le lien entre toutes les scènes du livre, remet son slip en place et c'est au Vatican que toute la chair exulte. Les peaux se frôlent, les corps se dénudent, les attitudes deviennent obscènes, invitation sourde à des délices consentis, des œillades sans équivoque, des gestes sans paroles… Tout est dans la description et malgré cette sorte de fixité on ne s'ennuie pas un instant tant la vie déborde de tous les côtés. Si les images de Winkler devait se rapprocher d'une manière ou d'une autre d'un peintre de natures mortes il s'agirait sans doute d'un photographe et de Witkin en particulier, dont les images non seulement nous raconte des histoires, mettent en scène des sous-textes mais nous offrent aussi cette même décadence, cette même proximité-prolixité des chairs qui retient et inquiète, qui laisse voir l'humour et l'obscénité sous un jour parfois joyeux, parfois tragique, toujours étrange.


Un texte absolument fascinant !

Merci kenavo d'avoir insisté pour que je le lise !!

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Josef Winkler [Autriche]   Jeu 10 Sep 2015 - 10:37

Deux extraits pour vous donner une idée de la matière vivante dont il est question :

Citation :
La tripière, une blonde au bronzage artificiel avec des lunettes à monture plaquée or, des bracelets et colliers dorés et des bagues dorées, qui découpait plusieurs lobes de poumon avec un couteau pointu, avait ses longs ongles rouges toujours couverts de sang. Contre la paroi intérieure du stand vitré où elle exposait les abats était accrochée une grande photo en couleur encadrée représentant des jumeaux d'un an. A côté des viscères gris, une scie de boucher était suspendue à un crochet de boucherie et on y voyait encore la poussière d'os fine et blanche. Des tiges de menthe fraîche fortement parfumée étaient posées à côté des replis de panses grises lavées. La tripière recourba une langue de bœuf, l'enveloppa dans du papier, la tendit à une Chinoise et nettoya avec un chiffon humide les étiquettes de prix éclaboussées de sang. Elle enfonça l'ongle long et laqué de rouge de son index dans le poumon du bœuf en criant le prix promotionnel des langues de bœuf pendues en rang aux crochets de boucherie.

Citation :
La fille blonde en maillot de corps illustré de chameaux grenat enroba de chewing-gum sa langue tendue, si bien qu'on aurait dit un gland tendu recouvert d'un préservatif et le gonfla jusqu'à ce qu'il éclate en laissant des lambeaux bleus collés autour de la bouche et du nez. Le fils de la marchande de figues, qui n'avait attendu que ce moment-là, se leva en riant, s'agenouilla devant la fille et, commentant ses gestes en dialecte romain, l'aida à ôter les particules de chewing-gum de la bouche et du menton.


_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Josef Winkler [Autriche]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Josef Winkler [Autriche]
Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» En Autriche, on nage dans la bière
» 16ans pour les nouveaux voteurs d'autriche
» (AUTRICHE)
» Un paysan normand au STO en Allemagne
» « le mur invisible » de Marlen Haushofer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature germano-néerlandaise (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: