Parfum de livres… parfum d’ailleurs
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilAccueil  Dernières imagesDernières images  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
-50%
Le deal à ne pas rater :
WiMiUS S27 – Mini projecteur portable rotatif à 270° Full HD 9000 ...
69.99 € 139.99 €
Voir le deal

 

 Festival de Cannes, année après année

Aller en bas 
+37
silou
Exini
Maryvonne
églantine
bix229
Heyoka
mimi54
Arabella
Esperluette
Maline
colimasson
Avadoro
darkanny
Lamouette
Madame B.
traversay
Eve Lyne
swallow
eXPie
Bellonzo
Li
kenavo
Marko
Fantaisie héroïque
bulle
bertrand-môgendre
K
Steven
Snark
lekhan
animal
lullaby
Marie
Aeriale
Queenie
Babelle
coline
41 participants
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 22 ... 39  Suivant
AuteurMessage
coline
Parfum livresque
coline


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Festival de Cannes, année après année - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Festival de Cannes, année après année   Festival de Cannes, année après année - Page 5 EmptyMar 20 Mai 2008 - 10:01

Un conte de Noël de Arnaud Desplechin
Festival de Cannes, année après année - Page 5 18936310
Les histoires de famille sont parfois lourdes de non-dits, suscitant des querelles intestines souvent difficiles à surmonter. Il faut parfois un événement tragique, comme la maladie, pour rassembler parents, enfants et petits-enfants. C'est le thème d'"Un conte de Noël" , un psychodrame, toutefois non dénué d'humour, qui figure parmi les trois films français présentés en compétition au 61e Festival de Cannes.

Junon (Catherine Deneuve) est atteinte d'une leucémie. Une greffe de moelle, donnée par un de ses descendants, est la seule manière de la sauver. Plusieurs membres de la famille s'avèrent être compatibles, et Noël leur donne l'occasion de se retrouver. Car depuis plusieurs années, toute réunion familiale était devenue impossible en raison du refus d'Elizabeth (Anne Consigny), la fille aînée de Junon, de revoir son frère Henri (Mathieu Amalric), à qui elle voue une haine dont l'origine reste assez mystérieuse.

Ivan (Melvil Poupaud), le benjamin, tente de recoller les morceaux, tout comme leur père, Abel (Jean-Paul Roussillon), qui s'inquiète également pour son épouse.

Claude (Hippolyte Girardot), le mari d'Elizabeth, Paul (Emile Berling), leur fils, Sylvia (Chiara Mastroianni), la femme d'Ivan, Faunia (Emmanuelle Devos), la nouvelle compagne d'Henri, et Simon (Laurent Capelluto), le neveu de Junon, essayent tant bien que mal de trouver leur place dans cette famille sur laquelle plane un drame: la mort d'un enfant. Joseph, le fils aîné d'Abel et Junon, avait succombé à une maladie génétique rare, un décès jamais totalement surmonté, dont les conséquences se font encore sentir...

(source AFP)

Bandes-annonces:
clic


Dernière édition par coline le Mar 20 Mai 2008 - 10:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
coline


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Festival de Cannes, année après année - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Festival de Cannes, année après année   Festival de Cannes, année après année - Page 5 EmptyMar 20 Mai 2008 - 10:04

Queenie a écrit:
plus je regarde des extraits et itv autour des sélectionnés, plus j'ai envie d'aller au ciné : coool !!


Moi aussi... content ...et plus je me sens frustrée par tout ce que je sais que je sais manquer à leur sortie... Rolling Eyes

Si j'avais de bons cinémas dans ma ville je crois que sur mon temps et mon budget les films concurrenceraient les livres...
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
coline


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Festival de Cannes, année après année - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Festival de Cannes, année après année   Festival de Cannes, année après année - Page 5 EmptyMar 20 Mai 2008 - 10:12

Les Trois singes de Nuri Bilge Ceylan
Festival de Cannes, année après année - Page 5 133_1110
Synopsis
Une famille disloquée à force de petits secrets devenus de gros mensonges, tente désespérément de rester unie en refusant d’affronter la Vérité. Pour ne pas avoir à endurer des épreuves et des responsabilités trop lourdes, elle choisit de nier cette Vérité, en refusant de la voir, de l'entendre ou d’en parler, comme dans la fable des "trois singes". Mais jouer aux trois singes suffit-il à effacer toute Vérité ?

Bandes- annonces:
clic

Et la photographie toujours sublime chez Nuri Bile Ceylan!
Festival de Cannes, année après année - Page 5 18936610

Festival de Cannes, année après année - Page 5 18936612

Festival de Cannes, année après année - Page 5 18936613
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
coline


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Festival de Cannes, année après année - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Festival de Cannes, année après année   Festival de Cannes, année après année - Page 5 EmptyJeu 22 Mai 2008 - 14:52

Festival de Cannes, année après année - Page 5 M883310

"Les Enfants de Don Quichotte", documentaire d'Augustin et Jean-Baptiste Legrand et Ronan Denecé a été présenté à Cannes lors de la journée "cinéma et politique" organisée lundi 19 mai par la Semaine de la critique.
Produit par Mathieu Kassovitz, ce film retraçant l'action parisienne des Don Quichotte pour un droit au logement opposable, sortira en salles en octobre.

Le documentaire d'une heure dix montre tout : leur combat, leurs doutes, leurs divergences internes. Il donne la parole à des sans-abris qui racontent leur parcours. Il montre Augustin Legrand, infatigable militant, répondre aux journalistes, discuter avec les responsables politiques - et même raccrocher au nez de « Ségolène » (Royal)...

" Ces images sont devenues un film de cinéma a posteriori, explique Mathieu Kassovitz, dont la société MNP a fourni les moyens de monter le film. Il s'inscrit dans un combat actuel, qui n'est pas terminé et il représente aussi une arme puisqu'il montre implacablement les promesses des politiques. »


Dans la veine d'un cinéma engagé (Romain Goupil est parrain), Augustin Legrand, acteur de profession, revendique « une démarche citoyenne » et l'idée d'une « sorte de Nouvelle Vague. Je ne veux pas mettre en scène ma démarche pour les besoins de la caméra, comme le fait Michael Moore. Je ne veux pas de réglage de lumière, ni de lourd dispositif de tournage. Je veux montrer des citoyens au combat, la défaillance des médias et des politiques. »

Le film est à la fois une trace de l'action des Don Quichotte, une preuve accablante de la versatilité des politiques et, veut croire Augustin Legrand, un outil de pression. « A sa sortie en octobre, on arrivera au terme du délai que Sarkozy mentionne dans un discours de campagne où il disait : "dans deux ans je ne veux plus un Français qui dorme dehors". Ce sera le moment de lui demander des comptes. »

Etudiant en droit, Augustin Legrand se destinait à une carrière d'avocat fiscaliste. Il a choisi d'être acteur notamment pour préserver du temps pour ses engagements militants. « Avec les Don Quichotte j'ai été surexposé médiatiquement. Mais plus personne ne me fait travailler... » Comédien sans rôle mais pas sans discours, il projette de passer à la réalisation, histoire de concrétiser cette « nouvelle manière de faire du cinéma, pour donner la parole à ceux qui ne l'ont jamais, casser des préjugés, soutenir un combat politique. » Un cinéma militant moderne

Juliette Bénabent (source Télérama)
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
coline


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Festival de Cannes, année après année - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Festival de Cannes, année après année   Festival de Cannes, année après année - Page 5 EmptyJeu 22 Mai 2008 - 19:11

Des trous dans le tapis (source Le Point)

Le président Sean Penn avait prévenu : le Festival de Cannes 2008 sera politique. Et plus que jamais sensible au chaos du monde actuel, qui déferle cette année sur les marches d'un Festival âpre et mordant.
Dès l'ouverture, Sean Penn a planté le décor :
« Le tremblement de terre en Chine va influencer mon jugement sur tous les films. De même ce qui se passe en Birmanie... Quelle que soit la palme d'or [...] , il faudra que le réalisateur de ce film se soit révélé très conscient du monde qui l'entoure. »
Sean Penn, l'éternel enfant terrible, le pacifiste effréné qui est allé en Irak et a soutenu son bon ami Chavez, a su, dès l'inauguration, donner un ton particulier au Festival en mariant d'emblée cinéma et politique.

- Projection marathon du « Che » de Steven Soderbergh : 4 heures 28 minutes en espagnol sur la grandeur et la décadence d'Ernesto Guevara

- Avec « Valse avec Bashir », de l'ancien soldat israélien Ari Folman, le dessin animé s'est découvert une nouvelle mission : recréer les cauchemars des jeunes appelés de Tsahal dans des couleurs et un graphisme d'une beauté implacable. Bad trips, hallucinations, rêves éveillés : pas vraiment du Walt Disney. On est à Sabra et Chatila, en 1982.

- Prison : Placardée sur le palais, le portrait d'Ingrid Betancourt rappelle sa détention.
Mais à l'intérieur, d'autres prisons peuplent les écrans.
Mercredi 14, 16 heures, le Festival s'ouvre sur une humanité aveuglée par un mal étrange et qu'on enferme dans des dortoirs-prisons (« Blindness », de Fernando Meirelles).
Jeudi 14, 9 heures : l'héroïne argentine de Leonera accouche et élève son enfant parmi d'autres femmes enceintes et incarcérées.
Jeudi 15, 15 heures : le réalisateur anglais Steve McQueen envoie son film coup de poing autour de la détention du membre de l'Ira Bobby Sands : au programme, peinture à l'excrément et passages à tabac entre deux haies de matraques. « L'histoire se répète, nous dit-il. Abou Ghraïb, Guantanamo... Avec Hunger je voulais rappeler que ce genre d'événements s'est déjà produit en Grande-Bretagne. »

- Jeudi 15, 14 heures, le délégué général du Festival monte sur scène pour présenter « Le sel de la mer », de la Palestinienne Annemarie Jacir. Sur ses épaules, un keffieh noir et blanc :
« On vient de me l'offrir, je n'ai pas pu refuser . »

- Dimanche 18, 10 heures : les gamins du film italien « Gomorra » testent les gilets pare-balles sous le feu des mafiosi et conduisent des camions remplis de fûts de dioxine. Les anges noirs de la Camorra, promis à une mort certaine, ont pourtant moins la pression que Roberto Saviano. Sous surveillance policière, l'auteur de « Gomorra » annule montée des marches et interviews... L'Italie saigne encore du pacte signé avec la Mafia par le Premier ministre Giulio Andreotti

- Mardi 14 heures : Johnny et No good Advice, 12 ans, font la guerre pour Charles Taylor, le dictateur du Liberia. Jean-Philippe Souvaire, le réalisateur de « Johnny Mad Dog », raconte : « Quand j'ai proposé à un enfant de s'appeler Rambo dans mon film, il m'a répondu : "Rambo ? C'est une mauviette, il n'a fait que du cinéma. Moi, je me suis battu et j'ai tué ! " »

- Samedi 17, 20 heures. Mes Kiejman et Szpiner, Philippe Val, Cabu et l'équipe de Charlie Hebdo sont en noeud pap' pour la projection de « C'est dur d'être aimé par des cons », le film de Daniel Leconte sur le procès des caricatures.

-Jane Birkin et les bonzes . Préfacière de la biographie de « La dame de Rangoon » Aung San Suu Kyi (Editions Florent Massot), elle est arrivée lundi pour marcher avec eux. Cinq bonzes birmans en exil, hébergés au monastère cistercien de l'île Saint-Honorat. Sur la Croisette, ils marchent en psalmodiant dans leur robe safran, avant de se rendre, comme tout bon festivalier, à une projection. Sauf que celle-ci a pour sujet un peuple qui se noie dans la détresse.
« Ces gouvernements qui empêchent les gens d'accéder à l'aide dont ils ont besoin, lâchait Sean Penn en conférence de presse, il faut que les gens les mettent dehors. »

- Le film chinois en compétition officielle, « 24 City », de Jia Zhang-ke, a été tourné à Chengdu, l'épicentre du récent tremblement de terre. C'est l'histoire d'un autre séisme, économique et social : une usine d'armement grande comme une ville licencie ses ouvriers et se métamorphose en complexe d'appartements de luxe, « 24 City ». Etait-ce mieux avant, sous le communisme ?

- Le lendemain, au même endroit, Wong Kar-waï n'est pas vraiment « in the mood for love ». Juste avant la projection de son film, il demande sous ses lunettes noires une minute de silence pour les victimes des « forces de la nature ». Trois mille cinéphiles debout. La minute en durera trois.

- Deneuve et les obus
Samedi 17, 14 heures. Larmes rentrées d'une réalisatrice :
« Je dédie ce film à notre famille, nos amis, qui n'ont pas pu venir du Liban. A cause de ce qui se passe... »
A côté, sur la scène, Catherine Deneuve en pantalon blanc. Puis en tailleur kaki dans « Je veux voir », l'hypnotisant road-movie de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige, tourné en 2006 après la guerre Israël-Hezbollah. Véhiculée par un artiste libanais, l'icône y sillonne, dans son propre rôle, Beyrouth et le Liban Sud dévasté. « Filmer Catherine au milieu des ruines était un peu casse-gueule, confie le couple, mais il n'y avait qu'elle pour incarner le cinéma, plongé dans la solution chimique de la guerre. » Sa voiture manque d'exploser sur une mine. Avertie de justesse par des autochtones paniqués, l'actrice a ce mot. « Ça mérite une cigarette. » Frontière sud : sa Finul et ses chars blancs. De l'autre côté des grillages, Israël. Et juste avant, une route interdite où elle ira pourtant marcher avec son cicérone. La Finul a téléphoné à l'armée israélienne : « Vous n'allez pas tirer sur Catherine Deneuve ? »

(de Florence Colombani, François-Guillaume Lorrain et Christophe Ono-dit-Bio)
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
coline


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Festival de Cannes, année après année - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Festival de Cannes, année après année   Festival de Cannes, année après année - Page 5 EmptyVen 23 Mai 2008 - 13:25

Festival de Cannes, année après année - Page 5 M891210

Mal accueilli par la presse, "La Frontière de l'aube" de Philippe Garrel, histoire d'amour entre une star hollywoodienne et un photographe, est pourtant à la hauteur de son film précédent, "Les Amants réguliers".

La Frontière de l’aube a surtout récolté des ricanements et des sifflets en projection de presse. Trop romantique, trop ténébreux, trop littéraire ? C’est une histoire d’amour qui finit mal, pléonasme, entre un photographe (Louis Garrel) et une actrice (Laura Smet). Une histoire de hantise, de fantôme et d’au-delà du miroir, façon Cocteau. C’est aussi un drame existentiel : le bonheur est-il le deuil de la passion ? Comme souvent, Philippe Garrel filme en noir et blanc. Comme toujours, il juxtapose des instants plutôt que des scènes, et il lit le destin des êtres sur leur visage, dans leur regard, leurs postures. La barre était très haute après Les Amants réguliers (sur mai 68. Mais une fois encore, Garrel sait restituer cet état de « sauvage innocence » qui interdit à ses personnages de transiger avec leurs sentiments. Il nous rappelle que le cinéma n’est pas un anxiolytique light, mais au contraire le lieu de tous les extrêmes, aussi incompatibles soient-ils avec la vie courante.

(Source Télérama)

Bande-annonce: clic

''De toute façon, ici, je suis un peu le mouton noir.'' Ainsi réagissait Philippe Garrel en conférence de presse, d'une voix douce et un peu lasse, à propos des ricanements et sifflets qui, quelques instants plus tôt, avaient émaillé la projection de presse de La Frontière de l'aube, deuxième film français de la compétition. Un accueil injuste, alors même que la présence du film à Cannes réparait une autre injustice : jusqu'à cette année, aucun long métrage de l'auteur du Vent de la nuit et Les Amants réguliers n'avait eu les honneurs de la Sélection officielle.

Ce qu'on reproche à Philippe Garrel, au sein du microcosme cannois (où le conformisme n'est pas forcément la valeur la moins partagée), c'est peut-être simplement de tenir jalousement à sa liberté : liberté de tourner en noir et blanc (magnifique photo de Lubtchansky), dans un Paris intemporel (pas de téléphone portable à l'horizon). Liberté aussi de raconter une histoire très simple, tout en ne se donnant pas de limite. Carole, actrice de cinéma dont le mari est parti à Hollywood, vit une passion amoureuse avec un photographe, François. Un jour, la jeune fille, instable, se suicide (du calme, on ne vous raconte pas la fin du film !). Après sa mort, elle réapparaîtra dans un miroir à François, alors que celui-ci tente de refaire sa vie ?drôle d'expression, en l'occurrence...

La Frontière de l'aube, film dans lequel le cinéaste abolit la frontière entre naturel et surnaturel, est une oeuvre d'une absolue noirceur et d'une grande douceur. Ce que viennent souligner les violons de Jean-Claude Vannier, à qui on devait déjà la partition des Amants réguliers... mais qui fut aussi le co-créateur de l'Histoire de Melody Nelson, mythique album de Gainsbourg, dont le romantisme n'est pas si éloigné de celui de ce Garrel-là :
"Le soleil est rare
Et le bonheur aussi
L'amour s'égare au long de la vie
Les murs d'enceinte
Du labyrinthe
S'entrouvrent sur l'infini.

(Source AlloCiné)
Revenir en haut Aller en bas
Aeriale
Léoparde domestiquée
Aeriale


Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

Festival de Cannes, année après année - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Festival de Cannes, année après année   Festival de Cannes, année après année - Page 5 EmptyVen 23 Mai 2008 - 14:37

Queenie a écrit:
Etrangement je crois que je vais aller voir Conte de Noël (il sort ce mercredi), même si le casting me donne limite de l'urticaire, j'aime trop les histoires de famille glauque pour passer à côté.
C'est sûr que j'irai le voir. Et le casting me plait au contraire!
Blindness a l'air pas mal.
Et le film de Philippe Gerrel m'intrigue...
Et Les trois singes vaudrait déjà le coup d'oeil rien que pour la photographie de Nuri Bilge Ceylan surpris

Pour le reste j'attends des critiques...
Merci Coline pour ce compte-rendu détaillé! (Cette année je n'ai pas suivi )
Revenir en haut Aller en bas
bulle
Zen littéraire
bulle


Messages : 7175
Inscription le : 02/07/2007
Age : 67
Localisation : Quelque part!

Festival de Cannes, année après année - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Festival de Cannes, année après année   Festival de Cannes, année après année - Page 5 EmptyVen 23 Mai 2008 - 16:09

Coline merci de nous parler de tous ces films.

je prends note des titres de film qui m'intéresse content

et ç'a fait glamour drunken tchintchin drunken
comme si on étaient tous à Cannes tchintchin
Revenir en haut Aller en bas
Fantaisie héroïque
Sage de la littérature
Fantaisie héroïque


Messages : 2182
Inscription le : 05/06/2007
Age : 36
Localisation : Paris

Festival de Cannes, année après année - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Festival de Cannes, année après année   Festival de Cannes, année après année - Page 5 EmptyVen 23 Mai 2008 - 16:45

Queenie a écrit:

Etrangement je crois que je vais aller voir Conte de Noël (il sort ce mercredi), même si le casting me donne limite de l'urticaire, j'aime trop les histoires de famille glauque pour passer à côté.

...idem Very Happy . Par contre, le casting me plaît bien !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.myspace.com/fantaisie_heroique
Queenie
...
Queenie


Messages : 22891
Inscription le : 02/02/2007
Age : 44
Localisation : Un peu plus loin.

Festival de Cannes, année après année - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Festival de Cannes, année après année   Festival de Cannes, année après année - Page 5 EmptyMar 27 Mai 2008 - 13:32

Fantaisie héroïque a écrit:
Queenie a écrit:

Etrangement je crois que je vais aller voir Conte de Noël (il sort ce mercredi), même si le casting me donne limite de l'urticaire, j'aime trop les histoires de famille glauque pour passer à côté.

...idem Very Happy . Par contre, le casting me plaît bien !

la grande classe ce film !!! je vais vous concocter un com'.
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
coline


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Festival de Cannes, année après année - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Festival de Cannes, année après année   Festival de Cannes, année après année - Page 5 EmptyMar 27 Mai 2008 - 13:43

Palmares Cannes 2008

PALME D'OR
Entre les murs, Laurent Cantet
Festival de Cannes, année après année - Page 5 Entre_10

Le Grand prix
Gomorra de Matteo Garrone
Festival de Cannes, année après année - Page 5 Gomorr10

Prix de la mise en scène
Les Trois singes de Nuri Bilge Ceylan
Festival de Cannes, année après année - Page 5 Lestro11

Prix du jury
Il Divo de Pablo Sorrentino
Festival de Cannes, année après année - Page 5 Il_div10

Prix d'interprétation masculine
Benicio del Toro dans Che
Festival de Cannes, année après année - Page 5 Che_1410

Prix d'interprétation féminine
Sandra Corveloni dans Linha de passe
Festival de Cannes, année après année - Page 5 Linha_10

Prix du scénario
Le Silence de Lorna, les frères Dardenne
Festival de Cannes, année après année - Page 5 Silenc10

Caméra d'or
Hunger de Steeve McQueen
Festival de Cannes, année après année - Page 5 Hunger10

Prix spécial :
Ils mourront tous sauf moi

Court-métrage
Megatron

Prix spécial du 61ème festival de Cannes
Catherine Deneuve, Un conte de Noël
Clint Eastwood, L'échange
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
coline


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Festival de Cannes, année après année - Page 5 Empty
MessageSujet: Festival de Cannes 2009   Festival de Cannes, année après année - Page 5 EmptyJeu 23 Avr 2009 - 13:42

Festival de Cannes, année après année - Page 5 V_7_il10

Festival de Cannes 2009: du 13 au 24 mai

Le Festival de Cannes a dévoilé jeudi les vingt films sélectionnés pour la Palme d'or 2009, une compétition dominée par les grands cinéastes d'Europe et d'Asie, avec Ken Loach, Pedro Almodovar, Ang Lee, Jane Campion, Quentin Tarantino et Alain Resnais.

"C'est une année où les grands noms du cinéma mondial sont là. Les vieux singes vont faire de belles grimaces", a déclaré à l'AFP le délégué général Thierry Frémaux.

Interrogé sur la quasi absence de nouveaux visages dans la compétition, il a répondu qu'il fallait prendre en compte toute la sélection car nombre de jeunes cinéastes figurent au Certain Regard, qui fait partie de la sélection officielle.

Outre le vétéran de la Nouvelle vague qui montrera "Les herbes folles", la France aura trois tickets pour la Palme d'or .

- Jacques Audiard ("Un prophète")
- Xavier Giannoli ("A l'origine")
- Gaspar Noé avec "Soudain le vide", tourné au Japon.

Déjà lauréats d'une Palme d'or:
- le Britannique Ken Loach dont "Looking for Eric" met en scène le footballeur Eric Cantona
- le Danois Lars von Trier qui a réuni Willem Dafoe et Charlotte Gainsbourg à l'affiche d'"Antichrist"
- l'Autrichien Michael Haneke ("Le ruban blanc")

Deux Espagnols: Pedro Almodovar ("Les Etreintes brisées") et Isabel Coixet ("Map of the sounds of Tokyo")

L'Italien Marco Bellocchio : "Vincere" relate l'histoire du fils illégitime de Benito Mussolini.

La Néo-Zélandaise Jane Campion montrera "Bright Star", récit des amours du poète romantique John Keats.
Elle est l'une des trois femmes en compétition, avec Isabel Coixet et la jeune Britannique Angela Arnold ("Fish tank").

Six films viennent d'Asie, notamment "Vengeance", du maître du polar Johnnie To, tourné à Hong Kong avec le chanteur Johnny Hallyday.

Interdit de tournage pendant cinq ans en Chine pour avoir présenté son film "Palais d'été" à Cannes en 2005 sans l'autorisation des autorités, Lou Ye montrera "Spring Fever", une torride histoire d'amour homosexuelle.

Le Philippin Brillante Mendoza revient aux côtés du Sud-coréen Park Chan-wook et de deux Taïwanais, Ang Lee et Tsaï Ming-Liang.

(extraits infos AFP)
Revenir en haut Aller en bas
Marko
Faune frénéclectique
Marko


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 56
Localisation : Lille

Festival de Cannes, année après année - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Festival de Cannes, année après année   Festival de Cannes, année après année - Page 5 EmptyJeu 23 Avr 2009 - 23:33

Quel programme!!!!! Tsai Ming Liang, Almodovar, Jane Campion, Brillante Mendoza et Isabel Coixet (ma vie sans moi, the secret life of words aime ) ! Mais ça promet une année fantastique bounce

Et je me mets à rêver d'une palme d'or pour Tsai Ming Liang!
Revenir en haut Aller en bas
Queenie
...
Queenie


Messages : 22891
Inscription le : 02/02/2007
Age : 44
Localisation : Un peu plus loin.

Festival de Cannes, année après année - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Festival de Cannes, année après année   Festival de Cannes, année après année - Page 5 EmptyVen 24 Avr 2009 - 9:19

LarsLarsLars !
Revenir en haut Aller en bas
coline
Parfum livresque
coline


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Festival de Cannes, année après année - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Festival de Cannes, année après année   Festival de Cannes, année après année - Page 5 EmptyVen 24 Avr 2009 - 12:44

Vous avez chacun votre favori... Puisque c'est ça, je vais miser sur Jane Campion!... Very Happy

J'aime bien voir aussi du côté de la programmation de Un certain regard...
programmation 2009

Et aussi de la Quinzaine des réalisateurs:
programmation 2009
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Festival de Cannes, année après année - Page 5 Empty
MessageSujet: Re: Festival de Cannes, année après année   Festival de Cannes, année après année - Page 5 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Festival de Cannes, année après année
Revenir en haut 
Page 5 sur 39Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 22 ... 39  Suivant
 Sujets similaires
-
» Autour de la rentrée littéraire (d'année en année)
» Talents Cannes
» Guillaume Musso
» Nos lectures de février 2015
» Bon après-midi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Cinéma, télévision et radio-
Sauter vers: