Parfum de livres… parfum d’ailleurs
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 Henning Mankell [Suède]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
Sahkti
Envolée postale
Sahkti

Messages : 260
Inscription le : 21/11/2007
Age : 46
Localisation : Belgo-Suisse

Henning Mankell [Suède] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henning Mankell [Suède]   Henning Mankell [Suède] - Page 3 EmptySam 24 Nov 2007 - 17:31

LA MURAILLE INVISIBLE

A mes yeux, une des meilleures enquêtes de Mankell/Wallander. Avec des préoccupations réelles et réalistes sur l'état de notre société, la vulnérabilité de systèmes dont nous sommes devenus complètement dépendants et un regard touchant et amer à la fois sur une carrière qui atteint ses limites. Avec une porte ouverte dans les dernières lignes de l'ouvrage vers une suite de la saga Wallander... le clan Wallander.

Il existe un excellent dossier de Pierre Grimaud sur la société suédoise et ses défaillances (valables pour bien d'autres nations!) vue par Henning Mankell via son héros Kurt Wallander. Une lecture enrichissante à plus d'un titre!

http://www.pierre-grimaud.com/Mankell/Mankell.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Sahkti
Envolée postale
Sahkti

Messages : 260
Inscription le : 21/11/2007
Age : 46
Localisation : Belgo-Suisse

Henning Mankell [Suède] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henning Mankell [Suède]   Henning Mankell [Suède] - Page 3 EmptySam 24 Nov 2007 - 17:32

AVANT LE GEL

Le moment est venu pour Linda Wallander de faire son entrée dans la police d'Ystad. La fin du précédent épisode de la série "KW" nous apprenait qu'elle avait enfin trouvé sa voie. Un volume plus tard, elle sort de l'école de police et enquête avec et en parallèle sur une histoire de meurtres rituels, d'animaux brûlés, d'une amie de plus en plus étrange. Le tout sur base de rapports familiaux parfois houleux et d'un boulot qui lui fait peur.

L'arrivée de Linda dans la série ne met pas Kurt Wallander sur la touche, ce que je craignais un peu. Il est toujours bel et bien là, bon pied bon oeil, pas plus fatigué ou déprimé que d'habitude. Voilà de quoi me rassurer. La personnalité de sa fille me laisse par contre un brin plus perplexe. Je la trouve limite infantile, agaçante, pas vraiment douée (elle sort de l'école de police mais commet des fautes assez étonnantes). D'ici quelques aventures, peut-être... Sinon, c'est une intrigue bien ficelée, avec des rebondissements, pas mal d'interrogations, une fois de plus, sur une société qui va bien mal. Je déplore cependant que Mankell ait mis une bonne partie de ses personnages sur la touche. On parle beaucoup de Linda, mais assez peu, finalement, des inspecteurs qui ont fidèlement accompagné Kurt Wallander jusqu'ici, ils font de la figuration. C'est dommage, le sentiment que si ça continue sur cette route, on va tout de même perdre quelque chose de bien.
Revenir en haut Aller en bas
Sahkti
Envolée postale
Sahkti

Messages : 260
Inscription le : 21/11/2007
Age : 46
Localisation : Belgo-Suisse

Henning Mankell [Suède] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henning Mankell [Suède]   Henning Mankell [Suède] - Page 3 EmptySam 24 Nov 2007 - 17:34

TEA-BAG

Il n'y a pas que dans le polar que Henning Mankell se défend bien et ce roman le prouve une fois de plus, si besoin en était.
Jesper Humlin est poète, un homme attaché à la date du 6 octobre, anniversaire de sa mère. Date à laquelle il publie, de manière rituelle, un ouvrage de poésie, qui lui vaut une certaine réputation dans le milieu et un prix littéraire qui rime avec voyage à l'étranger. A son retour en Suède, Humlin considère le monde autrement, éprouve quelque lassitude à l'encontre de sa compagne ou de son éditeur, de sa mère aussi. Plus rien n'est comme avant. Jusqu'à cette soirée-lecture avec des prisonniers distraits, au sein desquels se trouve Tea-Bag, immigrante ayant échoué dans un camp de réfugiés en Espagne avant de prendre la fuite vers la Suède.
Coup de poing pour Jesper Humlin qui décide de s'atteler à la rédaction d'un recueil sur les réfugiés, ces êtres anonymes vivant trop souvent dans la clandestinité. Sa vie en sera bouleversée.

Le statut de réfugié, Mankell l'a souvent abordé lors des enquêtes de son héros Wallander. Il connaît aussi très bien le problème vu depuis l'Afrique, passant la moitié de son temps au Mozambique.
Alors plutôt que se faire militant enragé, Mankell raconte à sa manière, à travers des personnages tendres et hauts en couleur, à travers la galère de tous ces réfugiés ayant pris tous les risques pour trouver un petit coin de paradis en Europe. Mais est-ce vraiment un paradis...
En se glissant dans la peau d'un poète égoïste et encensé, Mankell prend le recul nécessaire, dans la narration, pour éviter une implication trop directe, une revendication étouffante au fil des pages. Le principal protagoniste n'étant pas vraiment quelqu'un à qui on s'attache au début, il est dès lors facile d'observer et de pénétrer l'âme des autres, ceux qui se racontent et évoquent leur parcours difficile. Des histoires qui prennent aux tripes, on les vit, on les ressent. C'est un livre vivant sur les sans-noms, sur ceux qu'on ne regarde jamais et qui ne sont que des ombres. Des ombres qui respirent. C'est à lire, vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Chatperlipopette
Zen littéraire
Chatperlipopette

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 55
Localisation : Bretagne

Henning Mankell [Suède] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henning Mankell [Suède]   Henning Mankell [Suède] - Page 3 EmptySam 24 Nov 2007 - 19:16

Grrr, dire qu'à l'époque où je lisais beaucoup de Mankell, je ne tenais ni carnet de lecture ni blog....du coup, seules des impressions restent mais assez nettes pour poster quelque chose d'intéressant Embarassed
Mais j'ai noté des titres qui m'étaient passés sous le nez et je compte bien combler ce manque Wink
Merci sahkti pour tous ces billets alléchants cat
Revenir en haut Aller en bas
http://chatperlipopette.blogspot.com
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Henning Mankell [Suède] - Page 3 Empty
MessageSujet: Henning Mankell   Henning Mankell [Suède] - Page 3 EmptyJeu 20 Déc 2007 - 20:51

Je viens de lire à mon tour Les morts de la St Jean. C'est le livre de Mankell que j'ai le plus apprécié jusqu'à présent. Tellement l'interet -et l'angoisse-
sont soutenus d'un bout à l'autre.
S'il y a des amateurs de polar qui ne le connaissent pas encore, qu'ils se précipitent !!Shocked
Revenir en haut Aller en bas
sousmarin
Zen littéraire


Messages : 3021
Inscription le : 31/01/2007
Localisation : Sarthe

Henning Mankell [Suède] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henning Mankell [Suède]   Henning Mankell [Suède] - Page 3 EmptyDim 17 Fév 2008 - 18:25

L'homme qui souriait

Pas son meilleur et de loin. La fin est bâclée et peu crédible, ce qui déçoit forcément…
Ce qui commence sous les meilleurs augures part en quenouilles par la volonté de l’auteur d’imposer des rebondissements rocambolesques, à la limite de l’illogisme.
On dirait qu’il a chargé la barque du criminel à la mesure de la réputation qu’il lui prête.

Ce manque de nuances de Mankell, que l’on voit également apparaître chez son héros où le passé était forcément meilleur, m’étonne venant de lui…il devait traverser une phase de déprime…je ne conseille pas ce titre.

Marie-Laure, tente un autre livre (Morts de la Saint-Jean ou La Lionne blanche) pour avoir une vue plus juste de cet écrivain. oui
Revenir en haut Aller en bas
Cachemire
Sage de la littérature
Cachemire

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

Henning Mankell [Suède] - Page 3 Empty
MessageSujet: Profondeurs de Henning Mankell   Henning Mankell [Suède] - Page 3 EmptyMar 19 Fév 2008 - 22:20

Le dernier des livres de Henning Mankell traduit en francais est Profondeurs (Seuil). Il ne s'agit pas d'un roman policier mais d'un roman qui se déroule en Suède pendant la seconde guerre mondiale. Un capitaine doit aller sonder les fonds de la mer baltique. Il est obsédé par le contrôle qu'il exerce sur les choses et lui-même. Son aventure est aussi une quête de soi :

"Je cherche en moi des terres inconnues, des fonds que personne encore n'a sondés, des cavités inattendues."

Marié, il rencontre une femme étrange dont il devient l'amant, ce qui provoquera plus tard la folie de sa femme:

"Elle a dispensé sa lumière à un rocher glacé"

Un beau roman sombre sur la détresse et la solitude humaine. L'ambiance du livre est très scandinave : nature brutale, personnages dépressifs, exacerbation des passions humaines.
Pour les amateurs de littérature nordique...et ceux qui aimeraient faire l'expérience de l'ambiance froide et humide des eaux de la Baltique!
Revenir en haut Aller en bas
Babelle
Zen littéraire
Babelle

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

Henning Mankell [Suède] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henning Mankell [Suède]   Henning Mankell [Suède] - Page 3 EmptySam 22 Mar 2008 - 21:37

Sahkti, je retrouve mes lectures à travers tes commentaires...
Voici ce que Mankell nous dit du roman policier (interview de Bibliobs) :
Citation :
N.O. - En quoi vos romans policiers sont-ils un bon miroir de la société suédoise?
H. Mankell. – Je crois que le recours à une intrigue criminelle est l’un des plus anciens procédés littéraires. Il suffit de penser à «Médée», une pièce écrite il y a 2500 ans, où l'héroïne tue ses enfants par jalousie. C'est un polar ou je ne m'y connais pas! Quand on me demande quelle est la meilleure intrigue policière jamais écrite, je réponds toujours «Macbeth». Le crime comme miroir de la société ne date donc pas d’Edgar Poe ou de Conan Doyle. Un crime, un conflit mortel agit comme un révélateur des pensées des personnages, des réactions de la société. Et puis, tout le monde aime lire un bon polar! L’intrigue criminelle est un bon moyen de capter l’attention du lecteur, de séduire les jeunes de banlieue par exemple. En Suède, j’ai beaucoup de lecteurs parmi les immigrants récents. Et j’en suis ravi, car cela veut dire que mes livres les aident à apprendre le suédois. Je suis convaincu que dans vingt ou trente ans un auteur de romans policiers finira par recevoir le prix Nobel. C’est un genre tellement vivant! Et qui oserait nier qu’un auteur comme John le Carré nous apprend des choses importantes sur notre monde?
Revenir en haut Aller en bas
http://macrofictions.blogspot.com/
Babelle
Zen littéraire
Babelle

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

Henning Mankell [Suède] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henning Mankell [Suède]   Henning Mankell [Suède] - Page 3 EmptySam 22 Mar 2008 - 21:40

Il parle aussi de l'Afrique :
Citation :
"Rien ne m'obligeait à partir en Afrique: c'était un choix intime. A 20 ans, quand j'étais jeune auteur, j’avais la nette impression de rechercher un autre point de vue sur le monde que celui de l’ethnocentrisme européen. C’était il y a très longtemps, en 1972. J’ai débarqué en Guinée-Bissau, à l’époque encore colonie portugaise. Ce fut une expérience initiatique. C'est le même désir qui me pousse toujours à retourner en Afrique: pour avoir une meilleure perspective sur le monde. Je dis souvent que cette expérience africaine a fait de moi un meilleur Européen. C’est aisément explicable. Cette mise à distance me permet de mieux voir le monde – qu’il s’agisse de ma femme, de mon travail ou de ce que je lis dans le journal – et d’en percevoir lucidement le fonctionnement autant que les failles: l'importance persistante pour l'Europe de l’héritage des Lumières et de la Révolution française, mais aussi les problèmes qui se posent à notre continent. Ce que j’ai appris en Afrique m’a permis de devenir une personne meilleure, et donc, je l’espère, de vivre une vie meilleure. Grâce à l’Afrique, j’en sais davantage sur le monde."
Revenir en haut Aller en bas
http://macrofictions.blogspot.com/
Chatperlipopette
Zen littéraire
Chatperlipopette

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 55
Localisation : Bretagne

Henning Mankell [Suède] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henning Mankell [Suède]   Henning Mankell [Suède] - Page 3 EmptyDim 31 Aoû 2008 - 13:39

A défaut d'avoir pu mettre la main sur tea-bag, j'ai lu

Le retour du professeur de danse


Stefan Lindman est un jeune policier sans histoire, unique garçon venu après deux soeurs, dont la vie bascule lorsqu'il apprend qu'il est atteint d'un cancer à la langue. Son mal de vivre s'accentue: il ne sait plus que faire, comment agir, que croire, qu'espérer et s'éloigne de ses collègues, de ses rares amis et de sa compagne. Il se replie sur lui-même, pour mieux appréhender ce qui lui tombe sur la tête, pour se demander si la thérapie sera adaptée et efficace, s'il a une chance de s'en sortir, si, si, si....le monde tournera encore une fois le rideau tombé.
Comme souvent chez Mankell, l'histoire s'amorce très lentement, touche après touche, point de couleur après point de couleur, jusqu'à ce que le lecteur soit pris dans la toile du mystère et de l'intrigue.
Herbert Molin, ancien policier et collègue de Stefan, est retrouvé assassiné dans sa ferme isolée au coeur d'une forêt. C'est un véritable carnage à l'intérieur et un détail hallucinant saute aux yeux des enquêteurs: il y a des traces de pas ensanglantées formant les arabesques du tango! Qui a bien pu haïr à ce point Herbert Molin, a priori sans histoire, et l'inviter, mort, à danser? Afin d'oublier son vague à l'âme et son angoisse, Stefan, en congé maladie avant de commencer ses séances de chimio, se lance à corps perdu dans l'enquête, aux côtés des policiers emmenés par Guiseppe Larsson.
Peu à peu des pistes émergent, des indices affleurent laissant entendre que Molin a été longuement épié, longuement observé avec constance et haine. Molin a des choses à cacher: une étrange amitié avec Elsa Berggren, solitaire et secrète, un journal intime datant de la guerre 39/45, un long manteau noir en cuir comme en portaient les SS, des cours de danse, de tango, à Berlin lors de ses permissions. Qui était réellement Herbert Molin? Sa fille, Veronica, pourrait sans doute y répondre mais aussi Elsa Berggren qui cache un uniforme nazi au fond de sa penderie.
Au fil du récit, Mankell dispose des indices ténus, presque aériens, qui l'air de rien assemble les différents morceaux du puzzle: les souvenirs d'enfance de Stefan en compagnie de son père, réminiscences qui lui laissent un drôle de goût et une désagréable sensation, les bribes du journal intime de Herbert, le voyage au bout de lui-même d'un vieil homme, Fernando Hereira venu d'Argentine assouvir une vengeance, la mort de son père à Berlin pendant la guerre. Fernando, qui répondait à un autre nom, portait à cette époque l'étoile jaune mortifère.
Rapidement, l'enquête n'est plus au premier plan, mais les sombres pans de l'histoire suédoise lors de la seconde guerre mondiale, notamment certaines amitiés avec les nazis. Qu'il est difficile de faire la paix avec son passé surtout lorsqu'il n'est pas glorieux! Mankell rappelle qu'il y eut des volontaires suédois à s'engager aux côtés des nazis pour combattre le communisme et éradiquer les juifs. Son personnage Stefan découvre des indices qui lui ouvrent douloureusement les yeux sur les idées de son père...des idées extrémistes et nauséabondes. L'idéal nazi est encore vivant, partout dans le monde, en Suède comme dans le reste de l'Europe, avec des groupes occultes, aux financements troubles, qui gangrènent la toile internet: Veronica en est le parfait exemple; elle réussit à cacher son jeu jusqu'au bout, elle est l'anti Stefan, elle a grandi bercée par les thèses nationales-socialistes et elle s'y est épanouie et y a adhéré contrairement à Stefan qui a honte de son père et surtout qui ne parvient pas à le comprendre!
Henning Mankell avec "Le retour du professeur de danse" brosse un portrait sans concession de la société suédoise, lisse en apparence et chaotique en profondeur. On s'étonne toujours de constater que les pires thèses vivent encore et toujours, se nourrissant des angoisses, des interrogations et des fissures des hommes et du monde. Au rythme lent des longues distances parcourues en voiture par les enquêteurs, des nuits d'hôtel, des promenades nocturnes dans la ville endormie, d'un oeil car l'autre regarde caché par les voilages des fenêtres, des conversations et des souffrances de Stefan, Mankell construit un édifice tout en subtilité dans une Suède rurale, un peu sauvage, éloignée des grands centres économiques, au milieu des forêts et habitations isolées. Même la nuit semble terriblement longue jusqu'au dénouement final!
Un roman policier passionnant, terrifiant parfois mais toujours étonnant...la plume suédoise Mankell ne déçoit jamais, même si Wallander n'entre pas en scène.
Revenir en haut Aller en bas
http://chatperlipopette.blogspot.com
Cachemire
Sage de la littérature
Cachemire

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

Henning Mankell [Suède] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henning Mankell [Suède]   Henning Mankell [Suède] - Page 3 EmptyDim 31 Aoû 2008 - 13:59

Merci Chatp' pour ce commentaire. J'adore ce genre d'ambiance. tempsgris Je vais essayer de trouver "le retour du professeur de danse", ça devrait me plaire.
Revenir en haut Aller en bas
Le Bibliomane
Zen littéraire
Le Bibliomane

Messages : 3403
Inscription le : 21/02/2007
Age : 54
Localisation : Bretagne

Henning Mankell [Suède] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henning Mankell [Suède]   Henning Mankell [Suède] - Page 3 EmptyDim 7 Sep 2008 - 12:32

"Le retour du professeur de danse"


Stefan Lindman est policier dans la ville suédoise de Borås. Âgé de trente-sept ans, il vient d'apprendre que la grosseur qui a poussé sur sa langue est une tumeur. Mis en arrêt de travail par son médecin, Lindman se voit soudain confronté à une éventualité pour le moins désagréable : l'éventualité de sa propre disparition avant même d'avoir atteint quarante ans.

Avant d'entamer les premières séances de radiothérapie, Lindman bénéficie de trois semaines de liberté. Il hésite alors entre rendre visite à sa soeur qui habite Helsinki ou prendre un avion pour Majorque.

Finalement, le sort en décidera autrement. Dans la salle d'attente de l'hopital il tombe par hasard sur un tabloïd dans lequel un article relate l'assassinat d'un homme âgé de soixante-seize ans dans le nord du pays. Or, cet homme, Lindman l'a bien connu : il s'agit en effet de Herbert Molin, policier en retraite avec qui Lindman avait travaillé auparavant pendant quelques années à la brigade criminelle.

Herbert Molin, qui s'était retiré dans une maison perdue au fin-fond de la forêt et s'adonnait à la passion des puzzles et du tango, a été retrouvé à proximité de chez lui, vraisemblablement battu et fouetté à mort. L'assassin semble s'être acharné sur le corps avec une rare sauvagerie, allant même jusqu'à esquisser quelques pas de tango avec la dépouille de sa victime.
Qui pouvait en vouloir à un vieil homme paisible et solitaire. Est-ce l'acte d'un fou ou au contraire un crime savamment organisé ? Les éléments trouvés sur place par la police locale tendent plutôt vers la seconde hypothèse, celle d'un crime habilement prémédité.
Renonçant à ses projets de voyage, Stefan Lindman va se rendre dans le Norrland afin de tenter de comprendre ce qui a bien pu arriver à son ancien collègue.

Parallèlement à l'enquête officielle menée par la police locale, Lindman – qui n'a aucune accréditation pour cela – va essayer de découvrir les causes de cet assassinat. Il va devoir pour cela faire la lumière sur le passé d'Herbert Molin, cet homme discret et taciturne qui, même vis-à-vis de ses collègues policiers, entourait sa vie privée d'une aura de mystère.
Ce que Lindman va découvrir dépassera tout ce qu'il aurait pu imaginer. Herbert Molin, sous une apparence banale, cachait en fait tout un pan de son passé, un passé sombre et violent dont les motivations premières remontent aux heures les plus noires de la seconde guerre mondiale.

Le terrible secret d'Herbert Molin est-il à l'origine de son assassinat ? Approfondissant son enquête, Lindman va ouvrir la boîte de Pandore et exhumer de bien douloureux souvenirs qui vont le ramener à sa propre histoire personnelle. Car derrière les apparences convenables d'une certaine frange de la société se cachent d'épouvantables fantasmes idéologiques qui ne renient rien des actes barbares perpétrés il y a plus d'un demi-siècle par les nazis.

Avec « Le retour du professeur de danse » Henning Mankell nous offre un polar qui, une fois encore, nous livre en filigranes un apreçu de la société suédoise contemporaine, une société bien éloignée des clichés véhiculés à son sujet, une société calme, tolérante, harmonieuse, portée par un modèle social prétendument exemplaire qui fait l'admiration (justifiée?) de certains de ses partenaires européens.
Mais avec Mankell, le « modèle scandinave » vole en éclats. Sous l'apparence d'une nation policée et vertueuse digne d'être montrée en exemple se cache en fait une société qui, en ce qui regarde les problèmes sociaux, n'a rien à envier à ses voisins.

Loin de l'image Ikéa et des meubles en bois blanc qui sentent bon la résine de pin, la Suède, comme tout autre pays d'Europe, est confrontée au chômage, à la précarité de l'emploi,à la peur de l'immigration, à la xénophobie et au délitement du tissu social. On le voit par exemple, de manière discrète, par l'entremise du personnage de la réceptionniste de l'hotel où loge Lindman. Cette jeune femme est présente à son poste quasiment vingt-quatre heures sur vingt-quatre, fait donc office de réceptionniste mais aussi de serveuse dans le restaurant attenant, à tel point que Lindman en vient à se demander si elle ne prépare pas également les repas en cuisine. Ici comme ailleurs, la vie est dure pour les employés et il faut travailler dur pour un salaire à peine convenable.
C'est ainsi, par petites touches, que Henning Mankell, au fil de ses romans, nous livre une photographie de la société suédoise contemporaine, une société qui n'a donc rien à envier à ses voisins en ce qui concerne les problèmes sociaux et qui tente tant bien que mal (ici, c'est plutôt par le mal) de remédier à ceux-ci.

Quant à l'aspect strictement« polar » du roman, que dire, si ce n'est que le récit est encore une fois rondement mené et que le lecteur se laisse aisément embarquer dans cette enquête pleine de rebondissements, de détours et de fausses pistes qui tiennent en haleine jusqu'au déroulement final. C'est, après tout, tout ce que l'on exige d'un bon roman-policier et en cela Henning Mankell ne nous déçoit pas dans ce récit qui, une fois entamé, ne se lâche plus.
Revenir en haut Aller en bas
http://lebibliomane.blogspot.com/
Cachemire
Sage de la littérature
Cachemire

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

Henning Mankell [Suède] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henning Mankell [Suède]   Henning Mankell [Suède] - Page 3 EmptyVen 3 Oct 2008 - 10:57

Le retour du professeur de danse
Je ne vais pas encore une fois raconter l'histoire de ce roman policier, Chap' et Le bibliomane l'ont fait, je voudrais mettre simplement l'accent sur deux points qui me paraissent très intéressants dans ce livre.
Il existe depuis une vingtaine d'année en Suède une série d'ouvrages qui décrit l'histoire contemporaine du pays et tente de comprendre son rôle trouble pendant la seconde guerre, mettant en doute sa prétendue « neutralité ». C'est dans ce contexte que s'inscrit ce roman de Mankell, qui rappelle avec le personnage d'Herbert Molin que les pronazis étaient nombreux. Par peur du communisme, beaucoup de Suédois avaient un penchant certain pour l'Allemagne, alors premier partenaire commercial du pays. Et ceux-là, notamment nombreux dans l'armée et les milieux universitaires n'ont jamais été inquiétés. Le livre de Mankell dit bien la persistance des idéaux nazis chez ces extrémistes et comment ils essayent encore aujourd'hui d'infecter la société de leurs idées. Cette critique insidueuse de l'écrivain, qui ne développe jamais la pensée nazie sans la stigmatiser (il les appelle par exemple « les cloportes ») me paraît très pertinente dans notre société contemporaine où les idées d'extrême-droite ont tendance à ressurgir ici où là. Le livre laisse entrevoir en ce sens ce que la peur de l'ennemi extérieur peut faire d'une démocratie...
(Pour plus d'infos, je vous renvoie à un article d'Olivier True dans le Monde des Livres du 26 septembre 2008 qui explique l'existence de camps d'internement en Suède).

L'intérêt de l'enquête est tel pour le jeune policier Stéphane Lindman, qu'il en oublie presque le cancer qui le ronge et en tout cas dépasse son malaise et l'envie narcissique de prendre soin de lui. Il va croiser beaucoup de fortes personnalités dans le livre dont une très belle femme qui lui dira : « toute ma vie est là dedans » en parlant d'Internet. Elle va lui expliquer et lui montrer tout ce qu'il est possible de découvrir grâce à cet outil. C'est un peu un plaidoyer de Mankell pour l'ouverture au monde via Internet, en même temps qu'une possiblité d'en souligner les dangers et les excès (la femme dirige un groupe international néonazi). « Chercher et vous trouverez » semble-t-il nous dire mais aussi « attention, les dangers sont là aussi! ».

Il y a beaucoup plus dans ce roman qu'une simple intrigue palpitante et bien menée. Les quelques descriptions des grands espaces du Nord sont aussi un régal, en conclusion, c'est une lecture que je recommande chaudement!
sourire
Revenir en haut Aller en bas
Marie
Zen littéraire
Marie

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

Henning Mankell [Suède] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henning Mankell [Suède]   Henning Mankell [Suède] - Page 3 EmptySam 28 Fév 2009 - 2:02

Profondeurs
traduit du suédois par Rémi Cassaigne
Seuil

1914. Les flottes allemande et russe ont commencé à jouer à la bataille navale au large de la Suède, qui ne sait pas encore où se situer dans ce conflit débutant.
Un militaire, hydrographe spécialisé dans les fonds marins, est chargé de missions secrètes pour sonder les mers, et trouver des passages. En apparence, il semble normal. Du moins le jour. La nuit, il dort avec ses instruments.. Sa vie entière se résume à des distances, à mesurer, raccourcir, rallonger. Distances géographiques, distances avec les autres, dont sa femme. Et profondeurs à évaluer, dont la profondeur d'inconnu en lui-même , lui l'ex-enfant maltraité par son père.

Parfois, je suis quelqu'un d'autre, peut être quelqu'un dont je n'ai pas idée. Je cherche quelque chose qui n'a pas de fond, dans la mer comme en moi-même.

C'est une passion amoureuse qui va le faire complètement décompenser et le conduire à descendre dans l'abîme.

Comme le dit Cachemire plus haut
Citation :
L'ambiance du livre est très scandinave : nature brutale, personnages dépressifs, exacerbation des passions humaines.

C'est noir, d'une tristesse infinie, et même désespéré, on repêche des cadavres , noyés dans des filets de pêche, suicidés ou abattus par l'ennemi.
Et angoissant aussi, tant on sent ce personnage rigide et obsessionnel glisser peu à peu dans la folie.
Bien écrit et traduit, de petits chapitres presque laconiques .
On ressort de cette lecture un peu glacé. Sans avoir du tout envie, pour ma part, d'aller plonger dans les eaux de la Baltique ni de me balader sur les îlots de l'archipel d'Ostergötland.
Mankell est toujours d'humeur aussi mélancolique..

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Cachemire
Sage de la littérature
Cachemire

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

Henning Mankell [Suède] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henning Mankell [Suède]   Henning Mankell [Suède] - Page 3 EmptySam 28 Fév 2009 - 21:59

Chatperlipopette a écrit:
"L'homme qui souriait"


La fin est trépidante à souhait: les dernières pages se lisent presqu'en apnée, le coeur emballé par tant d'émotions et de frayeurs. En effet, l'univers de la finance internationale est diaboliquement glaçant et fait frissonner d'angoisse! Du grand Henning Mankell....un Wallender du meilleur crû!

Je ne suis pas aussi convaincue que Chatp' mais "l'homme qui souriait" est tout de même un bon roman policier de Menkell. Mais la fin m'a paru trop invraisemblable, j'ai préféré "le retour du professeur de danse" et surtout le roman "Profondeurs".
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Henning Mankell [Suède] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henning Mankell [Suède]   Henning Mankell [Suède] - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Henning Mankell [Suède]
Revenir en haut 
Page 3 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nordique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: