Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Colum McCann

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Bellonzo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1775
Inscription le : 22/07/2008
Age : 69
Localisation : Picardie

MessageSujet: Re: Colum McCann   Mer 11 Nov 2009 - 16:39

J'ai surtout aimé les nouvelles d' Ailleurs en ce pays et de La rivière de l'exil.Moins Danseur.


Dernière édition par Bellonzo le Mer 11 Nov 2009 - 18:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eeguab.canalblog.com
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 73
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Colum McCann   Mer 11 Nov 2009 - 18:01

Oh Bellonzo est là !

alors je note aussi !

à tantôt

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi54
Zen littéraire
avatar

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Re: Colum McCann   Dim 5 Juin 2011 - 9:38

Et que le vaste monde poursuive sa course folle

Voilà ce que j'en disais il y a quelque temps ( et un des tout premier avis mis sur papier.....depuis j'ai du un peu progressé....)

Sans un départ imminent pour New York, je n’aurais probablement jamais acheté ce livre paraissant noyé parmi tous ses semblables lors de la rentrée littéraire de septembre.
Seulement voilà, j’ai hâte de découvrir la ville dont je rêve depuis si longtemps, et justement « le hasard » me met sous les yeux cette petite pépite. C’est dans l’avion que je commencerai ce livre.
Ce sont trois histoires qui n’ont pas grand-chose en commun, si ce n’est cette ville pleine d’énergie, pleine de contraste. Ces trois histoires ont entre elles un fil d’Ariane : ce type un peu fou qui un beau matin a tendu un câble entre deux tours à jamais rentrées dans l’histoire et les mémoires, et qui tente d’en faire la traversée sous les yeux médusés des passants au sol.

C’est un beau portrait du New York des années 70, celui des films de Scorcese…….
J’ai pris mon temps pour finir ce livre, bien après mon retour, pour m’imprégner encore de cette ville, bien que beaucoup moins glauque qu’à l’époque à laquelle se situe le roman. Mais pourtant j’ai été vite plongée dans les entrailles des personnages qui touchent l’un par leur engagement pour les plus faibles, d’autres leurs vies cabossées ; le tout sur un fond de guerre du Vietnam qui a profondément marqué les Américains.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
mimi54
Zen littéraire
avatar

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Re: Colum McCann   Dim 5 Juin 2011 - 21:19

Les saisons de la nuit

Coup de coeur

« C’est seulement sous terre que la couleur est abolie, que les hommes deviennent des hommes. »
« Seigneur, j'suis tellement au fond du trou, quand je lève les yeux, je vois que le fond. »

A New-York nous admirons les buildings, nous arpentons les galeries du "subway", empruntons les nombreux tunnels qui servent à désengorger la ville et à relier les différents" borough" en entre eux. Ces constructions et infrastructures sont nées au début du siècle en accompagnant l’essor de la grosse pomme. Mais que savons-nous des hommes qui l’ont fait ?
Parallèlement, deux histoires se mettent en place, et finiront par se rejoindre pour ne faire plus qu’une.
A début du siècle, ce sont Nathan le noir, Sean, Vanucci l’italien, Con l’irlandais qui creusent tels des forçats des temps modernes tout droit sortis d’un roman de Zola, le tunnel qui relie Brooklyn à Manhattan ( probablement celui là même qu’empruntent les passagers de l’aéroport Kennedy) .
« Il y a eu beaucoup de morts dans le tunnel, mais c’est une loi que ces hommes-là acceptent :Tant qu’on vit, on vit, et puis plus rien. »
Quatre personnages reflet de la société américaine, qui vivent, ou survivent, se soutiennent mutuellement face aux accidents, à la maladie, au racisme puant, aux préjugés. « L’obscurité les dérobe aux regard : bien que mariés, ils vivent une histoire d’amour illicite. »
Hiver 91, Teefrog le clochard, l’homme des rues, ou plutôt des sous terrain, nous entraine là où les touristes ne vont jamais. Mais au juste qui est Teefrog ?

Ce roman est construit avec beaucoup d’intelligence ; alternativement nous changeons d’époque, et suivons les uns et les autres au gré de leurs vicissitudes et de leurs petits bonheurs. Progressivement nous apprenons à les connaître, passons les générations pour qu’enfin se lève le mystère Teefrog.
Avec minutie, et beaucoup de réalisme Colum McCann, rend ici hommage aux hommes de l’ombre, aux laissés pour compte, à ceux qui n’ont pas profité de l’essor économique de la ville, à tous ceux que New-York cachent et dénigre.

Ce roman est triste, mais plein d’humanité, et j’ose dire qui éclaire le lecteur sur une ville qui n’est pas que néons, boutiques de luxe, et grosses limousines. Il m’a kidnappée, serrée très fort, remuée, fait sourire parfois, attendrie, révoltée. Je l’ai aimé. C’est le second ouvrage que je lis de Colum McCann ; jamais 2 sans 3, dit-on…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
Avadoro
Zen littéraire
avatar

Messages : 3501
Inscription le : 03/01/2011
Age : 33
Localisation : Cergy

MessageSujet: Re: Colum McCann   Mar 7 Juin 2011 - 19:31

Cette rencontre des époques, en hommage à un lieu et une force de vie, est magnifique dans Les saisons de la nuit.

Et que le vaste monde poursuive sa course folle m'avait emporté sur les 100 premières pages, mais j'ai ressenti une frustration par la suite : une baisse d'intensité, de souffle, et une mécanique narrative trop forcée pour tisser des liens entre les histoires. Même si l'écriture de McCann demeure remarquable et un plaisir de lecture.
En tout cas, c'est un auteur qui compte beaucoup pour moi, avec Les saison de la nuit en tête, puis le remarquable Danseur. Zoli m'avait par contre laissé une impression en demie-teinte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FrançoisG
Envolée postale
avatar

Messages : 281
Inscription le : 29/09/2009
Localisation : Au calme dans ma maison

MessageSujet: Re: Colum McCann   Mar 8 Mai 2012 - 13:02

Danseur :

Très belle fresque dune terrible époque, traversée par un destin hors du commun : le danseur étoile russe Rudolf Nouveïev. Né en 1938 dans une bourgade russe, dans une famille très pauvre vivant sous le joug communiste ; très vite il ne vit que pour la danse classique. Il danse en cachette de son père, dans le froid, la faim au ventre.

A 15 ans, il devient danseur professionnel au Ballet Kirov de Léningrad. En 1961, durant une tournée à Paris avec le Kirov, Noureïev échappe à la sécurité soviétique à l'aéroport de Paris et reste à l'Ouest. Condamné par contumace à 7 ans de travaux forcés pour trahison, il ne reviendra pas dans sa Russie natale. Enfin libre de danser sur des scènes dignes de son génie, il sillonne alors la planète entière, de ballets en ballets, de capitales en capitales, dopéras en opéras...

Son ascension est fulgurante, il devient une étoile, sa beauté séduit, son génie envoûte. La personnalité de ce travailleur infatigable est passionnelle et déstructurée ; il vit dans le luxe, les excès, la luxure, le succès international.

Pourtant il se sent seul, apatride, loin de sa famille meurtrie par son départ, loin surtout de sa mère qui jamais ne le verra danser& Colum McCann a su trouver le ton juste pour parler d'un danseur génial et fou, à la personnalité aussi attachante que dévastatrice, dont le magnétisme fascine autant qu'il dérange.

Très belle biographie romancée d'un des plus grands danseurs de tous les temps. Un roman passionnant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 50
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Colum McCann   Mar 8 Mai 2012 - 13:08

FrançoisG a écrit:
Très belle biographie romancée d'un des plus grands danseurs de tous les temps. Un roman passionnant !

Un très bon souvenir également.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Colum McCann   Mar 8 Mai 2012 - 13:58

Marko a écrit:
FrançoisG a écrit:
Très belle biographie romancée d'un des plus grands danseurs de tous les temps. Un roman passionnant !

Un très bon souvenir également.
Itou, une biographie romancée que je recommande chaudement !
Revenir en haut Aller en bas
mimi54
Zen littéraire
avatar

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Re: Colum McCann   Mer 8 Mai 2013 - 19:33


Le chant du coyote, Colum McCann
Marval (1996) Editions 10/18 (Septembre 1998) /Belfond(Aoôut2007)/
276/282 pages

4ème de couverture :

Citation :
On peut résumer Le Chant du coyote en disant qu'il s'agit d'un roman sur l'amour d'un père et de son fils unis dans le souvenir de la mère, en dépit de la pudeur et de relations difficiles. Mais il faut dire - et surtout que Le Chant du coyote est la révélation d'un écrivain exceptionnel, l'un de ceux dont on se dit dès les premières pages lues qu'on ne va pas l'oublier de sitôt. Parce que son livre est fort, émouvant et fertile. Mais surtout parce que mieux que vrai, mieux encore qu'exact, McCann écrit juste. D'où ce contact qui s'établit immédiatement entre le texte et soi-même, et ces images de vie qu'il donne à voir et qui ne s'effaceront pas, de longtemps, on l'a compris, de la mémoire du lecteur

Conor revient au pays après de longues années d’absences. Il y retrouve un père vieillissant, malade, ne s’intéressant plus qu’à la bouteille et à la pêche à la mouche.
En l’espace d’une semaine que dure son séjour dans le comté de Mayo, c’est toute l’histoire familiale que Conor, le narrateur, fait revivre en jouant en permanence sur les époques. De L’Irlande à L’Irlande, en passant par l’Espagne, le Mexique où il épousera la mère de Conor, la Californie, ce père que le fils appelle le vieux, aura eu une vie extravagante ponctuée d’échecs et de déconvenues.
Conor lors de son séjour s’attache à renouer les fils de son passé ; faire la paix avec lui, son père, faire revivre l’amour qui l’unissait à sa mère, lui qui l’a tant cherchée depuis des années.
Premier roman de l’auteur, Le chant du coyote, par son écriture vivante et belle donne le ton de ce que sera plus tard les saisons de la nuit, ou Et que le monde poursuive sa course folle. L’auteur donne à ses personnages principaux du corps et de la matière, sans oublier ses personnages satellites marquants pour certains.

Citation :
"... on me raconta que les indiens Navajo croyaient que les coyotes, par leur chant, pénétraient les arcanes de l'univers, côtoyaient les frontières du néant, vivaient au-delà de toute temporalité, pointaient leur museau vers le ciel et, dans un cri, faisaient naître le monde à leurs pieds... Il y a longtemps, quand Mamet Dad me racontaient toute leur vie au Mexique, je croyais ce qu'ils me disaient. Et je suppose que c'est encore le cas aujourd'hui. C'est mon chant du coyote à moi : ma mère près du fil à linge, mon père luttant contre le courant. Ils essayèrent de toutes leurs forces de me dire à quel point ils avaient été amoureux l'un de l'autre, à quel point la vie avait été belle, que les coyotes existaient vraiment et qu'ils avaient fait partie de leur univers en chantant pour eux le jour de leur mariage".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Colum McCann   Ven 10 Mai 2013 - 18:13

Marko a écrit:
FrançoisG a écrit:
Très belle biographie romancée d'un des plus grands danseurs de tous les temps. Un roman passionnant !

Un très bon souvenir également.

Idem...

Et cela mérite d'être spécifié, j'ai assisté récemment à une conférence sur Noureev et j'ai demandé à la spécialiste Noureev ce qu'elle pensait de cet ouvrage, elle m'a dit qu'il était excellent et très respectueux de la réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi54
Zen littéraire
avatar

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Re: Colum McCann   Ven 10 Mai 2013 - 18:15

coline a écrit:
Marko a écrit:
FrançoisG a écrit:
Très belle biographie romancée d'un des plus grands danseurs de tous les temps. Un roman passionnant !

Un très bon souvenir également.

Idem...

Et cela mérite d'être spécifié, j'ai assisté récemment à une conférence sur Noureev et j'ai demandé à la spécialiste Noureev ce qu'elle pensait de cet ouvrage, elle m'a dit qu'il était excellent et très respectueux de la réalité.

ça tombe bien, je l'ai ramené de la médiathèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Colum McCann   Ven 10 Mai 2013 - 18:34

mimi54 a écrit:

coline a écrit:
Marko a écrit:
FrançoisG a écrit:
Très belle biographie romancée d'un des plus grands danseurs de tous les temps. Un roman passionnant !

Un très bon souvenir également.

Idem...

Et cela mérite d'être spécifié, j'ai assisté récemment à une conférence sur Noureev et j'ai demandé à la spécialiste Noureev ce qu'elle pensait de cet ouvrage, elle m'a dit qu'il était excellent et très respectueux de la réalité.

ça tombe bien, je l'ai ramené de la médiathèque

Cela m'étonnerait que tu sois déçue.

NB:
A l'automne, ouverture au Centre National du Costume de Scène à Moulins de l'espace permanent pour "la collection Noureev". La fondation Noureev a choisi ce lieu pour honorer la mémoire du danseur (costumes, objets, décors, etc...ça va être fabuleux!)
clic
Vous devez donc lire Danseur de Colum Mc Cann! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Colum McCann   Lun 13 Mai 2013 - 9:46

Auteur complètement inconnu avant son élection en mai .... et son Danseur m'a frappé dans l'oeil
Spoiler:
 
Et hop dans la LAL Basketball
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Colum McCann   Sam 10 Aoû 2013 - 7:09


_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi54
Zen littéraire
avatar

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Re: Colum McCann   Sam 10 Aoû 2013 - 7:13

miammiam Je le veux langue pendante langue pendante langue pendante langue pendante langue pendante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Colum McCann   

Revenir en haut Aller en bas
 
Colum McCann
Revenir en haut 
Page 9 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» Pétition pour la vérité sur l'enlèvement de Madeleine McCann

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature irlandaise-
Sauter vers: