Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Jordi Soler [Mexique]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jordi Soler [Mexique]   Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Icon_minitimeJeu 28 Aoû 2014 - 11:59

Je suis très étonnée que ce fil ne comporte qu'une seule page !

Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Jordis10 Les exilés de la mémoire (récit)

Un livre complet.
A la fois récit mémoriel, récit romancé et récit poétique.
Jordi Soler parvient à exprimer tout le spectre littéraire de la recherche d'histoires anciennes à un présent d'investigations. A la fois récit historique et policier, mené comme si le lecteur suivait la piste d'un enquêteur du passé, le roman vaut aussi pour la qualité de son écriture, sa puissance d'évocation et sa structure impeccable.

Le plus inquiétant étant la thèse avancée par le grand-père du narrateur à propos de la guerre civile espagnole, à laquelle il participa du côté des républicains : cette guerre était la guerre de quelqu'un d'autre.
Cette phrase peut être comprise de deux manières différentes (au moins) et laisse un abîme de perplexité à celui qui s'y arrête un instant. Ce qui a été mon cas. Ce qui m'a épouvantée. Car au bout de cette guerre, il y a l'internement dans un camp de concentration (17 mois) sur une plage du sud de la France (laquelle aujourd'hui accueille un nombre impressionnant d'estivants n'ayant aucune idée des épreuves vécues par des hommes vaincus, souvent blessés, malades, voire moribonds). Il y a la fuite d'un train qui ramenait Arcadi dans l'Espagne franquiste, l'enfermement dans une chambre au-dessus d'un garage, la rocambolesque relation avec Luis Rodriguez, ambassadeur du Mexique en France (lequel, si les républicains avaient été des juifs serait aujourd'hui un Juste), et qui permettra à Arcadi au bout de mois passés dans l'angoisse, de quitter la France pour le Mexique, sa jungle et son café.

Ce parcours, qui semble typique de celui vécu par les républicains espagnols exilés au Mexique, est une incroyable aventure et une leçon d'histoire(s) hallucinante. Racontée par un des descendants, cela donne encore plus d'émotions à la violence supportée par ces hommes, ces combattants battus, ces défaits, ces convaincus qui bien souvent ne purent jamais revenir en Espagne (malgré complots foireux et argent dépensé en vain).

Mais pourquoi Arcadi s'est-il engagé dans l'armée républicaine ? Pour suivre son père et son frère ? Par conviction politique ou idéologique ? Par jeunesse, inconscience, immaturité ? Pour quoi ?

Alors quand, à la fin de sa vie, Arcadi déclare que cette guerre était celle de quelqu'un d'autre, il y a de quoi être effrayé et troublé et triste. Parce qu'il a tout perdu, tout reconstruit, tant rêvé alors que finalement il ne sait plus très bien pourquoi il s'est retrouvé là, dans ce conflit, cette guerre civile, qui a conduit à l'exil plus de 500 000 républicains.

Une leçon d'histoire donc (et d'histoires car le livre est truffé d'anecdotes mexicaines toutes très attachantes) et aussi une leçon de philosophie.
Une leçon de vie qui laisse songeur et donne terriblement envie de lire la suite !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jordi Soler [Mexique]   Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Icon_minitimeJeu 28 Aoû 2014 - 12:42

shanidar a écrit:


Mais pourquoi Arcadi s'est-il engagé dans l'armée républicaine ? Pour suivre son père et son frère ? Par conviction politique ou idéologique ? Par jeunesse, inconscience, immaturité ? Pour quoi ?



Je me dis aussi que dans une tourmente pareille, pris dans la violence des événements et de l'action, on se pose peut-être moins de questions; les pourquois viennent après; d’autant plus facilement qu'on est dans le camp des perdants.

Cependant,   le projet qu'élabore Arcadi avec ses amis espagnols réfugiés au Mexique (je ne sais plus si c'est dans le premier ou le deuxième tome et je en le cite pas pour ne pas spoiler) montre que quand même, pour une part , cette guerre était la sienne.

D'une faon générale,je postule que l'homem n'est pas fait pour la guerre, donc aucune guerre ne peut être vraiment sienne.

Tu verras, shanidar, si le Père Noël es clément, que les tomes suivants tout en retrouvant les mêmes personnages, la même ligne directrice, sont un réel renouvellement et non un simple prolongement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jordi Soler [Mexique]   Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Icon_minitimeJeu 28 Aoû 2014 - 16:27

Chouette !

J'ai eu l'impression en lisant Soler, que le complot fomenté contre Franco était surtout une manière pour les exilés au Mexique de pouvoir revenir chez eux, c'est-à-dire dans l'Espagne d'avant Franco. Le seul moyen de réaliser ce fantasme est de tuer celui qui les en empêche (plus que pour des raisons idéologiques... même si évidemment les protagonistes s'offusquent de la politique franquiste et de sa validation par les autres pays et organismes occidentaux). Et c'est justement à l'instant où Arcadi envisage un retour en Espagne qu'il vacille, comprenant que ses enfants et ses petits-enfants sont avant tout désormais des mexicains, comme le démontre d'ailleurs le début du récit. C'est la question de l'étudiant qui rappelle tout à coup à Soler son origine européenne. Cela renvoie forcément à la question de l'assimilation des migrants au sein de leur nouvelle patrie. Je trouve que toute la fin du récit montre extrêmement bien les difficultés et les joies liées à la problématique de l'exilé. Un livre à lire aussi pour ce versant-là de l'Histoire.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jordi Soler [Mexique]   Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Icon_minitimeJeu 28 Aoû 2014 - 16:41

C'est drôle, le héros du livre que je viens de finir (35 morts) dit tout le temps "Chouette"!


Et Jordi Soler vit à Barcelone, maintenant! Mais lui, il a choisi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jordi Soler [Mexique]   Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Icon_minitimeMer 3 Sep 2014 - 0:24

je viens aussi de finir les exilés de la mémoire.

Moi aussi cette phrase " c'était la guerre de quelqu'un d'autre" m'a intriguée, mais arrivée à la fin du livre, je pense que cela voulait dire qu'il n''est plus aujourd' hui le même homme qu'il était quand il s'est engagé, aujourd' hui il sait que le retour en Espagne a été impossible, parce que finalement il ne le désirait plus, parce que trop de temps a passé, trop d'évènements, ses enfant et petits-enfants sont Mexicains.

Quand il est retourné dans sa ville après la mort de Franco, il n'a plus rien reconnu, il ne s'est pas "retrouvé" ce n'était plus lui qui avait fait la guerre.

J'ai été, une nouvelle fois comme dans mes lectures récentes, très triste de connaître l'attitude de la France, des Français envers les Républicains Espagnols, qui se croyaient des réfugiés et finalement étaient bien des prisonniers dans le camp d'Argelès ; et la légèreté avec laquelle cet épisode a été oublié par tous, comme le remarque le poète Jaime Gil de Biedma.

l'Ambassadeur Mexicain a été héroïque ; quelle humanité !

Je me rends compte que mes lectures qui se déroulaient dans les pays d'amérique du sud se rejoignent par l'ambiance, la société, le statut des Indiens ou Indigènes.


Une écriture très chaleureuse, sincère, j'ai lu le récit s'en pouvoir m'en détacher.


j'espère que dans le prochain livre nous connaîtrons le contenu de la grosse valise ?

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jordi Soler [Mexique]   Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Icon_minitimeMer 3 Sep 2014 - 9:19

Héhé, il faut lire la suite:sourire: !

Il n'y a pas que la France à part des individus toute l'Europe a abandonné l'Espagne à Franco
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jordi Soler [Mexique]   Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Icon_minitimeMer 3 Sep 2014 - 10:28

Oui et on voit bien d'ailleurs dans le récit de Soler le désespoir progressif des républicains au fur et à mesure que les Etats reconnaissent l'Espagne de Franco, jusqu'à son entrée à l'O.N.U. De quoi aussi continuer à s'inquiéter pour ce qui se passe pas si loin (Ukraine-Russie...).
Je n'ai pas pu m'empêcher de regretter tout de même un peu que Soler ne parle pas un peu plus de la vie (du déroulement des journées) dans le camp d'Argelès (même s'il y fait largement la place dans son livre) pour pouvoir en faire la comparaison avec ce que dit Koestler du camp du Vernet (auquel il est également fait référence). Je crois que la nuance dans les récits vient du passé politique des deux hommes (Koestler communiste encarté et Arcadi engagé volontaire dans une guerre sans vraiment se reconnaitre dans un parti), du coup l'expression de l'enfermement, la manière de le vivre sont différentes pour les deux hommes. Mais cette nuance aussi apporte encore un peu plus à ce qu'on peut trouver de l'un à l'autre.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jordi Soler [Mexique]   Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Icon_minitimeMer 3 Sep 2014 - 15:04

oui bien sur l'amérique a été l'un des pays à "normaliser" le régime franquiste, mais bon comme je suis française je me sens touchée par l'attitude de mon pays.

Nous voyons aussi le profit que les USA font par l'Alliance .... (je n'ai pas le livre sous les yeux) que dénonce celui qui s'appelle Doménech  (faut pas le rencontrer au coin d'un bois celui ci)

Soler a bien su doser la réalité et la fiction.

J'aurais aimé connaître le sentiment de Luis Rodriguez quand il a reçu l'information que la France, donc en 41 sous le gouvernement de Vichy, l' "honorait"   ?? lui qui avait justement rencontré Pétain !!!!!

oui Topocl à mon prochain passage j'emprunte la suite à la médiathèque.

Bien sur que le récit de Koestler au camp de Vernet était plus détaillé, mais cela me parait normal puisque ce n'est pas Jordi Soler qui a subi le camp d'Argelès, il n' a pu qu'imaginer, mais n'a pas senti dans son corps.

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jordi Soler [Mexique]   Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Icon_minitimeMer 3 Sep 2014 - 15:48

C'est dans lequel de Koestler?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jordi Soler [Mexique]   Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Icon_minitimeMer 3 Sep 2014 - 21:03

le camp du Vernet c'est dans "la lie de la terre"


je reviens à Soler,  quand Arcadi décrit et voit les chevaux morts, premièrement sur la place et surtout sur la plage j'ai pensé au tableau de Guernica !

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jordi Soler [Mexique]   Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Icon_minitimeJeu 4 Sep 2014 - 9:58

Et encore une histoire de canasson !!

Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Picass10

et en détail :

Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Cheval10

Je ne pensais pas que cette toile (vue à Madrid) me ferait un tel effet. Je ne pensais pas que je resterais aussi longtemps, d'abord saisie puis attentive aux nombreux détails de ce champ de bataille. Qui dit tant de l'horreur. Le blanc, le gris, le noir et cette gueule ouverte sur la mort...

Je n'avais pas fait le rapprochement mais il est très juste Bédoulène d'évoquer cette peinture affreusement fascinante.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jordi Soler [Mexique]   Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Icon_minitimeJeu 4 Sep 2014 - 21:00

merci Shanidar !

j'espère que j'aimerai autant la suite.

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jordi Soler [Mexique]   Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Icon_minitimeDim 16 Nov 2014 - 17:41

La dernière heure du dernier jour

le deuxième livre de la trilogie est un retour de l'un des petits-fils d'Arcadi le républicain Espagnol qui a du s'exiler au Mexique après la défaite durant la guerre civile.

Invité par sa mère Laia à intervenir pour la terre de la Portuguesa et parce qu'il souhaite aussi se faire soigner par la chamane dont il connait les dons, le narrateur s'envole de Barcelone pour le Mexique.

Quand il ne retrouve pas sur la terre où il est né, l'enfant qu'il a été,  lui qui a émigré à l'âge adulte en Espagne, devient un étranger et par là un exilé. La Nature a repris la liberté que pendant des décennies la famille de la Portuguesa avait contrôlée.

Il se rend compte que les rapports entre les Espagnols et les indigènes n'ont au fond, jamais été ce qu'ils lui paraissaient enfant et ils ne le sont pas plus aujourd'hui, les indigènes ont été des serviteurs, même traités correctement, et les Espagnols les "maîtres".

Se rendant compte qu'il n'est pas chez lui, ici, à la Portuguesa dévorée par la forêt, qu'il n'y a de trace de ses pas que dans ses souvenirs, lesquels ont ressurgis indisciplinés pour confirmer le drame familial qui avait annoncé l'effondrement  des hommes et la maison il se sauve dans le véhicule de location.

Dans cette confrontation à  l' univers sauvage le toucher  de son Ipod totem moderne le rassure.

Le seul élément qui ait mis du baume à son coeur est le drapeau républicain de Bages, le survivant des Républicains Espagnols exilés ; drapeau relique qui a subit l'outrage des ans mais palpite encore au gré du vent.

C'est toujours un plaisir de lire Soler, j'attends donc avec impatience le 3ème Tome  

Topocl, je ne connais toujours pas le contenu de la grande valise intense reflexion

Extraits :

"Je me dis que l'exil est bien plus que de ne pas être à l'endroit où on est né, et que c'est bien plus que de ne pas pouvoir y retourner : c'est ne pas y revenir, même si on y revient."

"...nos deux tribus traînaient un royaume perdu, alors que ce qu'il fallait, la seule solution possible, c'était de le perdre vraiment."

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jordi Soler [Mexique]   Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Icon_minitimeDim 16 Nov 2014 - 19:02

La fête de l’Ours

Dans ce récit aussi il s’agit d’un exil, celui d’Oriol le frère du grand-père du narrateur , laissé sur la plage d’Argelès car blessé par son frère Arcadi.
Oriol n’ayant jamais rejoint le reste de la famille au Mexique, n’ étant pas retourné en Espagne, son frère lui a choisi un destin que toute la famille a accepté comme vrai.

Mais quelques années plus tard la lettre d’un Républicain Espagnol ayant réussi à passer en France porte la mort d’Oriol dans les Pyrenées, à la connaissance d’Arcadi, qui refuse de le croire.

Alors que le narrateur habite à Barcelone depuis plusieurs années, une photo et un billet remis par une vieille femme dont l’apparence dégoutante le rebute, éveille son intérêt : sur cette photo sont son grand-père Arcadi et ses deux fils. Le billet dit qu’oriol n’est pas mort dans les Pyrénées et donne le nom et l’adresse de la personne ayant écrit ce mot.

Commence alors pour le narrateur, une véritable enquête pour reconstituer le destin de son grand-oncle Oriol : est-il devenu musicien comme le pensait Arcadi ? qu’a-t-il pu advenir de lui qu’il n’ait pu contacter les membres de sa famille, sa femme demeurée en Espagne avec leurs enfants ?
De sa première rencontre avec le vieux Novembre, un géant cet homme, le narrateur apprend avec étonnement qu’Oriol a été sauvé des cruelles Pyrénées enneigées par lui-même, mais qu’une femme du voisinage, une de ces soignantes à qui les montagnards s’adressent, a dû l’amputer d’une jambe sa blessure étant gangrenée.

Au fur et à mesure surgissent des rumeurs, des pistes, des tiroirs, des dossiers, des vérités qui vont conduire le narrateur dans un passé qui bouleversera sa vie , son entendement .

Le récit est constitué de personnages qui pourraient appartenir à un conte : un géant, une « sorcière », un boiteux et des innocents. Mais pour le narrateur c’est un cauchemar et le réveil n’apporte pas de soulagement.

La rencontre du narrateur avec la « bête humaine » Oriol est intelligemment liée avec celle de
l’ ours légendaire.

Le lien familial s’il est blessé, n’est pas rompu, il me semble, dans les derniers gestes, on peut imaginer d’autres rencontres du narrateur avec Oriol.

Une lecture qui remue, qui questionne!

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jordi Soler [Mexique]   Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Icon_minitimeLun 17 Nov 2014 - 8:48

Et bien je vois que tu n'as pas trainé pour le troisième.

Pour la valise, je ne sais plus , j'ai déjà oublié honte . On ne sait pas finalement?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Jordi Soler [Mexique]   Jordi Soler [Mexique] - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Jordi Soler [Mexique]
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Camerone au Mexique
» Pêche du bonnefish sur les flats au Mexique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature d'Amérique Centrale (et Antilles)-
Sauter vers: