Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 Guillermo Cabrera Infante [Cuba]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Guillermo Cabrera Infante [Cuba] Empty
MessageSujet: Guillermo Cabrera Infante [Cuba]   Guillermo Cabrera Infante [Cuba] EmptyMer 27 Oct 2010 - 18:55

Guillermo Cabrera Infante (1929-2005)




Guillermo Cabrera Infante [Cuba] Infant10


Né à Gibraro (province d’Oriente), vient avec sa famille à 12 ans à la Havane. Ses parents sont des militants communistes. Il étudie le journalisme, et très tôt exerce divers métiers et écrit. Passionné de cinéma, il écrit de nombreuses critiques de cinéma, et fonde en 1951 la cinémathèque de Cuba, qu’il préside jusqu’à 1956 et sa fermeture par Batista.

En 1959, au moment de la révolution, il fonde la revue littéraire Lunes de la Revolution, qui sera interdite en 1961. Nommé conseiller culturel à Bruxelles en 1962, il rompt avec le régime castriste en 1965, et s’installe à Londres. Il publie de nombreux livres et des écrits anti-castristes dans les années qui suivent. Il est également traducteur, en particulier de Joyce et de Lewis Carroll en espagnol. Il a reçu en 1971 le prix Cervantes pour l’ensemble de son œuvre.

Il est mort à Londres le 21 février 2005 des suites d’une septicémie.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Guillermo Cabrera Infante [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Guillermo Cabrera Infante [Cuba]   Guillermo Cabrera Infante [Cuba] EmptyMer 27 Oct 2010 - 18:58

La Havane pour un Infante défunt



Nous suivons Guillermo Cabrera Infante, à partir de son arrivée à la Havane, dans sa vie et ses pérégrinations dans la capitale cubaine. Ou plus exactement nous le suivons dans ses activités érotiques, tous les autres aspects de sa vie n’étant qu’entreperçues au second plan, uniquement si elles sont nécessaires pour comprendre le seul sujet de son roman. Nous suivons donc le jeune (son arrivée à la Havane marque pour lui son entrée dans l’adolescence), puis de moins en moins jeune, Guillermo, tout d’abord dans sa découverte de sa sexualité, filles, femmes entrevues dans la promiscuité d’un solar havanais, les attouchements divers inévitables dans ce genre d’endroits, puis sa fréquentation de cinémas, dans le but semble-t-il de se livrer à une chasse en règle aux femmes, chasse qui se borne surtout à des frôlements et harcèlements sur ses voisines féminines. On se demande même comment il a pu écrire des critiques de cinéma, ou fonder la cinémathèque, compte tenu de ses activités dans les salles obscures, il paraît impossible qu’il ait pu y voir vraiment un seul film. Et enfin, après tous ces longs préliminaires, nous suivons notre héros dans de véritables activités sexuelles, qu’il réussit enfin à vivre, après de très très longs tâtonnements. Perdre « son pucelage » lui prend beaucoup plus de temps qu’à une jeune fille sortant du couvent.

J’ai failli abandonner entre la 100eme et la 200eme page. Parce que le début n’est qu’un long catalogue, répétitif, de petites expériences finalement fort monotones, et assez semblables. Les habitants du solar étaient nombreux, et déménageaient vite. Les petites filles, filles ou femmes qui intéressent notre personnage sont donc légion, et chacune a droit à ses deux ou trois pages, partant d’une description physique suivie de ce qui la relit au niveau érotique à notre jeune personnage. Cela tourne au catalogue, et à mon goût devient vite fastidieux. De même en ce qui concerne les aventures dans les cinémas. Je n’ai tenu que grâce à l’écriture, et à quelques scènes drôles, qui parlaient aussi incidemment d’autre chose. Ce n’était pas désagréable ni vraiment inintéressant, mais je ne voyais pas lire 600 pages s’il n’y avait que cela.

Heureusement, avec (enfin, il était temps) l’entrée dans la vraie sexualité, le livres s’attarde d’avantage sur les personnes, les femmes ne sont plus rien que des silhouettes, des profils entrevus dans des salles obscures, mais des personnes de chair et de sang, Et notre héros prend aussi de l’épaisseur, de la consistance, en même temps que les femmes qu’il rencontre.

Cabrara Infante a incontestablement un style à lui, simple en apparence, mais son ingénuité apparente est une ruse, pour mieux attirer son lecteur dans un univers plus complexe qu’il n’y paraît. Et l’humour est toujours présent, et s’exerce en premier lieu vis-à-vis du personnage-auteur, pas tendre pour lui-même, s’il n’est pas non plus tendre pour les autres. Et cela fait passer pas mal de choses, le machisme du héros avant tout, qui sans ce second degré permanent pourrait sembler insupportable par moments. Petit, laid, myope, souffrant de dents en permanence, on ne peut pas dire qu’il nous donne un portrait flatteur de lui-même, ce qui rend plus acceptable sa façon de détailler les physiques féminins, sans faire de cadeaux. A ses chasses aux femmes dans les cinémas, répondent les avances homosexuelles qu’il subit à certains moments, qui de chasseur le rendent proie, et sa façon de s’en offusquer, est assez comique. Et fait passer quelques adjectifs comme « dégénérés » qu’il emploie vis-à-vis des homosexuels, dont on se dit vu, ce qui précède, qu’il doit y avoir du second degré là-dedans. La scène la plus hilarante pour moi a été celle dans laquelle dans un transport érotique inédit, il plante ses dents dans le dos d’une femme qui l’accompagne au cinéma. Et s’y casse son dentier. Ce qui l’oblige de quitter de suite les lieux et l’empêche de revoir son éventuelle conquête, après avoir perdu la face à ce point-là.

Et sur la fin du roman, des notes plus graves et plus mélancoliques font leur, apparition, laissant supposer que certaines attitudes ne sont qu’un masque, que cette frénétiques chasse aux femmes n’est qu’une grande fuite en avant, le dernier chapître, drôle en apparence me semble très révélateur.

Un livre incontestablement très masculin, parfois agaçant, avec pas mal de facilités, mais aussi avec de réelles qualités, qui font que je suis contente d’avoir persisté dans cette lecture, qui j’ai été à deux doigts d’abandonner. L’auteur a un incontestable talent, et des choses à dire, même s’il se situe très loin de mon univers. Une vraie découverte.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Guillermo Cabrera Infante [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Guillermo Cabrera Infante [Cuba]   Guillermo Cabrera Infante [Cuba] EmptyMer 27 Oct 2010 - 19:32

Merci pour ce fil
cet auteur me restera toujours en bonne mémoire avec son livre Trois tigres tristes, un roman qui demande un travail extraordinaire de concentration.. mais qui récompense énormément Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Guillermo Cabrera Infante [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Guillermo Cabrera Infante [Cuba]   Guillermo Cabrera Infante [Cuba] EmptyMer 27 Oct 2010 - 19:48

Ca m'intéresse ce que tu dis Kenavo. Peut être quelques précisions sur Trois tigres tristes ? innocent

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Guillermo Cabrera Infante [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Guillermo Cabrera Infante [Cuba]   Guillermo Cabrera Infante [Cuba] EmptyMer 27 Oct 2010 - 19:50

kenavo a écrit:
Merci pour ce fil
cet auteur me restera toujours en bonne mémoire avec son livre Trois tigres tristes, un roman qui demande un travail extraordinaire de concentration.. mais qui récompense énormément Very Happy
Oui, j'avais lu (à l'occasion de la mort de l'écrivain) que son meilleur livre, c'était les Trois Tigres Tristes.
Parce que, là, ce que tu écris sur La Havane, je ne vais pas forcement me précipiter, Arabella. Mais je le lirai quand même, très certainement.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.plathey.net
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Guillermo Cabrera Infante [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Guillermo Cabrera Infante [Cuba]   Guillermo Cabrera Infante [Cuba] EmptyMer 27 Oct 2010 - 20:05

Arabella a écrit:
Ca m'intéresse ce que tu dis Kenavo. Peut être quelques précisions sur Trois tigres tristes ? innocent
houlà.. bon, c'est un de ces romans qui ne se raconte pas.. où non sans donner l'impression que c'est un grand pêle-mêle..
dont je me rappelle: situé dans les années 50, avant la révolution. Il montre le côté 'parc d'amusement de l'Amérique' de la Havanne
il donne la parole surtout à 4 protagonistes et cela commence dans un club de nuit.. après les différents mouvements du roman s'entrecoupent et se mélangent à vraiment un peu perdre le fil rouge.. mais il prend tellement du plaisir de jouer surtout côté écriture (cela doit être un bijou en espagnol, je l'ai lu en allemand) et ramène le lecteur quand même de main sûre à travers cette jungle.. on ressort enthousiaste (ou agaçé Wink )

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Guillermo Cabrera Infante [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Guillermo Cabrera Infante [Cuba]   Guillermo Cabrera Infante [Cuba] EmptyMer 27 Oct 2010 - 20:21

Merci Kenavo, cela donne une idée. Je note.

eXPie, franchement je ne peux pas dire si tu vas aimer ou pas. Il y a quand même tout cet humour, et l'écriture. Le livre n'arrête pas d'être de plus en plus intéressant à mon avis, c'est le début que je trouve le plus fastidieux. Peut être que tu accrocherais plus vite que moi.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
fredgri
Espoir postal
fredgri

Messages : 25
Inscription le : 09/02/2011
Localisation : Dijon

Guillermo Cabrera Infante [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Guillermo Cabrera Infante [Cuba]   Guillermo Cabrera Infante [Cuba] EmptyMer 9 Fév 2011 - 22:33

Trois Tristes Tigres c'est une sorte de long travelling qui suit plusieurs personnages pendant leurs vies nocturnes à Cuba. On écoute leur pensées, on suit leur regard. C'est une écriture réellement très vivante, qui rebondit, s'attarde et se précipite. Un bonheur. Chaque chapitre donne l'impression de pouvoir être lu indépendamment, mais en fait ils constituent une seule et immense histoire constellée d'une pleïade d'autres petites histoires qui nous renvoient vers le passé, vers ces rumeurs qui circulent, qui enflent, ou l'on reconnait un nom, "tu te souviens de..." "oui, il jouait dans ce bar" etc.
Les personnages sont Silvestre l'écrivain, Arsénio Cué l'acteur a la voix charmeuse, Codac le photographe et Eribo le joueur de bongo.

C'est vrai que c'est assez dur à résumer tant la lecture est entière et excitante !
Revenir en haut Aller en bas
http://fredgrigri.blogspot.com/
Chamaco
Zen littéraire
Chamaco

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 73
Localisation : là haut, vers Aix...

Guillermo Cabrera Infante [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Guillermo Cabrera Infante [Cuba]   Guillermo Cabrera Infante [Cuba] EmptyDim 7 Sep 2014 - 8:09

je ne connaissais cet auteur que de nom, mais vos commentaires m'incitent à aller plus loin. Merci Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://aaronguide.com/
Chamaco
Zen littéraire
Chamaco

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 73
Localisation : là haut, vers Aix...

Guillermo Cabrera Infante [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Guillermo Cabrera Infante [Cuba]   Guillermo Cabrera Infante [Cuba] EmptyMer 27 Avr 2016 - 13:06

je vais essayer de me procurer "trois tristes tigres"...
Revenir en haut Aller en bas
http://aaronguide.com/
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Guillermo Cabrera Infante [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Guillermo Cabrera Infante [Cuba]   Guillermo Cabrera Infante [Cuba] EmptyJeu 28 Avr 2016 - 10:18

Très bonne idée de faire remonter ce fil, Chamaco. Je suis aussi intéressée...

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Chamaco
Zen littéraire
Chamaco

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 73
Localisation : là haut, vers Aix...

Guillermo Cabrera Infante [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Guillermo Cabrera Infante [Cuba]   Guillermo Cabrera Infante [Cuba] EmptyJeu 28 Avr 2016 - 15:38

si je ne suis pas tout seul je le commande demain chez mon libraire Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://aaronguide.com/
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Guillermo Cabrera Infante [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Guillermo Cabrera Infante [Cuba]   Guillermo Cabrera Infante [Cuba] EmptyJeu 28 Avr 2016 - 17:28

ma médiathèque ne dispose que de : coupable d'avoir dansé le cha-cha-cha : nouvelles

La Havane pour un infante défunt (603 pages)

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Chamaco
Zen littéraire
Chamaco

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 73
Localisation : là haut, vers Aix...

Guillermo Cabrera Infante [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Guillermo Cabrera Infante [Cuba]   Guillermo Cabrera Infante [Cuba] EmptyJeu 28 Avr 2016 - 18:00

Bédoulène a écrit:
ma médiathèque ne dispose que de :  coupable d'avoir dansé le cha-cha-cha : nouvelles

                                                       La Havane pour un infante défunt   (603 pages)

le deuxieme pour une ode à La Havane..?
Revenir en haut Aller en bas
http://aaronguide.com/
Chamaco
Zen littéraire
Chamaco

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 73
Localisation : là haut, vers Aix...

Guillermo Cabrera Infante [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Guillermo Cabrera Infante [Cuba]   Guillermo Cabrera Infante [Cuba] EmptyJeu 12 Mai 2016 - 20:26

Trois tristes tigres :

Guillermo Cabrera Infante [Cuba] Cvt_tr10
le mot de l'éditeur
Somme culturelle qui rassemble tous les types urbains de La Havane nocturne et dépravée, ce livre est avant tout le roman du langage. Les trois tigres des Tropiques pas si tristes sont, en fait, quatre comme nos Mousquetaires : Silvestre l'écrivain, Arsenio Cué l'acteur, Códac le photographe et Eribó le joueur de bongo, qui gravitent autour d'un personnage emblématique, Bustrófedon - que l'on ne perçoit pratiquement que comme une voix. Tous ces personnages évoluent dans le même monde : La Havane d'avant la Révolution, métropole nocturne, monde trouble, humide, torride, déliquescent, clos sur lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
http://aaronguide.com/
Contenu sponsorisé




Guillermo Cabrera Infante [Cuba] Empty
MessageSujet: Re: Guillermo Cabrera Infante [Cuba]   Guillermo Cabrera Infante [Cuba] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Guillermo Cabrera Infante [Cuba]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» vw à Cuba

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature d'Amérique Centrale (et Antilles)-
Sauter vers: