Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 René Guy Cadou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: René Guy Cadou    Dim 15 Jan 2012 - 22:43

René Guy Cadou (1920-1951)


Citation :
René Guy Cadou naît le 15 février 1920 à Sainte-Reine de Bretagne, dans la Loire-Atlantique. En 1936, Cadou fait la rencontre de Michel Manoll, qui l'introduit dans les milieux poétiques et lui fait connaître notamment Max Jacob et Pierre Reverdy. La première publication ne tardera guère : Brancardiers de l'Aube, en 1937, et ce seront désormais des années de poésie ardente, où l'ivresse de la création viendra se heurter à de nouvelles épreuves : la mort du père, la guerre, la débâcle. Mobilisé en juin 40, Cadou échoue dans la retraite, à Navarrenx puis à Oloron-Ste-Marie où, malade, il est hospitalisé. Réformé le 23 octobre, il regagne la région nantaise où le hasard de ses nominations en tant qu'instituteur suppléant le conduit aux quatre coins du département.
Cadou eut, semble-t-il, toujours le pressentiment qu'il quitterait le monde prématurément :

Je ne ferai jamais que
quelques pas sur cette terre


Autour de René Guy Cadou et de Jean Bouhier, père-fondateur de l'Ecole de Rochefort, se retrouvaient de jeunes poètes proclamant l'amour de la vie, l'espoir et la liberté au moment où la mort et l'esclavage régnaient. Le jour le plus important de la courte vie de René Guy Cadou fut sans doute le 17 juin 1943, jour où il rencontre une jeune fille de Nantes, Hélène Laurent, qu'il devait épouser en 1946 et qu'il célébra dans "Hélène ou le règne végétal".
Nommé à Louisfert en octobre 1945, Cadou s'y installe et mène avec les gens du village, la vie simple du maître d'école en sabots et pélerine; et c'est la kyrielle des copains, "Les Amis de haut bord" qui, la classe terminée viennent saluer le poète.
Mais bientôt la maladie va faire son oeuvre inéluctable : interventions chirurgicales en janvier et mai 1950 suivies d'une période de rémission qui ne durera que le temps d'un été.

Quelques jours après avoir signé " Les Biens de ce Monde ", René Guy Cadou meurt dans la nuit du 20 mars 1951, entouré d'Hélène et de Jean Rousselot qui était venu le voir par hasard.

Il dit à ceux qu'il aime : "Continuez. Le temps qui m'est donné que l'amour le prolonge."

Pierre Raisonnier



Oeuvres :


Poésie

Spoiler:
 



Prose :

Spoiler:
 






Son ami Pierre Seghers lui rendit hommage par ce poème :



A René Guy Cadou



Si
La mort
Vient un soir
De plus grand vent
Déchirant les arbres
Si les fleuves du ciel
S'écaillent passé l'automne
Si le bonhomme sous les feuilles
Avec la neige fond et s'enfonce
Dans le pays des sèves et des mots
Ah! si tout s'en va dans les campagnes
Un soir comme les autres, si
Les vieux voisins t'accompagnent
Rêver avec les tiens
Parmi leurs travaux
De tous les jours
Si la cloche
Pour toi
Sonne

Il faudra dire que tout est bien

Non, ce n'est rien, tout ne fut pas vain, tu accompagnes
Les songes du berger quand il paît son troupeau
Les vieilles femmes parleront de toi dans les veillées
Et d'autres te liront et sauront à vingt ans
Tes vers. Tu les diras avec leurs voix qui chantent
Dans l'aubier de leur coeur secret. Non, ce n'est rien
Tu ne te lèveras plus la nuit pour écrire
Mais ton visage que tu regardais changer
Demeurera pour eux entre l'école et le clocher


Si
Le temps
Te reprend
Tout comme avant
Si le vent qui passe
apporte avec ton nom
L'odeur des bois, de la chasse
Si le soleil et si les lys
Compagnons de ton plus grand voyage
Reviennent, si les feux reviennent, si
Un seul mot de toi suffit pour voir
Ta lampe s'allumer le soir
Si un visage qui brûle
D'un impossible espoir
Te retrouve enfin
Alors tout est
A nouveau
Pour toi
Bien

Je te le disais :
Il faut toujours dire que tout est bien


(in Le coeur volant)


Dernière édition par Constance le Dim 15 Jan 2012 - 23:11, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: René Guy Cadou    Dim 15 Jan 2012 - 22:45


Je m’évade
Sous les coquilles rompues du soir
Avec mon sac d’étoiles dans ma poche,
Ma fronde à tuer les heures
Et mon sifflet de merisier,
En échange de quelques larmes
De quelques morsures sous le sein
- Que je comptai à ma jeunesse -
Une nuit vierge de sang.
Tout est là dans cette tendresse de feuilles


(Extrait de "Forges du vent", in Comme un oiseau dans la tête / NRF/Poésie/Gallimard)





Ainsi la part est faite
Je te laisse les hommes
Des visages défaits
Aux croisées de l'amour
Moi je garde la mer
Et mes châteaux de sable
Et mes larmes du premier jour


(Extrait de "Forges du vent", in Comme un oiseau dans la tête / NRF/Poésie/Gallimard)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire
avatar

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 45
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: René Guy Cadou    Dim 15 Jan 2012 - 23:13

Je passe en coup de vent sur ton fil :




Citation :
Je parle à travers l'épaisseur des mains qui tombent sur ma bouche, je parle pour communiquer la fraîcheur, pour retrouver sous la pierre les grands lézards du rêve, pour que la fleur soit l'ombre même de l'homme sur la terre, je m'en tiens à une possession sourde. »

Propos de René Guy Cadou, pioché je ne sais où, que j'ai marqué dans un cahier il y a bien longtemps.

Citation :
La nuit ! La nuit surtout je ne rêve pas je vois
J'entends je marche au bord du trou
J'entends gronder

Ce sont les pierres qui se détachent des années
La nuit nul ne prend garde
C'est tout un pan de l'avenir qui se lézarde
Et rien ne vivra plus en moi
Comme un moulin qui tourne à vide
L'éternité
De grandes belles filles qui ne sont pas nées
Se donneront pour rien dans les bois
Des hommes que je ne connaîtrai jamais
Battront les cartes sous la lampe un soir de gel
Qu'est-ce que j'aurai gagné à être éternel?
Les lunes et les siècles passeront
Un million d'années ce n'est rien
Mais ne plus avoir ce tremblement de la main
Qui se dispose à cueillir des oeufs dans la haie
Plus d'envie plus d'orgueil tout l'être satisfait
Et toujours la même heure imbécile à la montre
Plus de départs à jeun pour d'obscures rencontres
Je me dresse comme un ressort tout neuf dans mon lit
Je suis debout dans la nuit noire et je m'agrippe
A des lampions à des fantômes pas solides
Où la lucarne ? Je veux fuir ! Où l'écoutille ?
Et je m'attache à cette étoile qui scintille
Comme un silex en pointe dans le flanc
Ivrogne de la vie qui conjugue au présent
Le liseron du jour et le fer de la grille



René-Guy CADOU

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: René Guy Cadou    Dim 15 Jan 2012 - 23:27

Merci à toi d'enrichir ce fil dont je ne suis certes pas propriétaire, Steven. content

Le poème que tu as placé est extrait de "Le diable et son train". sourire

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: René Guy Cadou    Lun 16 Jan 2012 - 11:20



Je crois en toi
Visage parmi les pierres veinées de soie
Le plus seul avec son courage
Le plus seul près de la terre
Sous sa taie de soleil
Tu glisses avec les algues de douceur
Entre les rameaux blancs les mains
L'humus découvert des saisons
Tu portes sur le front le tatouage des tempêtes
Les stigmates du fleuve
Derrière toi il y a tout un passé qui s'ouvre
Une enfance incertaine
Des pas inachevés
Le meilleur de toi-même que tu croyais perdu


(in Retour de flamme)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: René Guy Cadou    Mar 17 Jan 2012 - 10:37



Lettre à des amis perdus


Vous étiez là je vous tenais
Comme un miroir entre mes mains
La vague et le soleil de juin
Ont englouti votre visage

Chaque jour je vous ai écrit
Je vous ai fait porter mes pages
Par des ramiers par des enfants
Mais aucun d'eux n'est revenu
Je continue à vous écrire

Tout le mois d'août s'est bien passé
Malgré les obus et les roses
Et j'ai traduit diverses choses
En langue bleue que vous savez

Maintenant j'ai peur de l'automne
Et des soirées d'hiver sans vous
Viendrez-vous pas au rendez-vous
Que cet ami perdu vous donne
En son pays du temps des loups

Venez donc car je vous appelle
Avec tous les mots d'autrefois
Sous mon épaule il fait bien froid
Et j'ai des trous noirs dans les ailes


(Extrait de Pleine poitrine, A Max Jacob assassiné)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: René Guy Cadou    Jeu 19 Jan 2012 - 14:18



Appel lointain des feux
Tu nais de mes veines, de ta voix,
De tout le mal que vous m'avez fait.
C'est à la force des poignets
Que je gagne le crépuscule
Sans hâte de peur de briser
Le seul appui qui me reste
Une échelle de soie amarrée au soleil.


(Extrait de "Brancardiers de l'aube")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassiopée
Main aguerrie
avatar

Messages : 347
Inscription le : 28/07/2011
Localisation : France

MessageSujet: Re: René Guy Cadou    Jeu 19 Jan 2012 - 22:18

Souvent donné aux élèves à la rentrée....

Rentrée des classes

Odeur des pluies de mon enfance,
Derniers soleils de la saison !
À sept ans, comme il faisait bon,
Après d'ennuyeuses vacances
Se retrouver dans sa maison !La vieille classe de mon père,
Pleine de guêpes écrasées
Sentait l'encre, le bois, la craie
Et ces merveilleuses poussières
Amassées par tout un été !
Ô temps charmants des brumes douces,
Des gibiers, des longs vols d'oiseaux,
Le vent souffle sous le préau,
Mais je tiens entre paume et pouce
Une rouge pomme à couteau !

René-Guy Cadou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: René Guy Cadou    Ven 20 Jan 2012 - 0:25

encore un poète qui me "parle" !

merci Constance de ce fil, merci à Steven et Cassiopée

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: René Guy Cadou    Ven 20 Jan 2012 - 16:11

Effectivement, Cassiopée, René Guy Cadou partage ce privilège avec Verlaine et son poème "Il pleure dans mon coeur".


La poésie de Cadou est miraculeuse de simplicité et pourtant si belle, Bédoulène.






Les oiseaux ont emporté les arbres
Le vent debout arrête ce qui part
Il y a quelque part
La mèche vendue du soleil
Mais l'oreille est pleine d'abeilles
Et la tête tourne


Je n'ai plus rien à moi
Que ma vie sur les bras
Un coeur qui n'a pas son pareil


(Extrait de "Retour de flamme")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
IzaBzh
Agilité postale
avatar

Messages : 932
Inscription le : 19/05/2010
Age : 52
Localisation : Bourgogne/Paris

MessageSujet: Re: René Guy Cadou    Sam 21 Jan 2012 - 9:52

C'est ma prof de français à l'époque qui m'avait fait découvrir René-Guy Cadou avec Hélène ou le règne végétal, il faudrait vraiment que je remette le nez dans un bouquin de cet auteur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avel-iza.blogspot.com
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: René Guy Cadou    Sam 21 Jan 2012 - 11:29

IzaBzh. sourire






Chambre de la douleur


La porte est bien fermée
Une goutte de sang reste encor sur la clé

Tu n'es plus là mon père
Tu n'es pas revenu de ce côté-ci de la terre
Depuis quatre ans
Et dans la chambre je t'attends
Pour remailler les filets bleus de la lumière

La première année j'eus bien froid
Bien du mal à porter la croix
Et j'usai mes belles mains blanches
A raboter mes propres planches
Déjà prêt à partir sans toi

Puis ce fut le printemps la pâque
Je te trouvai au fond de chaque
Sillon dans chaque grain de blé
Et dans la fleur ouverte aux flaques
Impitoyables de l'été

Jamais plus les oiseaux n'entreront dans la chambre
Ni le feu
Ni l'épaule admirable du soir
Et l'amour sera fait d'autres mains
D'autres lampes
Ô mon père
Afin que nous puissions nous voir.



(Extrait de "Hélène ou le Règne Végétal")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: René Guy Cadou    Dim 22 Jan 2012 - 11:31


Dérive



Je n'ouvrirai pas la porte d'écume
Qui scelle les creux bariolés de la mer
Ni les dunes bourdonnantes
Le soleil navigue dans les ramures méduse perdue
Une main se tapit dans l'ombre de mon bras
Ma voix frôle des voix têtues
C'est l'écorce de l'eau qui m'emprisonne
Toutes ses clés rouillées qui ferment ma gorge
Tous ses goémons sur le coeur
Pour me sauver
Je retranche mon enfance de ma vie
Mes premiers pas brodés d'herbe
Mes jeux dociles
Je vis avec lenteur


(Extrait de "Retour de flamme", in Comme un oiseau dans la tête/NRF/Poésie/Gallimard)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: René Guy Cadou    Lun 23 Jan 2012 - 10:59



Homme ne vois-tu rien venir ?
Chaque jour
Je m'attends à quelque coup d'éclat
Je suis tout feu tout flamme
On peut compter sur moi
Mais l'horizon n'avance pas
Ce sont toujours les mêmes visages
Le même paysage
Le même cri d'un homme qui s'ennuie.


(Extrait de "Retour de flamme")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: René Guy Cadou    Mar 24 Jan 2012 - 10:31



La petite mousse thermogène du soleil
Colle à ma poitrine
Les arbres les plus grands sont à ma hauteur
Je regarde et je vois
Que je suis debout sur le toit
Que le ciel n'est pas si haut
Pour celui qui connaît ses mesures
Les oiseaux sont bien au-dessous de moi
Avec leurs pauvres ailes


(Extrait de "Retour de flamme")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: René Guy Cadou    

Revenir en haut Aller en bas
 
René Guy Cadou
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Havre - Avenue René Coty
» René Alexis
» STAR ACADÉMIE 2012 - René Angélil de retour à l’Académie
» Décés de René Lepelley.
» René Lacoste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: