Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Le côté obscur de la Littérature

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Heyoka
Zen littéraire
avatar

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 29
Localisation : Suède

MessageSujet: Le côté obscur de la Littérature   Ven 19 Avr 2013 - 17:06

Pour la petite histoire :

Je me suis rendu compte que quasiment TOUS les livres qui m'attirent, que j'ai lu ou qui m'attendent sont des livres relativement tristes ou sombres. Ça m'interpelle. J'envisage carrément d'orienter délibérément mes lectures vers des sujets plus joyeux parce que j'ai l'impression que ces lectures me travaillent et réveillent même de petites angoisses.


Mes interrogations sont les suivantes :

Avez-vous la même tendance ?

Est-ce un goût qui m'est propre ou la littérature en général est-elle ténébreuse ?

Les écrivains transmettent-ils systématiquement leurs propres angoisses ?

Et surtout : auriez-vous des lectures/auteurs optimistes et guillerets à conseiller ?


Ma petite tête tourneboulée vous remercie par avance dentsblanches

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»


Dernière édition par Kannskia le Lun 22 Avr 2013 - 11:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Le côté obscur de la Littérature   Ven 19 Avr 2013 - 19:54

Les hommes heureux n' ont pas de chemise ! Ni d' histoire ! Les grands romans sont presque fatalement noirs, sombres, dramatiques. Proust ajoutait que les auteurs souffrants écrivaient de meilleurs livres que ceux qui étaient en bonne santé...

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Le côté obscur de la Littérature   Ven 19 Avr 2013 - 19:54

Bix a raison.

La "littérature qui vaut le coup" traite souvent de sujets sombres, non ? Et pour se divertir, beaucoup de gens lisent des polars, des thrillers, ce qui n'est pas non plus joyeux...

Je crois qu'on avait déjà eu un fil quelque part (ou un bout de fil ?) sur les livres drôles ou humoristiques (de mémoire, quelques auteurs qui pourraient correspondre : Saki, Jerome K. Jerome, Evelyn Waugh...). Mais l'humour, c'est tellement personnel... ce qui amusera quelqu'un en fera bâiller un autre.

Wilt, de Tom Sharpe (voir fil ici), par exemple, m'avait beaucoup amusé (éclater de rire dans le métro, ça n'est pas discret)... mais on peut aussi trouver ça très vulgaire ! rire
Côté littérature japonaise (vraiment pas drôle en général), il y a 1969, de Murakami Ryû (fil ici ), un peu nostalgique, mais drôle un peu comme Le Péril Jeune de Cédric Klapisch.

Sinon, je ne pense pas que les écrivains transmettent systématiquement leurs angoisses... tu veux dire que tu ressens les angoisses des écrivains névrosés (ou qui inventent des névroses pour avoir de quoi écrire), en plus de les comprendre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
églantine
Zen littéraire
avatar

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 51
Localisation : Peu importe

MessageSujet: Re: Le côté obscur de la Littérature   Ven 19 Avr 2013 - 20:10

bix229 a écrit:
Les hommes heureux n' ont pas de chemise ! Ni d' histoire ! Les grands romans sont presque fatalement noirs, sombres, dramatiques. Proust ajoutait que les auteurs souffrants écrivaient de meilleurs livres que ceux qui étaient en bonne santé...


La souffrance doit être créatrice donc canalisée vers un but artistique ou autre !
Mais est-elle incontournable pour écrire des chefs-d'oeuvres ? Vaste sujet !Cependant il serait prouvé que la souffrance aiguise l'intellect .....
Et en ce qui te concerne Kannskia , toi seule peut savoir ce qui te convient dans l'instant , je pense ....Mais ô comme je te comprends ! oui

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Le côté obscur de la Littérature   Ven 19 Avr 2013 - 20:38

églantine a écrit:
Mais est-elle incontournable pour écrire des chefs-d'oeuvres ?
Je ne sais pas, mais quand on fait sa liste personnelle des meilleurs livres qu'on a lus, force est de constater qu'il n'y a que très peu de livre humoristiques, non ? (tu me diras que si à la base il existe plus de livres sombres que de livres drôles, la statistique peut y être pour quelque chose).
Les histoires fortes sont souvent tragiques...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
mimi54
Zen littéraire
avatar

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Re: Le côté obscur de la Littérature   Ven 19 Avr 2013 - 20:54

Pour te rassurer, je ne suis pas une grande adepte des livres dits " rigolos". Au contraire je préfère les lectures graves, les sujets sérieux.
Et comme le souligne eXpie, quand j'ai envie de me déconnecter ( et cela m'arrive souvent ces temps derniers) je lis du polar ou du thriller...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Le côté obscur de la Littérature   Ven 19 Avr 2013 - 20:56

eXPie a écrit:
églantine a écrit:
Mais est-elle incontournable pour écrire des chefs-d'oeuvres ?
Je ne sais pas, mais quand on fait sa liste personnelle des meilleurs livres qu'on a lus, force est de constater qu'il n'y a que très peu de livre humoristiques, non ? [...]Les histoires fortes sont souvent tragiques...

Il en va de même pour le théâtre, le cinéma...
La création dans le domaine du court-métrage, création de jeunes réalisateurs, est en grande partie très sombre.

Tout ce qui est léger, humoristique peut distraire à la rigueur sur l'instant mais qu'en reste-t-il par après?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire
avatar

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 51
Localisation : Peu importe

MessageSujet: Re: Le côté obscur de la Littérature   Ven 19 Avr 2013 - 21:01

eXPie a écrit:
églantine a écrit:
Mais est-elle incontournable pour écrire des chefs-d'oeuvres ?
Je ne sais pas, mais quand on fait sa liste personnelle des meilleurs livres qu'on a lus, force est de constater qu'il n'y a que très peu de livre humoristiques, non ? (tu me diras que si à la base il existe plus de livres sombres que de livres drôles, la statistique peut y être pour quelque chose).
Les histoires fortes sont souvent tragiques...


Oui cela est vrai aussi .....
Et puis l'humour dans une oeuvre n'exclut pas la souffrance .....Et quelquefois bien au contraire !Mais un fait me parait couler sous le sens : il est impossible de créer en restant dans la "normalité émotionnelle" ....De la souffrance à l'extase en passant par tous les chemins tortueux ...... Enfin c'est mon opinion !


_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: arcia Marquez   Ven 19 Avr 2013 - 21:03

Un grand livre, si sombre soit-il, nouis laisse une impression forte, une forme d' exaltation pour ce que l' auteur nous a communiqué et puis toute une gamme de sentiments concernant l' attachement à un ou plusieurs personnages, à l' histoire elle-meme. A tout ce qu' il nous a permis d' imaginer, de découvrir, de partager...

Mais oui, Kannskia, il y a des livres plutot magiques qui nous communiquent surtout du bonheur, de la passion, de l' espoir. Je leur ai meme consacré un fil très personnel et très subjectif et que j' ai intitulé - faute de mieux - écrvains rares écrvains secrets.

En voici quelques un au hasard :

- Mémoire de mes putains tristes : G Garcia Marquez

- Médée et ses enfants : Ludmila Oulitzkaia

- Le livre du bonheur : Nina Berberova

-Vue cavalière et La vie obstinée : Wallace Stegner

- Les émigrants : W.G. Sebald

- Le chant du coyotte et Les saisons de la nuit : Colum McCann

- Montana 1949 : Larry Watson

- Histoire de Tonle : Mario Rigoni Stern

- Un après midi d' un fonctionnaire déjanté : Upamaniu Chattejee

- Le mas Théotime : Henri Bosco

- Un roi sans divertissement et Le hussard sur le toit : Jean Giono

- La taverne du doge Loredan : Alberto Ongaro

- Istamboul, souvenirs d' une ville : Orhan Pamuk

- Vents de careme : Leonardo Padura

- Jusqu' en Sibérie : Per Peterson

Presque tous les livres de Jorn Riel et ceux de Panait Istrati

- Le toit de tole rouge : Nirmal Verma

- Tio du Pacifique : Ikezawa Nakumi

- Un petit boulot : Iain Levison

- La reine des reves Chita Banerjee Diva Karuni

Etc. Juste quelques suggestions, mais risquent d' alourdir tes Pal et Lal...


_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Le côté obscur de la Littérature   Ven 19 Avr 2013 - 21:44

D'accord avec les autres pour tout ce qui a été dit précédemment.
Juste par rapport à cette question :

Kannskia a écrit:


Les écrivains transmettent-ils systématiquement leurs propres angoisses ?

Oui ! et c'est le grand effet pervers de la littérature... je me demande si je n'irais pas beaucoup mieux si je n'avais pas chopé cette mauvaise habitude de lire tout ce qui me tombe sous les yeux ! Martin Eden de Jack London en parle très bien -entre autres.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Le côté obscur de la Littérature   Sam 20 Avr 2013 - 9:33

Le comique peut être de la grande littérature : Aristophane ou Molière. Et les comédies de Shakespeare ?

Ce qui semble léger peut aussi aussi essentiel que le dramatique : pour ne citer que les premiers qui me viennent en tête, Narayan ou Barbara Pym sont des auteurs importants qui ne parlent en apparence que des petites choses de la vie.

Mais évidement la plupart des grandes oeuvres sont sombres. C'est peut être au final plus difficile de faire du drôle ou du léger....

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Le côté obscur de la Littérature   Sam 20 Avr 2013 - 9:57

Un côté judéo-chrétien que la souffrance grandit l'homme (mais apparemment les japonais sont pires, eXPie?)?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Le côté obscur de la Littérature   Sam 20 Avr 2013 - 12:08

En même temps, l'histoire humaine est une tragédie en soi. Destins personnels ou collectifs. On devrait surtout admirer ceux qui nous font rire.
Ils possèdent le don de nous détourner de nos tristes existences.
Il y a aussi une autre sorte de livres : les contes.
Ils ne sont pas forcément tristes et transmuent le quotidien. Donc, on sait créer la magie par la littérature aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heyoka
Zen littéraire
avatar

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 29
Localisation : Suède

MessageSujet: Re: Le côté obscur de la Littérature   Sam 20 Avr 2013 - 12:34

eXPie a écrit:
La "littérature qui vaut le coup" traite souvent de sujets sombres, non ?
surpris ça t'a pas suffit le redressage de bretelles sur le fil d'Almodovar !? fouet


eXPie a écrit:
Sinon, je ne pense pas que les écrivains transmettent systématiquement leurs angoisses... tu veux dire que tu ressens les angoisses des écrivains névrosés (ou qui inventent des névroses pour avoir de quoi écrire), en plus de les comprendre ?
Oui c'est un peu ça.
Je le visualise comme ça en tout cas mais c'est peut être juste une impression.


eXPie a écrit:
églantine a écrit:
Mais est-elle incontournable pour écrire des chefs-d'oeuvres ?
Je ne sais pas, mais quand on fait sa liste personnelle des meilleurs livres qu'on a lus, force est de constater qu'il n'y a que très peu de livre humoristiques, non ? (tu me diras que si à la base il existe plus de livres sombres que de livres drôles, la statistique peut y être pour quelque chose).
Oui, déjà y'a la limite statistique et y'a aussi le côté "les drames c'est plus sérieux". Je vais faire un parallèle avec le Cinéma, les gens ont souvent des films cultes qu'ils connaissent par coeur, qu'ils adorent littéralement comme Les Visiteurs, Le Père Noël est une ordure, Jurassic Park ou plus récemment Avengers mais ils ne les mettent pas de leur top... Peut être parce que ça fait plus classe de mettre Virgin Suicides ou Amour. attentif


coline a écrit:
Il en va de même pour le théâtre, le cinéma...
La création dans le domaine du court-métrage, création de jeunes réalisateurs, est en grande partie très sombre.

Tout ce qui est léger, humoristique peut distraire à la rigueur sur l'instant mais qu'en reste-t-il par après?
Je ne peux pas m'empêcher de penser que le fait que les critiques encensent souvent les drames alors que les comédies sont souvent snobées et considérées comme un sous-genre, doit forcément avoir une influence. En me mettant dans la peau d'un jeune auteur ou réalisateur, moi aussi j'aurais tendance à tenter de faire dans le sombre, ne serait-ce que pour être prise au sérieux et ne pas être classé d'office dans la catégorie des "petits rigolos".


colimasson a écrit:
Kannskia a écrit:
Les écrivains transmettent-ils systématiquement leurs propres angoisses ?
Oui ! et c'est le grand effet pervers de la littérature... je me demande si je n'irais pas beaucoup mieux si je n'avais pas chopé cette mauvaise habitude de lire tout ce qui me tombe sous les yeux !
Je me retrouve dans la même situation rire


topocl a écrit:
Un côté judéo-chrétien que la souffrance grandit l'homme (mais apparemment les japonais sont pires, eXPie?)?
Oui tout à fait.


tina a écrit:
En même temps, l'histoire humaine est une tragédie en soi. Destins personnels ou collectifs. On devrait surtout admirer ceux qui nous font rire.
Ils possèdent le don de nous détourner de nos tristes existences.
Il y a aussi une autre sorte de livres : les contes.
Ils ne sont pas forcément tristes et transmuent le quotidien. Donc, on sait créer la magie par la littérature aussi.
Arabella a écrit:
Le comique peut être de la grande littérature : Aristophane ou Molière. Et les comédies de Shakespeare ?
Ce qui semble léger peut aussi aussi essentiel que le dramatique : pour ne citer que les premiers qui me viennent en tête, Narayan ou Barbara Pym sont des auteurs importants qui ne parlent en apparence que des petites choses de la vie.
Mais évidement la plupart des grandes oeuvres sont sombres. C'est peut être au final plus difficile de faire du drôle ou du léger....
Ah merci à vous deux ! C'est exactement ce que je pense. On relègue les humoristes au second plan alors que c'est extrêmement difficile de faire rire et quand c'est réussi, c'est marquant. C'est le cas de Molière qui a réussi le tour de force de faire rire et d'être reconnu. J'aime également le mélange drame/humour qui offre un résultat fabuleux lorsque c'est réussi comme dans Forrest Gump de Robert Zemeckis ou La Vie est belle de Roberto Benigni. Je donne des exemples ciné parce que je n'ai pas une culture littéraire assez large pour trouver des exemples de livres... Mais dernièrement, dans mes coups de coeur drame/humour, je pourrais citer L'Extension du domaine de la lutte de Houellebecq.

Et bientôt avec tous les exemples de lectures humoristiques que vous m'avez donné, j'espère pouvoir citer un livre sans drame à citer dans mes coups de coeur. Wink


Merci à tous pour vos interventions bonjour

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le côté obscur de la Littérature   Sam 20 Avr 2013 - 13:00

Je prends beaucoup de plaisir à lire des livres drôles mais ce ne sont pas eux qui me marquent le plus. Exception avec les aventures du brave soldat Shveik.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le côté obscur de la Littérature   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le côté obscur de la Littérature
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» La bibliothèque idéale en littérature allemande contemporain
» La Littérature et la Marine
» Mémoire de master littérature sur les bibliothèques
» vive la littérature équitable !!
» littérature jeunesse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Café littéraire. :: Sur la littérature en général…-
Sauter vers: